Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 10:20

D’abord,  le 16 Septembre 2012, j’ai lu sur l’Huma ce mot très court que je reprends donc en entier :« Réaction de Patrick Apel-Muller, directeur de la rédaction de l'Humanité, à l'incident lors du débat sur le Front national avec Caroline Fourest : Lors d’un débat consacré au pluralisme, ce dimanche à l'Agora de l'Humanité, Patrick Apel-Muller, directeur de la rédaction de l’Humanité, a déclaré : "Un petit groupe de fanatiques religieux ou politiques, dont aucun ne peut se réclamer de la gauche, a empêché Caroline Fourest de s’exprimer samedi. C’est insupportable ! Ils ont ainsi obtenu qu’un des débats de la fête contre le Front national ne puisse pas se dérouler. CQFD! Nous ne laisserons pas ces intégristes empêcher les débats pluralistes qui sont la marque de la fête de l’Humanité." » 

 

Comment des « intégristes » ont-ils pu réussir cet exploit ? Empêcher la tenue d’un débat au cœur même de la Fête de l’Huma ? Pour insupportable, ça me semble en effet insupportable.

 

L’Huma du lendemain sous la plume de Magali Jauffret, nous en dit un peu plus dans un article bilan du stand en question, où se sont tenus de grands moments auxquels j’aurais aimé participer :

« Mais samedi, alors que doit se tenir, sur le thème «Comment faire face au FN?», un débat entre l’essayiste Caroline Fourest, auteur du livre Marine Le Pen, et Hervé Poly, secrétaire de la fédération communiste du Pas-de-Calais, suppléant de Jean-Luc Mélenchon aux élections d’Hénin-Beaumont, un groupe, pourchassant cette dernière à chacun de ses débats publics et composé de nervis et de fanatiques proches des «Indigènes de la République» et d’autres groupes extrémistes qui cherchent la bagarre et la menacent de lapidation, empêche sa tenue. Afin que l’incident ne dégénère pas, Charles Silvestre, secrétaire général des Amis de l’Humanité, chasse ce groupe, l’accusant, en faisant annuler ce débat contre le FN, de faire le jeu de Marine Le Pen. Un incident scandaleux, même si Hervé Poly discute une heure avec un public qui questionne son expérience. »

 

Charles Silvestre chasse ce groupe qui cependant a empêché la tenue d’un débat ? Alors que nous apprenons que la provocation est classique, comment expliquer qu’à la Fête de l’Huma des dispositions n’aient pas été prises avec un service d’ordre conséquent ? Le terme d’incident est-il approprié ? Si les « intégristes » en question étaient intervenus pendant le débat, nous aurions eu un incident. Mais là ils imposent l’interdiction du débat sur un sujet crucial aujourd’hui ! C’est un pas énorme dans l’offensive de l’intolérance.

 

Face à l’énormité du fait, j’ai voulu savoir ce que nous dit Caroline Fourest sur son blog : Le sabotage d'hier est certainement rageant, frustrant et impressionnant.

D’abord sa description des assaillants :

« Ce ne sont pas des "islamistes" qui se sont déchaînés hier, mais des gauchistes pro-islamistes. Il y avait bien quelques "enfants" naturels (j'entends politiques) de Tariq Ramadan, décidément très amers. Mais surtout des gauchistes persuadés que toute critique de l'islamisme est forcément raciste puisque dans leur monde binaire, digne du choc des civilisations, il y a le monde de l'Islam contre celui de l'Occident blanc. Les musulmans sont les "damnés de la terre", le voile leur emblème et ceux qui critiquent l'islamisme -- surtout s'ils sont blancs -- ne peuvent être que d'affreux croisés, des sortes de nouveaux colons servant de chiens de garde au racisme post-colonial... »

ET

« Ce qui m'a valu, en 2004, de fermer la porte à un certain Pierre Tévanian, contributeur dans nos pages [Pro Choix la revue de Caroline Fourest[i]] et enclin à prendre le parti de l'islamisme et du voile... Quelques mois plus tard, il devenait l'un des acteurs clefs du rapprochement entre gauchistes et islamistes au sein des "Indigènes de la République". Il était, hier, l'un des meneurs du sabotage. Aux côtés de Saïd Bouamama, connu pour sa rage contre l'universalisme. Leur état de passions, de vengeance, me fait dire qu'ils ont drôlement soufferts de mes méthodes à moi : l'enquête et l'argumentation. »

 

Caroline Fourest tient donc à le rappeler, que c’est un affrontement au sein de la gauche :

« En France, la gauche universaliste (féministe, antiraciste et laïque) a tenu bon et même gagné face aux confusions mortifères de la gauche différentialiste servant d'alliée objective à la tentation obscurantiste. Peu de pays peuvent en dire autant, surtout en ce moment. C'est pour ça que je tenais à vous le dire. Tant qu'il en sera ainsi, tout va bien. Mieux qu'ailleurs et peut-être que demain. »

 

Ensuite la description des défenseurs parmi le public :

« Il faut voir leur tête dépitées face à un public qui a tenu bon, horrifié par leurs accusations grossières et leurs méthodes dignes de la propagande d'un autre temps. Il faut scruter (je n'ai pu le faire qu'après coup) cette foule à l'esprit clair scander "liberté d'expression", et le "fascisme ne passera pas" face à une poignée de dogmatiques aveuglés se croyant très à gauche... bien qu'il défendent en réalité l'ordre obscur de dominants, réactionnaires et totalitaires. »

 

Le bilan est cependant là : pour calmer la situation il a fallu que Caroline Fourest s’en aille.

 

L’affaire pourrait en rester là et certains me disent même : « inutile de faire du bruit pour si peu. ». Ce blog n’a aucune capacité à faire du bruit, par contre c’est dans Rue89 et dans Le Nouvel observateur que les Invisibles s’expliquent pour changer les "victimes" en "bourreaux" car eux aussi (comme Caroline Fourest) ne manquent pas de relais dans la presse.

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/627277-caroline-fourest-a-la-fete-de-l-huma-notre-version-des-faits-cote-indivisibles.html

En résumé, ils n’ont pas empêché le débat, c’est Caroline Fourest qui est partie et le refuse toujours.

En résumé, le service d’ordre a joué son rôle : « Dans la pratique, la diversion de Bader [prenant un mégaphone pour s’exprimer] a bien fonctionné puisque le service d’ordre l’a mis au sol à deux reprises et étranglé. Mais pas assez bien pour Myrto [l’autre personne devant prendre le relais de la provocation], elle aussi violemment plaquée au sol alors qu’elle tentait simplement de déposer une banane dorée sur la tribune. La violence du plaquage a tellement surpris les militants qu’ils ont abandonné toute la mise en scène prévue initialement pour lui venir en aide. Ce faisant, ils se sont retrouvés une petite vingtaine regroupés devant la tribune. C’est ainsi qu’a commencé notre “micro-manif”. Nous ont rapidement rejoint une autre dizaine de membres du public, protestant contre la venue de Caroline Fourest, d’autres militants nous soutenaient depuis les gradins scandant des slogans contre le racisme. »

Ce long article dénonce plus particulièrement le parti de gauche et des membres du public se montrant racistes sous diverses formes.

 

Ce qu’on apprend d’utile c’est que les organisateurs de la fête avaient été mis en garde contre l’invitation faite à Caroline Fourest, bien avant le débat. Voici la conclusion de la lettre en question :

« Ces positions islamophobes [de Caroline Fourest] et les accointances qu’elles ont avec celles d’une partie de l’extrême-droite, rendent inadmissible la présence de Caroline Fourest à un débat visant à lutter contre le FN. Les responsables du PCF devraient savoir que l’on n'invite pas à débattre les personnes faisant le lit de ceux que l’on prétend combattre. Mais peut-être que le PCF n’a pas rompu avec un héritage colonial déterminant ses positions sur la question de l’islamophobie ? Nous demandons aux organisateurs de la fête de l’Humanité de se ressaisir en revenant sur leur décision d’inviter C. Fourest qui n’a pas sa place dans une manifestation se voulant antiraciste. »

 

Pour eux, l’invité aurait dû être Said Bouamama, car cette association prétend dicter sa loi aux organisateurs. Cet échange me paraît très important quant à un juste réflexion sur l'avenir que nous voulons. Jean-Paul Damaggio



[i] J’ai été abonné un temps à cette revue. Caroline Fourest a animé une émission sur France Inter cet été qui ne l’a pas passionné mais elle a droit à la parole bien sûr. Cet article ne vise pas à un face à face entre les pro et les anti Caroline Fourest mais bien à chercher à répondre à la question : « Comment lutter contre le F.N. ? »

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans féminisme
commenter cet article

commentaires

jacques Lacaze 20/09/2012 09:46

Je pense cher Jean-Paul que tu ouvre un débat très important. Il se trouve que je connais depuis 30 ans Saïd Bouamama fils de d'un dirigent du Parti Communiste Algérien (qui a vécu très
douloureusement le vote des pleins pouvoirs à Guy Mollet en 56) Saïd est devenu un très brillant et reconnu chercheur en sociologie, et est un grand militant pour le communisme. Il te fait parvenir
par ailleurs sa mise au point sur ce qui s'est passé à la fête de l'huma. Je précise que je n'étais pas dans la salle à ce moment là et que je ne suis pas témoin. Pour ma part, je souscris
intégralement à la notion de base: on ne discute pas avec les ennemies de la Liberté avec les racistes avec ceux qui défendent des idées fascistes: on les combat. La vidéo réalisée par des
camarades qui ont empêché avec succès la prise de parole de Mme Fourest est paru sur le site du PIR. En voici le lien: http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=1713
Ce document constitue un élément central dans le débat.

éditions la brochure 20/09/2012 11:50


Merci beaucoup pour ces précisions. J'essaie de confronter TOUS les documents pour, à l'inverse de l'Humanité, trouver les moyens de comprendre. L'événement n'est pas un accident mais bien la
cristallisation d'un débat considérable dans la gauche mondiale. Je pars sous peu au Chili où le débat y est autre et pourtant le même. amicalement jpd


Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure
  • Le blog des Editions la Brochure
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche