Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 17:07

C’est ainsi, on cherche une chose et on tombe sur une autre. Voilà comment je retrouve un texte de novembre 1987 qui m’a servi de base pour une intervention à une Assemblée de l’I.E.O. à Nîmes. J’ai en effet été membre de l’Institut d’Estudis Occitans pendant au moins quinze ans et il m’est arrivé d’en être, au Conseil d’administration, le responsable du secteur informatique, mais seulement trois ans. D’où l’idée de présenter en Assemblée générale un texte non pas technique, mais politique, sur la question des liens à inventer entre l’informatique et l’occitanie, technologie qui en ces années là commençait à occuper les esprits.

Je n’étais destiné ni à être membre de l’I.E.O. ni à être un pionnier en informatique. Etrangement c’est mon métier d’instituteur qui m’a poussé dans ces deux directions par l’ami Serbat d’abord, premier conseiller pédagogique d’occitan en France (à ses frais pour les milliers de km parcourus), et par l’ami Brand, parent d’élève qui dès 1984 me mit face à un autre instit, Monsieur Pizzuto qui m’a converti à l’usage de l’ordinateur. Ainsi, du TO7, je suis entré dans le monde d’Amstrad, un ordinateur qui faisait traitement de texte et qui m’a permis de publier à moindre frais et peu d’exemplaires, mes premiers écrits.

 

Comment en arriver à un texte aussi fou qu’Occitique et Informanie ? J’avoue que je ne sais trop ! En 1987 nous avions d’un côté les fanas d’ordinateurs qui parlaient entre eux un langage d’experts, et de l’autre des fanas d’occitanie qui parlaient entre eux un langage d’experts. D’accord, il ne s’agissait pas de la même expertise ! J’ai voulu montrer qu’il n’y avait rien de plus occitaniste qu’un CERTAIN usage du micro-ordinateur même si pour faire les accents occitans ce n’était pas de la tarte.

 

A relire ce texte, j’ai un regret et une satisfaction. Un regret car ce brin de folie je ne l’ai pas assez cultivé (même si en 2012 je me suis retrouvé candidat atypique à une législative). Une satisfaction car c’était la voie à suivre même si elle ne pouvait pas être suivie.

 

Que projeter dans le monde futur, de cette langue du peuple, de cette culture qui va avec, de cette humanité en perdition, je veux dire la paysannerie encore occitanophone ? L’histoire l’a montré : hier la langue d’oc pouvait servir Vichy ; aujourd’hui elle peut servir le pouvoir des Conseils régionaux (ou autre collectivité politique) en apportant une touche locale à la machine à conformisme que représente leurs dépliants publicitaires (qu’ils appellent journaux d’information) !

Je rêvais de cette autre dimension que l’histoire confirme tout autant (mais beaucoup moins les historiens officiels) où la langue d’oc était la porte d’entrée dans l’univers concret de la révolte. Et cette langue, cette disposition d’esprit qui va avec, pouvait dire au monde, avec l’aide de technologies conçues contre l’ordre majoritaire, que la vie était demain encore à la parole désaxée.

 

Il n’y aura de sortie des impasses actuelles que si se tissent des alliances imprévues, imprévisibles et imprévoyantes. Alliances qui n’ont rien à espérer du côté des religieux, des normalisés et des esprits rangés. Même si, de temps en temps, une messe en occitan ne fait de mal à personne.

 

Aujourd’hui je ne sais si facebook fait des ravages chez les occitanistes mais je sais par contre que l’idéologie qui est derrière, n’a rien à voir avec celle des inventeurs de la micro-informatique. Là comme partout, les marchands tiennent le haut du pavé, et les noms en occitan sont bons pour le marché. Mais l’histoire ne s’arrête pas. Le temps des producteurs reviendra, le seul capable d’envoyer au tapis des marchands sans scrupules. En quelle langue produire demain ? En spanglish ? Parmi les forces de frappe de l’occitan il y avait cette capacité à être au carrefour de l’italien et de l’espagnol, ce dernier étant au carrefour de l’arabe et du latin. Si hier il y a eu des révolutions, demain nous aurons des carrefours, à la sortie de l’autoroute de l’inévitable, sur laquelle nous roulons à perdre haleine.

Jean-Paul Damaggio

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans occitanie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche