Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 11:48


10 TRANSPORTS ET INFRASTRUCTURES
                                                                                                     2011                         2012
AERODROME HELISTATION                                                   83 400
AMENAGEMENT ET SECURITE POINTS D'ARRETS         40 000
AQUISITION MODERNISAT° MATERIEL ROULANT          410 000                23 200 000
EQUIPEMENTS TRANSPORTS COLLECTIFS                                                      257 000
FEDER 2007-2013 TRANSPORTS FERROVIAIR         1 000 000                  2 280 000
INFORMATION VOYAGEURS                                               225 000
INFRA. FERROVIAIRES CPER 2000-2006                       250 000                 1 000 000
INFRASTRUCTURES DIVERSES POL.TERR.              2 000 000                 1 129 000
ITINERAIRES STRUCTURANTS HORS RN                                                      3 000 000
INTERMODALITE MODE DOUX EXPERIMENTATION    430 000
INTERMODALITE TARIFAIRE                                                 25 000
LGV BORDEAUX TOURS                                                14 300 000               19 900 000
LIGNE GRANDE VITESSE                                                                                        550 000
LONGUEUR DES QUAIS                                                          100 000
MATERIEL TECHNIQUE                                                            65 000
MISE EN ACCESSIBILITE DES RESEAUX                            400 000
PLAN DEVELOP. MODERNISATION ITINERAIRES       27 000 000              15 000 000
PLAN RAIL                                                                             42 500 000                3 200 000
PROSPECTIVE FLUX TRANSPYRENEENS                            350 000
SECURITE PASSAGE A NIVEAU                                              100 000
SUIVI DES TRANSPORTS                                                           500 000              1 200 000


Il faudrait assurer un suivi global de la question pour tout comprendre. Observons d’abord que ces données ne sont pas très explicites et que le détail donné dans le budget (il s’agit là des têtes de chapitre) est encore plus obscur ! On y apprend que les dépenses concernent le ferroviaire, la route nationales et départementales et l’aérien. L’aérien tombe de 955 000 à 225 000 euros.

Pour ma part je me contente d’observer l’effondrement du Plan rail et la montée en puissance de la dépense LGV qui à présent à deux lignes.
La seconde ligne LGV était déjà là avant Bordeaux-Tours mais avait disparu en 2011. Elle concerne l’argent dépensé depuis longtemps pour les études de Bordeaux-Toulouse.
Les données en euros sont des autorisations de paiement (AP).
Peut-être quelques personnes pourront apporter des éclairages supplémentaires d’autant qu’il y a d’importantes évolutions des chapitres. 22-02-2012 Jean-Paul Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Conseil régional Midi Pyrénées
commenter cet article
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 10:24

Liste des organismes dans lesquels la région a pris un engagement financier supérieur à 75 000 euros dépassant les 2 millions d’euros.

ARPE TOULOUSE                                                                            2 441 653
AS MIDI PYRENES EXPANSION MPE TOULOUSE                 2 665 115
CFA CHAMBRE DES METIERS ARIEGE FOIX                          3 121 070
CFA CHAMBRE DES METIERS TARN ALBI                               2 241 558
CFA COMMERCE ET DES SERVICES BLAGNAC                       2 612 035
CFA INDUSTRIE MP BEAUZELLE                                               2 075 013
ECOLE DES METIERS CFA PAVIE GERS                                   2 001 631
CFA CHAMBRE DES METIERS HAUTE GARONNE                 2 385 835
COMITE REGFIONAL TOURISME TOULOUSE                      2 6 866 475
CRFP PROMOTRANS TOULOUSE                                              2 692 638
OGEC INSTITUT THEAS                                                              2 420 954


Pour comparaison voici d’autres subventions prises au hasard :
ASSOCIATION ARBRES PAYSAGES TARNAIS                                     79 545
ASSOCIATION GINDO CINEMA                                                             115 552
ASSOCIATION JAZZ IN MARCIAC                                                         253 890
COOPERATIVE FROMAGERE BERGERS LARZAC                              231 964
CINEMATHEQUE TOULOUSE                                                                 332 576
INSTITUT ETUDES OCCITANS TOULOUSE                                        111 034
IMPRIMERIE DU PROGRES SARL SAINT AFFRIQUE                      100 000
LA BRECHE DE ROLAND, GERDE (65)                                                      80 325

 

Voici sans commentaire cette autre série d'informations. JPD

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Conseil régional Midi Pyrénées
commenter cet article
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 10:19

Liste des organismes dans lesquels la région a pris un engagement financier supérieur à 75 000 euros (partie Tarn et Garonne)

ABBAYE DES CAPUCINS SARL                                                            96 000
CFA IFA 82                                                                                                255 396
CFAA Tarn et Garonne                                                                            160 992
CTRE INTER INSTIT BILAN COMPLET                                               161 843
ECOLE DES METIERS CFA 82                                                          1 912 294
MISSION LOCALE INSERTION PROFESSIONNELLE                       180 206
OGEC INSTITUT THEAS                                                                      2 420 954
CEFEL SICA EXPERIMENTATION                                                           77 648

La publication de ces données officielles ne signifient chez moi aucun jugement n’ayant pas étudié leur bien fondé qui au premier abord devrait être évident car tout de même unorganisme comme le Conseil régional....
Simplement le lecteur est en droit de se demander à quel titre l’association OGEC Institut Théas est si fortement doté.
Si notre Conseil régional ne dépose pas sur Internet son budget, les grosses associations comme l’OGEC sont obligés de le faire au journal officiel. Tous les Montalbanais devinent sans peine que cette association est celle qui gère le nouveau lycée catholique de la ville. En 2008 l’aide de l’Etat était de 888 911, celle de la Région n’était pas négligeable avec ses 320 424, venait ensuite le Département avec ses 138 332 euros et enfin les communes (nous n’avons pas le détail) qui offre 156 548 euros.
Pour permettre la comparaison les ressources privées (les paiements de l’enseignement, de la restauration, de l’hébergement) se montaient à 1 695 830 euros et les recettes publiques à 1 511 573 euros. Je suppose que c'est cette ligne budgétaire que l'élu du Parti de Gauche, par un amendement, a demandé sans succès la suppression. J-P Damaggio.

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Conseil régional Midi Pyrénées
commenter cet article
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 12:05

vote-convention.jpg

 

Comme nous l’avons écrit pour le cas du président du Conseil général du Gers, Malvy est prisonnier d’une Convention qu’il a signée. Pourtant il est cependant dans un cas différent si on se réfère à l’article 2 voté par le Conseil régional au moment de la discussion sur la dite Convention.
Dès l’annonce du fait que la région Poitou-Charentes ne paierait pas pour la ligne Bordeaux-Tours nous avons alerté les élus sur ce blog et personnellement (rencontre avec François Simon à Toulouse le jour de la conférence de presse d’Eva Joly) sur ce problème.
Mais personne n’a donné suite.
Or au moment du vote du budget 2012 il était facile d’interpeller Martin Malvy en lui disant :
« La Région Poitou-Charentes ne paie pas pour Bordeaux-Tours en conséquence l’article 2 de la convention nous autorise à faire de même pour économiser la ligne budgétaire sur ce point. »
Il est vrai qu’une autre lecture peut être faite de cet article. A savoir le gouvernement n’a pas donné suite à la Région Poitou-Charentes puisqu’il n’a pas considéré remboursable son avance, d’où la décision de Poitou-Charentes de ne rien payer mais il est tout de même phénoménal qu’au final là où va y avoir le chantier le Conseil régional ne paie rien et là où il n’y aura aucune retombée Midi-Pyrénées paie ! Je sais on me répond qu’il y a une retombée car sur la ligne existante Bordeaux-Toulouse on gagne du temps pour aller à Paris mais ce gain de temps est pour TOUT le monde, y compris pour ceux qui partant de Tours, de paris ou d’ailleurs viennent à Toulouse. On a parfois la sensation que les déplacements ne vont que dans un sens des régions vers Paris !
Bref, sauf par une lecture tendancielle de cet article 2, Martin Malvy est à présent obligé de respecter sa signature… à moins que demain le gouvernement socialiste accepte de tout payer. Il en résulterait des avantages pour Bordeaux-Toulouse car alors les caisses seraient encore plus vide pour payer encore plus ! Dans tous les cas Bordeaux-Toulouse c’est cuit ! J-P Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Conseil régional Midi Pyrénées
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 19:03

J’avoue que j’ai relu à deux fois l’article ci-dessous de La Dépêche. En Midi-Pyrénées en plus de la Haute-Garonne, le Gers avait été le seul département à voter le financement de Tours-Bordeaux. J’avais été étonné de la part de Philippe Martin. Mais c’est clair aujourd’hui, il y avait eu embrouille. Le Gers peut-il vraiment se retirer du financement ? J’attends la suite car Vinci et l’Etat ne peuvent aller à l’aventure. Aujourd’hui le Gers et demain qui ? Ce moment me paraît être un tournant IMPORTANT dans l’histoire des LGVs. Jean-Paul Damaggio


Pour son train d'économies, le Gers descend du TGV
http://www.ladepeche.fr/article/2012/01/28/1271932-pour-son-train-d-economies-le-gers-descend-du-tgv.html

Majorité et opposition sont d'accord pour que le département économise les 336.000€ qu'il devait verser cette année au « pot » des co-financeurs de la future ligne LGV Paris-Bordeaux-Toulouse. Seul département de la région à s'être engagé (« au nom du désenclavement ») à cette participation financière, le Gers revient sur sa parole. Sans état d'âme, disent en substance la majorité des élus puisque, de son côté, « l'Etat ne change que trop souvent la donne ». Les 336.000€ font partie des 10M€ d'économies auxquels le conseil général se résout pour équilibrer son budget 2012 (lire notre précédente édition). 10M€ ainsi répartis : 6,6M€ sur l'investissement, 1,9M€ sur le fonctionnement, 1,5M€ obtenu en puisant dans l'épargne départementale et en augmentant (+2%) le taux de fiscalité du bâti, a expliqué hier, à l'occasion du débat d'orientation budgétaire, le président Philippe Martin. Le budget s'établira à 224 M€ dont 34,4 consacrés à l'investissement « qui n'en reste pas moins supérieur à celui de 2011: 32,9€». S'il se fait porter pâle sur la ligne grande vitesse, le Gers ne varie pas sur ses engagements pour la RN 124. « Ainsi, cette année, nous allons dépenser plus pour les routes nationales que pour nos départementales » constate et « dénonce » le président, en pointant du doigt « les désengagements de l'Etat ». Comme il l'avait fait la veille en conférence de presse, Philippe Martin (« avec un didactisme giscardien et une rigueur barriste », gentiment moqués par Aymeri de Montesquiou) s'est employé à justifier le plan d'économie. A moins de recettes doivent correspondre moins de dépenses, d'autant que la dette départementale est conséquente (114 M€) et que les dépenses sociales « imposées par les lois » (RMI/RSA, APA, handicap) continuent à croître. L'élu a redit combien l'Etat, « qui nous doit 31M€, est grandement responsable ». Si l'opposition s'est exprimée (Xavier Ballenghein, Robert Frairet, Aymeri de Montesquiou) pour souhaiter notamment une meilleure maîtrise de la masse salariale (« zéro nouveau recrutement net en 2012 », a confirmé le président), elle a aussi rejoint la majorité pour dire ses craintes que « le plan de rigueur », qui va dicter le budget départemental 2012, ne sera sans doute pas le dernier. Notamment parce que ses « pauvres » finances empêchent l'Etat d'acquitter ses « dettes » aux collectivités locales et de compenser « à l'euro près » le montant des charges transférées.

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Conseil régional Midi Pyrénées
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 17:27

Finalement le groupe EELV a proposé un amendement sur la LGV au moment du vote du budget de la région midi-pyrénées. Ce que nous avions espéré en 2010 est arrivé en 2011. Nous n’allons pas nous en plaindre surtout qu’on n’a cessé de nous répéter du côté de certains responsables EELV que cet amendement était impossible ! Notons cependant le recul : « Le Groupe EELV s’est abstenu… » or en commission permanente il avait voté contre ! Mais il doit y avoir une subtilité qui nous échappe ! Nous donnons l’intervention de François Simon moins forte qu’en 2010. JPD

http://www.ee-crmip.org/news-ap-22-12-11.html


Le Groupe EELV s'est abstenu concernant la ligne budgétaire engageant pour l'année 2012 20 millions d'euros au profit de la ligne LGV Tours-Bordeaux. François Simon, Vice-président aux solidarités en charge du dossier LGV au sein du groupe EELV, est revenu sur les raisons qui conduisent les écologistes à se prononcer contre le projet. L'actualité conforte le groupe dans l'idée qu'il s'agit d'un mauvais montage financier. Nathalie Kosiusko-Morizet, elle même, a récemment émis publiquement de fortes réserves sur le financement de ces projets LGV. EELV a déjà alerté l'Assemblée et continue à le faire: le caractère inflationniste du budget prévisionnel de la LGV permettait d'emblée de saisir l'inopportunité économique du projet. Le prix du km a, en effet, rapidement explosé, passant de 5 millions à 20 millions d'euros! Dés le début, le plan LGV présenté par l'État était bancal: d'une part, par le désengagement de l'État, par la mise en place d'un partenariat public-privé faisant la part belle aux « multinationales du Fouquet's », et d'autre part en raison du racket subi par les collectivités territoriales pour financer une infrastructure nationale qui n'est pas de leur responsabilité Pour toutes ces raisons, François Simon a appelé à nouveau les conseillers régionaux à revoir les scénarii qui permettront au TGV d'arriver plus rapidement à Toulouse, en particulier en priorisant les voies existantes.

L'intervention de François Simon

 

Bis repetita non placent semper…et pourtant
L’actualité récente, comme vous l’avez signalé, Monsieur le Président, l’actualité réinterroge évidemment la position de notre Assemblée en ce qui concerne le financement de lignes LGV.
Dès le début de cette mandature, nous avons alerté notre Assemblée sur le mauvais montage financier, par ailleurs inflationniste.
MAUVAIS en raison du désengagement de l’Etat, sur des projets d’infrastructure nationale, MAUVAIS en raison de la pression éhontée de celui-ci sur l’ensemble des collectivités locales, afin de leur imposer de financer une part de ces infrastructures sur leurs budgets, au détriment des financements dans leurs domaines de compétence, …et cela au moment où le gouvernement déstabilise la fiscalité des collectivités locales, gèle les dotations globales de fonctionnement.
MAUVAIS parce qu’il induit un Partenariat Public Privé sur des périodes de cinquante ans !
Nous avions déjà cité les présidents de SNCF et RFF, Guillaume Pépy et Hubert Duménil.
Et bien, malgré toutes les pressions pour imposer ce programme, cette fois, c’est Nathalie Kosiusko-Morizet, elle-même, qui vient d’émettre publiquement de fortes réserves sur ces projets LGV, projets auxquels le gouvernement tenait tant. Les faits sont têtus. La crise, les crises ont redistribué la donne et imposent une relecture des priorités. Cela est d’autant plus vrai que les projets de vente de LGV à l’étranger s’estompent. Ils se heurtent également à la crise dans les autres pays et la question de savoir s’il faut rouler à 300 ou à 250 km/h n’est pas seulement une question technique mais bien économique. Il faut savoir si la politique économique française à l’exportation doit continuer à s’appuyer essentiellement sur les grands projets technologiques français ou sur l’ensemble des entreprises, en lien avec nos partenaires européens. Les déficits annoncés de la balance commerciale montrent bien l’échec de cette politique qui ne profite en fait qu’aux multinationales du Fouquet’s, multinationales qui pratiquent une consanguinité mortifère à moyen terme, par exemple Alsthom et Bouygues….
L’annonce de Madame la Ministre signe bien la situation panique ou le cynisme de ce gouvernement, envisageant de renier ses promesses, réfléchissant à haute voix à son désengagement sur des infrastructures qui sont en fait de sa seule responsabilité.
L’attitude de l’Etat est d’autant plus scandaleuse qu’il s’apprête à prélever 230 millions d’euros sur les dividendes de la SNCF, cette année, afin de boucler son budget. 230 millions cette année, plus de 600 millions en cinq ans !
Aussi, nous sommes, aujourd’hui, face à la désinvolture de l’Etat. Pour notre région, 102 millions d’euros ont été prévus pour la ligne Tours-Bordeaux. Seul 30 millions sont de fait gelés. C’est ainsi 70 millions que l’Etat aura prélevé.
Précisons que le dérapage inflationniste continue, rendant d’autant plus aléatoire l’issue de ce projet sans risquer de nouveaux dérapages financiers. Rappelons le coût du km de LGV passé de 5 à 20 millions selon RFF lui-même.
Juste encore un mot pour signaler à mes collègues qui nous arguent régulièrement le frêt ferroviaire pour valider des lignes LGV spécifiques. Celui-ci régresse cette année hélas de 6%, de 50% sur cinq ans, et cela est important, y compris sur des territoires où des lignes spécifiques existent aujourd’hui.
Plus que jamais, EELV réaffirme, qu’en temps de crise, en tenant compte des doutes réels sur la parole de l’Etat, il faut, il faudra réexaminer les scénarios choisis. Nous répétons encore une fois que la meilleure manière de voir arriver des TGV plus rapidement à Toulouse est de travailler à partir des lignes existantes. Voilà où nous en sommes ! Monsieur le Président, le groupe EELV considère qu’il faut dès aujourd’hui exprimer notre colère face à l’Etat. C’est pourquoi nous nous abstiendrons, que nous appelons à s’abstenir sur cette ligne spécifique, chapitre 908, qui engage cette année 20 millions d’euros pour Tours Bordeaux., alors que dans le même temps, nous avons du reporter la deuxième phase d’acquisition de matériel roulant régional.

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Conseil régional Midi Pyrénées
commenter cet article
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 20:48

Triste journée du 22 décembre. Malgré l'adresse du NPA Midi- Pyrénées aux élus de gauche du Conseil Régional, (adresse relayée par le NPA82 et visible sur notre blog), pas un seul d'entre eux n'a voté contre, ni même s'est abstenu lors du vote du budget le 22 décembre 2011.
C'est par 69 voix qu'il a été approuvé : 36 PS et républicains, 11 PRG, 15 EELV et 7 Front de Gauche : http://www.midipyrenees.fr/Budget2012
Ce budget 2012 a été voté en conclusion des délibérations en plénière, au cours desquelles, ligne budgétaire après ligne budgétaire, les élus se sont prononcés en pour ou contre les amendements proposés par les groupes (1).
Les 13 votes contre sont ceux des élus de l'UMP, les 9 abstentions sont celles des dissidents de l'UMP, l'opposition de droite au Conseil Régional.
Ce budget libéral a était décrit, propos recueille par la Dépêche, comme «un budget réaliste et raisonnable» par Gérard Trémège, président du groupe d'opposition « Républicains et territoires » composés d'élus UMP et apparenté.
Il est légitime de nous poser la question : existe-t-il une opposition de gauche et écologiste au social-libéralisme au Conseil Régional Midi-Pyrénées ?
Les élus d’EELV et du Front de Gauche, malgré leur vote contre et abstention à la commission permanente du 29 septembre sur le financement de la LGV Tours- Bordeaux (2), malgré leurs réserves sur les aides et subventions aux «entreprises» (3), sur la mise sous conditions de ressources du chéquier-lecture qui enterre la promesse électorale de la gratuité des manuels scolaires dans les lycées, et sur le financement des lycées privés (comme le lycée Théas à Montauban) (4), se sont reniés face à l'argument massue de la «solidarité de gestion» réclamée par Martin Malvy.
Pire ces même élus ont approuvé l'accompagnement par la Région de la politique de Sarkozy : faire passer l'apprentissage de 500 000 à 800 000 jeunes, ce dont Martin Malvy s'est félicité récemment, se glorifiant que Midi-Pyrénées avait franchi les seuils de 30 000 apprentis et de 1 000 pré-apprentis, des enfants des classes populaires de 15 ans sortis de l'enseignement général obligatoire jusqu'à 16 ans ! Un «progrès» qui a fait l'objet d'un avis négatif au CESER !
Ne nous a attardons pas sur la destruction de la politique culturelle en Midi Pyrénées avec la liquidation de l’ARDT, du théâtre de la Digue (et la vente aux enchères de sa bibliothèque), etc… La liste est trop longue et la démonstration suffisamment faite.
Toutes ces réserves et les amendements déposés auraient dû amener les élus d’EELV et surtout du Front de Gauche à voter contre ou s'abstenir sur le budget global de la Région Midi-Pyrénées, comme l'ont fait en plénière de la Région Limousin, le 15 septembre, les six élus Limousin Terre de Gauche qui ont aussi mené bagarre par amendements sur la LGV, l'enseignement privé, la hausse de la TIPP, la «moralisation» des aides et subventions aux patrons, etc... (6).
Les belles promesses de radicalité n’engagent que ceux qui y croient.
Nous militants du NPA82 qui oeuvrons depuis des semaines pour un rapprochement et qui pensons qu'il est encore possible de trouver un terrain d'entente électoral avec le Front de Gauche82 pour les législatives 2012, nous posons cette double question :
Les élus du Front de Gauche soutiendront-ils les politiques d’austérités d’un gouvernement de « gauche », comme ils soutiennent les mesures antisociales du Conseil Régional Midi Pyrénées ? Ou peuvent-ils constituer un point d'appui pour construire une opposition de gauche, un «bloc de gauche anti-crise» en toute indépendance d’un PS social libéral ?
Les réponses négatives d’un engagement formel de ne pas voter ni participer à la politique que mène-rait une majorité dominée par le Parti Socialiste a servi de prétexte à repousser toutes les avancées, vers un consensus, proposées parfois du bout des lèvres, nous le concédons, par le NPA. Sur cet écueil se sont brisées les tentatives de présenter un front uni garantissant la mise en place d’une réelle poli-tique critique face à une majorité social-libéral.
Nous croyons que toute perspective d'alternance se plaçant sur le terrain de l'accompagnement et de la gestion loyale du système capitaliste, ne peut pas constituer une réponse à la hauteur des enjeux et ne représente donc pas l'alternative que nous entendons construire avec nos formations politiques respectives.
A Montauban le 09 janvier 2012.
(1) ) il en est toujours ainsi dans les assemblées plénières des collectivités territoriales qui décident de leur budget pour l'année à venir. Les élus discutent et votent les amendements, puis votent le budget global.
(2) S'agissant de la LGV, les élus EELV et Front de Gauche ont voté contre le financement du tronçon Poitiers-Bordeaux (100 M€ jusqu'en 2009, soit 12,5 M€ en moyenne par an), le Front de Gauche sans mettre en cause la pertinence de la LGV sur le plan écologique, ne critiquant que sa mise en concession privée («Tout en approuvant le principe de la Ligne Grande Vitesse, c’est la raison pour laquelle, comme EELV, nous ne voterons pas cette ligne» [Marie Pierre Vieu- présidente du groupe Front de Gauche au conseil régional]).
(3) S'agissant des aides et subventions aux «entreprises» (103 M€ au budget 2012), motus et bouche cousue sur le « détournement » de l'argent public dans les poches des actionnaires des grands groupes industriels et financiers de la région, et approbation dès lors la majorité régionale a accepté «le principe d’étudier les conditions de la mise en oeuvre d’un dispositif de mobilisation d’un crédit favorisant les entreprises s’engageant dans une démarche sociale et environnementale» [MPV]. Martin Malvy s'est engagé à «étudier le principe» d'une moralisation du capitalisme régional. L'essentiel pour les élus du Front de Gauche est que la Région maintienne son haut niveau de financement des pôles de compétitivité, malgré la réduction des dotations de l'Etat. C'est ce qu'elle énonce dans cette formule langue de bois : «Nous considérons comme très important et c’est avant tout ce qui motivera notre vote du budget, le fait que la région Midi-Pyrénées refuse d’entrer dans une logique d’austérité et d’abandonner le haut niveau d’investissement qui est le sien» [MPV]
(4) S'agissant du PRDF (plan régional de développement des formations), les élus Front de Gauche ont voté contre le financement des établissements privés, porté au-delà des «obligations légales» par Malvy, déposant un amendement pour la réaffectation de 3 M€, ont demandé le maintien du dispositif chèque-lecture égal pour tous les lycéens, sans faire de l'objectif de la gratuité de l'enseignement un point de principe l'amenant à ne pas voter le budget global. Le groupe EELV s'est abstenu sur l'amendement Front de Gauche.
(5) «De même, je ne peux que souligner l’effort constant de la région dans les lycées, son choix d’accompagner à haut niveau l’apprentissage en même temps que celui d’initier un panel de mesures de soutien social aux jeunes et à leur famille.» [MPV]
(6) http://terredegauche.fr/index.php?option=com_flexicontent&view=items&cid=30:seances-plenieres&id=126:seance-pleniere-du-15-decembre-des-orien

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Conseil régional Midi Pyrénées
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 09:57

manif-a-Toulouse.JPG

Sur la photo une partie des manifestants devant le Conseil régional sous l'arche Non à la LGV. Sur les murs autour de nombreuses banderoles sur les autres thèmes.

 

 

Ils seront longuement reçus par le vice-président à la région, pour les transports, Charles Marziani (PCF). Pour résumer son propos : « Si pour les autres projets, le débat est possible, pour la LGV, les engagements financiers font qu’il n’y a plus de discussion possible ». Le même personnage s’abstiendra ensuite sur le vote de la ligne budgétaire LGV en précisant qu’il est pour la LGV mais contre le principe du PPP (Partenariat Public Privé). A suivre. JPD


Appel à la manifestation du 22 décembre au Conseil Régional MidiPyrénées
Le 22 décembre 2011 le Conseil Régional délibère et vote sur le budget.
Une part importante de celui-ci est composée de questions liées aux transports.
Les collectifs de citoyens rassemblés dans la Coordination Transports de Midi-Pyrénées seront présents, au-delà des différences des dossiers dont ils sont porteurs.
Constatant que tous les projets concernant les transports en Midi-Pyrénées :
– sont présentés en prétendant simplement apporter une possibilité technique supplémentaire, sans poser la question des choix économiques et sociaux derrière chacun d'eux
– sont menés sans véritable concertation – ou sous forme de « consultation alibi » avec les populations directement impactées par ces projets. Les élus sont, le plus souvent, soumis aux groupes de pression du BTP et des transports, dont le poids financier pèse lourdement dans la balance décisionnelle. Les pseudo débats publics, sous forme de grandes messes médiatisées ne se prêtent guère à la confrontation d'arguments sur les études et donc à un véritable dialogue préalable.
Nous demandons :
– qu'il soit rappelé à nos élus du Conseil régional notre refus du gaspillage de l'argent public. Nous considérons que les investissements pharaoniques engagés par la Région en faveur des Grands Projets Inutiles que ce soit l'ensemble des projets autoroutiers ou que ce soit les nouvelles lignes LGV doivent être abandonnés. Sur ce dernier point, nous rejoignons les conclusions rendues publiques des ''Assises du rail'' : moratoire sur les projets LGV et priorité absolue à la rénovation de l'existant. « Chaque euro qui finance une nouvelle ligne LGV est un de moins pour la modernisation des lignes TER !
– l'organisation de rencontres de travail avec les associations citoyennes, permettant un véritable débat public et des décisions transparentes.
L'importance de la part des transports dans le budget régional donne à cet échelon de l'exécutif politique un pouvoir de décision et une responsabilité prépondérante dans l'initiative de ces dossiers.
C'est pourquoi nous nous tournons vers le Conseil Régional Midi-Pyrénées pour tenter d'amorcer, avec lui, un dialogue nécessaire.
Nous affirmons notre volonté de poursuivre la mobilisation pour nous opposer à ces projets d'infrastructures qui ne répondent pas aux besoins prioritaires de l'ensemble de la population et qui ne peuvent, aujourd'hui, prétendre construire un avenir meilleur pour nos territoires.
Nous donnons rendez-vous à 9H30 le 22 décembre 2011, devant le siège du Conseil Régional de Midi Pyrénées.
. ACTIVAL : Remise en cause de l'utilité d'un nouvel axe fret international au centre des Pyrénées. TEG82 : Association située entre Montauban et Caussade, qui lutte pour l'avenir des gares de la liaison Paris-Orléans-Limoges-Toulouse sacrifié par le tout TGV.
. Collectif Val de Garonne Lomagne regroupant des associations du Tarn et Garonne opposées au projet de construction de Lignes Grandes Vitesses. Projet inutile et couteux aux conséquences humaines et écologiques désastreuses et qui ne répond pas aux besoins de la population.
. Terres et Coteaux du Lauragais : Pour des transports multimodaux en cohérence avec le projet de territoire, Contre l'autoroute Castres-Toulouse dans les terres agricoles du Girou, premier maillon du Grand Contournement de Toulouse.
. Vélorution : association toulousaine de lutte pour le transport doux.
. Les Amis Du Monde Diplomatique : Pour une politique de transport élaborée démocratiquement et privilégiant à la fois les besoins des citoyens et le respect de l'environnement plutôt que des choix dispendieux au profit des grands groupes industriels."
. Les Amis de la Terre constatent que tous les projets concernant les transports ne sont que des projections du passé, ne tenant compte ni du contexte économique actuel , ni du moindre respect de l'environnement humain ou naturel et que les mises en garde des nombreux acteurs qui tirent la sonnette d'alarme sont ignorées, voire méprisées. L'entêtement de nos élus relevant par ses excès de la mise en danger d'autrui.
. ATTAC : Remise en cause de l'économie soumise à la finance et pour une relocalisation de l'économie.
. Urgence Climatique Justice Sociale : Pour une politique des transports qui cesse d'alimenter les dérèglements climatiques dont les premières victimes sont les plus défavorisés.

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Conseil régional Midi Pyrénées
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 09:55

Serieys-Simon.JPG

Sur la photo : François Simon et Guilhem Serieys en discussion après le dépôt de l’amendement Serieys.

La séance plénière du Conseil régional c’est toujours un spectacle attristant pour la démocratie car c’est un jeu théâtral où tous les acteurs connaissent avant le début ce qui va se jouer. Nous y étions à quelques-uns pour suivre les mentions possibles sur la LGV. Voici le résumé.
1    Martin Malvy (PS) président brandi comme toujours le drapeau LGV.
2    Sylvia Pinel (PRG) répète l’article de La Dépêche suite au COTER : inquiétudes sur le financement, avancées sur le tracé, rendre acceptable le passage de la LGV.
3    Thierry Deville (UMP) demande que Martin Malvy soit reconnaissant envers la droite sans qui le projet de LGV serait tombé à l’eau.
4    Monsieur Suau (président du groupe socialiste) qui aime prendre Deville comme tête de turc, se sent obligé de lui répondre au cours d’une « parenthèse » : ce sont les dirigeants de la gauche qui ont imposé la LGV et non la droite, il suffit de penser à Douste-Blazy (ancien maire centriste de Toulouse qui fut opposé à la LGV). Sans M. Deville, M. Suau n’aurait rien eu à dire sur la LGV (peut-être aurait-il pu mentionner que son intercommunalité, malgré sa passion pour la LGV, n’a pas voté le financement de Tours-Bordeaux !)
5    François Simon (EELV) annonce que son groupe s’abstiendra sur la ligne LGV, du budget. Par quel moyen, vu qu’il y a un vote global ?
6    M. Cros (président du groupe EELV) précise : « le budget sera voté avec des réserves », position qui n’existe pas : on vote ou on ne vote pas.
7    M P Vieu (PCF) annonce que son groupe ne votera pas la ligne LGV.
8    G. Serieys (PG) annonce un amendement sur la ligne budgétaire écoles privées pour que 3 millions sur 6 donnés au secteur privé, sans y être obligé (les bâtiments), aillent au public.
9    M. Treméze (UMP Grand Tarbes) s’inquiète lui aussi et indique que, comme le Conseil général des Pyrénées atlantiques, il faut envisager de ne plus payer Tours-Bordeaux si on ne fait plus Bordeaux- Toulouse et Bordeaux-Hendaye
10    Martin Malvy, contrairement à son habitude ne répondra rien en conclusion.
11    Avant de passer au vote, M. Cros demande une suspension de séance.
12    L’amendement Sérieys pousse EELV à proposer un amendement de dernière minute (il ne sera sur la table du président qu’à l’ultime minute) pour permettre à ceux qui voulaient s’abstenir sur la ligne LGV de le faire : résultat 21 ont demandé l’abstention sur la ligne LGV à savoir le groupe FdeG et EELV. Tous les autres, y compris le PRG ont voté la ligne budgétaire. Pour le vote visant à réduire l’argent pour les écoles privées, le groupe FdeG sera seul.

Par les trois minutes d’intervention de Guillaume Serieys, la séance du Conseil régional a pris une tournure plus démocratique, même s’il a fait perdre 20 minutes d’interruption de séance. Nous suivrons les suites.
22-12-2011 Jean-Paul Damaggio

P.S. Sur France 3 la parole n’est donnée qu’à Martin Malvy

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Conseil régional Midi Pyrénées
commenter cet article
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 13:59

C’est Le Petit Journal qui rend compte du COTER tenu à Toulouse (réunion des élus qui ont validé le tracé). On y apprend que Mme Barèges a plaidé pour un nouvel échangeur à Montech, échangeur programmé dès 2005 dans le projet de LGV Toulouse-Bordeaux !

Elle a aussi plaidé pour un viaduc à la place d’un remblais de 12 m (le maximum pour un remblais) sur le secteur de Bressols, Montbeton et Lacourt Saint-Pierre. Et l’article se conclut : « Mme Barèges s’est félicité d’avoir d’ores et déjà été soutenue par l’ensemble des élus sur ces points-là. » Des élus, et elle en premier, qui devraient s’adresser à la population au cours de réunions publiques pour faire avaler un tracé « à approfondir ». JPD

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Conseil régional Midi Pyrénées
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche