Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 21:00

Le prix ne dit pas la provenance de l’eau, sa qualité, le type de service et bien d’autre chose, donc c’est seulement un indicateur, tout comme le fait de ne prendre que l’eau consommée et pas l’eau de l’assainissement.

Dans tous les cas, l’eau va devenir un enjeu majeur et certaines autorités s’y préparent, y compris en TetG. On parle avec insistance d’un rachat de Véolia. Donc déjà avec ce tableau imparfait, incomplet et seulement suggestif, il y a moyen à pas mal d’observations. (j’ai parfois inclus le 5,5% de TVA en arrondissant)

 

 

Prix m3

Abonnement

Par semestre

Adour

Garonne

Redevance pollution

Structure

Montbeton

1,77

42,18

 

 

Veolia

Auvillar

1,20

30

0,072

0,29

Syndicat

Caussade

0,7+0,24+023*

12,4+23 = 35,4

 

 

Saur

Grisolles

1,02+ 0,6 = 1,62

18 + 3= 21

0,09

 

Véolia

Montauban

1 + 1,06 = 2,06

13,6+ (*)= 13,6

0,09

 

Véolia

Mas Grenier

1+0,8= 1, 8

24+11= 35

0,097

0,29

Véolia

Castelsarrasin1

0,97

16,88

 

 

Syndicat

Castelsarrasin2

1,05

18,57

 

 

Saur

Garganvillar

1,84

35,5

0,12

0,29

syndicat

Nègrepelisse

1,79

 

 

 

Véolia

Moissac

0,7+0,4=1,1

13,4

0,7

 

Véolia

Auch

3,52

12,66

 

 

Véolia

 Commençons par le détail :

Préservation des ressources (agence de l’eau).

Il s’agit pour nous de l’Agence Adour Garonne, organisation qui couvre tout le Sud-ouest. Jean Cambon y siège pour le 82 mais n’a plus les responsabilités d’hier. Le directeur assurait la présence du camp Baylet (1). J’ai eu le plaisir d’écouter un Gersois Chevallier, grand connaisseur du sujet qui a présenté dans une réunion les merveilles de cette usine à gaz. Il s’agit en fait d’un lobby pro-barrages qui donc fabrique de la ressource en eau. Jusqu’à présent, l’eau est gratuite et on paie seulement son traitement et son acheminement plus les gains annexes. Mais déjà un problème est apparu : quelqu’un qui n’est pas connecté à l’eau car il puise la ressource dans son puits, pose problème. Ce qui est sûr, c’est que si vous êtes connecté au service des eaux vous ne pouvez pas revenir en arrière et dire : « maintenant j’ai un puits et je m’en contente ». Il faut payer l’abonnement mais par contre, vous n’êtes pas obligé de consommer.

 L’abonnement par semestre (à Garganvillar on dit Prime)

Comme la consommation, l’abonnement est généralement en deux opérations quand il y a un privé : part distributeur et part syndicale. On constate généralement un montant de 35 euros avec des anomalies. L’énorme 42 à Montbeton et les très faibles 13,6 à Montauban et même 13,4 à Moissac. Sur le principe de l’abonnement, il est clair que c’est faire payer proportionnellement plus, à ceux qui consomment moins. Dans la privatisation à Montauban comme à Moissac, la mairie a donc décidé de ne pas faire payer d’abonnement mais seulement une part de facturation de l’eau. Qui y gagne ? C’est pas simple. Cette étude, je l’ai lancée après que le préfet ait tenté de faire entrer Montauban dans le syndicat des eaux de Montbeton (cher à Baylet) sous prétexte que d’une part dans les deux cas c’est Véolia, et que de l’autre, ils sont dans la même agglo et Madame Barèges a répondu qu’à Montauban l’eau est moins chère que dans le secteur de Montbeton. Vrai côté abonnement mais pas vrai côté prix du m3.

 Il est donc double pour les secteurs où il y a privatisation. J’ai mis en premier la part du privé et en 2 la part du syndicat ou de la ville. Il faut en effet rappeler le fonctionnement. Le maire délègue à un syndicat, le syndicat distribue ou délègue une partie à un privé. Il n’y a donc pas privatisation et pour preuve les négociations régulières des conventions. Généralement, comme pour les cantines scolaires, les collectivités ou syndicats gèrent l’infrastructure et le privé la circulation. Je n’ai pas le détail partout mais généralement le privé prend une part plus importante. Il y a le cas de Castelsarrasin avec les deux organismes l’un sur le rural (avec syndicat) et l’autre sur l’urbain (avec la Saur). Mes indications ne disent pas le détail. Il est sûr qu’avec Caussade on est face au plus compliqué car il y a trois parts (commune, syndicat, Saur !). Qui plus est à Caussade il y a une originalité dont j’aimerais connaître l’initiateur : le prix change de peu au-dessus de 40 m3par an (il semble qu’on passe d’un total de 1,17 à 1,15 HT).

Une mesure de gauche propose que l’eau indispensable (et la quantité retenue est correcte pour une famille ordinaire) soit un peu moins chère (voire gratuite) que l’eau en surplus. Dans un cas avec trois recettes qu’elle est ensuite la part de chacun dans les dépenses ?

 La surprise est du côté de Moissac où en effet on est au prix le plus bas sur TOUS les plans. La dernière négociation avait été présentée comme une bonne négociation ce qui ne signifie pas qu’en 2005 le choix de la régie municipale ne soit pas plus juste. A toutes ces données très incomplètes il manque celle que j’aime le plus, l’évolution du prix de l’abonnement et de l’eau. Qu’est-ce qui augmente le plus ? Quand je regarde mes factures très simples, j’avoue que je suis sidéré : 15% au total sur 3 ans pour le prix de l’eau ! Quant à l’abonnement il augmente de 2009 à 2012 de 18 % !

Année

Prix

%

2012

1, 84

2,2%

2011

1, 80

4,6%

2010

1, 72

7,5%

2009

1, 60

5,3%

2008

1,52

 

 L’actualité : un syndicat départemental de l’eau ?

Il existe dans le Gers. Levons une ambiguïté que certains ne comprennent pas : un syndicat départemental ne signifie pas un développement de l’eau en régie. Il s’agit plus exactement de regrouper des chantiers d’importance pour demain : refaire les canalisations (il faut moins de 20% de perte d’eau) et travailler aux assainissements. Le débat entre délégation à une régie ou à une entreprise privée est un élément mais dès aujourd’hui il faudrait imposer une transparence à TOUS avec d’abord des données plus claires sur les factures (montant de l’augmentation par exemple ?). Par exemple, il y a un problème classique de fuites : à Nègrepelisse les autorités en tiennent compte et aussitôt rectifient la facture en tenant compte des moyennes des années précédentes. Jean-Paul Damaggio

P.S.

1) Le Directeur Général d’Adour-Garonne c’était de 2008 à aujourd’hui, M. Marc Abadie dont voici le cursus :

Directeur général de l’Agence est inspecteur général de l’administration. Directeur de cabinet de Jean-Michel Baylet de 89 à 90 (secrétariat d’Etat chargé des collectivités territoriales), de 92 à 93 (ministère délégué chargé du Tourisme), puis d’Emile Zuccarelli de 97 à 99 (ministère de la Fonction Publique). DRH de la Dépêche du Midi de 95 à 97 Directeur des affaires politiques, administratives et financières, ministère de l’outre-mer de 99 à 2002 DGS adjoint Conseil régional d’Ile de France de 2002 à 2005 DG de Saint-Gobain Développement en 2005 Chef de la délégation française à la commission intergouvernementale franco-britannique du tunnel sous la manche (2006-2008). Professeur associé à l’IEP de Toulouse.

Il vient de quitter la direction l’agence de l’eau Adour-Garonne, l’établissement public pour être nommé chef du Service de l’inspection générale de l’administration au ministère de l’Intérieur. Sa succession à Adour-Garonne va être un bras de fer. N’oubliez pas de postuler. Quant à Manuel Valls il semble se lier fortement au pRG.

2 ) Les Editions La Brochure ont publié une brochure sur L’eau à Condom un double texte à la fois historique et sur l’actualité d’une association de défense de l’eau dans cette ville, association qui participe à un regroupement interrégional où j’ai découvert la complexité du sujet (15 associations ayant beaucoup de luttes et quelques succès à leur actif)

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche