Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 17:17

Le réalisateur Pierre Schoeller a décidé avec l’Exercice de l’Etat, de plonger, le temps d’un film, au cœur du quotidien d’un ministre des Transports, Bertrand Saint Jean. Je ne dirai rien ici des qualités cinématographiques pour me limiter à ce qui est en fait, un paradoxe, le dépérissement de l’état. Je dis paradoxe car autrefois c’était dans le cadre d’une philosophie marxiste qu’on parlait d’un dépérissement que Staline poussa en sens inverse et que dans le film, comme dans la réalité le capitalisme pousse, lui, à son terme.

Au départ, une vision un peu lourde montre une femme nue qui se fait avaler, volontairement, par un crocodile. Indépendamment du fait que cette femme est une des rares du film (ajoutons l’épouse délaissée, la conseillère en communication, et la seule parole de résistance, celle de la femme du chauffeur), qui est le crocodile : l’Etat ou Vinci ?

Pour qui veut bien regarder le film, le crocodile n’est autre que Vinci, symbole aujourd’hui d’un géant affamé de pouvoir. Alors que le ministre des transports refuse fermement la privatisation des gares, Vinci l’oblige à revoir sa copie et il s’incline. La modernité c’est la puissance de Vinci face à un Etat qui prend l’eau comme une chaussure trouée dit le personnage, cynique par excellence, du film.

Ce film directement politique – on voit les manifs en Grèce mais aussi en France – nous montre la mutation d’un homme qui n’avait rien pour plonger dans la fourberie politique car il n’était pas du sérial, et qui pourtant après un idéalisme de départ, cherche à son tour un « fief » (c’est son terme) pour les municipales. Irrésistiblement je pensais à René Bousquet qui est tombé dans les bras de la collaboration avec les Allemands comme Saint jean tombe dans la collaboration avec Vinci !

La politique change donc de nature : elle n’est pas là pour concevoir un projet mais pour « humaniser » un diktat plus ou moins caché. Il m’arrive parfois de parler de « mort du politique » mais c’est faux : le politique devient plus indispensable que jamais, plus indispensable car les mesures mises en œuvre vont être forcément impopulaire et il faut donc des élus pour mettre de la pommade !

On pouvait avoir un Etat arbitre entre diverses forces sociales qui pour aider les plus forts, saupoudrait aux moins forts. Ainsi les P.M.E. avaient une part du gâteau et une partie des travailleurs aussi.

Quand la puissance c’est l’argent, quand l’Etat organise depuis des années la réduction de ses recettes (tous les hommes politiques ou presque ayant prôné depuis vingt ans des baisses d’impôt – sur le revenus), les crocodiles du capitalisme moderne se frottent les mains.

 

Dans cette plongée dans la collaboration, il reste un résistant, un homme politique qui ne peut changer, qui continue de vivre avec l’idée de l’intérêt commun. Il est le de Gaulle de 1940. Il n’est ni de droite ni de gauche, il n’est ni un chef de clan ni une éminence grise, il continue la vieille France. Et Michel Blanc dans ce rôle me semble être le plus juste de tous les acteurs. Ni signe d’espoir d’un demain meilleur, ni colère. Il reste propre et c’est déjà énorme. J’attends les analyses politiques sérieuses du film. Si dans une critique vous notez l’évocation de Vinci vous pouvez me faire signe. 23-11-2011 Jean-Paul Damaggio

 

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans la LGV toulouse-bordeaux
commenter cet article

commentaires

tadloiducine 28/01/2012 14:07

Votre "petite phrase" finale me fait sourire, alors qu'en toute modestie j'avais évoque Vinci le 3 novembre... Mais bon, un modeste "squatter" d'un blog culturel amateur n'est évidemment pas
"médiatique"!.
A part cela, il me semble que Saint-Jean reprend à son compte le conseil de "se tailler un fief" que lui avait insinué sa conseillère en com' au moment où son avenir ministériel vacille... Je
l'avais vu plutôt comme un besoin de "base arrière" pour une éventuelle "traversée du désert", en profitant du moment où il est encore ministre pour se le tailler (le fief) à la hussarde...
(s) ta d loi du cine, "squatter" chez dasola

éditions la brochure 29/01/2012 15:23



http://dasola.canalblog.com/archives/2011/11/03/22524887.html


je mets le lien de votre blog dont je me réjouis de l'existence. je vous rassure celui-ci n'est pas dans le paysage médiatique ; ma petite phrase finale était sincère et non arrigante vis à vis
des autres.


cordialement jpd



Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche