Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 18:35

Renzo_umberto_bossi640.jpg

Les juges de Milan viennent de décider de poursuivre Umberto Bossi, dirigeant de la Ligue du Nord pour avoir volé dans les caisses de son parti 40 millions d'euros. En Italie une telle corruption devient monnaie courante mais avec Bossi elle prend une tonalité plus comique. L'homme qui s'est fait pendant des années une popularité pour dénoncer "Rome la voleuse", la capitale qui prendrait l'argent de la riche Italie du Nord, voilà qu'il vole dans les caisses de son parti l'argent venu… de Rome puisqu'il s'agit d'une part du financement public des partis politiques ! Dans sa grande générosité le vieil Umberto avait tenu à faire bénéficier de sa générosité, ses deux fils Renzo et Riccardo. Finalement la Padanie est bien en Italie ! J-P Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans italie
commenter cet article
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 22:45

napolitano-berlusconi-640.jpg

Quatre longs mois pour appliquer une décision de justice. Mais bon c'est fait. Il reste 7 à 8 millions d'électeurs à convaincre que le géant est à terre. Car ils ont pris l'euro en grippe et ils pensent toujours que leur chef était leur protecteur. La bataille serait gagnée si le pouvoir actuel répondait aux problèmes du pays or une interminable discussion sur la réforme électorale (comment se partager le gâteau) a de quoi inquiéter le citoyen qui rame.

Berlusconi a été "trahi" par une partie des siens et ce n'est pas le première fois. A chaque fois les "traîtres" disparurent ensuite de l'échiquier politique. Pensons au cas de Fini. Donc à suivre. JPD

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans italie
commenter cet article
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 21:46

Renaud Jean

http://viedelabrochure.canalblog.com/archives/2013/11/28/28538364.html

En cliquant sur le lien ci-dessus vous pouvez accéder au livre.

Le livre corrigé, grâce à Michel Veyres que je remercie énormément.

Le livre écrit au jour le jour à deux mains Renaud Jean et moi-même.

Pour moi Renaud Jean est une légende.

Depuis l'écriture de ce livre en 1994, j'ai beaucoup appris sur la vie et ce personnage.

C'est avec émotion que je viens de le relire. JP Damaggio

 



Repost 0
Published by éditions la brochure - dans renaud jean
commenter cet article
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 14:16

PCF-PS un consensus rapidement trouvé à Toulouse. Pas à Blagnac. Colomiers ? Le PCF sommé de choisir entre deux PS. L'article ci-dessous de La Dépêche permet den savoir un peu mais à partir du point de vue de ce journal qui aujourd'hui même pour le Tarn-et-Garonne annonce les candidatures de sa mouvance à Caussade et Verdun sans se soucier du reste. JPD

 

PCF : une stratégie électorale à géométrie variable

Publié le 28/11/2013

La stratégie électorale du PCF 31 est-elle confuse, comme pourraient le suggérer les cas particuliers de Toulouse, Colomiers, Blagnac ou Balma, pour ne citer que ces villes de la métropole ? Secrétaire départemental du Parti communiste de Haute-Garonne, Pierre Lacaze semble s’en accommoder, à défaut d’avoir obtenu partout le consensus que le PCF et le PS ont rapidement trouvé à Toulouse. Rien n’est jamais idéal en politique, mais dans la quatrième ville de France, Lacaze considère avoir négocié dans le strict respect des statuts du parti et des orientations fixées lors du dernier congrès : recherche du rassemblement le plus large à gauche dès le premier tour, accords programmatiques, juste représentation des communistes dans le prochain exécutif local en cas de victoire, le tout largement validé démocratiquement par un vote des militants qui ont apporté un très large soutien au processus d’alliance entre PS et PCF à Toulouse. Un cas d’école dont Pierre Lacaze considère sans doute secrètement que d’autres sections communistes, ou d’autres maires sortants socialistes de l’agglomération, auraient bien fait de s’inspirer… A Colomiers, le PCF local est au bord de l’implosion et sa direction en rupture avec l’état-major départemental. Pour Pierre Lacaze, le vote qui s’est exprimé à près de 90 % en faveur d’une alliance avec le dissident socialiste François Dumas plutôt qu’avec Karine Traval-Michelet, la dauphine de Bernard Sicard, n’a pas respecté les règles démocratiques et techniques internes au PCF. «Ce choix n’est pas reconnu par les instances départementales et nationales. Il est également contesté en interne par plusieurs de nos camarades de Colomiers», rappelle le patron du PCF 31, qui demande à la direction de la section columérine d’organiser un nouveau scrutin conforme au règlement. En vain pour l’instant… Pierre Lacaze qui avait négocié trois places, dont deux éligibles, sur la liste conduite par la candidate socialiste, admet que la situation doit être clarifiée rapidement. Mais comment ?

 À Blagnac où les communistes ne parviennent pas davantage à trouver un accord avec le maire sortant radical Bernard Keller, le choix de l’autonomie a reçu l’onction de la direction départementale du PCF 31. «Les militants ont été consultés conformément à nos statuts», indique Pierre Lacaze, en précisant que des discussions sont engagées avec les autres composantes du Front de Gauche. Le patron des communistes de Haute-Garonne note que Blagnac ne fait pas exception aux orientations adoptées en congrès qui privilégient le rassemblement à la division. «Encore faut-il que ce projet soit partagé par nos partenaires potentiels», soupire Lacaze, en rappelant «que pour qu’il y ait alliance, il doit y avoir accord sur le programme et sur la juste représentation des communistes sur la liste d’union». De toute évidence, le retrait des délégations de Michel Indélicato (PC) décidées ce lundi par Bernard Keller, après le conseil municipal agité de vendredi dernier, ont fini de crisper les relations entre le maire sortant et ses alliés potentiels.

 Comme à Blagnac, Pierre Lacaze appelle le maire sortant PS de Balma, à prendre ses responsabilités dans une ville où le patron du PCF 31 considère la gauche «en danger». En clair, Alain Fillola est prié d’assouplir ses positions s’agissant notamment de la place qu’il entend faire aux communistes sur sa liste. Faute de quoi, ces derniers n’excluent pas de s’allier aux écologistes dont ils attendent pour l’instant de connaître les intentions à Balma.

Lionel Laparade

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Municipales
commenter cet article
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 23:48

Jean-Michel Baylet va vendre sa peau très cher. La circonscription grand sud-ouest incorpore Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc. Donc le journal Sud-Ouest en profite pour informer. L'article ci-dessous révèle une part du débat. L'enjeu ce n'est pas seulement le gouvernement mais aussi le comportement de La Dépêche pendant les municipales et les européennes. Ainsi va la vie politique qui vue sous cet angle passionne qui ? Jean-Paul Damaggio

 

Le Parti socialiste ira-t-il jusqu’à prendre le risque de voir le Parti radical de gauche (PRG) de Jean-Michel Baylet quitter la majorité présidentielle ? En creux, c’est la question qui sous-tend désormais le coup de force de la quasi-totalité des fédérations socialistes d’Aquitaine, de Midi-Pyrénées et de Languedoc-Roussillon. Lesquelles, vendredi, ont refusé, à la seule exception de la Gironde, de voter la liste d’union signée avec les radicaux de gauche pour les élections européennes dans le Grand Sud-Ouest. Une liste qui surtout doit être menée par une candidate du… PRG.

 Or, si cet accord a été passé à l’échelon national, au niveau régional la pilule ne passe pas. Et ce d’autant plus qu’ici le PS n’a pas hésité à demander à ses militants de valider cette liste sans connaître le nom de celle qui aura donc la responsabilité de la conduire. La goutte de trop, comme le souligne Renaud Lagrave, le premier fédéral des Landes : « C’est une pratique d’un autre âge. »

 Une ministre ou rien ?

Mis devant le fait accompli, Christophe Borgel, le secrétaire national chargé des élections, devrait recevoir au plus tard en début de semaine prochaine les principaux frondeurs. Et le rendez-vous promet d’être tendu. Renaud Lagrave, qui se trouve en quatrième position sur cette liste, a déjà annoncé la couleur : « S’il doit y avoir une réunion, c’est pour discuter de la place du PRG en tête de liste, pas d’autre chose. On accepte qu’il y ait un PRG, mais pas en tête. Sauf si les radicaux envoient une ministre ou une candidature reconnue. »

Si les noms d’Anne-Marie Escoffier et de Sylvia Pinel, les ministres de la Décentralisation et de l’Apprentissage, ont été évoqués, mais écartés par Baylet lui-même, on a aussi beaucoup parlé de Béatrice Patrie, la conseillère municipale de Bergerac, exclue du PS et désormais membre du PRG. C’est d’ailleurs l’éventualité de la voir propulsée tête de liste qui a mis le feu aux poudres : « Elle s’est présentée contre nous à plusieurs reprises, rappelle Renaud Lagrave. Si c’est elle, les militants ne l’accepteront pas. » Même sentiment en Gironde : « Nous l’avons déjà dit, sa candidature n’est pas possible », rappelle Ludovic Freygefond, le premier fédéral.

 « Une crise majeure »

 Pour autant, l’arrivée d’un poids lourd du PRG ne réglera pas tout. Chez les socialistes du Grand Sud-Ouest, on rappelle à qui veut l’entendre que « l’accord avec le PRG prévoit une place éligible en France ». Traduction : si la première place l’est automatiquement, la deuxième l’est aussi. Voire la troisième. En clair, pour être élu, le PRG n’a pas besoin d’être tête de liste. Une interprétation que nuance cependant Christophe Borgel : « L’accord garantit un député européen au PRG mais, pour être honnête, notre premier secrétaire leur a aussi proposé la tête de liste dans le Sud-Ouest. Il y a donc les deux réalités. Mais, que la candidate PRG soit en un ou en deux, elle sera élue. On va donc trouver une solution. »

 Pas sûr cependant que Jean-Michel Baylet accepte de reculer d’un cran. Et encore moins qu’il renonce à l’exposition médiatique promise aux têtes de liste. Sur son blog, il a mis en garde le PS contre « une crise politique majeure » et promis de demander, au besoin, l’arbitrage de François Hollande. « On ne peut considérer, écrit-il, que les radicaux sont utiles au gouvernement et dans la majorité à Paris, et contester leur légitimité dans les territoires. Cela, nous ne l’accepterons pas et en tirerons si nécessaire toutes les conséquences. » En clair, le PRG est prêt à plier bagage.

Toutefois, si Christophe Borgel ne croit pas à une telle issue, derrière cet accord émerge aussi celui passé pour les sénatoriales de septembre 2014. En effet, un coup de canif dans le contrat des européennes provoquerait à coup sûr une réaction en chaîne qui n’épargnerait pas le Sénat, où le PS, entre les coups de sang des communistes et ceux des Verts, doit faire avec une majorité aux pieds d’argile. Mais là encore Christophe Borgel dédramatise : « En septembre, plus personne ne se souviendra de qui était un et de qui était deux. Aujourd’hui, le débat est symbolique, pas politique. » Pourtant, il faudra bien que quelqu’un cède.

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 23:30

Rencontre débat

Salle du Centre culturel Moissac

 Mercredi 18 décembre 18 h

 Sur l'assassinat d'Elie Cayla

à Moissac en 1935

 Animation : Jean-Paul Damaggio

couv cayla.jpg 

 

Présentation de ce livre

 

Organisation Editions La Brochure

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans nos livres édités
commenter cet article
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 23:16

couv-municipales-montauban.jpg

 

300 pages, 20 euros, beaucoup d'illustrations, de documents, de portraits

Elections municipales à Montauban

Après le cas des élections municipales de 1790 à Montauban, voici un nouveau livre sur les municipales de 1904 à 2008. Avant 2008 j’avais produit un livre de documents qui m’avait permis de vérifier que la classe politique, pour des raisons parfois contradictoires, n’aime pas regarder dans le rétroviseur. Or les élections municipales de 1790 furent fondatrices du Montauban moderne comme la Révolution refonda la France. A suivre les élections sur un siècle on s’aperçoit que si pour une part il est inutile de s’intéresser à l’histoire (elle se répète tant), il est par contre indispensable de visiter le passé si on veut sortir des impasses. Ce livre de près de 300 pages avec nombreux documents réserve des surprises desquelles nous pourrons débattre.

Sommaire

Liste des maires ; Listes des adjoints ; Données ; Têtes de liste

Considérations générales

Troisième République

A – 1904 : l’installation de Capéran ; 1 - Un siècle qu’achève Prax-Paris ; 2 - Un siècle qui lance Charles Capéran ; 3 - Un siècle qu’invente Henri Delbreil ; 4 - Un siècle que Vidal-Marty veut perturber ; 5 – L’élection elle-même

B – 1908 : La guerre avec l’évêque ;

Portrait : Irénée Bonnafous

C – 1912 : La première liste socialiste ;

Portrait : Emile Bardiès

D  - 1919 : Union des radicaux et des socialistes ;

Portrait : André Gros et Pierre Terrieux

E  - 1925 : La première liste communiste ;

Portrait : Auguste Monsarrat

F – 1929 : Coup de théâtre de la droite ;

Portrait : Marcel Guerret

G – 1935 : Victoire du Front populaire ;

Portrait : Fernand Balès

H - Période de l’occupation ;

Quatrième République

I- 1945 : Le premier maire socialiste ; P

ortrait : Ségalas-Talou

J- 1947 : La victoire de la droite ;

Portrait : René Gabach

K – 1953 : Un système contre les communistes ;

Portrait : Henri Lacaze

Cinquième République

L – 1959 : L’annonce de la création du PSU ;

Portrait : Pierre Couchet

M – 1965 : L’annonce de l’Union de la Gauche ;

Portrait : Louis Delmas

N – 1971 : Solidité de l’Union de la Gauche ;

Portrait : Jean Vignoboul

O – 1977 : La première présence de l’extrême-gauche ;

Portrait : Albert Cavaillé

P – 1983 : Division sur tous les fronts ;

Q – 1989 : La première liste écologiste ; Portrait de

R – 1995 : La première liste Front national ;

Portrait : Roland Garrigues

S – 2001 : L’annonce du Sarkozysme ;

T – 2008 : L’annonce du Front de Gauche ;  

 Portrait : André Cerciat

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans nos livres édités
commenter cet article
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 22:55

 

 

 

Il avait en tête ce mini roman, Petit frère, et sa mère mourrait. Et son cœur se serrait pris par la nostalgie. Et Carvalho sentait ses tripes se nouer par une émotion remontée de loin, en même temps qu'il murmurait : "Petit frère". Et ce petit frère était un des ces militants de leur jeunesse à Pepe et à Manuel qui avait décidé de servir l'adversaire, un transfuge parmi d'autres qui ont hanté la vie de l'écrivain catalan.

Pour soigner leur nostalgie les deux hommes écoutaient sans cesse une chanson qui a fait le tour du monde, une chanson qu'in garde dans la tête car elle vient de la nuit des temps, une chanson de Gallois, relancé par une femme aidée par les Beatles et je me demande en quelle langue Manuel l'écoutait. Carvalho vu ses années passées aux USA devait l'écouter en version originale. Pour moi c'était Dalida chantant : "c'était le temps des fleurs".

 

Mary Hopkin est dans une chanteuse galloise, l'une des premières à avoir signé chez Apple Records, le label des Beatles. Née le 3 mai 1950 à Pontardawe, Pays de Galles d'une famille parlant gallois, elle découvre son talent en chantant le dimanche à l'église.

Son premier disque 45 tours, Those Were The Days, produit par Paul McCartney, est sorti en septembre 1968 (numéro de catalogue Apple 2 ; Apple 1 étant Hey Jude des Beatles).

La chanson a connu un succès immédiat en Grande-Bretagne et aux États-Unis, malgré une compétition avec la chanteuse Sandie Shaw déjà populaire.

en espagnol, Que Tiempo Tan Feliz

en allemand, An jenem Tag

en italien, Quelli Erano Giorni

en français, Le temps des fleurs

 

 

Voici les paroles en français :

 

Dans une taverne du vieux Londres

Où se retrouvaient des étrangers

Nos voix criblées de joie montaient de l'ombre

Et nous écoutions nos cœurs chanter

 

Refrain :

C'était le temps des fleurs

On ignorait la peur

Les lendemains avaient un goût de miel

Ton bras prenait mon bras

Ta voix suivait ma voix

On était jeunes et l'on croyait au ciel

La, la, la...

{ On étaient jeunes et l'on croyait au ciel }

 

Et puis sont venus les jours de brume

Avec des bruits étranges et des pleurs

Combien j'ai passé de nuits sans lune

A chercher la taverne dans mon cœur

 

Tout comme au temps des fleurs

Où l'on vivait sans peur

Où chaque jour avait un goût de miel

Ton bras prenait mon bras

Ta voix suivait ma voix

On était jeunes et l'on croyait au ciel

La, la, la...

{ On étaient jeunes et l'on croyait au ciel }

 

Je m'imaginais chassant la brume

Je croyais pouvoir remonter le temps

Et je m'inventait des clairs de lune

Où tout deux nous chantions comme avant

 Refrain :

 Et ce soir je suis devant la porte

De la taverne où tu ne viendras plus

Et la chanson que la nuit m'apporte

Mon cœur déjà ne le reconnaît plus

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans vazquez montalban
commenter cet article
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 22:20

En 2011 j'ai suivi la mise en place de la nouvelle carte intercommunale.

Dans le département du Tarn et Garonne le préfet a été mis à rude épreuve quand je pense par exemple au maintien de l'intercommunalité à Monclar !

Il restait un point très dur à régler : l'union Castelsarrasin-Moissac.

J'apprends aujourd'hui, grâce à des amis à une réunion, que le 29 octobre, le préfet a pris un arrêté. Sur le site de la préfecture impossible de découvrir cet arrêté !

Il confirme que Castel et Moissac doivent s'unir aux communes limitrophes sans intercommunalité et il faut adapter les représentants délégués.

Le conseil municipal de Castelsarrasin pense qu'ainsi le préfet "déséquilibre la gouvernance de la communauté de communes". Comme si les communes de Boudou, Durfort, Lizac ou Montesquieu soutiendront automatiquement Moissac contre Castelsarrasin ! Les intérêts des deux villes seraient-ils si contraires les uns aux autres ? Je crois rêver quand je découvre une unanimité qui est fausse bien sûr, car elle ne se fait pas sur des bases claires.

La sous-préfecture veut continuer de diriger ? Nous sommes en quel siècle ?

Jean-Paul Damaggio

 

Voici l'article de La Dépêche

Castelsarrasin. A l'unanimité, ils votent un recours contre l'arrêté du préfet

Publié le 16/11/2013 à 03:50, Mis à jour le 16/11/2013 à 08:14

l'intercommunalité au cœur du dernier conseil municipal

L’ultime point abordé lors du dernier conseil municipal a apporté un peu de flottement à cette assemblée. À tel point que la directrice générale des services a été appelée à la rescousse par le maire afin d’éclaircir la procédure administrative. Le sujet de ce dixième point présent à l’ordre du jour était : «Extension du périmètre de la communauté de communes Castelsarrasin-Moissac aux communes de Boudou, Durfort-Lacapelette, Lizac et Montesquieu». Pour rappel, suite à un arrêté pris par le préfet le 29 octobre 2013, cet élargissement de l’intercommunalité doit intervenir au 31 décembre prochain.

Il était donc demandé jeudi soir au conseil municipal de voter la composition du futur conseil communautaire qui siégera entre le 1er janvier 2014 et les élections municipales.

Les élus de l’opposition municipale n’ont pas voulu prendre part à ce vote «refusant à la base cet arrêté préfectoral qui déséquilibre la gouvernance de la communauté de communes», comme l’indiquait Patrick Malphettes. Martine Bernadot, DGS de la mairie a eu beau expliquer et réexpliquer la portée de l’arrêté préfectoral et la nécessité de voter rapidement la composition future de ce conseil communautaire, c’est finalement Bernard Dagen qui a coupé court en proposant de voter un recours au contentieux auprès du tribunal administratif de Toulouse. Cette prise de position a eu pour effet de soulever un élan de «patriotisme castelsarrasinois» amenant tous les élus (unanimité) à se ranger derrière lui.

Il n’empêche que les positions de chacun restent claires : le maire et sa majorité veulent toujours quitter la communauté de communes Castelsarrasin-Moissac pour intégrer la Communauté de communes des Terrasses et Plaines des deux cantons. Quant à Jean-Philippe Bésiers et l’opposition, ils souhaitent ne pas quitter la structure intercommunale mais compte au contraire l’ouvrir à d’autres communautés de communes. Des avis nettement différents passés jeudi dernier au second plan.

Philippe Cahue

 

Quand on cherche sur google on ne trouve presque rien sur l'intercommunalité. L'article de La Brochure ci-dessous est dans la liste mais reflète pas l'ensemble du travail réalisé sur ce blog.

Révélations sur l'intercommunalité

Autres articles

Intercommunalité, le maire de moissac reçoit le fdeg

Intercommunalité : le calendrier des regroupements

Cfm caylus : l’intercommunalité sur le gril

Intercommunalité : jacques moignard, président

Intercommunalité : le cas du var

Intercommunalité : l’heure des comptes

Intercommunalité : le livre oublié

Révélations sur l’intercommunalité

Intercommunalité : le feuilleton

L’été de l’intercommunalité

Nouvelle carte du tetg, le 9 mai

Castelsarrasin-moissac, la solution empociello

Castelsarrasin-moissac, l’iceberg

Des cantons bidons

Conseil communautaire castelsarrasin-moissac : 27 janvier

Enquête sur les conseillers territoriaux

Anduze : première guerre intercommunale

Vers la fin du duo castelsarrasin-moissac ?

La carte intercommunale du tarn-et-garonne

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 10:59

Je découvre par hasard ce qui semble un beau projet, et au premier abord j'ai tendance à le croire.

La Mairie de Montech le présente ainsi sur son site :

 "Prolongation de l'enquête publique du projet d'implantation d'une unité de méthanisation sur la commune de Montech présenté par la société Ferterris jusqu'au 14 décembre.

 Deux permanences supplémentaires du commissaire enquêteur se tiendront en Mairie de Montech le jeudi 5 décembre de 14 h à 17 h et en Mairie de Finhan le samedi 14 décembre de 9 h à 12 h

Une réunion publique se tiendra le lundi 2 décembre à la salle Laurier à Montech à 20h30

 Jeudi 24 octobre s'est déroulée une réunion publique afin de présenter le projet porté par l'entreprise Ferterris, une unité de Méthanisation sur le site de Borde Basse. Cette réunion d'information précède l'enquête publique qui se déroulera du 28 octobre au 29 novembre 2013. Monsieur Martin HANROT, après avoir décliné le process de la méthanisation et rappelé les directives du Grenelle de l'environnement en matière de transition énergétique et d'énergie renouvelable a répondu aux questions de l'assistance.

Cette unité valorisera des produits fermentescibles (venant de producteurs locaux dans un rayon de 25 km) sous forme de chaleur (afin de chauffer les serres de la société Europlant) mais aussi par la production d'électricité (équivalent 6 500 habitants et réinjectée dans le réseau) et enfin par la production de compost et de fertilisant valorisés auprès des exploitations agricoles environnantes.

Le commissaire enquêteur sera présent en Mairie de Montech le lundi 28 octobre de 9h à 12h, le mercredi 6 novembre de 14h à 17h, le samedi 23 novembre de 9h à 12h et le vendredi 29 novembre de 14h à 17h. Le dossier est consultable en mairie aux heures d'ouverture de celle-ci."

 Le point qui m'étonne c'est que quand on va sur le site de La Dépêche on n'a aucune information sur le sujet. Or la création d'emploi, l'écologie, quoi de plus porteur pour une belle information ? Par ailleurs j'apprends qu'une association qui voudrait voir cette usine ailleurs existe mais là aussi elle reste entre quatre murs.  

Il me reste sans doute à aller écouter les explications à la réunion du 2 décembre…

J-P Damaggio

 

L'ENQUETE PUBLIQUE concerne les communes de  Albefeuille Lagarde, Bessens, Bressols, Campsas, Castelsarrasin, Cordes Tolosanes, Dieupentale, Escatalens, Finhan, Lavilledieu du Temple, Labastide Saint Pierre, Lacourt Saint Pierre, Monbéqui, Montauban, Montbartier, Montbeton, Montech, Saint Porquier, Verdun sur Garonne 

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche