Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 15:33

Je n'observe que rarement les consultations du blog or venant de le faire j'ai été étonné par le succès de l'article sur les nouveaux cantons. Facile à comprendre : quand on demande sur google les dits cantons mon article arrive tout de suite car il n'y a pas grand chose d'autre. Or cet article critiquant le découpage ne le donnait pas en détail car je pensais qu'il serait facilement accessible sur internet. Erreur. Si La Dépêche a publié une carte, celle que j'ai photographié, elle ne peut pas être copié et de toute façon elle ne donne pas le détail des communes allant dans tel ou tel canton. Je viens donc de tout recopier, chacun pouvant à présent savoir à quelle sauce indigeste il sera mangé.  

Pouvait-t-on faire autrement ? J'attends avec quelque impatience la carte définitive à paraître sous peu, celle des intercommunalités. Elle doit paraître sous peu car elle fixe en même temps le nombre de candidats communautaires pour les prochaines municipales. Il va être évident que les deux cartes pouvaient se recouper mais nous reviendrons sur le sujet.

Une carte qui, je le répète, ne servira que pour les cantonales de 2015.

Voici les communes dans leurs nouveaux cantons. Jean-Paul Damaggio

Autre article du 21 septembre

http://la-brochure.over-blog.com/article-les-nouveaux-cantons-120174241.html

 

1 Canton de Albias : Albias, d’Auty, Cayrac, L’Honor de Cos, Lamothe Capdeville, Mirabel, Molières, Montalzat, Montastruc, Montfermier, Montpezat de Quercy, Piquecos, Réalville, St Vincent, Villemade.  

 2 Canton de Beaumont : Angeville, Auterive, Beaumont de Lomagne, Belbèse, Bourret, Castelferrus, Le Causé, Comberouger, Cordes-Tolosanes, Coutures, Cumont, Escatalens, Escazeaux, Esparsac, Fajolles, Faudoas, garganvillar, Gariès, Gimat, Glatens, Goas, Labourgade, Lafitte, Lamothe-Cumont, Larrazet, Marignac, Maubec, Montaïn, St-Arroumex, St Porquier, Sérignac, Vigueron.

 3 Canton de Castelsarrasin :Barry-d’Islemade, Les Barthes, Castelsarrasin, Labastide du Temple ; Meauzac, La Ville Dieu du Temple.

 4 Canton de Caussade : Bioule, Caussade, Montricoux, Nègrepelisse, St Etienne de Tulmont, Vaïssac.  

 5 Canton de Labastide-St-Pierre :Bruniquel, Corbarieu, Génèbrières, Labastide St Pierre, Léojac, Monclar de Quercy, Nohic, Orgueil, Puygaillard de Quercy, Reyniès, St Nauphary, La Salvetat Belmontet, Varennes, Verlhac-Tescou, Villebrumier.  

 6 Canton de Lafrançaise : Belbèze, Bouloc, Cazes-Mondenard, Durfort Lacapelette, Fauroux, Labarthe, Lacour, Lafrançaise, Lauzerte, Miramont de Quercy, Montbarla, Puycornet, Roquecor, St Amans de Pellagal, St Amans du Pech, St Beauzeil, Ste Juliette, Sauveterre, Touffailles, Tréjouls, Valeilles, Vazerac.  

 7 Canton de Moissac : Lizac, Moissac, Montesquieuv

 8 Montauban 1 : Place nationale, Hôpital, Labastiolle, Comissariat, l’Europe, Le Quart, Bas-Pays, Falguières.  

 9 Montauban 2 : Garrisson, Les 3 Pigeons, Zone industrielle nord, Allende, Fonneuve, Delthil, Terrain d’aviation, Stade Fobio.

 10 Montauban 3 : Consul Dupuy, Vollebourbon, Clémenceau, St Martial, Coulée verte, Le Fau, Les Grouilles, Beausoleil, Selves.

 11 Canton de Montech : Albefeuille Lagarde, Bessens, Bressols, Finhan, Lacourt St Pierre, Monbéqui, Montbartier Montbeton, Montech.  

 12 Canton de St Nicolas : Asques, Auvillar, Balignac, Bardigues, Castelmayran, Castéra Bouzet, Caumont, Donzac, Dunes, Gensac, Gramont, Lachapelle, Lavit, Malause, Mansonvilles, Marsac, Maumusson, Merles, Montgaillard, Le Pin, Poupas, Puygaillard de Lomagne, Saint-Aignan, St Cirice, St Jean du Bouzet, St Loup, St Michel, St Nicolas de la Grave, Sistels.

 13 Canton de Septfonds : Castanet, Caylus, Cayriech, Cazals, Espinas, Féneyrols, Ginals, Labastide de Penne, Lacapelle Livron, Laguépie, Lapenche, Lavaurette, Loze, Monteils, Mouillac, Parisot, Puylagerde, Puylaroque, St Antonin Noble Val, St Ciq, St Georges, St Projet, Septfonds, Varen, Verfeil.  

 14 Canton de Valence d’Agen :Boudou, Bourg de Visa, Brassac, Castelsagrat, Espalais, Gasques, Golfech, Goudourville, Lamagistère, Montjoi, Perville, Pommevic, St Clair, St Nazaire de Valentane, St Paul d’Espis, St Vincent Lespinasse, Valence.  

 15 Canton de Verdun : Aucamville, Beaubuy, Bouillac, Campsas, Canals, Dieupentale, Fabas, Grisolles, Mas Grenier, Pompignan, St Sardos, Savenès, Verdun-Sur-Garonne

 Les chefs-lieux de canton qui disparaissent ;Caylus, Saint-Antonin, Nègrepelisse, Monclar, Villebrumier, Montpezat, Molières, Lauzerte, Montaigu, Bourg de Visa, Lavit, Auvillar. Certains étant minuscules, pas de surprise mais pour d'autres c'est incroyable.

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 15:02

La barre de 3500 habitants est mise à 1000 habitants.

Pour les communes en dessous il y a aussi des modifications.

Pour les communes de moins de 100 habitants il n'y a plus que 7 conseillers municipaux avec 2 adjoints (la liste des adjoints est celle du nombre maximum)

Commune

Membres du conseil

Nombre d'adjoints

Moins de 100

7

2

100

11

3

500

15

4

1500

19

5

2500

23

6

3500

27

8

5000

29

8

10000

33

9

40000

43

12

Dans les communes de moins de 1000 habitants, TOUS les candidats devront remplir un formulaire CERFA, y compris les candidats isolés. Ce n'était pas le cas.

Donc les dates de dépôt des candidatures sont les suivantes :

1er tour entre le 6 février 2014 et le 6 mars à 18 h

2ème tour entre le 24 mars à 9h et le 25 mars à 18 h

Pour des élections qui auront lieu le 23 et le 30 mars.

Si on vote pour un candidat non déclaré ce vote n'est pas pris en compte mais le vote pour les autres, s'il y a lieu oui. Pour le dire autrement, inscrire un non candidat n'annule pas tout le bulletin mais seulement celui du non candidat.

Comme les communes en question n'ont pas fléché les candidats communautaires c'est au moment du vote pour les adjoints et maire que se désignent les conseillers communautaires dans un ordre définitif. Plus question ensuite d'enlever à quelqu'un la désignation.

Jean-Paul Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Municipales
commenter cet article
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 11:44

la-abstencion.jpg

 

Inscrits 13 388 000

Votants 5 428 000

Nous sommes à 60% d'abstention car ici sont étudiés les résultats des législatives.

Il est frappant de constater que le service électoral gouvernemental peut habitué à donner l'abstention oublie totalement cette donnée alors que para ailleurs il est d'une grande clarté et d'une grande rapidité au nom de la treansparence.

 

Cette abstention est un élément de stupéfaction au Chili.

En 2009 il y avait seulement 8 285 000 inscrits (l'inscription n'était pas obligatoire) et bien que le vote soit alors obligatoire seulement 7 264 000 votèrent.

Tous les sondages donnaient 30% d'abstention et ce fut le double !

 Qui s'est abstenu ? A Santiago ville sur 245 000 inscrits 83 000 votèrent !

A Providencia, zone riche du nouveau Santiago : sur 144 000 inscrits 66 000 votèrent.

En fait il semble que le secteur urbain plus décisif soit plus abstentionniste !

Mais je manque de données plus générales.

 

Dans l'article où j'ai pris ces informations il y a des commentaires utiles.

 1 ) Faut-il revenir au vote obligatoire ? La gauche est pour (c'est la droite qui a décidé d'en finir avec ce principe factice), mais c'est masquer une réalité majeure.

2 ) La réalité : les partis politiques présentent des candidats qui ne sont pas représentatifs et obéissent à une logique qui échappe aux citoyens. En conséquence personne n'a souhaité parler de la délinquance ou du narcotrafic même si au Chili cette gangrène des Amériques y est moindre qu'ailleurs.

3 ) Inversement un citoyen pauvre déclare que c'est un devoir de voter et il l'a fait.

4 ) Pour d'autres cette abstention reflète une dégradation du niveau scolaire. Pendant la campagne une étude a révélé que 50% des Chiliens ne comprennent pas le sens de ce qu'ils lisent. Je n'ai jamais vu de livres aussi chers sauf aux USA.

5 ) La politique est une marchandise en vente sur le marché. Normalement si personne n'achète le produit, il disparaît des étalages... sauf que la politique ne peut pas disparaître.

 

 

Un fait qu'il n'est pas inutile de rappeler. Le 30 juin se tenait les primaires (autre lien avec le système USA) et Bachelet avait rassemblée 2 139 472 suffrages. Avec l'élection générale elle n'en rassemble que 870 000 de plus. Autant dire que l'élection se joue dans le cadre étroit de la classe politique.

 

Or tous ceux qui se battent pour l'école gratuite, la renationalisation du cuivre, la reconnaissance constitutionnelle des peuples d'origine, la lutte contre les barrages et la défense de l'eau, contre le narcotrafic, l'assemblée constituante, l'école publique et gratuite, se sont peu retrouvés dans la campagne où ces luttes étaient marginales dans les discours, même si deux candidats peu visibles tentaient de s'en faire les porteurs. C'est ce décalage entre la société qui lutte et la société qui vote qui est inquiétant pour l'avenir.

 

 

Voilà quelques éléments qui mériteraient une étude plus vaste. J-P Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Chili
commenter cet article
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 11:01

debat-chili.jpg

 

Pour l’année 2013-2014, les Editions la Brochure ont décidé de formaliser les débats organisés, en fixant un rendez-vous mensuel le lundi, au milieu du mois. Face à la multiplicité des rencontres et à nos faibles moyens de communication, nous ne cherchons ni les grands discours ni les grandes foules, mais un simple moment d’échanges politico-culturel. Donc hier, c’était l’occasion de débattre de l’élection chilienne. Et sans rendre compte largement de la soirée je m’arrête d’abord sur une question pratique posée en fin de réunion.

Quels rapports entre pouvoir législatif et pouvoir exécutif ? Un réfugié chilien de 1973 était là et a rappelé que le système est présidentiel, chaque pouvoir étant à la fois indépendant et lié à l’autre. Même si des éléments du système électoral ont changé (en particulier la forme de l’élection présidentielle) il est bon de rappeler qu’Allende a toujours gouverné sans avoir la majorité au Parlement, d’où la difficulté pour passer telle ou telle alliance, pour maintenir le gouvernement parfois censuré, pour faire vivre les projets lancés.

Ainsi, même après le succès électoral de 1973 où l’Unité populaire progresse de 7% et atteint 43,39% des voix les chambres se présentent ainsi :

Députés :

Unité populaire passe de 57 à 63 sièges qui se répartissent ainsi : 28 socialistes, 25 communistes, 5 radicaux de gauche, 2 MAPU, 1 Gauche chrétienne

La droite passe de 93 à 87 avec 50 démocrates-chrétiens, 34 parti national, 3 droite radicale.

Sénateurs :

L’Unité populaire passe de 17 à 20 avec 9 communistes, 7 socialistes, 2 radicaux, 1 gauche chrétienne, 1 union socialiste populaire

La droite passe de 32 à 30 avec 19 démocrates chrétiens, 8 parti national, 3 droite radicale.

 Il est facile de constater qu’Allende n’avait pas la majorité au Parlement mais il avait été élu président et il présidait. Le modèle démocratique des USA est fort répandu aux Amériques (pour le renouvellement limité du mandat présidentiel aussi) et pour comprendre il suffit de voir comment Obama est obligé de négocier avec une chambre aux mains de l’opposition. Dans le contexte français de la Cinquième république ce système est impensable. De gaulle a conçu un système où le président commande et le parlement obéit et si le parlement n’obéit pas alors le président s’efface comme ce fut le cas dans ce qu’on a appelé la cohabitation, cohabitation qui a été éliminée en plaçant les législatives à la remorque de la présidentielle à partir de 2002 (merci Jospin).

 Comment sortir d’une dictature ?

Pinochet n’a pas été jugé et tout comme Franco il est mort dans son lit. Pour beaucoup moins, le Pérou voisin tient en prison son ancien président Fujimori et son bras droit Montesinos. Aucune sortie de dictature ne peut se faire sans des compromis aussi il ne faut pas oublier les dits compromis quand on analyse la situation, et pas forcément pour les justifier.

 La question de l’avortement ?

Elle a déjà fait l’objet d’un article. J’indique seulement que pendant la campagne un seul candidat s’est prononcé clairement pour le droit à l’IVG gratuite, Marco Enriquez-Olemani et j’espère que la déclaration de Bachelet au soir du premier tour n’est pas seulement une façon de s’adresser aux électeurs de ce parti qui sont les seuls à pouvoir lui assurer une victoire confortable.

 Le pourquoi du coup d’Etat ?

Le réfugié chilien présent rappelle qu’il faut en revenir à cette question : pourquoi le coup d’Etat ? Car le capitalisme en avait besoin pour que continue un système où les richesses tombaient toujours entre les mains des grandes compagnies et pas seulement nord-américaines mais aussi européennes.

 Un espoir est-il possible du côté de la jeunesse ?

J’avais fait une introduction pour rappeler schématiquement, pourquoi l’histoire du Chili a produit un parti affiché comme socialiste et un parti affiché comme communiste, toujours présent alors que dans les autres pays de telles dénominations ont parfois existe un peu pour le PC mais si peu dans l’ensemble. Cette continuité dans les organisations peut laisser espérer que les expériences acquises aux travers des luttes passées pourront bénéficier aux jeunes générations qui, n’ayant pas tout à réapprendre pourront éviter les pièges chers aux classes dominantes.

 

Qu’en sera-t-il des immenses projets de barrage du sud du pays ?

Les Mapuches ont conservé un très mauvais souvenir de la première présidence de Bachelet qui au nom des intérêts économique de Santiago a jugé que les barrages thermoélectriques du sud était indispensables. Il y a eu des affrontements très forts chez les Mapuches dont il ne fait cependant pas penser qu’il s’agit d’une communauté unie (voir sur ce blog les résultats des dernières municipales).

 La réunion s’est terminé sur une note d’espoir. JP Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Chili
commenter cet article
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 10:57

cahier-chili.JPG

 

C’est une manie que j’ai eu pendant des années : créer des dossiers sur les événements me tenant à cœur. Je l'ai perdu car mon avenir est derrière moi aussi le souci de la mémoire ne peut plus être le même. A présent j'essaie de payer mes dettes. 

Celui sur l'Iran de 1979 à 1984 n'était pas négligeable. Je l'ai offert à Chalha Chafiq.

Celui sur le Chili est le plus épais puisqu’il compte plus d’une centaine d’articles venant de l’Humanité, France Nouvelle et La Nouvelle Critique (pour le côté PCF), venant du Monde ou du Nouvel Observateur et venant aussi de la presse d’extrême-gauche.

J’y retrouve des signatures que j’ai plaisir à énumérer : Emile Breton, Edouard Bailby, Maurice Goldring, Christine Glycksmann, Antoine Acquaviva (très souvent), Jacques Varin, Pierre Kalfon, Pablo Neruda, Etienne Gilbert, Jacques Pilet, Carlos Rossi, Georges Fournial, Marie-Louise Coudert, Jean-Pierre Febbrer, André Carrel, Martine Monod, Jean Marcenac, André Wurmser, Maurice Moissonnier, Juan Cobo.

 

En quoi la mort d’Allende a bousculé la vie de la planète ? Voilà un beau titre de livre mais peut-être existe-t-il quelque part. Pas au Chili, j’en suis sûr. A suivre. J-P Damaggio

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Chili
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 21:35

Comme le note Maximilien Reynès-Dupleix, depuis l'annonce par La Dépêche, que dans le partage des postes, le PRG a obtenu la tête de liste aux élections européennes dans notre grande région (Aquitaine, Midi-Pyrénées-Languedic) le nom de Sylvia Pinel fleurit de Bordeaux à Nîmes (je viens d'en avoir la confirmation à Agen). Une chose est certaine, avec le mode de scrutin l'élection est assurée. Si elle devient députée européenne qui alors sera le deuxième candidat aux sénatoriales en septembre 2014 ? La politique, avec toutes ces élections, c'est compliqué ! JPD

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 21:19

Nous pouvons de source sûre annoncer qu'à Montauban, au premier tour, EELV ne sera pas sur la liste Roland Garrigues. Vous ne trouverez pas cette info sur La Dépêche qui, depuis toujours, a fait comme s'il n'y avait pas d'élue Verte au Conseil municipal de la ville.

A suivre. JP Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Municipales
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 12:59

Depuis l’ère Alary la commune de Castelsarrasin se distingue en matière de municipales.

Nous avons évoqué sur ce blog plusieurs moments originaux.

Concernant l’originalité de 2014, Monsieur Granier, tête de liste PRG, PS, PCF a tenu à me téléphoner pour préciser la nature de son engagement suite à une des mes sommaires présentations.

1 ) S’il quitte la mairie de Lafitte c’est seulement parce qu’une part de cette activité, pour des raisons personnelles et autres, est arrivé à son terme. Ses adjoints ne souhaitant pas se représenter, comme au même moment des propositions lui sont venues de Castelsarrasin, il a franchi le pas. Dans la logique ambiante, qui était ma référence dans ma présentation sommaire, il aurait pu en effet s’installer plus longtemps à Lafitte, et s’impliquer davantage, avec une vice-présidence à l’intercommunalité, mais la vie, et non quelques projets des autorités , en a décidé autrement.

2 ) A Castelsarrasin sa candidature continue, sous une forme plus à l’écoute, l’action entreprise dès 2007, avant que les conditions de l’époque ne l’incitent plutôt à aller à Lafitte. Rappelons qu’en 2008 face au maire sortant, le radical J-Ph Bésiers décida, au sein du PRG, de maintenir sa candidature contre vents et marées ce qui fait que c’est le socialiste Malphettes qui conduisit une liste citoyenne avec l’appui du PS et du PCF.

Aujourd’hui le maire Dagen (centre droit) et Bésiers (dissident radical) sont toujours là, mais Malphettes a disparu, donc Granier est devenu naturellement l’homme à l’écoute d’une commune qu’il connaît bien, et pour laquelle il veut proposer un autre avenir. Observons en passant que beaucoup de membres de la liste citoyenne de 2008 furent très surpris quand ils découvrirent qu’avec le maire Dagen, Malphettes soutenait, dès le premier tour, la candidature de la PRG Sylvia Pinel aux cantonales suivantes, alors qu’une membre de sa liste était présente pour le Front de Gauche ! Un peu comme si le PS à Castelsarrasin se trompait toujours de stratégie.

En 2014, après les municipales viendront en 2015 les cantonales, avec deux sortants, Bésiers et Dagen, pour un seul poste. Bésiers sera candidat à nouveau. Comment construire une liste de « gauche » aux municipales sans préciser les conditions de la prochaine cantonale ? A moins que le PCF et d’autres ne propulsent sur le devant de la scène, à leur détriment, un candidat nouveau !

 

3 ) La question est la même pour le second tour même quand on me dit, le premier d’abord. Or les choses sont simples : la liste Granier est devant celle de Bésiers et proposera l’union ou pas avec Bésiers. Inversement elle n’est pas en tête et proposera ou pas cette union ? L’électeur a besoin de savoir si la liste se maintiendra au second tour ou demandera la fusion ou se retirera purement et simplement. Et toute fausse réponse ne fera que porter tort à la dite liste car dans une grande ville ce point est un élément non négligeable du vote en sachant que s'il s'agit de battre le sortant ça sera impossible sans union.

 Je suis prêt à croire à la sincérité de la démarche de M. Granier mais, au cours de la campagne, il faudra la prouver en sachant que le président du Conseil général n’a jamais été simple spectateur « d’une activité citoyenne » à la sous-préfecture ! Ce n’est pas moi qui le dit mais l’histoire qui le prouve, et d’ailleurs l’inverse serait étonnant pour tout homme politique. Pour le moment, au Conseil général, le responsable du poste clef, la commission des finances, n’est autre que le maire de Castelsarrasin…

Pour le moment, le simple citoyen que je suis, n’ayant pas en main toutes les données, mais souhaitant tout de même informer avant que tout ne soit décidé (former les listes c’est décider 50% de l’élection), est prêt à s’en référer aux dires des uns et des autres. La campagne publique viendra, malheureusement plus tard, pour éclairer les citoyens de Lafitte ou de Castelsarrasin. Pour Lafitte Jean Feigné que je connais bien, tenterait de prendre le relais municipal. Pour Castelsarrasin, depuis 2008 il y a eu des cantonales où les citoyens ont fortement appuyé le candidat Bésiers. Une municipale n’est pas une cantonale car il ne faut pas seulement une tête de liste, mais aussi une liste cohérente où les personnalités pouvant devenir les adjoints comptent beaucoup. Donc la bataille est lancée. Et si une liste citoyenne différente venait troubler le jeu ça serait un apport de plus à la démocratie !

J-P Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Municipales
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 12:58

Dans un article précédant, j’osais pointer des éléments positifs de la gestion Barèges sans rien dire de négatif à son sujet et ce fait a pu en étonner plus d’un. Je précise que le but de l’article n’était pas de présenter un bilan mais d’indiquer seulement une idée : on ne combat pas un adversaire politique, surtout aux municipales, par le mépris même si en retour c’est ce qui se pratique.

L’originalité des municipales tient au fait que le citoyen a accès direct aux réalisations en place et par conséquent, suivant ses compétences, il juge non pas des bonnes intentions politiques générales, mais des actions concrètes. Ainsi la ville de Toulouse a eu longtemps un maire de droite avec des députés de la ville presque exclusivement PS ! Et les mêmes exemples ne manque pas, étant entendu qu’aucune carte politique n’assure à un élu une bonne connaissance de sa gestion.

 

L’utilisation du PPP

J’ai fermement combattu la gestion Barèges quand elle s’est lancée dans des privatisations en sachant que la gestion privée de l’eau est en Tarn-et-Garonne autant le fait de municipalités gérées par le PS, le PRG que celle UMP de Montauban. Comment le même élu peut-il dire non à un PPP quand c’est Barèges qui le propose, et oui quand c’est Baylet qui fait de même ?

Sauf que sur ce point aussi il faut être attentif aux réalités : ce n’est pas le PPP qui met à mal les services publics mais ce sont les services publics malades qui poussent vers le PPP. Suivant le principe « qui veut tuer son chien l’accuse de la rage », il se trouve que les autorités politiques nationales ou locales laissent dépérir les services publics pour mieux tuer les services publics aussi pour s’opposer à ce phénomène il n’est possible d’être crédible en matière de lutte contre le PPP que si en parallèle on propose des nouveautés pour les services publics. Pour le dire autrement, les privatisations sont soigneusement orchestrées après la crise des services publics et non avant !

 

L’utilisation des services publics

Pourquoi le PS, PRG sont-ils en France parmi les plus grands champions de la gestion de l’eau confiée au privé ? Car c’est sûr le privé a acquis des compétences sérieuses en la matière et ce n’est pas parce que c’est le privé que je lève aussitôt les bras au ciel. Bien sûr l’argument est juste : le privé devant faire des bénéfices le service va être plus cher que le public. Sauf que c’est imaginer que le public a d’office une gestion parfaite… car c’est le public ! Or, si le monde s’est transformé profondément c’est bien dans la gestion.

Prenons un exemple : les autoroutes sont privatisées et aussitôt le personnel aux péages disparaît petit à petit. Une bonne ou une mauvaise chose ? Payer une personne ou payer une machine ? Puisqu’une machine peut faire le travail, j’ai tendance à penser que c’est bien car ce métier là ne peut pas être des plus enthousiasmant sauf qu’aussitôt je pédale en arrière : si c’est pour faire en sorte que Vinci empoche plus de bénéfices et que plus de gens soient au chômage ce n’est pas la solution. Donc une fois encore, le public doit définir de nouveaux critères : supprimer des postes mais alors proposer d’autres métiers ; augmenter les bénéfices mais alors présenter leur nouvelle répartition… en créant par exemple de nouveaux postes attractifs dans d’autres services où la machine ne peut intervenir.

 

Pour en revenir à Montauban

Un ami m’indique : le déplacement du marché c’est bien mais s’il revenait esplanade des fontaines ça libèrerait beaucoup de places de parking et la remarque est juste. Donc sur le sujet comment organiser la confrontation des opinions. Sur cette question des parkings un bus a été mis à disposition régulier et à petit tarif (pourrait-il être gratuit) pour ceux qui se garent loin. Est-ce que ça fonctionne ? Sur ce point concret comme sur des tas d’autres, le débat citoyen pourrait être plus large et généralement il engage des débats d’idées fondamentaux.

Je conteste par exemple dans la gestion Barèges l’expansion toujours plus folle des zones commerciales. Mais sur ce point comme sur celui qui lui est lié, la piétonisation du centre-ville le débat peut-être plus large, plus vaste entre tous les intérêts. Et ces débats concrets n’effacent pas les oppositions idéologiques qui de toute façon sont souvent factices. Je sui un adepte du principe : penser localement, agir globalement qui est l’inverse de celui plus célèbre : agir localement, penser globalement. Qui le premier a pensé une ville avec rues piétonnes et a agit en conséquence ? Je ne sais mais à l’évidence il a changé beaucoup la réalité des villes du monde. En Amérique latine, qui a pensé la ville nouvelle clairement en dehors de la ville ancienne ? C’est en pensant le monde local qu’on peut réussir des actions qui vont se diffuser pour le bien ou non de telle ou telle population. Ce n’est pas la pensée qui commande l’action mais l’inverse. Voilà pourquoi le débat sur les municipales me passionne tant. Quand des communes organisent à juste titre ou pas un remembrement, c’est après réflexion sur la réalité même de la commune, même s’il existe dans l’air une pensée sur le remembrement. Non, toutes les communes n’ont pas réalisé de remembrement.

 

Conclusion

Reconnaître des mérites à l’adversaire politique municipal, ce n’est pas lui faire une fleur, c’est se mettre au travail pour penser la réalité et pour tirer les leçons de l’action. Des architectes ont entraîné Roland Garrigues dans l’installation de « passages » entre des rues et l’idée pouvait être bonne, mais la pratique a tranché : échec complet. Il n’est pas question d’accuser tel ou tel mais d’assumer pour mieux réaliser. Et des débats passionnants pourraient en sortir, sur la médiathèque, sur la piscine, sur les futures archives communales, sur tous les sujets où l’un et l’autre a des compétences. Jean-Paul Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Municipales
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 11:56

Par un effet bizarre d'internet j'ai eu un commande pour le livre de Villacampa mais je peux répondre par internet donc téléphoner pour demander des précisions. Merci.

Repost 0
Published by éditions la brochure
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche