Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 10:57

BON DE COMMANDE Editions La Brochure

 

Titre                                               Auteur                   Type             Prix unité   Nombre   Total

Le discours de Chavez                                    H. Chavez                     Actualité       5 euros                      

L’abbé Marcellin                                            J-P Damaggio                Histoire        5 euros                      

Laïcité sans oeillères              JP Damaggio

M-F Durand                                                   Actualité                       5 euros                         

Vingt ans de lutte contre le FN                       JP Damaggio                 Actualité       5 euros                      

Emotions autobiographiques                          Léon Cladel                   Nouvelle       12 euros                    

La jeunesse de Calmoun                                 Max Biro                       Histoire        10 euros                    

Autogestion aux Amériques                           JP Damaggio                 Actualité       5 euros                      

Dictionnaire Fientifique                                  Max Biro                       Economie      10 euros                    
Ma bien chère Belle   Renaud Jean    JP Damaggio            Docu-roman                  15 euros                       

Ecrits sur l’art et sur la vie                             Henry Lapauze             Histoire        10 euros                    

La valse du hérisson                                       Démocrite                     Actualité       15 euros                    

Frédéric Cayrou et les paysans                 Jean-Paul Damaggio     Histoire        5 euros                   

Cinquante ans d’élections

municipales à Montauban                       Jean-Paul Damaggio     Histoire        10 euros                  

Vázquez Montalbán, derniers instants           Jean-Paul Damaggio      Docu-roman 15 euros                    

Saint-Antonin, l’hôtel de ville

Polémique en 1843                                         Jean-Paul Damaggio      Histoire        5 euros                      

Les luttes des salariés en mai et juin 68

dans le Gers et le Tarn-et-Garonne            Jean-Paul Damaggio     Histoire        5 euros                   

Marketing politique

de Kennedy à Obama                            Jean-Paul Damaggio     Actualité       5 euros                   

Le fauxscialiste                                    Max Biro                 Roman          10 euros                  

Poèmes cannibales, Loin de ma campagne    Jacques Desmarais      Poésie           14 euros                  

Franc-maçonnerie                                 Max Biro                 Histoire        5 euros                   

La femme en retard                               Marie-José Colet        Auto-fiction 20 euros                  

Flora Tristan, derniers instants                 Jean-Paul Damaggio     Docu-roman 15 euros                  

J’ai eu 15 ans en Tarn-et-Garonne             Jean-Paul Damaggio     Jeunesse       10euros  (épuisé)               

Chroniques littéraires et impertinentes        Maxime Vivas           Actualité       10 euros                  

Longue vie au Prix Goya !                       Claude Rossignol                  17euros                                                                                                                               

Les origines du féminisme en Iran              Janet Afary              Histoire        5 euros                   

Voyage révolutionnaire                          Victor Griffuelhes       Histoire        5 euros                   

L’action syndicaliste                             Victor Griffuelhes       Histoire        5 euros                   

1905, la loi laïque ; 1906, la révolte cléricale, à partir du cas du Tarn-et-Garonne  

 J-P Damaggio Histoire     5 euros              
La dictature à la française ? (sur 1851)        Jean-Paul Damaggio     Histoire        5 euros                   

Malou dans son Noble Val                      Jean-Paul Damaggio     Histoire        5 euros                   

Biographie de Flora Tristan                     Eléonore Blanc           Histoire        5 euros                   

La france sauvée                                         J-G Lefranc de Pompignan Histoire 5 euros
La lettre au peuple                                     Olympe de Gouges Histoire           10 euros 
Jean Bousquet proscrit de Moissac         Victor Hugo               Histoire           10 euros 
Lettre au peuple, remarques patriotiques Olympe de Gouges Histoire        10 euros
Jean Bousquet proscrit de Moissac              Victor Hugo             Histoire        10 euros

Les condamnés politiques en Nouvelle Calédonie Paschal Grousset Histoire 5 euros
Trois présentations d'Olympe de Gouges par Mary-Lafon, Edouard Forestié et Raoul Verfeuil,

15 euros
L'usine à fer de Bruniquel Jean-Paul Damaggio 15 euros (épuisé)
Victor Hugo à La Havane Maxime Vivas 5 euros
Le carrefour Wajdi Mouawad Jean-Paul Damaggio témoignage 10 euros
Elections régionales en Tarn-et-Garonne (1986-2010) Jean-Paul Damaggio actualité 10 euros
Slimane Azem le peuple en chansons, Jean-Paul Damaggio, brochure 8 euros

Le sens de l'histoire, Max Biro, 10 euros.
Effigies au féminin, Léon Cladel, nouvelles dont deux inédites. 18 euros
Dictionnaire des petits mots logiques, humour, André Laban, 10 euros 

Traces de Réalvillois, Jean-Paul Damaggio, histoire locale, 15 euros 

Benedetto off, Marthaler In, Jean-Paul Damaggio,préface René Merle, culture, 13 euros  

André Laban On ne radine pas avec l'humour, , humour, 80 pages, 10 euros, 

Max Biro, Babel, roman 14 euros, co-édition avec C.L.C

 Jean-Paul Damaggio, Victor Hugo au Mexique, 54 pages 6 euros 

Hubertine Auclert Le droit des femmes d'Olympe de Gouges à un congrès ouvrier de 1879, 50 pages, 5 euros

Maximilien alias Démocrite, Décalogie siuvi de Temps d'après, poésies, 8 euros

Marie José Saintigny Oh ! Grenier des maux , poésies, 8 euros

Dedaj, Vivas, 200 citations pour comprendre le monde, 74 pages, 8 euros

Jean-Paul Damaggio Samazan, Renaud Jean et le Front populaire, 200 pages, 20 euros

Jean-Paul Damaggio, le Front Populaire à Castelsarrasin, 70 pages, 6 euros

Jacques Huiban Lagrois, Les maisons roses, roman, 300 pages, 19 euros

Jean-Paul Damaggio, Péquins en 68 à l'EN de Montauban, 220 pages, 4 pages couleur, 15 euros  

Alain Mariet, La chanson du bouvier, à propos d'un refrain, brochure 50 pages avec nombreuses photos couleurs, 7 euros

Camille Delthil, Poésies, rééditions, 45 pages, brochure 5 euros

 J-P Damaggio, Pierre Caors,  Poumarède, un Réalvillois extraordinaire,  180 pages, 15 euros.

 Olympe de Gouges, Olympe de Gouges aux enfers, écrits sur le théâtre, 131 pages, 10 euros

  Jean-Paul Damaggio, Portraits de 101 femmes du monde, 256 pages, 20 euros, format 16 x 24.

  Akandijack Bassène, Histoire authentique de la Casamance, édité avec Injé Ajamaat, 297 pages, 20 euros, format 16 x 24.

Jean-Paul Damaggio Yves Vidaillac, Un Caylusien mort pour la liberté en Espagne, format A 5, 100 pages, 10 euros

François Schalchli Concevoir la politique en bien commun, format A5, 156 pages 12 euros

Renat Pautal, Pierre Delbrel, (1764-1846) Un conventionnel aux valeurs actuelles, 30 pages, 4 euros

Carlo Rosselli, Oggi in Spagna, domani in Italia, A5, 50 pages, 5 euros

Jacques Gebelin, L'industrie du chapeau de paille à Setpfonds et Caussade, A5, 50 pages, 5 euros

Paul Vasilières, Recherches historiques et archéologiques sur Castelsarrasin, format A4, 300 pages, 25 euros (épuisé)

Jean-Pierre Frutos, Refondation : école ou société ? journal d'un instituteur à Montauban 2011-2012, 270 âges, 20 euros

 

                                                                                

Total:

Les frais de port sont gratuits pour toute commande supérieure à 20 euros (en dessous ajouter 2 euros).

A renvoyer à Editions La Brochure 82210 Angeville (avec chèque à l’ordre de La Brochure)

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans catalogue
commenter cet article
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 10:48

Elections européennes : les tromperies de 2009

 

Après l’analyse de trente ans d’élections européennes (1) comment se présente la nouvelle mouture ?

 

A l’UMPS

Sarkozy est à la manœuvre. S’il ne peut espérer de miracle, n’étant pas à la tête des sept listes, il ne peut pas faire moins que le PS sous peine de subir quelques discrédits. Donc, côté Front national, il accentue les querelles internes pour que, comme en 1999, dans la guerre avec Mégret, le FN recule jusqu’à perdre définitivement tous ses élus européens, Marine Le Pen étant alors marginalisée. Il en a sept pour le moment dont deux dans le Nord (d’où la bataille entre Marine et Carl) et deux dans le Sud-Est. Il y a aussi celui du grand Sud, J-Cl Martinez que Marine veut remplacer par son bras droit Louis Aliot. Côté Philippe de Villiers, à qui il arriva de jouer de grands rôles dans cette élection (mais seulement 3 sortants avec le mode de scrutin de 2OO4), un marché est proposé : se présenter dans sa seule grande région Ouest et gagner une place, où se présenter partout et subir les coups de l’UMP pouvant le faire descendre sous la barre de 5%.

Pour Sarko, l’essentiel est cependant ailleurs : dans le duo UM-PS. Le coup de génie c’est la liste Cohn-Bendit. Le 6 novembre les deux Nicolas (Sarko-Hulot) firent la longue liste de leurs convergences qui permettent à Jean-Paul Besset, bras politique de Hulot en tant que responsable de sa fondation, d’aider Cohn-Bendit sous la bénédiction de José Bové. Je donne en entier le communiqué de l’Elysée car il me semble génial même si bien sûr il ne dit rien des futures élections ! (2) Voilà au moins une liste qui, faisant autour de 10%, prendra quelques points au PS, et peut-être aussi à Bayrou qui risque fort de prendre sa revanche sur les désastreuses législatives. Avec environ 10%, le Béarnais peut se rappeler à l’attention générale et se positionner pour les futures régionales mais il risque gros, avec 11 sortants du temps de l’UDF, qu’il ne peut perdre même en ayant remplacé le J-M Cavada d’hier par le J-F Kahn d’aujourd’hui. Il a récupéré il est vrai un élu européen des Verts : Jean-Luc Benhamias.

 

A Gauche

Après ces cinq listes, que dire de la situation du camp du NON de gauche au TCE ? D’une part, il est déjà allégé de Bové et de Fabius, mais là n’est pas l’essentiel. Depuis trois ans, le NON de gauche ayant démontré son incapacité à s’organiser de façon unitaire, il s’est disqualifié aux yeux de l’opinion. Ressortir du chapeau quelque chose qui n’a pas su se donner des suites claires, c’est repasser des plats. Après l’atomisation des présidentielles, il ne suffit pas de faire comme si rien ne s’était passé. Parce que la LCR est l’organisation aux positions les plus claires, et qu’elle a su s’élargir sous la forme du NPA, tout indique qu’elle peut devenir la première organisation à la gauche du PS (avec 8%). Faire croire qu’une unité serait possible de Mélenchon à Besancenot c’est encore une fois raconter des salades aux citoyens qui aimeraient manger des plats plus consistants. Si tout le monde est d’accord avec l’unité, c’est à condition qu’elle se fasse sous le drapeau de l’un ou de l’autre (LCR ou PCF).

L’intervention, dans le débat, d’un nouveau parti (Parti de Gauche) développe la division sous l’inévitable besoin… d’unifier, donc ce parti proclame le « Front de Gauche ». Un peu comme Bové en 2007, Mélenchon se considère bien placé pour articuler LCR et PCF, tout comme Cohn-Bendit a pu articuler Bové et Besset. C’est ne tenir aucun compte des réalités. Le NPA ne va pas naître pour se fondre à la première élection venue avec une nébuleuse qui a montré en 2007 que l’électorat n’en veut pas. Le PCF a ses problèmes internes (aussi cruciaux que ceux du PS) qui existaient déjà en 2004, quand M-G Buffet avait été mise, en interne, en minorité pour les Européennes d’alors, où elle voulait ouvrir les listes. Le PG est un allié évident mais le PCF ne peut ni lui fournir un marche-pied, car ça serait se tirer une balle dans la tête, ni le rejeter. Avec sept listes à construire, deux têtes de liste pourraient être octroyés à Mélenchon. Est-ce suffisant pour ce parti ? Bref, à trois mois du bouclage des listes, la foire d’empoigne va aller bon train. Avec trois sortants le PCF est obligé de garder les têtes de liste du Nord, de l’Ile-de-France et de l’Outre-mer (Vergès classé dans le PCF).

Il est frappant de constater qu’un appel de Politis en faveur de listes unitaires à gauche, s’il concerne le PG (et un allié potentiel comme la tendance Unir de la LCR), ne concerne pas le PCF, sauf une de ses franges que justement M-G Buffet veut écarter de sa direction ! Une division en perspective ? Malgré les difficultés, cette union PCF-PG se fera pour atteindre peut-être 8% et disputer à la LCR la fonction de porte-parole de la gauche authentique. Mais nous sommes loin d’une force politique clairement identifiée et la référence au modèle allemand ne change rien à l’affaire.

 

Où sont les tromperies ?

Raoul-Marc Jennar avait dès 2005 lancé un appel pour que les élections européennes deviennent l’élection à l’Assemblée constituante d’une nouvelle Europe. Actif à présent avec le NPA, où en est-il de cette revendication ? Cet objectif est de la plus haute importance si l’on veut travailler sur la forme et sur le fond, en même temps (ne pas le faire en même temps c’est se disqualifier). S’il concerne la constitution de notre pays, à l’approche des européennes il concerne encore plus l’Europe. Tout démontre depuis longtemps que l’élection est piégée par avance (je veux dire plus piégée que les autres) avec, qui plus est, des pouvoirs marginaux chez les élus, donc, si on reste dans le même cadre, on s’enfonce dans l’illusion. L’électeur, qui comprend qu’on peut s’amuser aux Européennes plus qu’aux autres élections, décide alors de se jouer de la politique ou de s’abstenir massivement. Je pense qu’il devient impératif de changer l’ordre des priorités : la construction d’une force politique authentique doit se faire avant toute présence aux élections, quitte à laisser un temps les loups se dévorer entre eux.

Mais je rêve encore. 12-12-2008 Jean-Paul Damaggio

 

Notes :

1) http://la-brochure.over-blog.com/article-24994633.html

(européennes trente ans en trompe l’œil)

2) Communiqué de l’Elysée

Le Président de la République a reçu aujourd’hui, jeudi 6 novembre 2008, M. Nicolas HULOT, Président de la Fondation Nicolas HULOT pour la Nature et l’Homme, accompagné des économistes Alain GRANDJEAN et Jacques WEBER, pour une réunion de travail au Palais de l’Elysée.

Le Chef de l’Etat et Nicolas HULOT partagent le diagnostic que la crise économique actuelle n’est pas qu’une crise financière. Nos difficultés actuelles trouvent également leur origine dans l’épuisement des ressources naturelles de notre planète, notamment du pétrole.

Pour dramatique qu’elle soit, la crise actuelle peut offrir au monde une occasion d’établir les bases d’une croissance véritablement durable, respectueuse des hommes et de la planète. Plus que jamais, il existe une opportunité unique d’organiser collectivement la lutte contre le changement climatique et d’investir dans la transition de nos sociétés vers l’après-pétrole.

Au niveau national, l’engagement de Nicolas SARKOZY en faveur du Grenelle de l'Environnement, rappelé avec force à Vaujours, le 4 novembre dernier, marque la volonté de la France d’être absolument exemplaire dans cette ambition. Le Président de la République et Nicolas HULOT ont convenu d’unir leurs efforts pour mettre le développement durable au cœur de la refondation du système économique et financier, à l’occasion de toutes les réunions internationales prévues dans les semaines et les mois à venir.

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 11:27

Les horreurs du « féminisme »

 

 

Notre monde n’a rien d’original, en particulier du côté de ses manipulations du féminisme. Hier pour développer la consommation de tabac les rois de la pub firent appel aux revendications des suffragettes sur la base de cette question : pourquoi le femmes seraient-elles dispensées de cet outil d’émancipation nommée la cigarette ?

Aujourd’hui, modernité oblige, je découvre sur Le Monde 2 la photo d’une femme avec en titre : Arabie saoudite les femmes sortent de l’ombre. Comment ? Sous-titre « elles sont plus nombreuses à secouer ce carcan en entrant dans le monde de l’entreprise ».

Dès la première page nous sommes au cœur du sujet, lui-même au cœur de la modernité qui se résume en ce slogan : l’ENTREPRISE est notre mère à tous. L’ENTREPRISE subventionne nos plus beaux spectacles, l’ENTREPRISE nous offre nos salaires, l’ENTREPRISE paie les cotisations sociales (du moins ce qu’il en reste) et donc l’ENTREPRISE en Arabie Saoudite va permettre aux femmes de s’émanciper !

Je crois rêver d’autant que je lis bien cet autre élément du sous-titre : « La loi les maintient dans la condition de sous-citoyennes ». L’ENTREPRISE est plus forte que la loi ! L’économie est plus forte que le politique et l’émancipation des femmes nous le démontre… en Arabie Saoudite.

 

Je n’ai rien contre Le Monde 2 qui, en distillant ce discours, ne fait que reprendre une rengaine passablement lamentable (même pour la France où le slogan travail égal=salaire égal fait si bien la  loi dans l’entreprise). D’ailleurs le reportage est meilleur que ce que laisse craindre le titre, mais il faut des titres accrocheurs alors qu’importe la fidélité au contenu…

 

Pour montrer les miracles nées de l’ENTREPRISE, il fallait montrer les règles politiques du pays qui fixent l’état d’infériorité dans lequel sont maintenues les femmes. Règles politiques sous contrôle religieux bien sûr, grâce à l’infâme police des mœurs, la Mouttawa. Cette partie du reportage, qui concerne 99% des femmes, est d’une réelle utilité, pour enfin montrer que des femmes percent dans les banques et les cabinets d’avocats, réalisant ainsi une révolution silencieuse mais importante.

 

Nous retombons dans les classiques débats du féminisme que l’Europe a connu autour des années 1900-1940 : il s’agissait de revendications propres aux femmes de la bourgeoisie qui, dans leur « grandeur », peuvent s’attarder dans quelques manifestations de rue pour demander le droit de vote. Or le féminisme réel, celui qui touche toutes les femmes, nous pouvons l’étudier à travers un des thèmes traités dans l’article : l’interdiction faite aux femmes de conduire. C’est pied à pied, de l’une à l’autre, que les femmes françaises du peuple ont arraché le droit de conduire, à partir des années 60. Par chance, la séparation des églises et de l’Etat ne pouvait faire de l’interdiction de conduire un principe religieux. Il suffisait pour emporter la décision de convaincre un homme.

 

En Arabie Saoudite, l’article le rappelle : « les militantes s’indignent du fait que les religieux les plus radicaux assimilent ce droit de se déplacer librement à un permis pour une conduite licencieuse et une incitation au vice - même si c’est officiellement pour protéger leur réputation. » Parce qu’en effet, les femmes n’ont pas le droit de conduire POUR LEUR BIEN !

L’article est également utile quand nous apprenons qu’en fait les droits des femmes reculent depuis des décennies et l’image de deux types de voile est parlante. Entre l’ancien (tout blanc) et le moderne (tout noir et cachant le visage) la différence est très grande.

Mais le meilleur est toujours pour la fin dans ce commentaire de l’auteur de l’article qui interprète le point de vue d’une femme :

« Comme toutes les femmes rencontrées à Riyad et à Djedda, Lama Souleiman rejette avec virulence la conception du féminisme à l’occidentale, perçue comme un avatar d’une pensée coloniale : « Je trouve étrange que les Européens et les Américains soient incapables de faire preuve d’un peu de diplomatie à notre sujet, et qu’ils se montrent tout aussi incapables de comprendre les autres. » »

Génial ! Il y aurait, chez l’auteur de l’article une conception du féminisme à l’occidentale ? (Lama distingue Europe et USA) Le féminisme d’Amérique latine où, sauf à Cuba, les femmes n’ont pas droit à l’IVG, est le même que celui de France ou celui de Pologne ? Celui des USA est le même que celui d’Italie ? Je récuse toute idée de féminisme à l’occidentale, il existe plus exactement des féminismes qui, à travers le monde, en sont à des étapes diverses de leur histoire. Partout dans le monde, les religieux sont sans cesse au cœur de cette histoire et de toutes ses régressions - les droits des femmes en France pas plus qu’ailleurs n’étant une donnée irréversible. Bien au contraire, les reculs sont partout.

 

Quand Lama explique : « Ces femmes ont choisi de s’investir dans l’économie, car c’est un secteur jugé pour l’instant plus pertinent que la politique… » je veux bien entendre ce discours mais quand il s’agit d’expliquer que dans l’ENTREPRISE il est possible d’avoir des lieux spécifiques aux femmes pour qu’elles puissent s’émanciper, là nous ne parlons plus du féminisme et pas parce que je suis « occidental ». Des Noirs aux USA ont tenu longtemps ce discours : « vive la ségrégation car au moins nous sommes entre nous et nous pouvons mieux développer notre spécificité ». Ils avaient en partie raison : dans les écoles pour noirs il était fait plus de place à la culture des noirs. Mais ils avaient tort pour l’essentiel : dans la ségrégation toute une couche sociale est fondamentalement une « sous-couche sociale » et les avancées au sein de cette partie seront toujours des avancées infériorisantes. Dans nos écoles françaises, des filles préfèreraient souvent en revenir à une cour de récréation pour les filles où elles se sentiraient protégées (comme des garçons préfèreraient une cour de garçons pour ne pas subir la présence des filles). La solution est toujours et PARTOUT, la lutte contre la ségrégation.

9-12-2008 Jean-Paul Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans féminisme
commenter cet article
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 11:22

La télévision : problème de santé publique

 

Voici quelques mots sur un nouveau colloque concernant la télévision, animé par Bernard Stiegler (sur la photo) et qui s’est tenu à Paris le 6 décembre et qui était organisé par Arsindustrialis et le CIEM (collectif interassociatif enfance et médias).

D’abord qu’est-ce que la télévision pour les responsables du colloque ? Ni la télé , ni le marketing, ni la pub ne sont en soi le diable par contre leur utilisation est devenue diabolique au point de susciter de graves problèmes de santé publique.

La pub pourrait informer (il lui est arrivé de le faire) mais quand il s’agit d’une seule course à l’argent elle s’adresse aux pulsions et nous rend donc malade. Maladie aggravée par le marketing qui a ses mérites sauf quand il devient comme c’est le cas, un outil de domination sur la télé et sur la société. En conséquence, dans quelques années, les problèmes sociaux suscités par la télé risquent d’être de la même ampleur que l’affaire du sang contaminé.

 

La nocivité de la télé est déjà démontrée pour les enfants et quand se crée une télé en direction des bébés, c’est du délire. Mais cette nocivité touche aussi les adultes. Il s’agit globalement d’atteintes portées à la formation de la personne humaine. Oui, la télé informe, divertit, mais par sa puissance (elle entre dans chaque foyer), elle formate les esprits. Pour les enfants, il est aujourd’hui facile de démontrer qu’elle réduit l’attention par exemple. Mais je ne vais pas entrer ici dans tous les éléments concernant cette question.

 

Il en est une autre qui s’appelle le développement du numérique et qui fait que le débat actuel sur LES télévisions est plus historique que tous les autres. Il change même la nature de la pub par exemple. Celle qu’il est question de supprimer sur la télé publique est déjà un pub du passé jugée beaucoup moins efficace que celle ciblée qu’organise par exemple google ou celle qui se cache dans les fictions. Un intervenant espagnol au colloque Jesus Bermejo Berros a montré comment la présence répétitive d’un marque de jambon dans une série influait sur l’appréciation que le téléspectateur en avait et conduisait à sa consommation.

 

Bien sûr, ce colloque se tenant en même temps que le débat surréaliste au Parlement concernant la pub à la télé publique, il fallait prendre une position sur la question, position que les forces politiques, syndicales et autres évite le plus souvent de prendre clairement. Tout le monde sait que par sa réforme, Sarkozy souhaite affaiblir la télé publique mais là comme pour la Poste, l’Education nationale et autres services publics, défendre la télé publique n’est pas très clair car la télé publique n’est déjà plus publique. Comparez par exemple le traitement des élections prud’homales de TF1 et d’A2 et si vous trouvez une différence faites moi signe.

 

Le Colloque a proposé un moratoire sur ce débat pour reporter les décisions à plus tard. Il est vrai, Sarkozy a décidé d’aller vite mais ça fait déjà presque un an que les forces démocratiques tardent à réfléchir à une riposte d’ampleur nationale, argumentée et novatrice. Et s’il met la pression de l’urgence c’est pour mieux empêcher une démarche démocratique que la tonne d’amendements au Parlement représente si peu. Par exemple, Bernard Stiegler reste favorable à la pub à la télé publique proposant plutôt une réflexion d’ensemble sur les télés. Comment articuler ce point de vue avec celui d’autres forces démocrates pour qui ce recul de la pub est déjà un premier pas en avant ?

Je viens de survoler une journée de colloque avec le sentiment que nous sommes au cœur des enjeux sociaux de notre époque, un cœur où depuis longtemps je place la revendication d’une télé laïque. Je n’ai pu expliquer comment m’est venue cette idée aussi je le fais ici : en voyage au Pérou avec des amis, nous sommes passés dans des zones non-asphaltées où les maisons avait l’antenne de télé alors que manifestement il n’y avait pas d’électricité. L’ami m’expliqua alors : « Tu n’as pas vu au village l’annonce de ventes de batteries ? La télé fonctionne avec ces batteries et elle apporte ainsi un peu de « lumière » dans la maison ». La télé c’est une drogue même là où il n’y a rien à consommer ! 8-12-2008 Jean-Paul Damaggio !

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans ecologie décroissance
commenter cet article
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 11:21

De François Simon à Mélenchon

 

Depuis le congrès d’Epinay le PS n’a jamais cessé de se renforcer sur sa gauche tout en rendant sa politique plus droitière. Il a accueilli en grand nombre des dirigeants et membres du PSU, de la LCR, du PCF et autres. Ce phénomène est habituel et assez général : en vieillissant c’est vers la droite que les dirigeants évoluent. Je pense à une exception : Jaurès.

Cependant, depuis quelques années, des membres du PS le quittent par la porte de gauche. Parmi ces dirigeants du PS, je veux observer deux cas qui riment : Simon et Mélenchon.

Le tête de liste PS des municipales toulousaines de 2001 décide, en 2003, de quitter son parti pour se lancer peu après, avec d’autres, dans la préparation des élections régionales.

En 2007, le sénateur Mélenchon et le député Dolez décident de quitter leur parti pour se lancer aussitôt dans la préparation des élections européennes. D’un cas à l’autre les similitudes ne l’emportent pas.

 

Régionales face à Européennes

Pour la construction d’une liste régionale, avec le nouveau mode de scrutin de 2004, il fallait x candidats (la moitié étant des candidates). La démarche consista à proposer une liste allant du PCF à la LCR en passant par les Verts et les Motivé-e-s qui avaient émergé aux municipales de 2001. Le point crucial touchait au type d’alliance avec le PS. Réponse : autonomie au premier tour, en proposant une alliance au second tour, position qui fut celle des Verts dans plusieurs régions, et du PCF en Ile-de-France. Partout ailleurs, l’alliance a pu se faire au second tour mais pas en Midi-Pyrénées. Etrange ? La liste avait eu le soutien des Verts et de communistes mis en minorité après un vote des adhérents (beaucoup se souviennent des résultats massivement favorables à l’alliance avec le PS dès le premier tour, dans le département de Marie-Pierre Vieu). Le résultat frôla le 10%. Pour l’alliance, une seule place fut accordée au tête de liste pour qu’il devienne un otage. Ce manque de respect de la démocratie (PCF-PS-PRG), chez certains qui prônent la proportionnelle, est significatif.

Avec les Européennes, le type d’alliance avec le PS est reporté à plus tard et c’est pour ça que Chevènement a aussi quitté le PS pour se lancer dans des Européennes, en 1994. Autre élément masqué : pour toute la région Grand Sud-Ouest il suffit de peu de candidats et Mélenchon peut en cette occasion faire alliance facilement avec le PCF.

De cette situation électorale on peut déduire deux différences : sur le positionnement politique et sur la stratégie d’organisation.

 

Le positionnement politique

François Simon a quitté le PS avec la volonté de faire se rencontrer l’écologie et le social, deux combats que la gauche a trop séparé (voire nié pour l’écologie) quand l’un est lié à l’autre. Aucun combat social n’est possible s’il n’est pas écolo, et aucun combat écolo n’est possible s’il n’inclut pas le social. En conséquence, pas étonnant si l’alliance a pu se faire plus facilement avec des Verts Midi-Pyrénées loin, alors, de la position Cohn-Bendit, qu’avec la gauche plurielle.

Tout commença par une réunion publique dans une arrière-salle de bistro toulousaine, que deux hommes, Jean-Michel Clavel et Jean-Pierre Bataille (à qui je tiens à rendre hommage) osaient animer, pour l’impossible liste aux Régionales devant unir du PCF à la LCR en passant par les Verts. François Simon s’activa comme un simple militant dans la construction d’une organisation qui ne fut jamais simple. Le système électoral imposa un travail au plus près des huit départements de Midi-Pyrénées.

Mélenchon a quitté le PS avec la volonté de renouer avec une histoire bafouée par la gauche officielle, choix honorable mais qui semble plus tourné vers le passé que vers l’avenir. Sans me lancer dans des supputations, que je reproche à d’autres, je pense que l’intelligence de Mélenchon peut le pousser à évoluer mais, globalement, au-delà de la personne, son courant est connu, c’est celui du « plus à gauche », à la place de celui « être autrement à gauche ». Il semble ne tenir aucun compte des expériences passées. Dire on va unir de la LCR au PCF, c’est à présent se moquer du monde : la LCR dotée de 8% dans les sondages n’a pas besoin de Mélenchon pour conduire ce qui lui tient à cœur, une action autonome.

Cette union impossible de toute la gauche du PS, qui a déjà entraîné pas mal de découragements, a des limites connues et expérimentées en 2004 comme à la présidentielle de 2007. Le prétexte du NON de gauche au TCE est déjà très loin. Nous savons qu’il a alimenté la confusion plus que la clarté, faute d’une organisation démocratique capable de le structurer.

 

La stratégie d’organisation

Après les élections régionales en Midi-Pyrénées une association des ami-e-s de cette liste (AMP) s’est constituée sur des bases claires et démocratiques où il est possible d’avoir une double appartenance mais où les votes se font sur la base un homme, une voix. Il s’est agi de construire à partir de la base (sans basisme pour autant). A présent, l’AMP transporte avec elle une expérience étrange. Liste unitaire en 2004, voilà qu’aux municipales de 2008, l’union a été possible seulement avec les citoyens (sous le nom l’Autre liste ! qui a fait 5,8%) tandis que la LCR (5,1%) put obtenir l’appui de divers courants tous soucieux de faire barrage à « François Simon ». Entre les deux dates, les propriétaires actuels de la politique (PCF, PS, Verts, LCR) virent d’un très mauvais œil l’installation durable dans le paysage politique d’une force alternative autonome capable d’allier le combat social et le combat écologiste, avec bien sûr un équilibre interne toujours difficile. En décrétant François Simon, « bête noire », les éléments critiques de chacun des partis ne furent pas les moins hargneux, et Jean-Luc Mélenchon découvrira le même phénomène. Sa lune de miel avec le PCF durera ce que dureront les Européennes (sauf s’il finit par adhérer au PCF).

 

D’autant qu’avec Mélenchon, c’est une stratégie par en haut, avec une alliance de sommet qui se met en place, sans attendre la moindre ORGANISATION du nouveau parti. Et le système se déplace vers les départements où ses amis s’autoproclament dirigeants du nouveau parti quand le plus souvent, aux yeux des électeurs, ils ne représentent rien de nouveau (justement, c’est beaucoup le cas à Toulouse). Décréter tout de suite que le parti s’appellera Parti de Gauche, peut donner l’illusion d’une efficacité, mais ça fait l’impasse sur le débat inévitable qui tourne autour du mot gauche, et qui, sans qualificatif, est pernicieux.

 

La gauche de la gauche championne en impasses

Ici Simon et Mélenchon se retrouvent sur le même bateau face à la gauche de la gauche qui dit plus ou moins, que leur départ ne vise qu’à créer un PS bis, et qu’en conséquence ils sont encore plus dangereux qu’un PS officiel plus facile à combattre. Or, tout comme l’AMP à Toulouse, la création du Parti de Gauche est un parti concurrent du PS. Le parti de Chevènement joua la même carte puis est revenu dans le giron du PS. Le Parti de Gauche va-t-il, comme le PRG, organiser un lobby auprès du PS ? Si tel est le cas, c’est peine perdue. Et les déclarations enflammées de Mélenchon sur le rêve de faire électoralement mieux que le PS m’amuse car je l’ai déjà entendu si souvent !

Je l’écris sans hésiter, au nom du combat démocratique je juge très positif tout ce qui peut affaiblir le PS, mais je crains les impasses possibles qui deviennent deux fois plus décourageantes que l’action de l’adversaire (je pense à la candidature Bové). Première impasse : s’enfermer dans le marketing politique, les médias étant considérés comme le vecteur majeur de la construction d’une nouvelle force politique (Bové-Mélenchon même combat sur ce point). Deuxième impasse : le modèle allemand Die Linke (en 1987 Pierre Juquin a jugé qu’il pouvait quitter le PCF pour fonder un mouvement à l’image des Verts allemands, mouvement que la présidentielle de 1988 devait dynamiser).

Pour le moment, j’essaie de comprendre tout en craignant le pire ! La stratégie « rouge et verte » que je défends depuis 20 ans risque, une fois de plus, de faire les frais de calculs électoraux.

6-12-2008 Jean-Paul Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 11:10

Editer des livres, c’est d’abord et avant tout rencontrer des hommes, des femmes et leurs histoires souvent grandioses. J’en offre une ici d’un homme chaleureux, qui a écrit plusieurs livres, pour, ainsi, rendre hommage à mon grand-père également maçon italien arrivé sur les bords de l’Aveyron afin d’échapper à la misère et au fascisme de Duce.

 

Le maçon italien

 

En 1935, il avait six-sept ans mais se souvient très bien de l’arrivée de l’Italien dans sa famille. Son père avait besoin d’une grange et embaucha un imposant Calabrais pour accomplir cette tâche en lui donnant pour outil un cheval et une remorque. Cette famille très catholique préféra dans un premier temps tenir à distance ce travailleur connu comme anti-fasciste. Mais nous étions à Laguépie, en Tarn-et-Garonne, une rare commune de France où il y avait la faucille et le marteau sur le Monument aux Morts, et où il était facile de vérifier que le maire communiste n’avait pas le couteau entre les dents. Donc, rapidement, le Calabrais fut admis comme membre à part entière de la famille où il aimait prendre sur ses genoux la petite sœur de l’homme qui me raconte cette histoire.

 

La construction de la grange fut un chef d’œuvre construit pas à pas, au pas du cheval et au pas de l’homme, un chef d’œuvre où l’Italien fit preuve de son immense science. Il fit tout tout seul, jusqu’à la poudre indispensable pour briser les blocs de pierre et qu’il confectionnait en allant chercher le salpètre sous un pont. Vous comprenez ce que ça signifie :TOUT se faire ? Les murs, la charpente, le toit et tout ce qui va avec les murs, la charpente et le toit !

 

Sa famille était en Italie mais il ne disait rien, il travaillait contre le temps et avec méthode. Cependant le bâtiment ne fut pas sa seule œuvre.

 

Son humanité marqua profondément toute la famille si bien qu’à l’achèvement des travaux en plus du salaire mérité le père de famille décida d’offrir un vélo en cadeau, un cadeau pas facile à faire vu les moyens financiers disponibles qui excluaient le fils d’un tel moyen de déplacement si envié, mais un cadeau fait de bon cœur. Et cette humanité eut deux dernières conséquences.

 

La première c’est qu’il décida, avec son vélo, de partir pour l’Italie afin de rejoindre sa famille. Pour revenir en France ensuite ? Personne ne le saura. Grands et petits de cette ferme de Laguépie attendirent en vain des nouvelles qui ne sont jamais venu du Calabrais auquel ils s’étaient tant attachés.

La deuxième conséquence est une simple hypothèse de l’homme qui me raconte l’histoire : son père très catholique, très conservateur est devenu naturellement pétainiste mais jamais il ne tomba dans la collaboration, et cette retenue, qui évita sans doute des drames possibles, c’est au souvenir laissé par l’Italien disparu qu’il l’attribue.

6-12-2008 Jean-Paul Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans italie
commenter cet article
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 15:08

20 mai 2008

MORT DE CLÉMENT HARARI (extraits d’un texte où est évoqué le travail de Max Biro sur Clément Harari et article de l'Humanité sur l'acteur)

 

BON DE COMMANDE Editions La Brochure

 

http://coinducinephage.canalblog.com/tag/Cl%C3%A9ment%20Harari

 

Annonce de la mort de Clément Harari le 16 mai dernier, à Sèvres où il habitait, par les gens du cinéma, faite par sa petite fille Morgan. Max Biro avait publié pour le site Altermonde-sans-frontières.com, [Mais aussi aux Editions La Brochure si nous pouvons nous permettre cette remarque] la passionnante et foisonnante histoire de sa vie "Le roman biographique de Clément Harari" en 17 parties. Il définissait bien son utilisation au cinéma : "...Il se jura de ne plus être sage, il eut raison. De ce jour, il fit les films avec Constantine, et au bout de chacun trouvait autre chose. Il n’est pas un rôle de petite fripouille, huissier, trafiquant juif, usurier ou diable, notaire ou scorpion d’outre-mer que l’on ne pensa à lui, cantonné dans le mal...". Il est vrai qu’il excelle dans les méchants, il vole même la vedette face à l’impressionnante galerie d’affreux dans "Les espions" (1957) d'Henri-Georges Clouzot, film à revisiter malgré la phrase assassine d’Henri Jeanson faite à son auteur "Clouzot a fait Kafka dans sa culotte". Voir roder Clément Harari est déjà pour le spectateur objet d’inquiétude. Le cinéma français peu imaginatif face aux fortes personnalités le cantonne dans des rôles d’hommes de main ou de malfrats. Il est ainsi un honnête commerçant dans "Échec au porteur" (1957), qui est en fait un redoutable trafiquant entouré des inquiétants Gert Froebe et Reggie Nalder. Il est rare de le voir dans un autre emploi, notons cependant l’installateur de juke-box dans "Une aussi longue absence" (Henri Colpi, 1960) désorienté face à Alida Valli. Ses personnages sont souvent envahissants. Il est irrésistible en manager d'une troupe de danseuses dans "Cargaison blanche". Il faut le voir déplorer dans un cabaret qu'elles ne suscitent pas l'intérêt du public présent. Il sera impitoyablement envoyé à la porte par son "écurie" quand il voudra entrer dans leur loge. Dans "Charade" (Stanley Donen, 1962), il est un touriste allemand, paisiblement attablé à la terrasse du café. Audrey Hepburn en pleine filature du personnage incarné par Cary Grant, s’installe auprès de lui pour mieux se dissimuler. Hélas pour elle, car Harari devient particulièrement collant, lui lançant des "Fraulein" énamourés pensant que la belle a succombé à son charme. Il n’aura jamais manqué, en réaction contre son emploi dans des personnages déplaisants, d’autodérision, son regard bleu trahissant une malice. On le voit même en femme (!) dans "Compartiment tueurs", pocharde hallucinée dans un café, et en fou qui se voit en sosie d’Einstein dans l'ahurissant "Tais-toi quand tu parles". Il joue même l’amant que l’on devine être célèbre de Jane Birkin dans "La moutarde me monte au nez"… totalement de dos ! Il est formidable en savant fou pour Georges Franju dans la série télévisée "L’homme sans visage" (1973) sur un scénario avisé de Jacques Champreux, et dans "Les nuits rouges" montage différent de la précédente version et qui fut diffusée en salles. Claude Beylie le saluait ainsi dans la revue "Écran 75" N°32 : "...Le personnage du docteur Dutreuil, par exemple, superbement incarné par Clément Harari, est une charge inénarrable de tous les médecins fous de l'écran, de "Galigari" à Phibes", jusqu'au Pierre Brasseur dans "Les yeux sans visage", il roule des yeux exorbités comme aux plus beaux jours du Grand-Guignol". Les mânes de Frédérick Lemaître ont dû rougir d'aise". Il est à l'aise dans l'humour noir tel son rôle de parrain inquiétant dans "Vous ne l'emporterez pas au paradis". La démesure lui sied toujours. Il est un "très méchant" échappé d’un cartoon dans "Valparaiso, Valparaiso" (Pascal Aubier, 1970). Du trio de bourreaux qu’il forme avec Hans Meyer et Rufus, torturant un imperturbable Alain Cuny, il est assurément le plus dangereux, jouant de l’arme blanche à grand renfort de rires sardoniques, dans un grand moment de burlesque. Dans "Tous le monde peut se tromper" (1982), il est un joaillier très sympathique, philosophe et prévenant pour son employée jouée par Fanny Cottençon, le scénario sera pourtant cruel avec son personnage. Il est hallucinant dans "La note bleue" (1990) où il est un démon païen et muse de la création pour le couple George Sand – Frédéric Chopin. Il entre à son aise dans l’univers survolté d’Andrzej Zulawski et montre ses capacités burlesques. Il trouve peut être son plus beau rôle en rabbin dans "Train de vie" (1997), très beau film de Radu Mihaileanu, variante de "La vie est belle" de Roberto Benigni, mais une folie salvatrice et une subtilité en plus. Le théâtre lui a donné plus de satisfactions que le cinéma - dans des mises en scène de Robert Hossein, André Engel ou Marcel Maréchal -. Il était également metteur en scène de théâtre. Nos pensées vont à sa famille.

 

ARTICLE - L'HUMANITÉ du 28/05/2005 culture

Clément Harari n’était pas seulement qu’un grand second rôle, par J.-P. L.

Clément Harari est décédé le 16 mai dernier à l’hôpital de Saint-Cloud. Il avait quatre-vingt-neuf ans. Il fut acteur de cinéma, comédien et metteur en scène de théâtre. Des années cinquante aux années quatre-vingt-dix, voilà un grand second rôle de caractère dans une multitude de films en France, sous la houlette de gens aussi divers que Clouzot, John Berry, Delannoy, Duvivier, Pierre Granier-Deferre, De Broca, Costa-Gavras, Franju, Zidi, Boisset, Zulawski entre autres. Il eut aussi en ce domaine une carrière internationale (avec Frankenheimer, Stanley Donen, Anatole Litvak, Riccardo Freda, Valerian Borowczyk…). Il excellait dans les personnages inquiétants, louches espions, étranges étrangers et autres docteurs fous, qu’il interprétait avec un vif plaisir, lui étant la bonté même. Né au Caire, Clément Harari était arrivé en France après la guerre. Il fonda vite une troupe engagée, comme on dit, qu’on pourrait mieux qualifier de révolutionnaire, le Théâtre indépendant de Paris, d’une grande importance historique dans l’histoire militante de la scène, où il proposa aussi bien du théâtre russe que le répertoire américain progressiste (notamment En attendant Lefty, de Clifford Odets). C’est là qu’Antoine Vitez fit ses premiers pas en scène, lui en restant toujours reconnaissant. Je me rappelle Clément Harari dans Crime et châtiment, monté par Hossein, où il devait se pendre tous les soirs. Je le revois dans Le marchand de glace est passé, d’O’Neill, création de Garran à Aubervilliers. Je me souviens de son grand rire, de ses yeux ronds pétillant de malice et de sa souple intelligence. Il avait prévu de faire don de son corps à la médecine. Il n’y a eu donc ni cérémonie funéraire ni obsèques. En revanche, hommage lui sera rendu le vendredi 30 mai, à midi, au cinéma L’Entrepôt (7/9, rue Francis-de-Pressensé, 75014 Paris, métro Pernety), où sera projeté, en présence de son épouse Liliane et de la famille, le film intitulé l’Heure dite que son petit-fils, Tom Harari, lui consacrait en 2003. Tout le monde est convié.

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans max biro
commenter cet article
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 14:55

Lettre à Claude Rossignol,

auteur de Longue vie au Prix Goya !

 

Le moment crucial du livre c’est pour moi le témoignage de Katia (p.34-35) que je me propose de publier en extrait, sur le blog des éditions, pour inciter à la lecture de tout le livre.

Elle sait dire avec talent, le basculement, par cette vive entrée en matière « Qui aurait pu croire … ». Dans la quête du bonheur (je vais y revenir) il y a chez tout le monde un moment crucial (vers le mieux ou le pire là n’est pas le sujet ici) qui décide de l’avenir. En quelques minutes, heures ou jours, la personne passe d’un univers à l’autre. Peut-être est-ce la fascination devant ce passage, qui en crée le côté crucial ? Souvent la lecture joue un grand rôle en la matière.

Sur ce point, ce qui est vrai pour les individus l’est aussi, me semble-t-il, pour les peuples et alors le basculement se fait révolution.

« Elle voulait faire des langues, c’est tout. » Le basculement est en effet le passage d’un tout à un autre. Des jeunes s’inscrivent dans un tout qui devient alors leur pierre philosophale. Certains refusent ensuite d’admettre que ce TOUT est bien peu, d’où, dit-on, la crise d’adolescence. Et dans ce TOUT elle évoque l’évasion vers Toulouse ! TOUT attendre d’un ailleurs… ce que la religion n’a cessé d’exploiter !

 

Ce témoignage résume non seulement la raison d’être du projet Prix Goya, mais la nécessité d’en faire le bilan, par le livre entrain d’être lu. La cohérence du livre tient justement au rôle central du bilan, dans le travail autour du Prix Goya, un travail qui nécessitait enfin… un bilan général pour que vive encore la géométrie de cette histoire.

 

Je suis un adepte du bilan, sans quoi, on répète l’histoire, suivant une formule bien connue. Pourquoi est-ce qu’on enregistre partout une résistance face au nécessaire bilan ?

La culture USA repose sur l’idée de bilan mais un bilan réduit au quantitatif de l’EVALUATION. Le but du bilan échappe alors au bilan pour se faire « culture du résultat », ce qui a pour résultat d’en finir avec la culture.

Georges Marchais, l’ancien dirigeant du PCF, est entré négativement dans l’histoire avec son « bilan globalement positif des pays de l’est » au moment où ces pays plongeaient vers les sombres abîmes du néant. Faut-il alors jeter le bilan avec l’eau sale du bain ?

 

Pour répondre, retour au bonheur et à cette question : pourquoi craindre les oublis du bonheur ? (référence à la phrase de Christine Lafon : « Surtout, n’oubliez pas le bonheur »).

Tu te souviens peut-être que le journal Point Gauche ! qu’il m’arriva d’animer, avait pour sous-titre « pour une idée neuve du bonheur », un sous-titre qui, en 2001 environ, a disparu, car une majorité pensa qu’il freinait les abonnements (lui fut préféré le sous-titre bateau : informer librement, agir autrement). Depuis, j’ai pu vérifier que la mise en cause du sous-titre n’était qu’une opération pour détruire le sens profond du journal.

Avant 1793, le bonheur était une affaire strictement privée. Avec la fameuse phrase de Saint Just le bonheur est devenu une sorte de service public (la phrase est issue d’un décret imposant l’aide de l’Etat aux pauvres pour transformer la charité voulue par les églises). Au nom de ce bonheur là, les autorités des pays socialistes se fabriquèrent des peuples à leur mesure pour imposer le bonheur aux personnes, même contre leur gré.

Contre ceux qui, à cause de cette histoire, veulent en revenir à la privatisation du bonheur, pour moi une idée neuve du bonheur est capable d’associer les dimensions sociales et individuelles du bonheur.

Et tout ce livre met en œuvre cette articulation. Une tâche assez facile puisque les jeunes à l’école se vivent forcément en société, et leurs découvertes, discutées autour de « qui va obtenir le prix », c’est une œuvre de socialisation fabuleuse, le témoignage de Katia est aussi très fort sur ce point. Cependant, une tâche assez facile seulement si un processus est mis en chantier, sinon on peut avoir une classe d’enfants où chacun reste à côté de chacun, ou le bonheur de chacun vit sans lien avec le bonheur commun.

Cette dialectique, nous pouvons la lire à travers un autre aspect que j’étudie, et qui s’appelle la publicité, le marketing ou la médiatisation. Le Prix Goya avait besoin d’une vraie médiatisation mais pas besoin d’une « mousse » faite autour de lui (je reprends la distinction évoquée). La vraie médiatisation repose sur une réalité, tandis que se « faire mousser » c’est très clairement user d’un artifice pour cacher ou se cacher la réalité. D’où le retour au bilan !

Le refus du bilan c’est le refus du réel, la peur du réel, la honte du réel. Le refus du bilan c’est même la peur du bonheur !

Ce livre sur le Prix Goya trimbale des imperfections car il est réel. Ces imperfections, des lecteurs croiront parfois qu’il s’agit de jeux voulus (la différence entre la couverture et la page trois) comme a été voulu, le titre placé là où généralement trône le nom de l’auteur. Les imperfections ne sont jamais un but en soi (sauf chez les cyniques), elles peuvent faire mal car voir le réel n’est jamais se voir dans un miroir.

En tant qu’éditeur, je m’impose régulièrement des bilans (les bilans financiers ne sont pas les moins importants) mais vu que ces bilans ne peuvent engager ma vie alimentaire, j’y retrouve quelques bonheurs, quelques désirs de faire connaître les livres. D’où le geste que je vais accomplir ce soir : donner au journaliste Thierry Guichard (du Matricule des Anges) qui est de passage à Montauban, un exemplaire du livre auquel il a contribué sans le savoir. Je m’en souviens parfaitement, c’était pourtant il y a quatorze ans. Un soir tard, j’étais dans mon bain et le téléphone sonne. C’était lui qui appelle pour parler d’une nouvelle que j’avais envoyée au journal. Le propre du bonheur c’est qu’il est inestimable comme cette expérience au Lycée de Castres. Au plaisir de te lire.

3-12-2008 Jean-Paul Damaggio

N.B. Je n’ai pas été surpris en découvrant dans le livre beaucoup de noms que je connaissais par ailleurs.

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans prix goya
commenter cet article
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 14:53

Voici un extrait du livre Longue vie au Prix Goya, 17 euros que vous pouvez commander à nos éditions : La Brochure 82210 Angeville

LE PRIX GOYA ! Quelle expérience !

 

Qui aurait pu croire que, moi, j’allais lire, aimer, détester des livres ?!

Tout a commencé ma première année en 1ère L. Moi je voulais faire des langues, c’est tout. Lire était une perte de temps. Moi qui aimais (et qui aime toujours) parler, discuter, argumenter, convaincre, qu’allais-je faire avec un livre en m’enfermant dans le silence ? JAMAIS !

Première surprise je suis en littéraire avec un certain M. Rossignol. Oh la barbe ! Il va encore nous imposer son truc Goya …

 

Me voilà dans cette classe. Assise au fond (toujours au fond) j’écoutais ce prof de Français qui m’avait l’air très sympa mais qui allait m’imposer la lecture de livres qui pour moi n’allaient même pas me servir pour avoir mon Bac. Car mon but ultime, c’était quand même d’avoir mon Bac et m’évader à Toulouse. Je compris qu’un seul livre du prix Goya allait être sur ma liste au bac. Ouf ! je n’avais qu’à lire celui là.

 

Ca y est le jour J arriva. Certains élèves étaient tout excités à l’idée de lire pas un, mais des livres ! Ils étaient devenus fous.

Ce jour là, Claude Rossignol prononça la phrase qui allait tout déclencher. Je croyais même qu’il faisait une blague. Pour un prof de Français quand même ! « Quand un livre ne vous plaît pas, ne le lisez pas jusqu’au bout ! » Ah bon, et depuis quand il ne faut pas lire un livre jusqu’au bout ? C’est comme si le prof de maths m’avait dit (il aurait dû) : « quand un exercice ne vous plaît pas, ne le faites pas jusqu’au bout ». Ce Prof de Français était tombé sur la tête.

 

Là je me pris au jeu à la grande surprise de mon amie Vivi. Je prenais des livres, les lisais jusqu’au bout ou pas, en discutais avec mes camarades. Il me fallait bien argumenter car je n’avais pas à arrêter un livre en plein milieu pour aller faire autre chose mais parce que je n’accrochais pas. Il fallait en trouver des arguments… et j’en trouvais. J’étais tellement prise par ce concours que, quand j’avais lu un livre jusqu’au bout, je ne laissais personne le soin de le critiquer. Les jours passaient et je m’investissais de plus en plus. Je me mis responsable de la rotation des livres ; en fait, j’aimais ça et je voulais être partout. Les débats passaient, l’élection du prix, et moi je ne décrochais pas. Je ne sais pas si c’est pour garder ce prix que j’ai redoublé ma première L, mais l’année d’après j’étais encore au prix Goya. En Terminale, je n’étais plus au prix Goya d’office, alors je me suis inscrite au Club Goya.

 

Depuis, je sais que la lecture peut être un plaisir. Aujourd’hui je suis Professeur des Ecoles et lorsque j’en aurai la possibilité je pense que j’organiserai un mini prix et dirai à mes élèves « Quand un livre ne vous plaît pas, ne le lisez pas jusqu’au bout ! »

Katia MORENO

Membre des jurys 1993 et suivants

Août 2008

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans prix goya
commenter cet article
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 16:12

Le hasard a voulu que la première brochure parue à nos éditions fut le discours de Chavez en décembre 2006. Indispensable donc de voir le chemin parcouru. 

Venezuela : Chavez est encore la solution ?

 

 

Voici deux ans, Hugo Chavez gagnait les élections présidentielles et annonçait dans un discours (1) que le pays allait franchir une étape en entrant dans le socialisme du XXIème siècle. Pour ce faire trois outils étaient mis en place : la création d’un parti gouvernemental (PSUV), deux ou trois nationalisations décisives, et le non renouvellement du droit d’émettre de la chaîne télé la plus importante. Un an après, c’était l’échec au référendum appelant à modifier la Constitution pour permettre à Chavez de se représenter en 2012. Un bon exercice de démocratie qui devait permettre, à moindre frais, le réajustement de la stratégie du PSUV.

 

Résultats des élections régionales

A écouter Chavez, pendant la campagne électorale, l’opposition devait être si bien balayée par la nouvelle configuration politique qu’il alertait l’opinion : nos opposants ne vont pas respecter les résultats surtout dans l’Etat de Zulia, soyez prêts à réagir !

Les résultats réels (dont l’échec cuisant dans l’Etat de Zulia) nous révèlent que l’adversaire est toujours coriace (le PSUV a un peu plus d’un million de voix d’avance). L’opposition qui aux dernières législatives avait choisi le boycott, et qui se trouve donc sans représentant au Parlement, est prête pour les législatives de 2010.

Le PSUV devait unir les Bolivariens or, malgré d’énormes pressions de Chavez (ceux qui ne sont pas dans le PSUV ne peuvent participer au gouvernement), ça n’a pas été le cas. Aucun des partis existants dans la coalition gouvernementale d’avant le PSUV n’a souhaité se fondre dans ce parti. Si PODEMOS a préféré rejoindre l’opposition (observateur à l’Internationale socialiste), le Parti Communiste du Venzuela (PCV) et Patria Para Todos (PTT) restent favorables à Chavez mais en gardant leur propre autonomie, d’où la présence parfois de deux candidats « officialistes » dans certains Etats. Pourquoi une union ratée ? Parce que le PSUV a été constitué comme un parti gouvernemental, piloté par le gouvernement lui-même, et l’appel à la base ne pouvait rien changer à ce verticalisme.

Ceci étant, les avancées de l’adversaire ne viennent pas de divisions « chavistes ». Dans l’Etat de Portuguesa, un candidat du PTT (14%) laisse la victoire au candidat du PSUV (56%), l’opposition ne faisant que 26%. Dans l’Etat de Trujillo le candidat du PCV (13%) laisse la victoire au candidat du PSUV (59%), l’opposition restant également à 26%. Dans l’Etat de Carabobo la droite gagne tout en étant divisé, le candidat du PSUV était un présentateur de télé de l’émission « LaHojilla ».

Inversement, et le résultat me paraît très significatif : dans l’Etat d’où Chavez est originaire, Barinas, le candidat du PSUV, le frère de Chavez, l’emporte de justesse avec 50% bénéficiant lui de la division de la droite (cet Etat est pourtant contrôlé par la famille Chavez depuis dix ans).

Relativiser la victoire du PSUV ne signifie pas crier avec les loups de la presse impérialiste, pas plus qu’hier critiquer l’URSS n’entraînait un alignement sur le dit impérialisme. Au contraire !

 

La stratégie de l’adversaire

Le résultat du 22 novembre doit nous inciter à étudier la stratégie de l’adversaire. Pourquoi Caracas, et qui plus est la mairie la plus populaire, tombent entre les mains de l’opposition ? Parce que la situation de la ville, après dix ans de chavisme, n’est pas brillante et la mise en place du PSUV n’a pas permis d’analyser sereinement le phénomène. Déjà en décembre 2007, le vice-président d’alors avait alerté le pays : la montée de l’insécurité devient un problème grave (comme dans toute l’Amérique latine). De plus, en janvier, le gouvernement annonçait une inflation de 11% pour 2008, en juin ce nombre est passé à 17% puis en septembre à 28%. Bilan, l’inflation risque d’atteindre 31% et les salaires des plus pauvres ne suivent pas. Côté transport, au cours d’un voyage, j’avais noté le côté agréable du métro mais au même moment, un lecteur d’Ultimas Noticias (proche du gouvernement), plus au fait, énumérait la longue liste des dysfonctionnements une lettre qui tombait bien, puisque le lendemain on apprenait que le responsable du métro était remplacé par un militaire ! Ajoutons les problèmes des ordures ménagères et le tableau n’est pas de la seule responsabilité des autorités locales.

Face aux problèmes, l’opposition a changé de stratégie. Elle a abandonné la méthode forte pour une stratégie patiente qui fonctionne. David Segarra la caractérise ainsi : « D’une part des Think Tanks et autres centres de pensée sont venus expliquer à l’opposition vénézuélienne que la société a changé structurellement et qu’il faut s’y adapter. Elle bénéficie de techniques d’organisation décentralisées mais coordonnées, et de techniques de marketing. Echec après échec, elle a compris qu’elle ne pouvait dénigrer les majorités vénézuéliennes à la peau sombre. Des années d’erreurs lui ont permis de devenir plus humble et d’apprendre de l’ennemi. Ils ont fini par trouver leur pierre philosophale : s’approprier le discours bolivarien en faveur des classes défavorisés. La télé Globovision [la dernière télé d’opposition] a plus de programmes sur la vie des quartiers que la télé publique. »

Cette évolution stratégique n’a rien de surprenant, elle est le fait de toutes les droites du monde qui sont en pointe. Plutôt que de chanter avec Chavez que sa chaîne Télésur est vue par 50 millions de personnes, écoutons les responsables de la dite télé qui chiffrent le nombre de téléspectateurs à cent mille (info de Guillermo Almeyra qui défend Chavez dans la Jornada). Et, à la télé publique, combien sont-il ceux qui supportent le discours style propagande distillé en guise de publicité ?

Après dix ans d’histoire, les figures nouvelles de la politique du pays sont dans l’opposition et Chavez fait comme s’il luttait encore contre les auteurs du Coup d’Etat dont l’échec lui fut très profitable. Renversement des valeurs : plus Chavez devient indispensable dans le camp progressiste, plus l’opposition peut présenter une grande diversité de leaders !

 

La solution : refaire voter pour permettre à Chavez d’être candidat en 2012 ?

La défaite de l’an dernier fut si faible que l’idée de faire revoter peut se justifier mais c’est alors nier les résultats de l’élection qui vient d’avoir lieu !

Dans l’Etat de Lara, Henri Falcon, le gouverneur, avec 73% des voix, a démontré que le Chavisme a aussi besoin de têtes nouvelles. Candidat du PSUV malgré une forte opposition interne des élites, il a réussi mieux que quiconque. Chavez craint-il que lui ou d’autres lui fassent de l’ombre ? Il appartient au PSUV de décider mais comment ne pas craindre que la marginalisation des autres partis n’induisent une méfiance accrue envers le parti unique ? Tarek Williams Saab, figure novatrice dans l’Etat de Anzoategui est-ce une autre image de ce parti ? (les deux ont la particularité de n’avoir jamais été ministres).

Même Poutine a préféré respecter la Constitution de son pays ! Laisser croire que les échecs sont circonstanciels, dues à des problèmes locaux, ce serait nier les limites d’une stratégie qui va, de plus, affronter la crise économique. Laisser croire également qu’il n’y a aucun problème de personnes à la tête de l’Etat serait nier le principe classique de l’usure politique. Il suffirait de radicaliser la politique en cours ? Plus de nationalisations ? Plus de pouvoirs au peuple ? Les conseils communaux entrent dans le même verticalisme que l’organisation du PSUV. Le système militarisé qui montra son efficacité face à la méthode forte de l’adversaire est-ce la meilleure riposte au futur maire de Caracas, Antonio Ledezma qui n’est pas un nouveau dans la vie politique du pays (il fut gouverneur du district fédéral) ?

 

L’affrontement qui se déroule au Venezuela nécessite la réflexion de tous pour mieux analyser le rapport de force mondial entre démocrates et oligarchies. Je ne prétends à rien d’autre qu’à apporter ma pierre en dehors des discours à l’emporte-pièce et donc en essayant d’être au plus près du réel.

28-11-2008 Jean-Paul Damaggio

(1) Discours publié aux Editions La Brochure 82210 Angeville, 5 euros.

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans amériques
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche