Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 22:06

Je découvre cet article qui est la reprise d'un article qui a suivi la mort de l'écrivain. Très important pour comprendre à la fois la vie de Manolo et le fait qu'il soit poussé vers l'oubli. Jean-Paul Damaggio

  

Cuando Manolo (Vázquez Montalbán) era Felipe (*)

por J.A. González Casanova, Martes, 17 de Septiembre de 2013

 Par intelligence, Vázquez Montalbán était lucide et sceptique ; par sentiment, généreux, prolifique et combatif. Sa secrète anxiété dépressive est née de l'effort d'unir ce que Gramsci appelle le pessimisme de la raison et l'optimisme de la volonté. En ces tristes jours on a rappelé sa fidélité obstinée aux idéaux politiques de sa jeunesse. Etre fidèle à quelque chose c'est assumer sa mémoire, ce qui est l'identité, avec pour son corps le sentiment. Manolo donc, à penser cordialement et sentir avec l'intellect, a créé une œuvre littéraire autobiographique qui était sa vie (plurielle et solidaire), une chronique inséparable de la mémoire historique collective de ses habitants et de leur temps. Parce que, pour lui, le mot était sa façon de perpétuer les sentiments et de combattre l'obscénité réactionnaire de la mort.

 L'origine de son militantisme révolutionnaire anti-capitaliste et contre le régime de Franco, il l'a vécu directement un jour de 1959 quand, avec le docteur Joan Massana, nous avons proposé à quatre étudiants de lettres, et entre autres à Manolo, qui appartenaient à la NEU (Nouvelle-Gauche Universitaire), groupe lié à Felipe, humoristiquement appelé le Front de libération du peuple (FLP), composée de jeunes marxistes et chrétiens, unis dans un rêve activiste de révolution socialiste démocratique et fédéraliste. Manolo est resté avec nous près de trois ans jusqu'à ce que la raison de «l'efficacité» le conduise au PCE-PSUC, mais de ce temps-là, quand, selon lui, "j'ai eu le sentiment que le monde avait tort", il a conservé indélébile dans sa mémoire, le sentiment pur et le sens de sa vie future, et il en témoigne dans ses jugements postérieurs sur le Felipe : "C'était un mouvement moral, politique et esthétique» et «une synthèse radicale du marxisme et du libéralisme existentiel"; " un échantillon de volontarisme révolutionnaire avec lucidité critique" ; "ce n'était pas un parti, mais un musée de l'homme complet ":" Si on nous avait laissé faire nous aurions réalisé une révolution qui aurait enchanté le monde". Dans un article publié dans El Pais, Tels que nous étions, le protagoniste est un vieux felipe juste après la transition démocratique, gouverneur civil socialiste, comme d'autres travaillent dans le bureau ou dans diverses entreprises olympiques. Nostalgie de la révolution frustrée de «l'organisation réconfortante» qui était telle qui même Carvalho fut «un temps membre du FLP". Mais la raison s'impose au cœur, et on accepte avec ironie de gouverner dans le cadre du système sans trahir la cause révolutionnaire en continuant obstinément de lutter de l'intérieur, avec un marxisme, qui ne soit pas une habitude mentale, mais «la lutte dialectique permanente contre la cruauté et l'horreur " ; comme un guérillero, il n'aura pas de répit. C'est ainsi que les historiens décrivent les exploits de Juan Martin, le guérillero de la guerre d'indépendance espagnole. C'est l'entêtement et l'agilité du franc-tireur qui a toujours été notre héros contemporain, et qui a fait le pseudonyme si célèbre : Manolo V l'Empecinado.

 Du premier FLP catalan, Manolo a conservé deux figures humaines, converties en emblèmes respectifs de cette dualité pénible qui l'accompagna jusqu'à la fin : sentiment et raison ; radicalisme et possibilisme révolutionnaire. Je me réfère à Carlos Alfonso Comin et Pasqual Maragall. De Alfonso («l'animal le plus crédible que j'ai connu», a-t-il dit) il a valorisé quelque chose qui a toujours défini le FLP et que Comín a apporté au PSUC : la coexistence entre chrétiens et marxistes, comprise comme «l'essence révolutionnaire d'un projet historique commun pour les deux forces spirituelles qui ont changé le monde ». Le cominismo serait pour Manolo "la variante espagnole d'une synthèse possible des deux culture de l'émancipation." Quand, il y a un an, j'ai inauguré un congrès de théologiens subversifs sur la mondialisation et la lutte des classes, on s'est demandé sèchement pourquoi il était là, un athée comme lui. Sans doute pour honorer la mémoire de ceux qui partageaient sa foi en l'homme et son espoir révolutionnaire et qui a dit: «C'était un homme chanceux qui a réuni l'espérance marxiste et chrétienne». Chanceux parce que Manolo croyait seulement, face à la mort, dans l'éternité de la parole, mais il doutait qu'elle la compense et il pensait que le plus révolutionnaire était d'en finir avec elle.

 Maragall a mis à l'épreuve le Manolo qui se débattait entre un jugement en tant que maire de sa ville bien-aimée, et la critique d'un ancien FOC possibiliste (exemple de raison pragmatique et d'idéologie éclectique),entre la reconnaissance affectueuse de sa loyauté envers le sentiment frontiste (unité populaire de la gauche) et son désir sincère de réaliser dans la vie l'utopie socialiste. Il a consacré un article publié dans le journal Avui le jour de sa mort à Bangkok, en rappelant son appartenance passée au NEU, au FOC et à l' «obstinée reconstruction de la raison démocratique". Rappelant ses désaccords avec la politique urbaine de Maragall, il semblait que Manolo envoyait une promesse de vote sentimental par la poste en indiquant qu'il était "le seul candidat qui peut conduire un véritable projet national alternatif, soutenu par le chœur des forces progressistes catalanes ". En rappelant le sentiment de jeunesse qui l'a conduit, comme Pasqual, à Felipe, il a conclu par ces mots: «Si Maragall devient président ça sera comme si toute une génération avez obtenu une promotion qui, en plein âge de l'innocence, a découvert que le monde n'était pas bien fait. " A la fin de son âge mur, Manuel Vazquez Montalban reprit la formule de Gramsci. Il a souffert du pessimisme de la volonté («Je sens que tout s'aggrave",m'a-t-il déclaré il ya quelques mois), mais il compensait pour l'optimisme de la raison qu'il partageait à travers sa jeune espérance transformatrice de ses premier compagnons en politiques révolutionnaires. Mais son cœur était à la recherche du confort littéraire des Mers du Sud.

 (*) Le prochain mois d'Octobre c'est le dixième anniversaire de la mort de Manolo Vázquez Montalbán. L'anniversaire est devenu une bonne excuse pour diverses conférences universitaires et pour une organisation plus modeste par la Fundació Andreu Nin (19-26-09-2013, dans la bibliothèque Andreu Nin dans le quartier gothique de Barcelone), avec la participation de Arnal Ballester, l'ami de Manolo qui connaît son travail, de Pepe Gutiérrez Alvarez, qui évoquera sa carrière en tant que militant communiste, et de Mike Eaude, auteur d'un essai sur Vázquez Montalbán et Barcelone, qui présentera Pepe Carvalho. Il est bon de noter que Manolo a été un partenaire de la FAN et a offert de travailler avec chaque fois qu'on le lui a demandé. Il est également l'auteur d'un roman de tendance POUM Le pianiste qui est un texte important : L'ombre de Andreu Nin y est présente. Parmi beaucoup d'autres choses comme poète ou animateur de quelques unes des meilleurs magazines satiriques de la fin du franquisme, Vazquez Montalban était le plus connu et le plus persistant des intellectuels qui ont combattu dans le PCE-PSUC. Son «travail communiste» comprend romans (Assassineat au Comité Central), oeuvres de toutes sortes (Manifeste de la planète des singes), articles et de témoignages. Avec un pied à l'intérieur et un à l'extérieur, Manolo était en même temps un fidèle et un dissident communiste. Mais Manolo était également Felipe, plus précisément le FOC, Front Obrer de Catalunya, chapitre pour lequel le juge Gonzalez Casanova a consacré cet article publié le 22-10-03, peu de temps après sa mort.

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans vazquez montalban
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 21:04

Le dernier sondage sérieux donne 31% pour Michelle Bachelet, 21% pour Evelyn Matthei la candidate de la droite. La surprise vient d'un candidat indépendant et sans parti, l'économiste social-libéral Franco Parisi qui arrive à 15% alors que la surprise des élections précédentes, Marco Enríquez-Ominami, arrive seulement à 9%, talonné par le candidat d'extrême-gauche Marcel Claude arrivant à 7%. Rappelons que Michelle Bachelet a le soutien de la démocratie chrétienne, du PS et du parti communiste.

Tout indique en conséquence qu'il faudra un second tour.

 Parmi les thèmes, que dit-on de la question des drogues qui secoue les Amériques ?

Le Chili, sur ce point comme sur le droit à l'IVG, est fortement répressif. Il considère que fumer de la marihuana c'est consommer une drogue dure et ça entraîne les peines les plus sévères.

C'est sous le gouvernement Bachelet que la législation a été durcie et elle considère à présent que c'est une erreur même si elle ne propose rien de particulier. La candidate de droite reste très répressive. Seul MEO fait des propositions concrètes pour régulariser la consommation des drogues.

Pour mesurer le problème il faut savoir que sur les 219.000 prisonniers dans les prisons fédérales des USA, presque 50% y sont pour des raisons de drogue ! Le Chilien José Miguel Insulza toujours président de l'OEA vient de publier un rapport sur le sujet mais rien ne bouge.

Personnellement si légaliser les drogues c'est dans l'espoir de limiter le pouvoir des mafias je suis contre cette illusion.

Si par contre, sans illusions, pour des raisons de santé et de fausse répression, se mettent en place des processus de légalisation des drogues conjointement à des lois contre l'argent sale alors c'est une bonne chose.

 

Mais le Chili est loin de se lancer dans un tel projet. J-P Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Chili
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 20:18

couv-1790-blog-copie-1.jpg

MONTAUBAN :

Rencontre-débat : Maison du Peuple

Lundi 14 octobre 18 h -20 h

Révolution/ Contre-révolution : Le 10 mai 1790 à Montauban

Animation : Jean-Paul Damaggio

 Février 1790 : premières municipales favorables aux royalistes.

10 mai 1790 : Les royalistes s’emparent de la garde nationale.

Une émeute fait six morts et des dizaines de prisonniers.

Des centaines de montalbanais fuient la ville.

15 mai 1790 : La garde nationale de Bordeaux entre en action.

30 juillet 1790 : La municipalité est destituée

et l’ancienne garde nationale retrouve son pouvoir.

Ce tournant de l’histoire de Montauban va jouer un grand rôle dans l’histoire de la révolution et de la ville.

Jeanbon Saint-André se lance dans la bagarre politique.

Par la suite, à chaque tournant de l’histoire, Montauban

va revivre, sous une forme ou sous une autre cet affrontement. En 1815, 1830, 1848, 1850, 1882, 1934.

Cette rencontre et le livre en appui, se veulent une contribution aux travaux autour du bicentenaire

de la mort de Jeanbon Saint-André

      Réunion organisée par les Editions La Brochure

Articles du blog : Mary Lafon et le 10 mai ; Taine et le 10 mai

Pourquoi se plonger dans le 10 mai ?

 

Le 10 mai présenté en 1989

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 20:13

Voici en quatre épisodes le portrait de deux sans-culottes de Montauban. JPD

D'abord le bois et il devient chaise. D'abord un homme et il devient sans-culotte. Le bois y est-il pour quelque chose ? ou la chaise peut-être ?

En fait, mon attention est surtout attirée par le cuir. Rue de la trésorerie, au bout de l'actuelle rue de la comédie, à Montauban, vivait un cordonnier pour femmes. Vivait aussi un pasteur protestant qui avait beaucoup navigué et qui s'appelait Jeanbon Saint-André. En entrant chez le cordonnier on pouvait constater que la discussion y était vive. Boutique-forum faite autant du travail des hommes que de leur parole ! Ecrira-t-on un jour l'histoire de ce corps de métier qui, du cuir à la contestation politique ne fit qu'un pas ? (si c'est déjà fait me faire parvenir sans tarder les références). Dans ce chapitre le membre de ce corps s'appellera Dominique Dély.

L'homme de l'échoppe était l'homme de sa ville (la cité devenue aujourd'hui "la vieille ville"). En route vers le comité de salut public de la cité, il voulut me la faire visiter en commençant, bien sûr, par la Grande Rue, qui deviendra rue Saint Louis, puis rue de la Résistance (toute une histoire à travers ces changements de noms). Nous passâmes en conséquence devant l'atelier de Bonhomme aîné, puis devant celui de François Soulié, cordonnier lui aussi, sans oublier celui de Blaise Rémusat. En arrivant au bout, c'est à dire Place d'Armes (Place de la Cathédrale) nous laissâmes sur la gauche l'armurier Etienne Gallian, pour, après un Salut et Fraternité au fabricant de bas Antoine Vignes, descendre vers le Tarn. Là, on croisa la rue des Carmes, célèbre par son cordonnier Broustet ; Dély devant retrouver la salle du comité pour sa réunion journalière (à l’actuel Musée d’histoire naturelle) me laissa seul rejoindre la Place qui ne pouvait plus être Royale et qui n'était pas encore Nationale. Comme je le ferais en 1985 je suis resté là à admirer cette place. Il y a 4 façons d'en parler puisqu'il y a 4 entrées et surtout 4 couverts.

Même après cette brève visite je pouvais déjà avoir une idée du Montauban sans-culotte puisque 50% des membres du comité demeuraient dans ce petit périmètre. Je n'en ai mentionné que 7 mais si Dély avait été avec moi sur cette extraordinaire Place Nationale il m'aurait montré Gautier qui, venant de la rue Fourchue, passait lui aussi par là pour aller à la fameuse réunion du comité. Il manifestait de la gêne à la vue des volailles, des porcs et autres animaux qui embarrassaient la circulation. Quand il en aura le pouvoir il ne tentera pas de prendre des mesures hygiéniques.

Et sur cette place n'y trouvait-on pas Salvetat, et aussi des modérés comme Bosquet...

Ce dernier écrivait "les faux-bourgs" pour les trois autres parties de la ville : Villenouvelle qui fournissait un autre cordonnier au comité, Villebourbon (un temps Faubourg Marat mais plus fréquemment Rive Civique) occupé en majeure partie par une bourgeoisie industrielle et le Moustier animé plutôt par une bourgeoisie propriétaire.

Pour terminer ce tour de ville élargi il faudrait évoquer Sapiac qui avait aussi un représentant au comité l'arquebusier Daumont. Quant à l'étendue considérable de la campagne environnante, due à la superficie étonnante de la commune de Montauban elle n'avait personne de notoirement sans-culotte. Même si plus de 200 cultivateurs étaient membres de la société populaire ils ne pouvaient peser lourd face aux deux forces qui en 1793 dominaient la cité : les bourgeois et les artisans.

Cette visite touristique peut se compléter par quelques chiffres que je vais vous donner .Le Montauban de cette fin du 18éme siècle était avant tout un Montauban industriel. Le textile dominait et l'entreprise Vialettes d'Aignan avec 1500 employés dont 400 fileuses qui habitaient la banlieue (le type dominant de l'ouvrier industriel n'était pas celui du salarié d'aujourd'hui mais davantage celui de l'ouvrier-paysan au statut très imprécis et à la misère garantie) en était le pôle central. 600 autres employés étaient concentrés dans seulement 3 autres entreprises non comme un corps de métier clair et précis, mais plutôt comme un courant d'air qui va et vient au rythme des saisons, de l'emploi et des commandes.

En bref, le chiffre moyen qui est avancé le plus souvent est 7000 employés dans le textile dont 1000 dans la fabrication des bas de soie.

Ce monde ouvrier se complétait par des matelots, des minotiers, des employés du bâtiment, soit au total 8000 ouvriers selon Galabert et 12 à 15000 selon Gausseran qui inclut dans son chiffre les domestiques. Pour l'exemple, notons que le champion dans l'emploi des domestiques en avait 25 à lui tout seul quand De Broca devait se contenter de 6 laquais et 5 chambrières.

Phénomène plus connu, celui de l'importance administrative de la ville née de la volonté d'y mater le protestantisme. On créa une sénéchaussée, une cour des aides (seulement 12 en France) et un évêché, et surtout une intendance. Daniel Ligou va bâtir son analyse de la réalité montalbanaise de l'époque sur cette opposition entre cette noblesse orientée vers des fonctions "étatiques" et cette bourgeoisie plus tournée vers des fonctions "économiques", les seules qui lui soient accessibles. En 1793, la noblesse ayant perdu une large part de son pouvoir, la contradiction qui traverse la ville s'est déplacée entre artisans d'un côté et bourgeois de l'autre. Tout oubli de la contradiction précédente, qui marqua les esprits pendant des décennies, serait bien malvenue. Le poids de la cour des Aides par exemple peut se mesurer à la taille de ses archives mais surtout aux traces qu'elle laissa dans les esprits et à l'ampleur de son siège, ce qui, par une subtilité de l'histoire, va faciliter la vie de la société populaire.

Comme il ne suffit pas de donner un total pour saisir un chiffre, j'indiquerai que si, aujourd'hui, on voulait conserver le rapport qui existait à l'époque entre les populations de Montauban et Toulouse et Paris il faudrait 250.000 habitants dans le premier cas et 500.000 dans le deuxième. Pour une ville qui dépasse à présent, tout juste les 50.000 habitants ... Ce détour chiffré peut mieux faire comprendre ce qui s'est passé en 1793. En effet l'importance des évènements est aussi liée à la dimension de la ville.

Bonhomme et Dély comme les autres sans-culottes mesuraient la place stratégique de leur ville et souffraient de la voir réduite au rang de chef-lieu de district dans un département dirigé par Cahors. Nous le savons déjà, ils n'étaient ni du monde de la noblesse ni du monde de la bourgeoisie. Ils n'avaient ni le pouvoir de naissance, ni celui de l'argent, ni celui du nombre. Si les artisans formaient 21 corps de métiers dans la ville, d'une part leur nombre reste bien inférieur aux ouvriers et d'autre part tous les corps de métiers ne rejoignirent pas le camp des sans-culottes. Pas plus au comité qu'à la société ne se distinguèrent les couteliers, les gantiers, les couturiers, les chaussetiers, les bonnetiers.

Mais alors d'où est venu le poids politique que pourtant ils obtinrent ?

Par leur appartenance à un corps de métier, par leur passé de compagnon, par leur instruction, par leur savoir ils n'étaient pas des anonymes dans l'immense cité. Sans être riches, ils avaient tous les jours du pain sur la table et cette garantie n'est pas sans importance quand on veut avoir la force de diriger une ville de 30.000 âmes. Ceux pour qui la Révolution Française présente surtout une continuité avec l'Ancien Régime néglige d'analyser ce phénomène, que même de nos jours, on a peine à comprendre : des artisans prenant en main les affaires d'une cité après des siècles où seule la compétence des nobles, et à la rigueur celle des bourgeois, avait été reconnue.

 

Mais Bonhomme et Dély dirigèrent-ils vraiment la ville ? C'est à cette question que nous allons essayer de répondre en disant d'entrée que d'un côté certains vous parleront de l'extraordinaire puissance du comité (preuve du pouvoir de Bonhomme et Dély) et que de l'autre on vous la montrera dérisoire (preuve de leurs incapacités). Je ne vais pas jongler entre ces deux analyses parfois présentées par les mêmes mais d'abord aller aux sources. JPD

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 20:11

                                   bio-MVM.jpg

La biographie publiée en Espagne par José V. Saval a de nombreux mérites mais à mes yeux, elle pèche par optimisme dans le titre : El tiunfo de un luchador incansable. Le triomphe d’un lutteur infatigable. Triomphe social ? Non. Triomphe politique ? Pas davantage. D’où le titre du dernier livre paru qui rassemble des articles de la dernière période de l’écrivain : les batailles perdues.

De toute façon, même si le jeune journaliste a beaucoup travaillé à Triunfo, sous le franquisme, il n’avait pas le souci de la victoire. Sauf pour le Barça peut-être.

Je suppose qu’il s’agit du triomphe biographique : l’homme du peuple a su, à force de volonté et de talent, accéder au sommet d’une carrière littéraire. Mais ce triomphe là était sans importance pour Vazquez Montalban car il considérait sa vie comme totalement ordinaire et il n’a jamais été pris par l’envie de la faire durer en évitant une série d’excès qui lui sera fatale dès l’âge de 66 ans.

Mais il ne peut s’agir du triomphe d’une vie puisque le reste du titre parle du triomphe du lutteur. Il suffit de se reporter à son Pamphlet de la planète des singes pour vérifier l’échec total des luttes en question qui font qu’en conclusion Manolo ne sait plus qu’une chose : la nature du mal mais par celle du bien capable de le remplacer.

Luttes laïques ? L’échec est énorme en Espagne et dans le monde.

Luttes politiques ? Les communistes catalans à qui il a été fidèle n’ont pas été en mesure de gagner l’opinion.

Luttes écolos ? Dès 1969 Vazquez Montalban est un marxiste écolo à sa façon et depuis En souvenir de Dardé reste un livre d’actualité.

Luttes culturelles ? Manolo a été de tous les combats et il aurait sans doute publié un billet saignant à l’annonce de l’attribution du Prix Nobel de Littérature pour Vargas Llosa.

Luttes pacifistes ? Plus que jamais la guerre est partout et le plus souvent c’est une guerre au peuple plus qu’une guerre entre peuples.

L’Espagne sans Franco devait devenir une Espagne du peuple. Pepe Carvalho s’est rendu à l’évidence. Après Franco les classes dominantes surent se trouver une nouvelle posture.

Tant de luttes perdues ne discréditent pas les luttes en question car les problèmes sont toujours là et qu’il faudra bien travailler à les résoudre.

 

Et l’œuvre de Vazquez Montalban, par sa méthode comme par ses témoignages reste une référence à cultiver. Jean-Paul Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans vazquez montalban
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 20:05

J'ai beaucoup écrit mais rien publié sur le massacre des étudiants qui s'est produit à Mexico afin que, peu après, les Jeux olympiques soient conformes aux pouvoirs de partout. Pour aujourd'hui je reprends ce texte qui vient de paraître sur La Jornada. L'auteur y vante les mérites d'un romancier, journaliste, essayiste, Carlos Monsivais dont le lecteur de ce blog ne s'étonnera pas qu'il ait été si peu traduit en France. Pour Revueltas c'est pareil. JPD

  3 de Octubre de 2013 Adolfo Sánchez Rebolledo

En fouillant dans mes vieux papiers j'ai retrouvé un court texte que j'ai lu dans un groupe de discussion sur la littérature et le mouvement de 1968, peu avant le 30e anniversaire des événements tragiques du 2 Octobre 1968 à Tlatelolco.Encore à cette époque, la vision de ce qui s'était passé, était éclipsé par le silence officiel, le masque préféré pour l'impunité. Mais l'entêtement des témoins, la résistance aux mensonges et la valeur morale et civique de la plupart de la génération 68, comme l'appelle Raul Alvarez Garin, a empêché que l'oubli soit la sépulture des souvenirs des événements tragiques, affirmant ainsi que les leçons de l'histoire de cemouvement de masse sont venues marquer une étape importante de notre société.

Que cela ait été possible, c'est dû, entre autres facteurs, aux livres sur 68 et en particulier, ceux qui fixent la mémoire collective et démêlent pour toujours les épisodes les plus sombres, comme le massacre du 2 octobre qui attribuait aux victimes la responsabilité d'en être les auteurs. 

Je comprends que ce serait long (mais pas inutile) d'établir la riche liste des études, des témoignages et des recensements qui racontent ce qui s'est passé dans cette "année axiale" comme a dit Octavio Paz, pour tenir compte des nombreux interprétations données à l'histoire et des conclusions tirées par les chercheurs assidus sur le sens profond du mouvement. Revenons aux revues qui ont essayé de garder vivante la dissidence, pour savoir assumer pleinement l'actualité de ce mouvement dans son déploiement (et pas seulement son résultat brutal), une actualité comme une source de déclenchement des changements démocratiquesau Mexique, avec toutes ses nuances et ses aiguillage. Nul doute que le 68 marque encore notre présent dans la mesure où le cycle démocratique, en dépit de la lenteur desprogrès dans certains domaines - étendre les libertés civiles et d'autres droits - n'a pas fini de créer une nouvelle relation entre la société et de l'Etat, régie par les principes de l'équité et de la justice, et en mesure d'inverser l'inégalité dévastatrice qui nous fait survivre en tant que pays.

En 1998, c'est à dire avant-hier, la vérité de68 avait encore de redoutables ennemis prêts à empêcher qu'elle soitrendue public. Afin de protéger les représentants responsables ils ont fermé les fichiers ou manipulé les processus. Mais rien ne pouvait arrêter l'œuvre de révoltés modernes qui ont enregistré dans le sang et le feu, les raisons des victimes. Toutefois, dans le texte que j'ai cité, j'ai raté l'émergence du "grand roman de 68". Et il dit : Revueltas nous a laissé quelques textes magistraux écrits pendant le mouvement, puis en prison, son vieil enfer familier, mais il n'a pas pu ou n'a pas eu le temps d'écrire le roman de 68. Beaucoup d'écrivains scrutaient les fenêtres de 68 pour faire des événements, le moment de la fiction, mais la réalité, assumée par la mémoire collective, comme par la mémoire orale, qui à force de répéter a surmonté l'oubli, est encore plus forte, beaucoup plus forte et plus puissante que notre mémoire littéraire. C'est drôle, mais le monde du pouvoir (où les décisions étaient prises) n'occupe guère de place dans le récit. Les personnages officiels sur le terrain sont tous des grotesques, des figures grotesques, mais infiniment grises, minuscules. En eux, est la réalité de la caricature abusive. Leur présence dans les événements qui ont conduit à la tragédie manque de densité, est insaisissable, juste bureaucratique. La mémoire leur est passée dessuset les a effacés et en ce lieuseulement s'entend l'hymne à la dignité qui n'a pas été arrêté à Tlatelolco. Peut-on imaginer les députés qui ont essayé de noyer Barros Sierra jeté comme des personnages dans un drame modérément crédible? Il faudrait beaucoup de talent pour leur donner vie sans les effacer complètement.

 Aussi, la grande littérature du 68 est apparueailleurs, dans la poésie, la poésie et la chronique. Elena Poniatowska a conçu la grande fresque du 2 Octobre, qui donne une voix aux participants par leur nom qui refroidissent l'histoire jusqu'à aujourd'hui. Luis González de Alba nous a dit 68 de l'intérieur (littéralement de la prison Lecumberri), la saga des étudiants. Et surtout, les grands récits de Carlos Monsivais recueillies dans le livre Días de guardar nous offre "avec la force originelle du mot, l'histoire fondatrice». Pour parler sérieusement de quelque chose comme l'esprit de 68, il faut le rechercher dans ces histoires, écrites et publiéespendant les événements.

Monsivaisfixe définitivement les grandes lignes de ce nouveau monde né sous le signe de la contestation étudiante. Puisant dans ses racines, dans l'environnement et, simultanément, dans la mystique pétrifié de l'Etat révolutionnaire, dans l'idéologie et les valeurs, en un mot, dans la culture nationale, il donne les références obligatoires. Dans ces textes apparaissent pour la première fois, les signes de la nouvelle modernité mexicaine, et y sont présentés les protagonistes d'une époque primitive annonçant la fin des tabous, des normes, et des anciennes résistancesautoritaires.

La manifestation du corps est le grand aperçu du mouvement étudiant. «La démonstration serait démocratique. Tel était le caractère du mouvement étudiant et tout était en conformité avec ce plan ". Monsiváis décrit, recrée, mais surtout introduit le lecteur dans un monde qui ne peut être compris à la lumière des autres histoires auxquelles il contribue. La relation dialectique entre les faits et le passé immédiat nous offre, à la fin, un cadre qui peut se regarder sous divers angles, sans concessions simplificatrices ni ajustements auto-complaisants. Là nousreconnaissons la gauche enlevant le masque de la solennité, à la droite, aux chefs de brigade et d'étudiants, au recteur, au cinéma et à la télévision, "les médias" devenant les manipulateurs suprêmes, réduits à la taille de la presse vénielle mais surtout les modernes Monsivais Casasola décrivent les nouvelles images : l'assemblée, le provocateur, le cricket, le jeune, la brigade, le libéral cohérent, le martyr. 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Mexique
commenter cet article
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 13:01

                        logo cfm 

CFM une radio qu'on écoute plus qu'une radio qu'on entend.

Même si pour se faire entendre il faut se plier aux normes.

Les normes c'est "naturel" : la pub fait vivre la radio.

La pub aime plus les nombreux qui entendent que les plus rares qui écoutent.

La pub c'est "naturel" : donc il faut trouver un juste équilibre.

CFM une radio que je suis depuis tant d'années.

De Caylus à Caussade. De Caussade à Montauban.

Bref, j'y reprends l'émission sur les gens d'ici avec trois épisodes sur Vazquez Montalban dont on dira qu'il n'est pas d'ici... mais après ce sera Jeanbon Saint-André dont certains voudraient qu'on oublie qu'il est d'ici.

L'écrivain catalan ne peut se couper en tranche et pourtant pour faire trois épisodes j'ai coupé en tranches. Encore la réalité qui impose quelques lois.

Donc commencer par le Vazquez Montalban toujours en librairie celui de Pepe Carvalho.

Puis l'autre celui des essais, des romans et surtout de la poésie.

Et enfin un peu de biographie même si Manuel disait toujours que sa vie n'a aucun intérêt.

Voilà, je reviendrai sur le sujet. J-P Damaggio

 http://cfmradio.fr/radios/cfm-caylus/

manolo.jpg

Voilà la photo que j'ai choisie pour illustrer l'émission :

Manolo devant une bibliothèque, le cigare à la main et une belle photo en tile de fond. La moustache et les inévitables grandes lunettes. Pas de cravate. 

 

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans vazquez montalban
commenter cet article
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 20:21

 L’écrivain Jean Vautrin qui tenait chronique (Carnets polaroïd) dans l’hebdo communiste Révolutiondécida de réagir à la victoire de la droite et de l’extrême-droite à Dreux (30 septembre 1983). Trente ans après, ce texte me semble avoir quelque intérêt. Pas seulement à cause du style du personnage. Pas seulement parce que je serais d’accord avec lui (dès 1983 il y a des éléments que je n’ai pas partagé et que je ne partage pas). Mais l’impertinent, après cet article sera rayé du journal ! Il faut dire que l’article précédent évoquait l’avion sud-coréen civil que les militaires soviétiques ont alors abattu avec 269 innocents morts à la clef. Un anniversaire qui n’a pas lieu d’être, l’Union soviétique a disparu. Le 18 juillet 1984, dans le même hebdo une lettre d’un lecteur évoque les « courages » du journal pour mieux regretter cette disparition de l’impertinent Vautrin. Elle était signée J-P Damaggio. Je rappelle simplement qu’à Dreux le FN va débuter une carrière politique qui depuis ne s’est jamais démentie. JPD

 

LE PAS DE DREUX

Je réclame pas des médailles. Mais dans le genre Gillot-Pétré de l'anticyclone politique, la prévision à moyen terme m'a hélas assez bien réussi avec Dreux. Dire dès le 15 juillet que «les coquins étaient là, fins prêts à prendre le relais, fidèles aux « vraies valeurs » et « à la cohésion du monde occidental », c'était même quasiment pythonisse. Pas que je sois fier. J'aurais préféré me gourer. Surtout si, comme j'ai lu on estime que c'était une fracasse évitable.

Soi-disant qu'il aurait fallu mobiliser avant la deuxième manche. Prévoir. Prendre en main à l'avance. Occuper le terrain avec des contre-feux. Eh oui, pardi ! Pas s'endormir sur le chemin de ronde sous prétexte que c'était l'été ! Et pas tellement faire donner les pleureuses, genre intellos de la dernière chance, signe du déjà trop tard.

Comment expliquer ? Quand j'ai vu arriver les bons sentiments lyriques, j'ai eu tout de suite la certitude que c'était paumé irrémédiable.

Cette vacherie-là, le fascisme, ça monte comme de l'eau. Sournois. Ça ne se voit pas venir. Et ça ne se combat pas avec des prestations d'acteurs bien intentionnés.

LES LOUPS...

En tout cas, gaffe, je dis ! Le pas de Dreux dansé par le Front national, les yeux dans les yeux du RPR, ouvre le bal d'un peu de dirigisme à l'ancienne. C'est comme ça au début. Un frémissement. Un rien tantinet caricatural qui fait sourire comme un vieux costume. Et puis la malle en est pleine. Pleine de vieux costumes. On se regarde. On ne peut pas arriver à y croire. Et d'un coup les loups sont dans la ville.

ET LES MOUTONS JUSTEMENT

Pour cause de passé qui ne se dément pas, je me méfie aussi de tous les suiveurs. Moutons d'un électorat indécis, frange d'incertains — tous bêleurs de principes — petites gens, commerçants retraités — juste centre — comment les appeler ? Le marais ? Les disponibles ? Les convertibles ? Les réversibles ? Les imbéciles ? Les opportunistes ? Les petits spéculateurs ? Les honnêtes ? Les crédules ? C'est ça, les naïfs. Peut-être les médiocres. Des gens qui vont où le vent les porte. Désinformés mérinos. Manches inévitables de la cognée du moment. Pétainistes d'occase. Effrayés de toute entreprise novatrice. Apeurés chroniques du moindre voyage où il faut donner de soi. Trois ou quatre pour cent de crypto-ganaches souvent solennelles qui font chorus dans les circonstances, dans les votes, et nous entraînent chaque fois dans des courants violents dont ils sont — aussitôt emportés — les premiers à avoir la frousse.

A croire que la France est une pirogue. Qu'on monte 50 millions de citoyens sur le foutu bateau et qu'il suffit qu'une poignée de connards penche à droite pour que le tourbillon affleure.

JAMAIS DREUX SANS TROYES

Gaffe, je répète ! Gaffe partout ! La francisque et les faisceaux qui rappliquent ! Fête à Vrain ! Le Front, pignon sur rue ! Jean-Marie sur les radios périphes ! Les Beaufs parmi nous ! Tranquilles tranquilles. Le genre d'air de famille qui commence à Maréchal nous voilà et qui finit par des pogroms. Gaffe, je dis ! Gaffe aux municipales ! Aux échéances !

Déjà, dans les quartiers, les marchands de sécurité. Les chiens. Un peu partout, ça tire sur les colliers étrangleurs. « Les braves gens » qui s'organisent. Commencent à voter national. National-utilitaire. Plus d'étrangers dans les usines. Notre pain restera français. Les mal blanchis à la maison. Rendez nous nos hôpitaux, purgez nos quartiers de la racaille, protégez nos donzelles et travaillons françoze.

Le genre de virus qui galope. Grippe. Gratte. Enerve. Passe dans le sang. Viscéral, mon cher Dupont.

Dans les F3, les fusils font des pompes. Au pied des cages, fait pas bon s'appeler Mohammed. Garou garou ! On va bouffer du bique ! Rester entre nous. Bien mené, faudra présenter au moins trois quartiers d'ancêtres auverpins pour pouvoir circuler après dix heures du soir. Halte à l'invasion du tiers monde ! Securitas, securitas Refrain bien connu. Et méfiance avec les uniformes; Jeunes gens propres. Cravate et cheveux courts. Les yeux brillants d'intrigues. Et plus populaires, manipulés, ceux tout en noir. Repeints aux couleurs du passé. Nostalgiques. Tatoués. Décorés d'insupportables colifichets. Ordre du sang. Commémo de Mackensen. Médaille de la Baltique. Croix de fer et bataclan.

Et des tas de mecs trois pièces-gilet, prêts à entonner la rescousse. Ça dépendra si ça penche. Partition mieux préparée qu'on ne croit. Un vrai danger qui accourt. Les paroles déjà sur toutes les bouches. En avant pour la grande purge. Et pourquoi pas ? Ça s'est déjà vu, après les biques, les juifs et les cocos. Je vois d'ici la chasse La droite gagnant de clocher en cathé. Après l'Eure-et-Loir pourquoi pas la Champagne ? Jamais Dreux sans Troyes ! Encore une ville de gagnée !

Et surtout ne pas se laisser prendre à la technique légaliste qui consiste à dire qu'on respectera la Constitution.

AUTRE CHOSE

Ce qui me paraît plus mauvais encore, c'est qu'ils ont su trouver des voix, des échos, de la sympathie dans les quartiers populaires. C'est pas fameux comme perspective. Alarmant.

Aller tisonner le racisme chez les pauvres, c'est un truc vieux comme Hitler. Oubliez pas que le peintre viennois avait tôt compris le parti qu'on pouvait tirer du chômage. De la colère des pauvres. Du poids des impôts. L'un de ses slogans favoris n'était-il pas : « La maîtrise de la rue est la clé du pouvoir ? »

Social, Hitler. Souvenez-vous. Autostrades. Logements planifiés. Et Volkswagen, la voiture du peuple. En 1933, l'Allemagne affichait six millions de chômeurs. Des hommes désespérés étaient plantés au coin des rues de chaque ville industrielle. Amertume et angoisse. Et, plus grave que tout, les classes moyennes étaient également touchées. Ces personnes, employés, boutiquiers, petits commerçants, avocats et médecins les moins prospères, étaient menacées de perdre non seulement leur gagne-pain, mais aussi leur respectabilité.

Une situation assez comparable à celle qui germe dans la société française actuelle. Perte du pouvoir d'achat. Peur du chaos. De quoi faire lever à merveille une sorte de néo-poujadisme qui larve déjà les consciences. Un air du temps. Une inhalation permanente. Une capillarité qui irrigue de nouvelles couches sociales et les fait lorgner du côté de l'Ordre.

Tous symptômes que la gauche ferait bien de prendre en compte.

Faut-il rappeler que la politique catastrophe de la droite est tactique ? L'alarmisme a toujours été de mise pour mettre en place les pouvoirs forts. A ce titre, la xénophobie générale tombe à pic. Les aventures corses, celles que vit l'armée française au Liban, au Tchad et la recrudescence du terrorisme sur le sol national sont autant d'épines dans les doigts de la majorité. Créatrices de panaris, elles sont des lieux d'infection que l'opposition aime à voir s'envenimer.

 

Décidément, on se croirait à la veille d'une répétition de l'histoire. J'en veux pour preuve ce texte qu'écrivait Gregor Strasser, dans les Nationalsozialische Briefe, deux ans avant la prise du pouvoir par Hitler, et qui pourrait fort bien servir d'ordre du jour à notre extrême droite : « Tout ce qui peut nuire au système existant est assuré de notre appui... Nous poursuivons une politique de catastrophe — car seule une catastrophe, à savoir l'effondrement du système libéral, ouvrira la route à l'ordre nouveau... Tout ce qui peut précipiter la catastrophe du système établi — chaque grève, chaque crise gouvernementale, chaque coup porté à l'autorités de l'Etat, chaque blessure infligée au Système —, tout cela est bon, tout cela est très bon, pour nous et notre révolution allemande. »

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans front national
commenter cet article
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 11:20

 

                                    couv-1790-blog.jpg

 

Révolution/ Contre-révolution

Le cas du 10 Mai 1790 à Montauban,

Documents, Analyse

 Gamin, j’étais fasciné par une gravure souvent présente sur les livres d’histoire : la contre-révolution du 10 mai 1790 à Montauban.

En résumé : une peuple révolté s’en prend à la garde nationale de la ville et tue plusieurs hommes, puis emprisonne les survivants, au nom de valeurs comme « le catholicisme religion d’Etat » etc.

Je pensais alors que la contre-révolution était portée par les seuls aristocrates et autres groupes dominants… mais le peuple tout de même ! Par la suite, l’exemple de la Vendée a repris à plus grande échelle le cas du 10 mai montalbanais.

Un peuple manipulé ? Un peuple trompé ? Mais pourquoi était-il plus manipulé et plus trompé que le peuple qui, lui, faisait la révolution ? Parce qu’il était acheté ? Parce qu’ailleurs les classes dominantes n’osaient pas se livrer à cette opération ?

Bien sûr, c’est une part de la réalité mais une petite part…

En fait, aucun automatisme sociologique n’impose à personne sa prise de position politique. Aussi, les rapports entre révolution et contre révolution ne peuvent se réduire aux circonstances sociales.

 Bref, pour comprendre, j’ai fini par rassembler de multiples documents de l’époque venant des deux camps afin de faire revivre les fantômes du passé.

Une façon très concrète de saisir l’importance nationale du 10 mai et un moyen pour que chaque lecteur se fasse son idée.

Toute la France avait les yeux braqués sur Montauban : de l’incroyable féministe Melle de Kérilio, aux membres de l’Assemblée nationale, tous donnent leur avis. De Bordeaux à Toulouse, tous les esprits et toutes les forces se mobilisent.

Ces documents prouvent que déjà, l’information joue un rôle central pour l’orientation de l’action.

Ensuite, vous lirez une analyse sur les rapports pour moi inévitables, entre révolution et contre-révolution.

Il serait vain de croire une révolution possible sans réaction d’une contre-révolution. Est-ce à dire que toute révolution est condamnée à la violence, celle imposée par la contre-révolution ?

 P.S. : 180 pages 15 euros sortie le 1 octobre


Sommaire

 Avant-propos et chronologie des événements, page 5

1 - Les événements

Proclamation de la municipalité de Montauban, p. 8

Commentaires des élus de Bordeaux, p. 12

L’exposé sommaire fait par la municipalité, p. 19

Le cri de la vérité, en soutien à la municipalité, p. 35

2 - L’action des catholiques

Les catholiques concernant la religion, p. 50

Anonyme : à propos de l’évêque

3 - Point de vue des victimes

Le point de vue de Baillo qui est à Paris, p. 59

Le point de vue des soldats, p. 66

Adresse aux femmes de Montauban, p. 90

4 - Les suites législatives

Le 19 mai 1790, p. 98

L’Assemblée nationale de juillet 1790, p. 110

Le témoin citoyen de Nîmes, p. 115

La ville de Toulouse le 30 mai, p. 119

Adresse de la municipalité, p. 123

Suites à l’assemblée en octobre aux Jacobins, p. 133

Présentation d’une gravure, p. 134

5 - Analyse des événements p. 135

6 - Des récits d’historiens

Daniel Ligou, p. 151

Mary-Lafon, p. 153

Taine, p. 163

Jaurès, p. 167

7 - Sur les personnages

Les gardes tués, p. 173

L’évêque, p. 174

Le maire, p. 176

Le commandant de la garde nationale, p. 177

Edouard Forestié, p. 178

8 - Hors-texte

Réflexion : révolution/contre-révolution p. 179

9 - Sources

 

Gravure, p. 184

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans nos livres édités
commenter cet article
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 14:21

 

                                 couv garcia

 

A Barbastro, Aragon, un hommage est prévu à Villacampa. Tout sur le site ci-dessous :

http://www.neofato.es/arasanz2013.htm

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans nos livres édités
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche