Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 14:08

date

Tableau du nombre de femmes et d'hommes participant à l'émission C dans l'air en janvier 2013.                                                   Sujets:

Femmes

Hommes

1

Les bonnes résolutions pour 2013

1

4

2

Mauvaise année et meilleurs vœux

0

5

3

La délinquance par temps de crise

0

5

4

Crise : la voyance se porte bien

2

3

7

75% : mauvais chiffre pour Hollande

1

4

8

Mariage gay : l'épreuve de force

1

4

9

Que se passe-t-il au Front National ?

2

3

10

Le mystère des trois femmes assassinées

1

4

11

Emploi : l'improbable accord

1

4

14

Mali : "La France ira jusqu'au bout"

1

4

15

Les trois combats de Hollande

1

4

16

Médicaments dangereux : la pilule amère

2

3

17

Le djihad des sables

0

5

18

Mali-Algérie : où est passée l'Europe ?

0

5

21

Mali : "c'est une guerre"

0

5

22

Obama : danse avec l'Amérique

2

4

23

L'Europe craque

1

4

24

Le retour de notre "otage" du Mexique

0

5

25

Vendée-globe : les aventuriers des mers

1

4

28

Automobile française : carrefour dangereux

0

5

29

Le modèle social français en faillite ?

1

4

30

Les politiques peuvent-ils gérer seuls un pays ?

2

3

31

La France des fonctionnaires

1

4

Bilan

nombre total de femmes, d'hommes

21 F

95 H

pourcentage de femmes, d'hommes

18%

82%

 

RAPPEL JANVIER 2012

   

Bilan

nombre total de femmes, d'hommes

6 F

104 H

pourcentage de femmes, d'hommes

5%

95%

 Voicvi le tableau réalisé par Marie-France Durand avec les commentaires ci-dessous :

En un an, il y a une nette progression du pourcentage de  femmes qui passe de 5% à 18%.

Pour arriver à 50%, ET EN CONTINUANT AVEC CETTE PROGRESSION, il faudrait encore environ 2 ans et demi ! Cependant, dans encore 7 émissions sur 23, c'est-à-dire plus de 30% des émissions, il y a … 0 (zéro) femme.

Encore un effort Monsieur C dans l’air !!! 

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 15:55

Je retrouve ce texte dans mes archives, un texte que j'avais oublié, une fiction pour le communisme qui date de1992 et que j'avais proposé à la revue M. Je n'en pense rien aujourd'hui. JPD 

 

Pour le communisme : repensons nos pratiques

(une fiction sans science car que m'importe l'an 3000 !)

 En l'an 3000 un ethnologue (toujours à la recherche de TYPES à définir) fut confronté à d’énigmatiques témoignages de deux pratiques européennes de la fin du XX éme siècle :

Le papa 1 disait : « Mon fils, grimpe aux arbres, tu risques de tomber. »

Le papa 2 disait : « Mon fils, si tu grimpes aux arbres fais attention à ne pas tomber. »

 L’ethnologue désigna, le papa 1 du nom : Type social-démocrate, et le papa 2 du nom : Type communiste (le Type capitaliste était dans ce cas absent car c’était des papas ne s'occupant pas des enfants).

L'absence en l’an 3000, des Grands Textes, tous détruits sauf Don Quichotte, (ils savaient qu'un Manifeste Communiste avait existé car il était souvent cité en référence mais ne purent le reconstituer avec les 4 ou 5 phrases toujours répétées) les conduisit à penser que l'URSS était communiste et les USA sociaux-démocrates.

 En effet, un écrivain soviétique de l'Ouest, malheureusement non-dissident (tout aurait été si simple s'il avait pu rejoindre le Type Dissident très étudié) les avait conduit à ces conclusions, car il disait, qu'il avait fui son pays pour cause de la surprotection dont il bénéficiait. A chaque pas, on l’invitait à faire attention.

Aux USA, son nouveau pays d'adoption, la situation était inversée : on l’encourageait à prendre des risques.

Cette classification étrange se heurtait à l'interprétation (très restrictive) d'un texte d’un communiste de l'époque, dont le nom de l'auteur avait été perdu, (ils lui donnèrent en conséquence le nom fictif de Bonnafé pour bonne fée) et qui disait :

«Le monde pour lequel combattent les communistes ne répond pas à l'idée d'un monde sans problèmes, il répond à l'idée d'un monde dans lequel les gens seraient de moins en moins inhibés dans leurs capacités de régler eux-mêmes leurs problèmes.»

 Il se trouve que l’écrivain dissident décida de partir pour un deuxième pays d'adoption à mi-chemin entre les deux grands, la France où le papa 3 disait : « Mon fils, si tu veux grimper aux arbres, dis-le moi, je te payerai des leçons particulières ».

 De toute façon les statistiques prouvaient qu'en fait d'arbre, le danger de l’époque venait des routes. C’était l’Age-Moyen (l’époque de l'an 3000 avait un nom simple : Les Temps Modernes) où les pêches étaient jaunes et les pommes pleines d'eau mais avec un nom en or (golden) pour mieux tromper les gens. En l'an 3000, la pêche blanche était la règle et la pomme était la Reinette d'où le succès au TOP 500 d'une chanson nouvelle : « Pomme de Reinette et pomme d'api, petit tapis rouge ... » Mais à propos de tapis rouge revenons au sujet.

 Le Type communiste aurait dû être l'homme soucieux de devenir maître de sa vie. En conséquence, sur les routes, il devait être maître de son véhicule et ne pas y mourir. Les ethnologues pensèrent que ce souci pratique qui dura un temps, leur permit de l'emporter sur le Type social-démocrate où la double règle était :

- confier son sort à plus bête que soi

- se cacher les difficultés suivant le proverbe : « il faut toujours remettre à demain un problème qu'on ne comprend pas le jour même. »

 Si l'explication de la victoire définitive au cours du deuxième millénaire, du Type communiste évolué, était trouvée, il restait l'épineux cas de l'URSS de la fin XX éme siècle qui n’entrait dans aucune case. D'où venait son idée de surprotéger les habitants, jusqu’à les mettre en clinique psychiatrique afin d’éviter qu’ils se fassent mal eux-mêmes ? Une idée contre-nature pour un pays qui se voulait socialiste !

Le plus doué des chercheurs (celui qui n'avait pas subi le retard de 56) souhaita émettre une hypothèse. Et si la faute en revenait aux fameux Grands Textes introuvables ? Mais les ethnologues n'acceptaient plus la loi tendancielle sur le taux d'absence des textes, augmentant les tords des responsables (en langage populaire les absents ont toujours tords), donc l'hypothèse fut rejetée.

 Un savant finit par mettre le doigt sur l'essentiel : l'écrivain qui était parti n'était pas parti à cause de la surprotection dont il bénéficiait mais parce que l'URSS s'était divisé en deux groupes : les protecteurs et les protégés.

Etre protégé oui, mais en participant à sa protection ! Et ce n'était pas le cas puisque seuls les protecteurs étaient dignes de cette fonction de protection ! L’individu ordinaire étant désigné comme incapable de se prendre en charge !

 Les USA avaient révélé au monde que l'eau du ciel, l'air de l'atmosphère, l'amour même, étaient des marchandises.

L'URSS avait révélé au monde que la protection de l'homme serait un échec tant que les moyens de l'associer à la merveilleuse tâche communiste ne seraient pas démocratiquement distribués.

L'homme des USA était une chose parmi d'autres qui valait son prix, son salaire.

L'homme d'URSS était une chose de plus que les autres. Ce plus était un triste début. Comme l'impatience humaine est justifiable (une vie est si courte), l'écrivain a eu raison de tenter sa chance ailleurs. D'autant qu'il le fit lucidement !

En l’an 3000, il ne pourrait plus le faire, il n’y a plus d’ailleurs. Sauf à croire encore en un passé del’humanité.

 Jean-Paul Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 12:13

 

Pour revenir sur les élections à la chambre d’agriculture pointons quelques éléments nouveaux.

1 ) Les femmes candidates

Pour la première fois les listes ont été contraintes d’avoir une femme candidate sur trois. Ce n’est pas la mixité complète mais vu que l’élection se fait à la proportionnelle au plus fort reste, nous assistons à une entrée très importante des femmes dans l’institution.

2 ) La participation est en baisse de 10% mais la participation de 2007 avait été exceptionnelle. Avec 55% on retrouve par exemple le 58% de 1989.

3 ) La progression constante de la Coordination rurale tient aussi au fait qu’elle a fait régulièrement progresser le nombre de listes en France mais dès qu’une liste s’est installée elle a obtenu des voix dans la moyenne.

4 ) Pour le MODEF il ne faut pas regarder les résultats nationaux car ce syndicat n’est présent que dans quelques départements du Sud (et un département breton). Son bastion c’est les Landes… et la Martinique (où il n'y a en face que la FDSEA).

5) Le nombre total d’inscrits permet de mesurer la baisse des actifs agricoles mais à ce jour, impossible. Et bien sûr le résultat est phénoménal. De 1 700 000 en 1983 on est passé à 600 000 en 2007 ! Je n’ai pas les données pour 2012 mais pour le Tarn et Garonne avec 5720 inscrits en 2007 on passe à 4725 en 2012 soit une perte de 16% !

 6 ) Le cas du Lot et Garonne qu’il m’est arrivé d’étudier à partir de l’action de Renaud Jean. Ce département continue d’être une anomalie. En 2001 il bascule dans le camp de la Coordination rurale, situation confirmée en 2007 et aujourd’hui. En effet la Coordination rurale reste à 46 %, la Confédération à 8 %, le MODEF passe de 11 à 8% et la FNSEA de 33 à 36%.

7 ) Inversement, la Confédération paysanne a perdu le Finistère en 2001, puis la Loire Atlantique en 2007, département où la FNSEA maintient sa forte position (45%) la Confédération n’arrivant qu’à 34% et la Coordination 19%. En fait la Coordination prend plus souvent des voix à la Confédération qu’à la FNSEA.

8 ) Résultats définitifs :

Confédération paysanne : 18 % ; Coordination rurale : 20 % ; FNSEA : 53 %.

JPC

 

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 15:52

la-feulle.jpg

 

Depuis longtemps je suis un admirateur de l’hebdo atypique de Villeune-sur-Lot, La Feuille (admirateur ne veut pas dire que je sois d’accord avec) aussi j’étais impatient de savoir comment sa directrice Anne Carpentier allait rendre compte de « l’affaire Cahuzac », l’homme de Villeneuve-sur-Lot. Et je n’ai pas été déçu.

Ce journal n’a jamais été du genre à vendre de la pommade, la directrice ne confondant pas, comme c’est souvent le cas dans la presse régionale actuelle, le métier de journaliste et celui de pharmacienne. Elle ouvre des plaies mais quand on parle en direct avec les malades, on le fait avec esprit de responsabilité. Anne Carpentier a été dès le début une abonnée de Médiapart, même si Edwy Plenel lui paraissait déjà douteux. Aujourd’hui elle est bien placée pour vérifier les méthodes louches du personnage.

Cahuzac n’est pas blanc comme neige et si quelqu’un le sait très bien c’est la Feuille qui en a parlé depuis longtemps. Mais pas pour organiser une chasse à l’homme !

La Feuille a défendu et défend encore dans ce numéro, le cas du journaliste Denis Robert qui après une enquête minutieuse a révélé l’affaire Clearstream. A l’époque ce courageux journaliste a essuyé les foudres d’Edwy Plenel et des foudres qui font mal. Il a fallu des années pour que justice lui soit rendue mais Edwy Plenel continue de le regarder avec suspicion. Edwy Plenel a en fait un seul souci : la notoriété d’Edwy Plenel et en l’affaire, la survie de Médiapart fortement soutenu par des groupes financiers mais jusqu’à un certain point. Plenel a même décrété qu’il n’avait pas besoin d’appliquer la loi en s’imposant une TVA à 2,1% alors qu’il devrait payer 19,6 ! Il est sûr que le fisc devrait agir…

La Feuille a donc décidé, en cette affaire, de proposer plus le procès de Médiapart que de Cahuzac. On peut dénoncer des malversations sans, par la méthode employée, la changer en chasse à l’homme. La méthode, c’est de distiller l’information, voire le manque d’information.

A.C. termine son article ainsi : « Nous pensons à Rémy Garnier, l’inspecteur injustement appelé « Columbo », qui a été manipulé et cramé par tout ce qui s’est abattu sur lui alors qu’il était déjà fragilisé par sa propre affaire. Pendant plus de dix ans, avec Sud-Ouest, nous avons écouté cet homme blessé dans son honneur. Plenel et sa bande se sont servis de lui et le lâcheront. En attendant il s’est coupé de ses amis. La presse, quand elle se fait cannibale ne pense pas à ces choses là. Nous si, parce qu’on peut tuer avec une plume et qu’on ne doit pas jouer avec cela. »

      Villeneuve-sur-Lot a, en plus, le très médiatique juge Bruguière pour corser l’ambiance ! A-t-il communiqué la cassette à Médiapart ? Un beau roman feuilleton qui va durer pendant que de grands drames sociaux se vivent, y compris à Villeneuve-sur-Lot.

      En fait pour Plenel, le journalisme est du spectacle. Le peuple est invité à compter les points au cours de règlement de compte entre les pouvoirs en place, et que Cahuzac soit condamné ou pas, ça ne fera pas avancer un brin la connaissance de notre société. Il s’agit là d’un leurre donné en pâture à la presse, aux citoyens, pendant que les scandales de fond de notre société sont oubliés. Comment fonctionne Véolia, Vinci, … ? Et je ne défends pas Cahuzac : il possède des secrets bien plus considérables que j’aimerais connaître ! JP Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 12:29

Agé de 60 ans, ce militant chevronné, journaliste de combat, s’est donc suicidé, avons-nous appris début décembre. Le bon sens enchaîne aussitôt cette question : Pourquoi ? Quelques journaux ont évoqué de manière floue une maladie incurable. Michel aurait répondu : Ah ! les raisons de santé…

Dans son Ariège natale, tout le monde n’est pas convaincu par la thèse du suicide même si elle est plausible.

Un homme pose quelques questions : Jean-Pierre Petitguillaume.

Michel se savait menacé : contre des propos appelant à le « buter », il était même allé à la gendarmerie remplir la main courante. Il avait accompagné ce geste d’un passage chez son notaire pour inscrire ses dernières volontés.

Quand Jean-Pierre Petitguillaume arriva chez lui, une maison sans les scellés, il s’étonna de la disparition du téléphone portable de Michel. Ils ont essayé de le faire sonner mais pas l’ombre d’une réponse.

Quelques autres détails lui semblent supposer une enquête et pas seulement l’autopsie engagée.

Quel journaliste pourra reprendre son flambeau ?

Mais qui le menaçait ?  Allez faire un tour sur le site de l’association Le Cercle Lakanal, cercle qui produisait une revue dont je n’avais jamais eu connaissance bien que je sois voisin de l'Ariège. Pour dire les soutiens… Mais bon, on verra la suite.

Jean-Paul Damaggio

 https://sites.google.com/site/lecerclelakanal/

 

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 20:15

Voici une chronique de Michel Naudy dans Politis du 30 juin 1988. François Mitterand venait de gagner la présidentielle ce qui explique le titre de l’article à côté de celui de Naudy, la droite en grande difficulté avec des querelles entre droite dure et droite molle et signé Jean-Michel Apathie qui n’est pas le seul à avoir usé de Politis comme rampe de lancement. Je pense aussi à Jean-Paul Besset. Quant à Fabrice Nicolino lui, il est resté ce qu’il était. Bref, Naudy propose un article sur le Tapisme qui nécessite un retour sur le contexte. François Mitterrand décida d’ouvrir son gouvernement à la « société civile » comme Hollande le fit à la « société féminine ». Il s’agissait de pratiquer l’ouverture pour que . On a presque l’impression d’être sur ce point en 2012 ! Et l’homme le plus brillant de cette ouverture s’appelait Bernard Tapie. Un membre de la société civile car il était propulsé à une autre responsabilité politique sans avoir été membre d’aucun parti. D’où le « tapisme ».

 Tapisme

par Michel Naudy

IL est des mots, des expressions qui ponctuent le langage du temps jusqu'à devenir tics, à leur tour chassés par d'autres, aussi absurdes qu'abscons, mais irrésistibles pour la seule mauvaise raison qu'ils sont neufs.

Après le sport, où le néologisme et la vulgarité sont devenus rois des cendrées et des pistes, la politique tient la corde, les périodes de reclassement semblant propices à « l'invention ». Dernière en date, la « société civile », qu'il est du dernier chic d'évoquer à tout propos ou, pour écrire moderne, qui passe pour un « must » de la pensée contemporaine, ce qui se disait «nec plus ultra» dans l'entourage de Cicéron.

Notre société civile est donc à la mode et l'on s'en réjouirait presque si l'usage répétitif du terme ne recouvrait un abus et une faillite.

Abus, à coup sûr, puisque le vocable a pour mission de signifier à peu près son contraire. Il s'agirait, en effet, de faire accéder aux plus hautes responsabilités politiques des hommes et des femmes qui n'en ont pas fait profession mais dont les mérites seraient de nature à éclairer les spécialistes.

Excellente en son principe, cette disposition s'est curieusement traduite jusqu'ici par la promotion de personnages qui, au-delà de leurs différences, ont en commun d'être des hommes de pouvoirs distingués à haute fréquence par la télévision, dont c'est l'une des principales fonctions.

La société civile vient donc de se trouve, incarnée par sa forme la plus rabougrie le tapisme, du nom d'un individu aussi célèbre pour sa capacité de licenciement que pour sa grossièreté médiatique.

Des millions d'ouvriers se contenteront donc d'apercevoir six des leurs à l'Assemblée, en se demandant si ces rescapés n’ont pas depuis longtemps oublié les contours de l'établi.

Abus donc, aggravé d’un constat de faillite, quand ce que l'on nomme encore la représentation nationale est contrainte d'user d'un tel artifice, avouant ainsi qu'elle représente fort peu. Le 23 avril, le tambour du Palais Bourbon annonçait l'entrée d'une élite dont la fonction principale est de se reproduire et de protéger sa reproduction.

Que le peuple et singulièrement les salariés actifs prêtent la main à une telle confiscation ne change rien à l'affaire. A-t-il d'ailleurs les moyens de s'y soustraire quand on prépare aujourd'hui un futur ministre comme un anglo-arabe pour le prix de Diane ?

C'est ainsi qu'un jour, on vient à s'étonner qu'un gros tiers du pays se désintéresse de la chose publique, c'est ainsi que l'on bricole des gadgets dans les officines à penser, c'est ainsi que l'on découvre la société civile. Comme la lune.

M.N.

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 20:10

Les grands commentateurs ayant tout dit sur le cas des grands partis portons le regard sur les résultats du Front de Gauche :

6ème de l'Hérault : - 1,33

13ème des Hauts-de-Seine  : + 1,02

1ère du Val-de-Marne  : + 0,43

 

Ces résultats sont à relier à la chute du PS qui ne bénéficie pas au FdeG et à la disparition de l’extrême-gauche qui là aussi ne se reporte pas.

L’abstention plus forte que pour les autres partis ?

C'est sûr, le phénomène majeur c'est l'abstention.

Mais bon, des partielles, ce sont des partielles… JP Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 11:05

Les grands médias alternent le silence sur certains sujets et l’excès « d’informations » sur d’autres et dans les deux cas, en se renvoyant la balle nous avons de la … désinformation.

Bien sûr la guerre entre JFC (Jean-François Copée) et FF (François Fillon) est un course au pouvoir mais j’ose prétendre que ce n’est pas que ça. La France a toujours eu deux droites, l’orléaniste et la légitimiste, deux droites qui souvent se firent la guerre si bien que pendant la Troisième République une bonne part de la frange orléaniste est restée à l’ombre des Radicaux aux mille visages.

La création de l’UMP fut la suite, faut-il le rappeler, d’une campagne électorale de Jacques Chirac en 2002 où nous avions l’Union pour la Majorité Présidentielle, une union qui se justifiait car à l’époque le président sortant avait eu peur de Charles Pasqua qui avait créé le RPF, après qu’aux Européennes de 1999 il devança (avec l’aide de De Villiers) la liste Sarkozy ! Par miracle, il n’a pas eu les 500 signatures….

Très vite l’UMP est apparu comme une machine contre nature. Bayrou a été le premier à mettre les voiles, puis a été suivi par Borloo, qui comme par miracle, n’a pas eu le courage d’être présent à l’élection présidentielle. Le miracle ne tient pas au manque de signatures mais au manque d’argent : souvenons-nous que le financement des partis politiques tombe dans la caisse des chefs de parti et son parti était soulis à l'UMP ! Les dissidences sont condamnées… à la misère ! 5500 m2 pour JFC et 65 m2 pour FF !

Si la télé désinforme l’opinion, elle forme par contre les dirigeants de parti. Quand le soir du 18 novembre JFC se précipite devant les caméras pour annoncer sa victoire, il prend une longueur d’avance définitive à son adversaire. Grâce aux caméras, la victoire de JFC est plus forte que la réalité des chiffres, et qu’importe la scission annoncée de l’UMP !

FF menace son adversaire de le traîner devant les tribunaux. La même bagarre a eu lieu entre les majoritaires du NPA et la scission de la gauche anticapitaliste non pour contester des résultats internes mais pour assurer un partage du gâteau financier du financement public des partis. L’essentiel va donc à présent se jouer au Parlement : combien de députés vont rejoindre Fillon ? Pour savoir combien il va pouvoir réclamer à son adversaire car c'est la condition de ce financement ! Dans l’adversité les amis sont moins nombreux….

Ceci étant au risque de surprendre des amis, j’écris que JFC et FF représentent deux courants de la droite française et je considère la nuance d’importance. Je ne confonds pas droite et extrême-droite, PS et droite, extrême-gauche et PCF etc. FF a avalé des couleuvres sous Sarkozy et il pensait enfin pouvoir voler de ses propres ailes. Il ne pensait pas qu’un sous-Sarkozy viendrait lui barrer la route. C’est fait, JFC a adopté un discours proche du FN pensant que comme Sarkozy en 2007 il allait lui aussi siphonner l’électorat FN en conduisant une stratégie très à droite pour faire avaler l’échec prévisible du PS (il table sur le fait qu’à la gauche du PS, une alternative crédible n’apparaîtra pas).

Il serait inconséquent de croire que cette évolution est simplement une affaire de querelles. Si, dans l’opinion, il n’y avait pas une évolution à droite, nous n’en serions pas là. Une évolution à droite ne signifie pas que l’opinion devient plus à droite mais que faute d’une alternative consistante à gauche, l’électorat vote par défaut. La victoire de Hollande a plus été un refus de Sarkozy qu’un soutien au PS. Aussi, quand la première grande bataille avec la droite porte sur le mariage entre personnes du même sexe, le PS s’enfonce et Hollande bafouille. Une première grande bataille contre les puissances économiques aurait donné une autre couleur au quinquennat et je n’oppose pas les stratégies entre elles, je ne dis pas de renvoyer à plus tard les questions de société qui dans mon esprit ne sont pas secondaires, je tire seulement les leçons de l’échec cuisant du PS espagnol qui décida de suivre la même voie (les questions de société pour masquer ou éviter les questions économiques).

Etudier les nuances c’est comprendre qu’aucune force politique n’existe pour elle-même mais que la totalité, c’est l’ensemble de cette vie politique y compris les abstentionnistes. En 1981 quand le FN ne fait pas 1% ça ne signifie pas que son électorat n’existe pas mais qu'il s’abstient massivement car il ne croit pas à la voie électorale. L’élection européenne de 1984 a seulement changé la donne. Et les effets sont en cascades. Quand l’URSS s’effondre là aussi les effets sont en cascade. La social-démocratie pense récupérer les vestiges du communisme alors que sa propre crise est antérieure ! Aujourd’hui en Hongrie les mécontents se tournent vers l’extrême-droite alors qu’en Tchéquie ils se tournent vers le communisme.

A l’UMP de 2012, la tendance « droite forte » arrivée en tête, propose de supprimer le droit de grève des enseignants, une idée du vieux Le Pen que sa fille a abandonné. Une solution à la crise ? Non, une façon de se donner des boucs émissaires.

La méthode JFC tourne une page de l’histoire de la droite ; le cas FN ne pourra plus être traité de la même manière. Marine le Pen pense que le « spectacle » donné par la droite va lui apporter des soutiens. C’est oublier que pour les prochaines municipales le FN sera très peu présent sur l’ensemble du pays par manque de moyens, alors que l’UMP va tenter de regagner du terrain (l’enthousiasme suscité par la politique de Hollande aidant), JFC se présentera alors comme le sauveur de la droite et les dissidences comme hier, celle du parti de Pasqua tomberont dans l’oubli. Fillon a tout perdu ; je ne pleure ni ne chante, je pense seulement que la nouvelle crise politique impose à toute la gauche une révolution globale de sa stratégie. En 2017 Mélenchon se voit devant le PS ce qui ne peut pas être en soi, une perspective. J-P Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 18:22

Il serait étrange que l’énorme crise économique espagnole ne se traduise pas aussi par une crie politique. Pays basque, Galice et maintenant Catalogne donnent de cette crise un visage complexe que les médias travestissent à souhait. Alors que la Catalogne s’était montrée nettement moins indépendantiste que le Pays basque voilà qu’après une puissante manifestation le 11 septembre, le mot « indépendance » est venu occuper les premières pages des journaux. Avec les élections anticipées d’hier, nous vérifions que ce mot est un piège[1] qui met dans le même sac des courants opposés.

 L’échec des indépendantistes centristes

La leçon majeure de cette élection est simple : le parti largement majoritaire et globalement centriste (CiU) a pris une baffe mémorable. En passant de 62 sièges à 50 il s’éloigne fortement de la majorité de 69 sièges, nécessaire pour gouverner.

Il ne peut pas gouverner avec la droite du PP qui gagne 1 siège (de 18 à 19) ni avec les socialistes qui en perdent huit de (28 à 20). Alors quelle alliance ?

 La victoire des indépendantistes de gauche

La Gauche républicaine (ERC) passe de 10 à 21 sièges et récupère ainsi les effets du discours indépendantistes de CiU ! Comme en Galice et ailleurs nous découvrons que finalement le problème majeur est au sein de la gauche ! Le journal La Vanguardia regroupe dans le camp des souverainistes CiU, et trois partis qui se réclament de gauche : ERC, CUP et ICV. Ces trois partis de gauche progressent tous mais une progression en ordre dispersée. Avec un autre petit parti, le PS et le PP, les deux grands partis du pays sont seuls à refuser le souverainisme.

 Les deux autres indépendantistes de gauche

ICV (Initiative Catalane et Verts), c’est la version catalane d’Izquierda Unida (IU) où l’union est réalisée avec les Verts. Ce courant passe de 10 à 13 députés ce qui aggrave la crise au sein du mouvement national (IU). Il semble en effet que ce courant de gauche ne gagne que s’il s’inscrit dans une stratégie régionaliste risquant de faire d’IU une coalition de partis régionalistes. D’autant que sur sa gauche vient de naître le CUP qui entre pour la première fois au parlement et qui se définit comme Comité d’Unité Populaire.

 Donc que peut faire le PS ?

Normalement, le parti d’opposition devrait récupérer le mécontentement que suscite le gouvernement de droite. Peut-être parce que la gestion du PS est encore dans les mémoires, ce parti continue de perdre partout (en Catalogne il passe de 28 à 20 députés et passe en troisième position alors qu’il lui arriva de gouverner la région !) et apparaît de moins en moins comme une alternative crédible, sauf que l’autre gauche dont nous venons de voir la division n’est pas en mesure de le remplacer.

 Le mot indépendance… un brouillard bien pratique ?

Quand les journalistes français manipulent le mot « indépendance » on a donc la sensation que loin d’éclairer l’opinion ils cherchent à l’embrouiller. Une embrouille cependant qui arrive beaucoup de monde ! Il masque en effet la crise sociale. Qui peut croire que la source de la crise en Catalogne se trouve à Madrid ? ICV considère que la gauche doit se rassembler pour une initiative sociale mais comment mettre ensemble ERC et le PS ? Surtout si ERC accepte de gouverner avec CiU !

En fait, alors que beaucoup pensaient que le bipartisme était définitif en Espagne, le paysage politique part en miettes, la droite semblent seule capable de tirer son épingle du jeu et les forces économiques qui la soutiennent aussi.

 La gauche osera-t-elle dissiper le brouillard ?

Impossible pour deux raisons : l’explication de la crise par la politique de Madrid a gagné beaucoup de terrain dans l’opinion et il est plus facile d’aller dans le sens du vent ; le mouvement ERC qui se réclamant de la république, fait rare en Espagne, se trouve cependant conforté depuis longtemps dans sa stratégie à la fois à gauche et indépendantiste.

 

En ce 25 novembre, si la démocratie a fait un pas en avant en Catalogne, avec une très forte participation électorale, elle a aussi fait un grand pas en arrière puisque les questions sociales sont passées au second plan quand le chômage y est de 22%. Je sais, on me répondra que non, puisque la gauche marque des points et que l’indépendance… c’est pour sortir de la crise. Je serais curieux de trouver quelqu’un capable de m’en convaincre. JP Damaggio

L’Europe ajoute à ce piège en disant à présent qu’elle ne peut accepter La Catalogne comme nouvel Etat, après avoir accepté la Slovaquie et tant d’autres petits Etats mais aujourd’hui il ne faudrait pas donner des idées aux Ecossais ou aux Flamands.

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 17:24

Docteur  Jacques  Lacaze

Médecin retraité

N° C.O. 62-2763

Identifiant RPPS : 10002267226

Téléphone : 06 83 23 36 57

Courriel : jacques.lacaze@gmail.com

Adresse postale : 24 rue des Acacias

F.62750 LOOS EN GOHELLE

 

Madame Marisol Touraine, Ministre de la santé.

  

Loos-en –Gohelle le 25 novembre 2012.

 

Madame la Ministre,


     Un groupe de personnes pour lesquelles le diagnostic de myofasciite à macrophages a été posé, entame  dès lundi une grève de la faim mettant ainsi leur vie en danger. Elles sont convaincues de la nocivité de l'aluminium vaccinal. Elles sont – comme moi – surprises que les travaux universitaires entrepris à l’Hôpital Henri Mondor par l’équipe du Pr. Romain Gherardi connaissent des difficultés tout à fait anormales et risquent d’être interrompues. La réalité de l’état dans lequel ces personnes se trouvent est indiscutable. La responsabilité de l’aluminium est plus que très probable. L’urgence de poursuivre les recherches et dans l’attente des résultats, la mise en place d’un moratoire concernant l’utilisation des vaccins contenant de l’aluminium en particulier, est nécessaire.

J’avais à l’époque (1986) au moment où le Professeur Douste-Blazy, qui était Ministre de la Santé, mettait en place une campagne de vaccination contre l’hépatite virale B sur la base – c’est démontré depuis – de mensonges, initié une campagne de signatures de médecins exigeant un moratoire de ces campagnes. Plus de 1500 médecins et universitaires avaient signé l’appel. Le successeur de Monsieur Douste-Blazy, Monsieur Bernard Kouchner avait arrêté cette campagne pour que des études, sur les éventuelles conséquences du vaccin, sur la réalité de l’incidence de l’hépatite B en France et sur les effets secondaires des vaccins soient mises en place. 

  Sang contaminé, hormones de croissance par le virus de l’hépatite C et du SIDA, amiante, Vioxx, Distilbène, Médiator, diffusion incontrôlée des OGM, dangerosité du virus H1N1 surestimée, etc…  la liste est déjà longue des scandales de santé publique.

Je rappelle à ce sujet en particulier dans les suites de l’affaire du sang contaminé, que le haut fonctionnaire qu’est Monsieur Didier Tabuteau a publié un petit livre, qu’il faudrait offrir à tous les décideurs de la santé publique et du soin quelles que soient leur activité : « La sécurité sanitaire ». Dans la préface à cet ouvrage, le Professeur Félix Reyes, qui était Doyen de la faculté de médecine de  Créteil écrivait : « La leçon du SIDA transfusionnel est là : que soient définis clairement les niveaux de responsabilité, proscrit le mélange des genres, dissociées  les fonctions d’expert, de décideur et de gestionnaire.L’efficacité d’une thérapeutique est une chose, les considérations tarifaires une autre ». Avec des médecins amis, nous avions désigné cette réalité : la politique des 3 casquettes. Il y a donc bientôt 20 ans, la nocivité pour la santé publique de cette politique était la leçon tirée du scandale du sang contaminé. Y a-t-il eu des changements depuis ? Aucun, strictement aucun, sauf quelques petits ripolinages par-ci par-là.  Le problème reste entier et repose désormais sur vos épaules.

Je tiens particulièrement à souligner combien le statut des vaccins dans notre pays est anormal voire scandaleux. Ils sont considérés comme des médicaments sans être soumis à la règle commune de tous les médicaments. Je n’ignore pas à ce sujet que le rôle de l’industrie pharmaceutique uniquement centré sur la recherche du profit maximum et à tout prix – voir les scandales du médiator et autres – est en matière de santé publique un problème crucial. Et ce problème c’est le contrôle strict de cette industrie par les pouvoirs publics et les usagers. Quand verrons-nous un gouvernement et un ministre de la santé prendre ce problème à bras le corps, sans se poser en préalable la question de l’économie et des exportations ? Quand cessera réellement la politique des 3 casquettes ?

Je rappelle par ailleurs que Monsieur François Hollande, actuel Président de la République, avait pendant sa campagne électorale, tenu des propos clairs sur le sujet précis des myofasciites à macrophages et plus globalement sur les principes actifs des médicaments et des vaccins. Dans ses propos il avait en particulier "ciblé" certaines molécules et, parmi elles, les hydroxydes d’aluminium. Ces propos l’engagent et vous engagent Madame la Ministre.

Je ne doute pas, Madame la Ministre, que vous ferez vôtre le principe de précaution et que vous vous empresserez de prendre ces mesures indispensables à la sécurité sanitaire de la population. Par la même occasion vous permettrez aux grévistes de la faim de ne pas poursuivre leur mouvement. Vous comprenez que cela nécessite des décisions urgentes.

J’ai participé en 1986 à un groupe de travail mis en place par Madame Georgina Dufoix à la demande expresse du Président de la République, Monsieur François Mitterrand, sur l’évaluation des médecines différentes. Ce groupe de travail était paritaire. Une large consultation publique avait pu être mise en place. Le rapport a été publié par la Documentation Française mais malheureusement aussitôt enterré et ce rapport n’est plus disponible.

En 1983, le Ministre de la santé, Monsieur Jack Ralite a organisé une large consultation sur le cancer. Les rapports se sont aussi perdus.

Ces deux séries d’évènements montrent que sous les gouvernements de vos amis politiques il avait été tenté de faire bouger les lignes en impliquant les usagers.  Je pense qu’il serait de votre responsabilité de courageusement organiser une vaste consultation publique sur ce problème de l’aluminium dans les vaccins et plus généralement sur la politique vaccinale.

 En espérant que mon courriel retiendra votre attention, je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de ma respectueuse considération. 

 Docteur Jacques Lacaze

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche