Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 17:05

Election Intercommunale en TetG

 

Intercom

Président

fonction

Position

Monclar

J-P Albert

Maire de Monclar

DVD

Caussade

F-Bonhomme

Maire de Caussade

UMP

Lavit-Beaumont

F. Garrigues

Maire de Lavit

Centre

Lafrançaise

P. Soulhac

Maire de Lafrançaise

?

Caylus-St Antonin

A. Massat

Maire de Varen

PS

Lauzerte

 

 

 

Montaigu

 

 

 

Castel-Moissac

B. Dagen

Maire de Castel

DVD

Labastide St Pierre

Mme Mègre

Maire de Campsas

PRG

Montauban

Mme Barèges

Maire de Montauban

UMP

Valence

J-M Baylet

Elu à Montjoie

PRG

Montech

J. Moignard

Maire de Montech

PS

Nègrepelisse

J. Cambon

Maire de Nègrepelisse

DVG

Verdun

D. Roger

Maire de Verdun

PRG

Lavilledieu

 

 

 

Saint Nicolas

J-M Bence

Maire de St Aignan

PS

 Tous se représentent et je pense que tous espèrent garder le poste même si sur Caylus Saint-Antonin il doit y avoir débat au sein du PS entre Massat et Denis Ferté conseiller régional candidat sur la liste du maire sortant de Saint-Antonin.

Comme le répéta sur CFM le maire de Bressols le poste intercommunal n'est pas électif, il n'entre pas dans le cumul de mandats car sans doute ce n'est pas un mandat sauf qu'à présent il devient électif alors ne faudrait-il pas l'inclure dans le cumul des mandats ?

Pour Lauzerte-Montaigu il y a regroupement.

Pour Lavilledieu il y a eu un changement ces derniers jours mais je ne retrouve pas l'info.

 

Jean-Paul Damaggio

Dictionnaire des intercommunalités

en Tarn et Garonne en 2008

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans livres en accès libres
commenter cet article
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 14:17

Library.gif

 

17 216 habitants, tous dans la zone urbaine avec 40 ans d'âge en moyenne pour un revenu familial moyen de 55 387 dollars un peu mieux que dans l'Etat.

Voilà le premier portrait de la population de cette ville du Colorado. Mais pourquoi Durango ? A.C. Hunt passant par là (bien après l'arrivée massive des chercheurs d'or en 1860) au moment où il fallait trouver un nom, pensa à Urango qui en basque signifie "ville de l'eau" et c'est devenu Durango. L'info du site de la ville a été reprise par Le Routard.

Une eau indispensable comme toujours à l'industrie du cuivre pour la ville proche de Silverton, l'eau qui coule dans la rivière Animas.

Comme dans toute la région on compte surtout des Blancs (80%) et 10% d'Hispaniques. La troisième catégorie, ce sont les Indiens qui représentent tout de même 7%.

Je n'entre pas dans le détail du comptage de lesbiennes et de gays.

Pour la religion 54% de catholiques, les Mormons n'étant que 10%, les Baptistes 5%. et parmi la centaine d'églises du pays ils sont 6% à l'International Church of the Foursquare Gospel. J'avoue ne pas avoir repéré celle-ci dans ma liste des années passées. Même après les Presbytériens qui sont 4%, il reste 20% pour les autres religions.

Le chômage est surveillée de près avec une hausse spectaculaire de 2008 à 2011 (de 3% à 7,5%) mais la crise serait-elle en recul, le chômage est redescendu à 5% ?

C'est en visitant Durango qu'une fois de plus j'ai découvert qu'en France on ne savait plus rien inventer. La fameuse "école de la seconde chance" est une importation des USA et ça s'appelle Second Chance School. A Durango, le collège public à 1504 élèves et l'école de la deuxième chance 88.

Il y a deux collèges privées mais pour la super élite : 51 élèves dans la GRACE PREPARATORY ACADEMY OF DURANGO et 88 élèves dans la COLORADO TIMBERLINE ACADEMY.

Les six écoles élémentaires ont en moyenne 400 élèves.

Comme partout la qualité de l'air est surveillée en permanence.

En politique la ville est plutôt démocrate.

Je m'étonne toujours de la forte présence de radio locales.

Comme partout mon lieu de référence c'est la bibliothèque (voir la photo). Le 3 mars de 6 h 45 à 7 h 45 c'était la célébration des luttes féministes avec un film sur l'histoire de 1963 à 1970. Les rois du BlueGras seront à Durango les 11,12 et 13 avril. A suivre. JPD

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans USA
commenter cet article
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 13:53

FN-2001.JPG

 

Carte des candidats FN aux municipales de 2001.

 

En 2001, le soir du premier tour, les Montalbanais-es ont eu droit à deux surprises : le bon score du FN et le mauvais score de la liste Garrigues. La carte donnée en image rappelle qu’à ce moment là le FN est très faible en France car il sort des élections européennes de 1999, où il avait eu le plus mauvais score de son historie à cause de la guerre avec un Mégret cependant laminé. Elle rappelle qu’en situation de faiblesse le FN dans le Sud-Ouest et le Sud-est est le parti de trois zones : les vallées de la Garonne et du Rhône et le pourtour méditerranéen. Notons en passant que ceux qui tireront les leçons des municipales devront se souvenir de l’échec FN en 2001 qui s’est transformé en présence au second tour en 2002 ! Preuve que les municipales, pas plus que les Européennes ne donnent une vision juste de ce parti.

 Quant à l’échec de la liste Garrigues, il était surprenant car Jospin alors au pouvoir avait une bonne côte de popularité, la liste se présentait avec un bon bilan et l’adversaire était alors totalement inconnu.

Puis arriva le débat télé de l’entre deux tours et là, contrairement à ce que pense Garrigues ce n’est pas lui qui a perdu l’élection, ni Barèges qui l’a gagnée, mais le candidat FN qui a été totalement nul, son électorat volant alors au secours de Barèges.

 Donc 2014 s’annonce comme une répétition avec deux différences notoires : le FN est dirigé à présent par un homme sachant se tenir devant les caméras, et Roland Garrigues a une réserve de voix avec la liste Rassemblement Montauban Citoyenne. Ajoutons une différence peut-être anecdotique : le rôle de La Dépêche qui cette fois a décidé de jouer à fond la carte Roland Garrigues. Comment ? En mettant en avant le Front national !

 Qui, en Tarn-et-Garonne, sait qu’il y a localement deux listes FN en 2014 ? Si pour Montauban le FN a eu droit à une présence constante sur La Dépêche, pour Moissac ce fut l’inverse alors qu’au départ il y a bien eu une référence à Patrice Charles, mais c’était quand le journal pensait qu’il n’arriverait pas à faire une liste et qu’en conséquence il fallait se montrer attentif à ce parti.

 On me dira que je ne peux me plaindre du fait que, pour Montauban, une place équitable ait été donnée dans le journal de la démocratie à TOUS les candidats (j’aimerai la même équité sur d’autres sujets). Pourquoi pas, si la même démarche avait été utilisée pour les autres communes importantes ! Ce fut le cas pour Castelsarrasin, mais rien pour Moissac, Caussade, Beaumont, Grisolles etc.

 Je n’ai jamais été favorable à la stratégie anti-FN précédente de La Dépêche : le silence.

Je ne suis pas non plus favorable à la complaisance !

Hors page de présentation des idées des uns et des autres, le journal a par exemple a donné la parole par des entretiens, à des candidats des deux listes de gauche : quand a-t-il posé cette simple question : le FN est-il un parti comme les autres ?

Je ne conteste pas la présentation des idées FN mais le fait qu’à aucun moment Thierry Viallon n’a été dénoncé comme l’homme sans programme, le porteur d’une idéologie dangereuse.

Bien sûr, des amis me diront que FN et Barèges c'est du pareil au même ce que je conteste radicalement tout comme je contexte le fait qu'on dise le matin PS et droite c'est la même chose pour le soir s'allier au second tour avec le PS. Je ne plaide pas pour le sens des nuances mais pour l'analyse du sens du politique. Que Thierry Viallon devienne conseiller municipal ne changera rien, il ne s'agit donc de brandir un épouvantail.

 Sauf qu’il existe cette autre différence avec 2001 : une partie de l’électorat de gauche, mécontent de François Hollande, a du mal à envisager un report de voix sur des candidats gouvernementaux. Le bon score attendu de Montauban citoyenne va entraîner une fusion qui devra se faire rapidement (vu les délais injustes imposés par la loi : pourquoi pas comme pour la présidentielle 2 semaines entre les deux tours ?)) et qui sans doute conditionnera ce report de voix, à partir des concessions affichées.

 La bataille du second tour sera donc complexe puisque cette fois c’est Brigitte Barèges qui n’aura pas de réserve de voix. En 2008 ce fut la même chose, toutes les autres listes ayant appelé à voter contre elle, mais son adversaire n’est plus Claude Mouchard (qui se réserve pour la présidence du Grand Montauban) peut-être moins apte à rassembler qu’un Roland Garrigues, soutenu par le grand quotidien.

 Il existe cependant un point étrange : pas l’ombre d’un sondage public pour Montauban. Or, quand on a Manuel Valls au Ministère de l’Intérieur on ne me fera pas croire que La Dépêche est sans estimations et si elles avaient été bonnes, un sondage aurait été lancé. Surtout si on se souvient que le quotidien en a lancé un pour régler l’affaire de la tête de liste à Montauban ! Les militants PS avait décidé de l’organisation de primaires puis un sondage ayant montré que Garrigues était en meilleure position, Mouchard s’est incliné et Garrigues a été retenu avec la députée à ses côtés, une députée qui ne pourra devenir ministre car à ce moment-là Roland Garrigues serait obligé de laisser un mandat comme son ami Moignard. Jean-Paul Damaggio

 P.S. : Rappelons qu’aux dernières législatives, sur la deuxième circonscription c’est le FN qui a été présent au second tour, assurant ainsi une victoire facile à Sylvia Pinel.

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Municipales
commenter cet article
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 11:45

Plus que pour tout autre élection, le rôle de la presse locale est important au moment des municipales. Et le cas de Moissac permet de révéler quelques infos. Voici un texte du blog de Nunzi :

 "Le Front national demande en urgence une réunion du Conseil municipal suite à un  vilain poulet de la liste PRG… On aura tout vu!

Mais attention à ne pas franchir la ligne jaune.  Il est des assertions qui sans preuves deviennent de la diffamation pure et simple.

Que les choses soient claires : NON la mairie n’a jamais acheté pour faire sa pub des numéros du "Petit journal". Et si Empociello, Guillamat, Charles ou un autre veulent se risquer à ce jeu là, ils en répondront devant les tribunaux.

Par ailleurs, pour que les choses soient claires, la mairie, pendant les six ans du mandat qui s’achève a payé 96000 euros à La Dépêche du Midi, et 40000 euros au Petit Journal. Tout cela au titre des insertions publicitaires et des petites annonces. Rien de plus!

Pour le coup, Guillamat et consorts ont perdu une bonne occasion de se taire! Et ne lui en déplaise, personne n’a qualité parmi les candidats à la mairie pour interdire à un journal de distribuer gratuitement certains de ses numéros. Les gratuits sont même devenus un modèle économique en matière de presse."

 

Cette transparence devrait être obligatoire !

Combien le Conseil général donne à La Dépêche et au Petit Journal chaque année ? Pour l'un on connaît la réponse mais pour l'autre ?

Même question pour la mairie de Montauban et ailleurs.

Même question pour les radios. Radio Totem par exemple s'affiche comme média sans subvention.

Certains reprochent au Petit Journal la distribution d'exemplaires gratuits qui sont toujours des invendus. A chacun sa stratégie publicitaire.

 Le blog de Nunzi nous apprend par exemple que la liste Bousquet à Valence est inscrite officiellement UDI. N'est-ce pas bon à savoir ?

Jean-Paul Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Municipales
commenter cet article
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 11:50

220px-Cloots01.jpg

Dans son livre, Les orateurs de la Législative et de la Convention : l'éloquence parlementaire pendant la Révolution française, Louis Blanc donne ce portrait du Prussien étrange Anacharsis Cloots. En fait j'aurai aimé trouver le livre de George Avenel dont Marx avait conseillé la lecture mais ce portrait a quelque intérêt au sujet d'un homme assez  unique. Marx rappelle que le conflit Danton-Robespierre n'était pas surtout franco-français mais en lien avec les alliances possibles : Danton avait un œil du côté des Anglais et Robespierre du côté des Prussiens. Ce qui n'empêcha pas Robespierre de contribuer à la mort du Prussien Cloots. Voici le texte de Louis Blanc. JPD

 

"Les Hébertistes eurent souvent pour interprète, quoiqu'il ne se confinât dans aucun parti, le cosmopolite voltairien Anacharsis Cloots.

La vie de cet enthousiaste a déjà été contée avec esprit, avec trop d'esprit même, par un des plus érudits critiques de la Révolution[1]. M. Avenel a voulu mettre en scène Cloots et ses contemporains : tout son livre, outrant le lyrisme de Michelet, est une restitution politique des figures et des paroles, des attitudes et des propos, dans la rue, dans le club, dans l'Assemblée. Rien n'est admirable d'abord et rien n'est inquiétant ensuite comme ce mélange du possible et du réel, des citations littérales et des propos supposés, où la fantaisie devient à la longue une hallucination, un cauchemar. Et pourtant la science et la bonne foi de l'écrivain sont également solides : ses analyses des pamphlets et des discours de Cloots, exactes et complètes, donnent une idée juste, quoiqu'un peu embellie, de ce Prussien qui fut plus Français que les Parisiens, plus chauvin que les batailleurs de la Gironde.

Né à Clèves, riche, baron, il parla et pensa en français, avant de balbutier cette langue allemande qu'il dédaigna. Son idole fut Voltaire, qu'il connut à Paris en 1777, et dont il adopta avec enthousiasme le rationalisme militant. A vrai dire, il ne quitta Paris, de 1777 à 1789, que pour des voyages, et il s'était fait un nom dans les salons philosophiques, par sa verve sceptique, sa candeur allemande, ses belles manières et surtout par son livre voltairien, Certitude des preuves du Mahométisme (1780), où il réfutait l'apologie du christianisme de l'abbé Bergier. Plutôt pamphlétaire qu'orateur, il joua dans la Révolution un rôle bruyant, contesté, mais sincère et honorable, mettant sa fortune au service des idées nouvelles, s'intitulant tour à tour gallophile et orateur du genre humain[2] . Il professa d'abord, en philosophie, le déisme ; puis, avec Hébert, ce naturalisme dont la cérémonie païenne du 10 août 1793 et la fête de la Raison furent les plus éclatantes manifestations. En politique, il prêcha le cosmopolitisme, le rayonnement de l'idée parisienne, la république européenne, demandant que sa patrie devint un département français. Les desseins guerriers de la Gironde le rapprochèrent d'abord de Brissot et de Mme Roland : son culte pour Paris, qu'il adorait, l'entraîna dans le mouvement à la fois municipal et cosmopolite dont les hommes de la Commune furent les chefs et qu'interpréta le Père Duchesne.

Toujours rêvant, souriant, discutant, imprimant, il traversa la Terreur avec l'air d'extase d'un illuminé, aujourd'hui acclamé pour ses bons mots voltairiens, demain sifflé pour ses incohérences germaniques. Le meilleur de son talent est dans ses factums politiques, si sages et si fous : Anacharsis à Paris (1790), l'Orateur du genre humain (1791), la République universelle (1792), Ni Marat ni Roland (1793).

On n'a que des fragments des discours qu'il prononça dans sa fameuse querelle philosophique avec l'abbé Fauchet. Mais rien n'est plus connu que son adresse à la Constituante, au nom des députés du genre humain. Voulant rendre sensibles ses théories cosmopolites, il réunit, à la veille de la grande fédération, un certain nombre d'étrangers de tous les pays[3], proscrits ou voyageurs, qu'il mena, dans leurs costumes nationaux, devant l'Assemblée qu'il appelait le concile œcuménique du monde (19 juin 1790) : « A nous aussi, dit-il, il est venu une grande pensée, et osons-nous dire qu'elle fera le complément de la grande journée nationale? Un nombre d'étrangers de toutes les contrées de la terre demandent à se ranger au milieu du Champ-de-Mars, et le bonnet de la liberté, qu'ils élèveront avec transport, sera le gage de la délivrance prochaine de leurs malheureux concitoyens. Les triomphateurs de Rome se plaisaient à traîner les peuples vaincus, liés à leurs chars; et vous, messieurs, par le plus honorable des contrastes, vous verrez dans votre cortège des hommes libres dont la patrie est dans les fers, dont la patrie sera libre un jour par l'influence de votre courage inébranlable et de vos lois philosophiques. Nos vœux et nos hommages seront les liens qui nous attacheront à vos chars de triomphe. — Jamais ambassade ne fut plus sacrée. Nos lettres de créance ne sont pas tracées sur le parchemin ; mais notre mission est gravée en chiffres ineffaçables dans le cœur de tous les hommes ; et, grâce aux auteurs de la déclaration des droits, ces chiffres ne seront plus inintelligibles aux tyrans. » Cloots et son groupe d'étrangers obtinrent un succès d'enthousiasme ; ce n'est que plus tard qu'on tourna cette démarche en ridicule.

Admis au titre do citoyen français en même temps que Payne, Priestley, Schiller et autres écrivains d'étrangers, il prit une part plus active à la politique intérieure et poussa les Jacobins à sortir de la légalité contre la cour. Mais ses idées cosmopolites taisaient toujours le fond de son éloquence, comme dans le discours qu'il prononça a la barre de la Législative pour demander l'apothéose de Gutenberg: « La république universelle des Français fera des progrès plus rapides et plus heureux que l'église universelle des chrétiens. La catholicité d'un catholicisme éternel l'emportera sur la catholicité d'un principe sacerdotal. L'erreur prosterne tous les Musulmans vers la Mecque ; la vérité relèvera le front de tous les hommes fixant les yeux sur Paris... L'art de Gutenberg sera désormais notre principal véhicule. Ce grand art vous a faits, non pas les mandataires de 83 départements, ni de 6,000 cantons, mais les représentants de 26 millions d'individus; il vous fera un jour les représentants d'un milliard de frères. L'univers, casé en mille départements égaux, perdra le souvenir de ses anciennes dénominations et contestations nationales, pour conserver éternellement la paix fraternelle sous l'égide d'une loi qui, n'ayant plus à combattre des masses isolées et redoutables, ne montrera jamais la moindre résistance nulle part. L'univers formera un seul État, l'État des individus unis, l'empire immuable de la Grande-Germanie, la république universelle. »

 Ainsi rêvait Cloots : député de l'Oise à la Convention, il y parla peu, mais il présida le comité diplomatique, sans exercer d'ailleurs une grande influence sur la politique étrangère de la République. Son silence ne fut pas tout à fait volontaire : quand il voulait s'inscrire pour la parole, toutes les formalité du règlement se dressaient contre lui. Enfin, le 26 avril 1793, il put prononcer un immense et nuageux discours sur les bases constitutionnelles de la république du genre humain. On ne l'écouta pas. « Autour de l'orateur, dit M. Avenel d'après le Journal français, c'était un immense bourdonnement de sons articules: il y avait récréation. Bureau, droite, centre allaient, venaient pour leurs affaires, ou se promenaient pour leur digestion, ou se groupaient pour rire ou bavarder, sur le Jugement île Paris, par exemple, grand succès à l'Opéra. lies plaisantins seuls songeaient au philosophe », et lui lançaient des brocards. Méconnu à la Convention, il se lança de plus en plus dans le mouvement hébertiste, décidant Gobel à abdiquer, présidant les Jacobins à l'époque de la fête de la Raison, et, chose plus grave ! attaquant la personne même de Robespierre en termes nets et crus. Celui-ci le fit rayer du club (22 frimaire), non seulement comme étranger, mais comme conspirateur ; et, quelques jours après, il obtint de la Convention un décret qui, en excluant les étrangers, ôtait à Cloots son mandat de représentant du peuple. Arrêté dans la nuit du 7 au 8 nivôse, il fut condamné avec les hébertistes, sans avoir eu la liberté de se défendre, et montra devant la guillotine une sérénité philosophique. L'orateur du genre humain avait de la prestance et de la voix ; sa parole plaisait au peuple, quoique diffuse et souvent obscure. Mais il trouvait des mots, des accents, et par moment sa verve parisienne faisait oublier ses germanismes de pensée et de parole[4].



[1] Anacharsis Cloots, par Georges Avenel, Paris, 1865, 2 vol. in-8

[2] ) Il s'était baptisé, en 1790, du nom d'Anacharsis. Saint-Just lui en fit un crime, dans son discours du 23 ventôse an II, où il raille « ceux qui ont la modestie d'usurper les noms des grands hommes de l'antiquité. » « Cette affectation, dit-il, cache un sournois dont la conscience est vendue. Un honnête homme qui s'avance au milieu avec l'audace et l'air tranquille de la probité n'a qu'un nom comme il n'a qu'un cœur. »

[3] (1) M. Avenel a prouvé que ce n'était pas là, comme on l'a dit, une mascarade, mais une manifestation sérieuse de trait étrangers.

[4] Néologue audacieux, il hasarda le premier le mot nihiliste, dans son Opinion sur les spectacles (Avenel, il, 328). On pourrait aussi rattacher au parti d'Hébert deux hommes de valeur fort inégale: Léonard Bourdon et Fouché. Mais ce furent de médiocres orateurs.

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans hiistoire
commenter cet article
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 11:48

Mon engagement en faveur d’une alternative à la LGV Bordeaux-Toulouse m’a incité, comme pour les élections précédentes, à suivre les références politiques à la question, au cours des municipales. Attitude totalement justifiée quand nous lisons cette affirmation du cabinet Claraco spécialiste du sujet :

 « En termes d’aménagement du territoire, les décideurs politiques ont à disposition deux outils qui leur sont complètement soumis. D’une part, RFF qui est gestionnaire des infrastructures de l’Etat et qui pilote les projets de développement, d’autre part la SNCF, entreprise d’Etat à 100% qui est aux ordres pour développer les politiques décidées même si elles ne sont pas fondées en termes économiques. » (document Claraco au sujet de la ligne POLT, mars 2014 :en gras c’est moi qui souligne)

 C’est au quotidien que l’équipe Claraco est confrontée aux incohérences politiques sur une question qui a besoin de tout… sauf d’incohérence ! Et la première des incohérences c’est l’absence de débat politique sur un sujet éminemment politique !

Présidentielles, législatives, régionales et aujourd’hui municipales ne donnent lieu qu’à des propos parfois ridicules au sujet de la LGV.

 Les ignorants

En fait, les médias locaux s’intéressant surtout au cas de Montauban, c’est dans cette ville que les candidats ont le plus souvent évoqué, au détour d’une phrase, le mot LGV qui, avec ou sans l’argent de l’Etat, est plébiscité de la liste LO à la liste FN. Quel électeur comprendra pourquoi il faut deux gares sur le Grand Montauban ? Quel électeur saura le montant de la dépense ? Quel électeur admettra qu’il faille une zone d’activité de 650 hectares après celle de 450 hectares à Montbartier ? Dans des conditions équivalentes, celle d’Agen est prévue de 250 hectares, 250 hectares de trop mais c’est déjà moins ? Le pompon de l’ignorance revient à celui qui propose un accord avec la SERNAM sur la gare de Montauban alors que la SERNAM n’existe plus…

 Les fatalistes

C’est comme si, la SNCF sachant ce qu’il y a de mieux à faire, les élus avaient comme seule responsabilité d’accompagner l’entreprise ! Au moment même où Martin Malvy pousse un cri de colère contre la dite SNCF, pour des raisons sans nul doute électoralistes (le cri ne peut pas être suivi d’effets). Pour le transport ferroviaire régional c’est Malvy qui est aux commandes ! Le pyromane qui crie au feu ! Mais qui peut comprendre ?

Il y a eu la commission Duron qui fut une tentative politique sérieuse pour reprendre en main la direction du rail, mais les luttes politiciennes font qu’on détricote le lundi, ce qu’on a tricoté le dimanche !

Le pompon du fatalisme revient à ceux qui disent qu’on peut tout faire quand tout le monde sait que la vie est toujours faite de priorités.

 Les menteurs

Là aussi personne ne peut plus savoir si les élus répètent les mensonges du couple RFF- SNCF, ou si l’entreprise ferroviaire se sent obligée de mentir pour faire plaisir aux grands élus ! Un des mensonges les plus classiques dans ces municipales, ce fut d’entendre que la LGV était source de développement économique. En fait même RFF ne répète plus ce mensonge mis à mal par des tas d’études, Marie Delaplace s’étant distinguée sur ce point. En conséquence cet exemple confirme que les politiques vont plus loin que l’entreprise pour obtenir une LGV qui n’est rien d’autre qu’un rêve d’enfant ! Depuis que je m’active sur ce terrain j’ai pu constater que le ferroviaire c’est une affaire de « mecs ». Dans un colloque vous pouvez avoir dix personnes à la tribune, ce sont toujours des hommes. Et les intervenants dans la salle toujours des hommes sauf quand il y a Brigitte et Pierrette.

Le pompon du mensonge fut atteint à une émission télé quand il a été annoncé qu’avec la LGV, Montauban serait à 2 h 40 de Paris !

 Les lâches

Le besoin de LGV vient d’en haut, des hautes sphères politiques. Martin Malvy a bien tenté de lancer une pétition pour appuyer son rêve, mais sans succès. Ensuite le mot d’ordre descend jusqu’à l’élu de base qui, faisant confiance au supérieur préfère ne rien dire sur le sujet pour par exemple ne pas perdre l’accès à quelques subventions. Sur ce point le Tarn-et-Garonne se distingue par rapport au Lot-et-Garonne. D’un côté il y a unanimité au Conseil général et de l’autre il y a de vifs débats. Défendre la LGV est un acte tout à fait respectable quand on avance des arguments, mais là aussi nous avons un pompon quand le maire d’une commune du Grand Montauban affirme : « Je suis pour la LGV mais je ne saurai dire pourquoi » !

 Les indifférents

Je suis prêt à trouver des excuses à tout le monde sauf aux indifférents.

Les ignorants, ne peuvent tout savoir ; les menteurs sont ceux qui veulent vendre leur camelote ; les fatalistes ont le droit d’être fatigués ; les lâches sont parfois courageux en d’autres occasions ;  mais les indifférents me sont insupportables. J’entends bien que, comme tout un chacun je suis indifférent à tant de choses auxquelles telle ou telle personne attache une grande d’importance, mais je ne parle pas de cette indifférence naturelle voire salvatrice.

J’évoque celui qui vous dit, quand vous mettez sous son nez l’Himalaya, « circulez, il n’y a rien à voir ». Tout le monde peut-être indifférent aux merveilles de l’Himalaya mais, mis au pied de montagne, personne n’a le droit de dire : « circulez, il n’y a rien à voir ».

Les candidats aux municipales (comme aux autres élections) doivent savoir qu’on va les tirer devant diverses montagnes et s’il s’en trouve une à 8 voire 10 milliards d’euros il ne peut détourner son regard. Il peut mentir, se montrer lâche, tricher, dire sa fatigue mais il doit réagir. A Toulouse les municipales auront suscité le pompon de l’indifférence vis è vis de la LGV, alors que dans le même temps cette LGV est présentée – hors échéance électorale- comme le pilier de l’avenir de la ville !

 Quelques beaux gestes

Sur les 31 communes impactées en Tarn et Garonne, ils sont une cinquantaine de candidats qui ont souhaité afficher un soutien aux arguments de l’alternative LGV suscitant ainsi dans des listes quelques débats (la liste sera publiée sur le blog de l’asso Alternative LGV Midi-Pyrénées). Car pour moi, l’essentiel est dans le courage du débat sur le sujet. Au-delà de la LGV, le ferroviaire ne doit plus être un tabou politique. Critiquer les choix de la SNCF ce n’est pas porter un mauvais coup à l’entreprise, c’est affirmer que la décision appartient aux citoyens. Comment et pourquoi en Languedoc-Roussillon le TER va-t-il être partout à 1 euro en janvier 2015, après bien sûr de multiples expérimentations ? Comment et pourquoi le Conseil Régional Poitou-Charentes se dispense de payer toute LGV quand celui de Midi-Pyrénées se prépare à y consacrer des millions d’euros ? (plusieurs millions ont déjà été dépensés).

 Conclusion

Je n’évoque ici qu’un sujet que je connais, mais je crains que, pour tant d’autres sujets, la démission des politiques soit du même ordre avec ce cercle vicieux à la clef : la démission entraîne l’abstention, et face à l’abstention les politiques se disent que puisque ça n’intéresse personne pourquoi se fatiguer à expliquer…

J-P Damaggio

P.S. J’aurai pu nommer ceux qui ont décroché le pompon mais les noms importent peu quand les attitudes évoquées sont si répandues…

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Municipales
commenter cet article
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 22:04

bachelet-presidenta1.jpg

L'image a fait le tour du monde.

La présidente du Sénat, Isabelle Allende (en rouge) a remis l'écharpe de présidente à Michelle Bachelet.

Pour le symbole je me devais de faire suive cette photo.

L'accouchement du gouvernement n'a pas été facile à cause des tensions internes à la coalition.

Dans la mesure du possible je vais continuer de suivre cette actualité qui me passionne. JPD

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Chili
commenter cet article
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 15:03

couv-balafre-blog.jpg

Quête d'une tortue sur la balafre d'une LGV, Jean-Paul Damaggio

 

En Tarn-et-Garonne la LGV va traverser 31 communes. A titre d'indication j'ai retenu une merveille par commune pour faire comprendre que la beauté du monde se loge aussi dans les détails. La vitesse a ses nécessités que je ne nie pas, surtout quand on en reconnaît aussi à la lenteur !

Le paysage que je décris est celui de mon quotidien et chacun sait que le quotidien rend souvent aveugle aux charmes qui nous entourent.

J'espère en conséquence que ce livre de 66 pages saura en divertir quelques uns. Jean-Paul Damaggio 

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans livres en accès libres
commenter cet article
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 10:46

 

Voici une liste des noms États des USA. Sans commentaire. JPD

Code

État

Origine du nom

traduction

AL

Alabama

Indien : alba amo

Clear the ticket (?)

AK

Alaska

Indien : alaska

Grande terre

AZ

Arizona

Indien : Alek-zon

Petit printemps

AR

Arkansas

Algonquin

 ?

CA

California

Espagnol

Nom d'une île imaginaire

CO

Colorado

Espagnol

Coloré en rouge

CT

Connecticut

Indien

Le long de la rivière

DE

Delaware

Anglais

Lor dde la Warr

FL

Florida

Espagnol

fleurie

GA

Georgia

Anglais

Honneur du roi George

HI

Hawaï

?

 

ID

Idaho

Indien

Pierre précieuse des montagnes

IL

Illinois

Indien

L'homme

IN

Indiana

Anglais

Terre des indiens

IA

Iowa

Indien sioux

Quelqu'un de somnolent

KS

Kansas

Indien sioux

Le peuple du vent du sud

KY

Kentucky

Indien

Terre du lendemain

LA

Louisiana

Français

En l'honneur de Louis

ME

Maine

Français

Noms ancienne province en France

MD

Maryland

Anglais

En l'honneur de Marie

MA

Massachusetts

Algonquin

Grand défi-petit endroit

MI

Michigan

Indien

Grand eau

MN

Minnesota

Indien sioux

Ciel chargé d'eau

MS

Mississippi

Indien

Rivière large

MO

Missouri

Indien Sioux

Le nom d'une tribu

MT

Montana

Espagnol

Montagneux

NE

Nebraska

Indien Omaha

Rivière plate

NV

Nevada

Espagnol

Enneigé

NH

New-Hampshire

Anglais

Province anglais

NJ

New Jersey

Anglais

L'île

NM

New Mexico

Indien aztèques

Guerre de Dieu

NY

New York

Anglais

Province anglaise

NC

North Carolina

Anglais

En l'honneur du roi Charles

ND

North Dakota

Indien sioux

Alliance avec les amis

OH

Ohio

Indien Iroquois

Grand

OK

Oklahoma

Indien Choctaw

Peuple rouge

OR

Oregon

Espagnol : orejon

Grandes oreilles

PA

Pennsylvania

Anglais

En l'honneur de William Penn

RI

Rhode-Island

Anglais

L'île de Rhode

SC

South Carolina

Voir Caroline du Nord

 

SD

South Dakota

Voir Dakota du Nord

 

TN

Tennessee

Indien cherokee

Capitale des cherokees

TX

Texas

Indien

Les amis

UT

Utah

Indien Ute

Nom de la tribu

VT

Vermont

Français

Montagne verte

VA

West Virginia

Anglais

En l'honneur d'une reine

WA

Washington

Anglais

Nom d'un homme bien connu

WV

Virginia

Voir virginie

 

WI

Wisconsin

indien

Nom d'une tribu

WY

Wyoming

Indien

Une alternance de vallées et montagnes

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans USA
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 19:05

En cliquant sur le titre vous pouvez accéder aux textes et présentations.

Nous avons aussi la version papier pour 5 euros port compris.

 

Gouges-Cartou (Moissac)

et Poncet-Delpech (Montauban)

  

Deux projets de déclaration

des droits de l’homme

en 1789

En 1789, des hommes, de sujets du roi se transformèrent en citoyens du pays. Nous avons ici deux exemples de Quercynois qui, comme d’autres, se jugèrent capables d’écrire une déclaration des Droits de l’Homme, le texte à vocation la plus universelle qui soit.

Ne s’agissait-il pas uniquement d’abstractions sans lien avec la réalité, d’autant que les femmes elles-mêmes étaient exclues de ces droits ?

 Ce texte se voulait porteur d’idéal, un idéal aux multiples sources (la Constitution des USA, la philosophie des lumières, la liberté religieuse…), un idéal qui ne pouvait entrer dans la vie que petit à petit.

 Comparer les deux textes qui suivent permet de sortir les articles officiels, du marbre un peu mortel où ils dorment parfois. Chaque mot, chaque phrase, chaque article a été discuté dans le cadre d’une explosion démocratique sans précédent et c’est plus que la déclaration officielle la richesse de la centaine de propositions qui mérite l’attention.

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans livres en accès libres
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche