Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 11:19

Mardi 10 juin 2003 : La gifle mémorable

«Nous avons enfin avancé ». Gérard Aschieri FSU

 

1 ) Je commence par la fin de la journée, donc par le texte que le ministère a donné aux syndicats, et que je viens de trouver sur le site du SNUipp. Tout est ficelé à merveille et je pense aux miettes offertes à la CFDT sur les retraites. Cette fois, sans la signature syndicale, nous apprenons cependant que le nouvel appel à la grève de jeudi ne doit pas « nuire au déroulement du bac ». En conséquence comment faire plier le gouvernement ?

 

2 ) La journée a démontré en Tarn-et-Garonne une nouvelle baisse de la mobilisation. Les points les plus chauds, Toulon, Marseille, Perpignan, Toulouse restent très actifs. Que peut-il se passer jeudi ? Soit on considère que le gouvernement avance dans le bon sens et les grévistes de jeudi se tiennent loin du bac, soit on considère qu’il se fout du monde et alors la machine est bloquée. J’espère que la machine sera bloquée dans des dizaines d’endroits.

 

3 ) Le débat sur les retraites commence à prendre de l’ampleur, et la conscience gagne du terrain si bien qu’à la table ronde, le gouvernement a lâché également quelques points sur ce dossier (presque rien sur ce point, dans les médias ). Il s’agit d’amendements de la droite à l’Assemblée qui concernent la CPA (Cessation progressive d’activité), les avantages familiaux (pour les enfants) et le rachat des années d’études. Des miettes au bénéfice de tous les fonctionnaires.

 

4 ) Et le déblocage de 80 millions d’euros pour « faciliter la mise en place des assistants d’éducation dans le premier degré et assurer au mieux les activités pédagogiques et les actions de formation » (formule du gouvernement) ?. Me faut-il rappeler la fonction des assistants d’éducation ? « Surveillance des élèves et aide à l’accueil et à l’intégration scolaires des élèves handicapés » (texte de la loi). Certains médias traduisent par : remplacement des aides-éducateurs or c’est tout différent. Je suis favorable à l’effort en faveur de l’intégration mais sur le plan comptable il n’y a aucune reculade du gouvernement : l’intégration du handicap à l’école induit une économie du prix de journée pour l’enfant en institution spécialisée. Ma sœur travaille en CAT (centre d’Aide par le Travail) donc avec les adultes, et elle m’explique le fonctionnement dans ce secteur similaire à celui des IME etc. Une vision globale s’impose.

 

5 ) Dans ce mouvement, il aurait fallu une vision globale du rapport entre Premier et Second degré. Aux AG départementales la rencontre s’est faite et c’en fut un des aspects les plus géniaux (mais en l’absence, le plus souvent, du personnel non-enseignant). Pour moi, la privatisation du second degré a comme vecteur la décentralisation alors que celle du premier degré passe par une « centralisation ». Je m’explique : de plus en plus les fonctions des Inspections Académiques sont transférées aux Rectorats (je peux donner dix exemples avec leurs conséquences très néfastes pour l’école) et les fonctions des communes aux intercommunalités. Cet aspect du problème s’inscrit dans une « secondarisation » du premier degré pour arriver à des groupes scolaires de 12 classes minimum avec un directeur-principal et sous la coupe des intercommunalités. Notre seigneur local, l’inconnu Baylet, a déjà enlevé aux communes la compétence sur les bâtiments scolaires. L’action majeure de l’intercommunalité c’est le développement du secteur « petite enfance » pour ainsi justifier la déscolarisation des 2-3 ans (et ouvrir la voie à la prise en charge de tout le dossier scolaire). Je peux préciser que la loi de décentralisation ne contient pas une ligne sur le premier degré sauf un dernier chapitre préparant la mise en condition des intercommunalités à la gestion des écoles primaires.

 

6 ) Il me faudra étudier tout ça plus tard mais, je maintiens pour aujourd’hui : les miettes octroyées viennent de la peur du blocage du bac. Si « le recul » avait eu lieu le 10 mai mon appréciation aurait été un peu différente. La grève nous aura appris que les autorités n’en ont rien à foutre du fonctionnement du système : grève, maladie, stage etc. s’il y a des absents, vogue la galère. Nous aurons plus tard à prendre en compte également cette donnée. Si le mouvement avait débuté une semaine avant le bac, les mêmes miettes seraient tombées d’elles-mêmes.

 

7 ) Ceci étant, la journée à Montauban a commencé, suite à la lecture du journal de la grève, par l’A.G. au Collège Ingres, où nous avons fait le détour, avec Marie-France, et découvert l’ambiance du lieu. « Moi, maintenant, je vais faire cours aux troisièmes car, moi, j’ai une conscience » déclare sèchement une enseignante qui remet en cause l’assemblée générale. Encore un point à traiter, la conscience ! En fait ce n’était pas une A.G. générale.

 

8 ) Passage au Collectif de grève toujours mobilisé, toujours actif et toujours plein d’initiatives. Nous apprenons que la prochaine A.G. aura lieu jeudi, après la première journée du bac. La discussion risque d’être animée mais pour le moment la journée est chargée.

 

9 ) Après le repas et quelques courses, la manif en voiture qui a quelques avantages : susciter un blocage sur la rocade, mais un énorme désavantage, propre à l’usage de la voiture, chacun est enfermé avec lui-même. Il faut peut-être varier les formes d’action pour être efficace mais celle-ci ne me convient pas. J’ai la sensation surtout qu’il y a moins de monde que le 3 juin.

 

10 ) Au total nous nous retrouvons sur le parking d’Eurythmie pour l’assemblée générale qui propose une imposante liste d’actions or la question que j’aurais voulu entendre est la suivante : qui est en grève demain ? On va bloquer un centre de tri mais qui est en grève à la poste ? Qui est en grève à l’EDF ? Je sais très bien que l’intersyndicale (sauf SUD Rail) tenta de susciter le report de la grève à la SNCF du 4 juin au 10 juin et y arriva dans quelques endroits. Manif la nuit, manif à Toulouse pour la venue de Chirac, manif devant le théâtre, manif, manif mais avec qui ? Pour moi, vu la participation à Montauban, la lutte est sur la voie de garage. Dans les discussions on entend « FO appelle à la grève générale » et c’est justement le syndicat le plus absent sur l’AG d’aujourd’hui ! Peut-être cette grève générale se fera en petit comité !

 

11 ) Il existe des points de révolte où il n’est pas question de ranger les banderoles, cependant les vacances approchent, et après le bac, pour les enseignants, les carottes seront cuites. Il restera au gouvernement un petit jeu : application stricte de la loi pour le retrait des jours de grèves ou pas (200 000 grévistes à 100 euros par jour en moyenne et pendant 4 jours ça fait 80 millions d’euros !).

 

12 ) Pour mon information, j’ai suivi quelques instants l’A.G. des PTT organisée à Montauban, avant la manif, par les trois syndicats les plus importants (SUD-CGT-FO). C’était dans le hall de la Maison du Peuple et j’ai pu vérifier la faiblesse de la mobilisation. Or je comptais beaucoup sur ce secteur en lutte qui, comme les instits, quadrille le pays. Nous ne sommes plus en 1995 : la précarité et la concurrence du privé mettent au pas les révoltés.

 

12 ) Pour ne pas m’ennuyer, j’ai fini la soirée par une autre réunion, avant de rentrer chez moi pour rédiger cette page de journal. Demain l’action continue. JPD

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans la grève de 2003
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure
  • Le blog des Editions la Brochure
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche