Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 14:43

baby-boom.jpg

 

Je suis un enfant du baby boom et très tôt j’ai compris ce que ça signifiait. EN arrivant au collège la moitié des classes étaient des préfabriqués car les autorités n’avaient pas anticipés cette arrivée massive d’enfants au collège. Et du côté professeur, il y avait des instituteurs sorti tout frais de l’Ecole normale en attendant que des capétiens prennent leur place.

Bref, pas besoin de faire un dessin : après 1945 les couples ont eu envie de rattraper le temps perdu à cause de la guerre, des séparations, des morts et de la tristesse des temps, les bals clandestins n’étaient pas les lieux les plus incitatifs à penser l’avenir.

Pensant que ce phénomène était plutôt français je ne me suis jamais posé la question du pourquoi c’était une expression anglaise qui le désignait. Les Anglais n’avaient que peu de raisons d’voir un baby boom. Bien sûr des soldats sont morts, le pays a eu quelques bombardements mais pas la moindre occupation, pas le moindre S.T.O…

 Qu’elle ne faut pas ma surprise quand j’ai découvert que les USA avaient eu aussi leur baby boom ! J’oublie pas le nombre considérable d’Etatsuniens morts sur les plages de Normandie, ni l’affreuse guerre dans le Pacifique mais je n’oublie pas non plus la tardive entrée dans la guerre de ce pays.

 Cette découverte m’imposait une révision de mon opinion sur le baby boom : s’il était certes un effet de la Guerre, il était aussi et peut-être surtout un effet de la Libération !

Et si la courte période 1945-1952 avait été celle de l’optimisme maximum sur la plus grande partie de la planète ? Celle d’une promesse de bonheur infini ? Celle vraiment d’une libération qu’on revivra d’une certaine façon en 1968 quand la génération du baby boom voudra à son tour retrouver l’optimisme inconscient de son enfance.

 En 1945 une page de l’histoire de la planète se tourne au détriment souvent des souvenirs de l’entre-deux-guerres qu’il fallait rejeter d’un revers de main pour ne plus penser qu’à nouveau, la victoire étant acquise sur le fascisme, nous entrions dans une autre entre-deux-guerres, avec les nuages annonciateurs d’une guerre qui restera froide en Europe (un peu moins en Algérie, au Vietnam et dans quelques contrées reculées).

 La démographie est et reste un des indicateurs les plus pertinents de la santé de nos sociétés. J’ai souvent écrit que l’URSS s’est effondré le jour où elle a été obligé de cacher la montée en force de sa mortalité infantile.

Jean-Paul Damaggio

 

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans USA
commenter cet article
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 11:22

Diego_Luna_Ganador_Cesar_Chavez_SXSW.jpg

Dans la revue Milenio le film de Diego Luna dont la sortie en France n'est pas encore programmée est présenté ainsi :

"Le cinéma est une entreprise difficile. Dans de nombreux cas, réalisateurs, scénaristes et acteurs Jouent leur sort sur une seule opération. L'industrie récompense amplement ceux qui ont la chance ou le talent pour obtenir un succès , mais punit sans pitié ceux qui trébuchent. Le cinéma  a de plus, également, peu de patience. Il existe des cours d'écriture, par exemple, concentrés sur l'enseignement de formules infaillible pour atteindre non de bonnes critiques ou le succès artistique, mais le plus d'entrées possibles. Il faut avoir vocation très particulière pour choisir une autre voie. Nager à contre-courant à Hollywood n'est pas chose facile. Aussi c'est remarquable ce qu'a fait Diego Luna avec son film récent sur le leader paysan César Chávez, le plus important dans l'histoire de la communauté hispanique aux USA."

 César Chávez n'avait rien d'un héros de cinéma. Pas de grand discours à la Luther King, pas de posture à la Gandhi, juste une modestie infinie, une discrétion permanente.

 Dans la revue citée LEÓN KRAUZE raconte ce souvenir :

"Au début de 2012, j'ai été invité à manger avec ma famille, à Pablo Cruz, un ami de Luna, le producteur en chef de Canana, la société de production à laquelle Gael García Bernal est aussi un associé. Au cours des mois précédents, pendant des événements similaires, j'avais entendu Luna et Cruz parler avec passion de son film sur Cesar Chavez. Il était évident qu' ils se souciaient au plus au point de l'histoire. Dans mon souvenir, la maison de Luna était bordée de livres sur Chavez et son mouvement. Cruz avait décoré la chambre de leurs enfants avec une bannière des United Farm Workers. C'était certainement le projet de leur vie.

Après le repas, le lendemain, Luna et Cruz se dirigeraient vers Hermosillo, où serait tourné le film. L'atmosphère toujours joyeuse de la maison de Cruz était prise par une sorte de mélancolie. Producteur et réalisateur ont passé des années à préparer le début du tournage. Convaincre les investisseurs, choisir le casting, les lieux et bien sûr, inviter John Malkovich. Quelques heures plus tard, je suis allé voir Luna. Je lui ai demandé pourquoi il avait choisi de raconter la vie de César Chávez. Pourquoi ne pas commencer avec un script plus commercial ? Pourquoi jouer avec un tel caractère potentiellement impénétrable ? "Car c'est l'histoire que j'ai à raconter," répondit-il."

Un film à voir. J-P D

 

 

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans USA
commenter cet article
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 11:21

Derbez.jpg

 Le fait est bien connu, les Hispaniques gagnent tous les jours du terrain dans la vie des USA. Par Hispaniques, il faut entendre des immigrés venus d’Amérique latine qui continuent aux USA à parler un espagnol parfois mélangé à de l’anglais.

Le touriste ne peut pas vraiment se rendre compte du phénomène. Bien sûr, un détour par le quartier hispanique de San Francisco est éclairant mais pas plus que le quartier japonais ou chinois.

Dès notre arrivée, dans le bus populaire nous conduisant au centre, nous avons entendu cette forme d’espagnol que nous avons ensuite croisé sur la route comme dans le restaurant de Williams.

Bien sûr, Santa Fe respire le Mexique.

Bien sûr, comme à New York, dans les transports publics les informations sont à la fois en espagnol et en anglais.

Mais, à part la célèbre Univision nous n’avons pas découvert une autre chaîne télé. Concernant la presse en espagnol, vivante sur internet, elle est peu présente y compris dans les bibliothèques où pourtant il ne manque pas de revues.

Bref, sur ce point comme sur d’autres le touriste reste un peu à la superficie de la réalité.

 Or, pendant  notre séjour, un phénomène cinématographique a secoué le pays.

Le film « no se acceptan devoluciones » a fait un tabac passant les 40 millions de dollars d’entrée (je parle de la version en espagnol sans sous-titre). Premier film écrit et réalisé par Eugenio Derbez qui est aussi l’acteur principal, il a surpris la critique et surtout le producteur qui n’imaginait pas gagner le jackpot.

 Premier ingrédient favorable au film : Eugenio Derbez est un acteur phare d’Univision.

Deuxième : un film a la mode Cinema paradiso, l’Hispanique n’est plus le narcotrafiquant.

Troisième : la campagne de pub a été sans équivalent pour un tel film.

 Eugenio Derbez qui vivait à Mexico a fait ses valises pour Hollywood dans l’espoir que ce succès ne soit pas comme pour d’autres cas avant lui, un simple coup d’épée dans l’eau.

 Bref, dans l’esprit US, le public espagnol est un marché porteur : 16 % de la population qui vit aux USA et 27% des spectateurs des salles de cinéma.

 Peut-être plus réjouissant, le succès, certes moindre, d'un autre film que j’espère voir un jour et qui concerne César Chavez. Rien à voir avec Hugo Chavez mais tout à voir avec un militant syndical agricole qui a conduit une lutte sans précédent pour aboutir à la construction d’une organisation, toujours en place, et qui sert de modèle à d’autres travailleurs hispaniques qui veulent se défendre.

Le réalisateur, Diego Luna, a suivi le même chemin qu' Eugenio Derbez : acteur mexicain à la télé, puis acteur de cinéma, puis en cette année 2014, réalisateur de son premier film.

 

Parce que d’une façon ou d’une autre les Hispaniques n’apportent pas que leur langue aux USA. Ils n’apportent pas un regain de catholicisme car dès à présent l’Amérique latine est traversée par l’émiettement du religieux, mais ils apportent surtout un métissage qui n’est pas dans les habitudes. Les recenseurs voient donc enfler la catégorie : « pas seulement blanc ». Concernant la musique, question très importante aux Amériques, les sonorités et rythmes latinos ont pris une telle importance qu’y compris beaucoup de latinos pensent que c’est à New York qu’est née la salsa.

Evolution de la population dans les trois Etats décisifs des USA :

 

 

1974

2010

Californie

20 907 000

37 253 956

New York

18 111 000

19 378 102

Texas

12 050 000

15 145 561

 

 

Il est facile de constater là où la population explose. Jean-Paul Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans USA
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 11:38

coyote.jpg

 

Sur la route, au milieu du désert, un coyote traverse, paisiblement, suivant son propre chemin.

Animal typique de l'Amérique du nord, du Central Park au cœur de New York, aux déserts mexicains il nous rappelle que partout nous croisons les mêmes "profils". Il n'a pas pu comme chez nous le loup disparaître? car il vit sous la protection des immensités.

De l'Alaska à la Terre de Feu, les Amériques ont plusieurs point communs et l'un d'eux s'appelle "les immensités". Le Canada avec ses 3 habitants au kilomètre carré pousse le phénomène jusqu'à la caricature. Si on prenait le Canada du sud on retrouverait sans doute les mêmes données qu'aux USA, Pérou, Chili, Brésil avec des densités tournant autour de 30 habitants au kilomètre carré. Les Hollandais aiment les espaces français mais dès le premier jour les Européens ont dû être fasciné par les espaces américains. Au USA où la propriété individuelle est reine j'ai lu que 70% du pays est possédé par…l'Etat fédéral !

Il a donc été simple de réaliser et aménager les immenses parcs nationaux (du fédéral ou des Etats) qui constituent la richesse touristique majeure du pays, une richesse mise à disposition à un prix modique.

 Immensités inévitables ? D'un pôle à l'autre, les Humains ont démontré qu'ils pouvaient s'adapter à tous les climats… certains étant cependant plus durs que d'autres surtout si on aspire au confort moderne.

 Les évolutions font que partout le Sud à la côte. Dans le désertique New Mexico une ville comme Albuquerque devient la ville de tous les retraités des USA.

 Mais le Coyote ? Sa taille ne dépasse pas 60 cm au garrot et son pelage varie du gris au fauve. Les oreilles et le museau sont longs et pointus. Ils pèsent entre neuf et 23 kg. Ils coyotes courent très vite, grâce à leur corps svelte, musclé et leurs longues pattes très fines, ils peuvent atteindre une vitesse de 60 km/h sur une distance d'environ 300 mètres. Ils sont plus rapides que les Loups. J-P Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans USA
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 11:14

ecole-normale.jpg

 

 Discours pour l'inauguration de l'EN à Montauban

Voici un nouveau document à votre disposition : les trois discours prononcés en 1834 par le Préfet, le Directeur et le Recteur au moment de l'inauguration de la première Ecole normale qui montre comment était conçu un système qui va se laïciser ensuite mais qui restera le même pendant plus de 150 ans.

Ce document est issu de la bibliothèque municipale de Montauban FL 1803.

Le plus émouvant est d'y lire les noms, prénoms et origine des premiers normaliens.

On y lit aussi quelques lieux communs sur le nord de la France plus instruit que le sud (grâce à la ville lumière) et les villes plus instruites que les campagnes, lieux communs qui sans doute feront perdre un peu d'efficacité au système, les connaissances à la campagne n'étant pas de même nature qu'en ville mais jouant tout de même leur rôle social.

Ce document permet de compléter mon livre sue l'école normale de Montauban  la rentrée 1968.

 

Jean-Paul Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 11:04

Un ami dans un commentaire m'incite à aller voir un article qui permet de comprendre techniquement les effets globaux d'une voiture en matière de rejet de CO2. Article qui est en effet précieux pour comprendre la chaîne des causalités de la naissance à la mort d'un véhicule.

 Il pointe par exemple la baisse du poids des véhicules qui est un des facteurs dans la baisse de la consommation et autres éléments de la chaîne.

 A tous les éléments techniques il faudrait ajouter les éléments politiques : le poids du lobby "pétrole" et la quête des profits, quand on constate que tout est fait pour diminuer la durée de vie d'un véhicule. Le succès du diesel en France n'est que le résultat d'un tel lobby. L'étude indique que les boîtes à vitesse automatique qui sont une "religion" aux Amériques ont aussi un impact négatif. La voiture hybride qui n'utilise que l'électricité produite par le déplacement du véhicule (comme la dynamo sur les vélos d'autrefois) et qui fait chuter en conséquence la consommation de l'autre carburant, ne peut pas être une idée soutenue par les rois du pétrole qui peuvent donc se rattraper en faisant en sorte que son prix la rende moins acceptable.

 Mais diminuer le prix des voitures c'est élargir le parc automobile à partir du moment où les alternatives "transport en commun" sont absentes.

 N'étant pas technicien je ne sais si ce type de moteur peut s'adapter à des bus ou à des petits camions. A ce sujet il faut remarquer que la guerre faite au diesel ne touche pas les camions qui n'utilisent pourtant que ce carburant (je note en passant qu'aux USA nous avons vu souvent des trains transportant les conteners camions ou les camions eux-mêmes).

 Bref, il faudrait qu'en effet les journalistes présentent des visions globales sur le coût des voitures pour la société, les bénéfices qui se réalisent sur toutes la chaîne afin de donner les moyens de réfléchir à des alternatives qui deviennent indispensables. Jean-Paul Damaggio

 

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 18:43

maison-bleue-blog.jpg

 

21 avril : Drapeau arc-en-ciel et maison sur la colline

 Il est né en 1951 dans le Kansas donc vingt ans après il était dans l'armée et il en est sorti pacifiste, un pacifisme que Gilbert Baker a voulu aller vivre à San Francisco où, en tant qu'activiste pour les droits civiques, il a participé à de nombreuses mobilisations. En 1978 il a conçu un drapeau arc-en-ciel qui a fait le tour du monde. Les Italiens l'avaient déjà utilisé en 1961 mais à partir des années 1980 il est au cœur des luttes des homosexuels. Il est devenu le drapeau des fiertés, le drapeau de la Gay Pride. Le premier drapeau comporte huit bandes. Gilbert Baker donne à chacune des couleurs une signification : Rose : la sexualité, Rouge : la vie et la guérison, Orange : la santé et la fierté, Jaune : la lumière du soleil, Vert : la nature, Turquoise : la magie / l'art, Bleu : la sérénité / l'harmonie, Violet : l'esprit. Par la suite, le rose est supprimé car difficile à utiliser techniquement, puis Gilbert Baker fait supprimer le turquoise pour maintenir un nombre pair de couleurs pour une décoration de Market Street : le drapeau compte alors six bandes (rouge, orange, jaune, vert, bleu, violet) et devient définitif.

Avant 1978, le Français Maxime le Forestier et sa sœur Catherine sont passés par San Francisco en 1971 dans le quartier aujourd’hui décoré en permanence par le drapeau arc-en ciel. En 2011 pour fêter l’événement sa maison de disque a tenté de retrouver la maison où séjourna le chanteur. Il trouva finalement l’adresse dans ses archives et surprise, la maison n’était plus bleue. Pour l’événement elle a repris sa couleur initiale et a reçu une plaque pour rappeler San Francisco, le titre qui par hasard va propulser Maxime sur le devant de la scène.

Une chanson à la gloire des hippies où en effet on prend les repas à partir de 5 heures du soir comme un peu  partout aux USA mais où ensuite les nuits étaient pleines de chansons.

Rappelant en 2011 quelques souvenirs il indique :

"J'ai vu des choses très étranges  Je me souviens d'avoir vu Allen Ginsberg déguisé en femme, lisant des poèmes en s'accompagnant au violoncelle. ça m’a frappé !".

Remettre ses pas dans cette histoire a quelque chose d’émouvant. Comme pour tout le monde, la légende créée par la chanson ne correspond pas à la réalité et d’ailleurs j’aime bien Le Forestier quand il dit : « il faut se méfier du passé, prendre garde à ne pas inventer une légende".

Les hippies ne furent pas une légende, ni la folie d’une époque. La persistance du drapeau arc-en-ciel le prouve. Je n’aime pas cette pratique d’un quartier pour les Chinois, un autre pour les Homosexuels etc. mais en même temps comment ne pas reconnaître que le combat des homosexuels n’étant pas facile, il était sans doute utile qu’ils se regroupent.

Souvent, pour des révolutionnaires purs et durs, la dignité des homosexuels est une lutte secondaire car elle ne change pas le système. C’est négliger le fait qu’à l’intérieur du système capitaliste, des libertés peuvent être gagnées, libertés qui ne sont pas seulement des tigres de papier pour un homosexuel !

 

En France, San Francisco est devenu, dans la chanson, un peu comme une légende. Et peut-être aujourd’hui, une nostalgie.

Je sais seulement que l’émotion, à écouter la chanson en 2014 est encore plus grande qu’en 1974 ! Jean-Paul Damaggio

 

San Francisco

C'est une maison bleue / Adossée à la colline

On y vient à pied / On ne frappe pas

Ceux qui vivent là ont jeté la clé

On se retrouve ensemble / Après des années de route

Et on vient s'asseoir / Autour du repas

Tout le monde est là / A cinq heures du soir

 

Quand San Francisco s'embrume

Quand San Francisco s'allume

San Francisco / Où êtes-vous

Lizzard et Luc / Psylvia / Attendez-moi

 

Nageant dans le brouillard / Enlacés roulant dans l'herbe

On écoutera Tom à la guitare / Phil à la kena jusqu'à la nuit noire

Un autre arrivera / Pour nous dire des nouvelles

D'un qui reviendra dans un an ou deux

Puisqu'il est heureux on s'endormira

 

Quand San Francisco se lève...

 

C'est une maison bleue / Accrochée à ma mémoire

On y vient à pied / On ne frappe pas

Ceux qui vivent là / Ont jeté la clé

Peuplée de cheveux longs / De grands lits et de musique

Peuplée de lumière / Et peuplée de fous

Elle sera dernière / A rester debout.

 

Si San Francisco s'effondre...

 

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans USA
commenter cet article
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 18:29

watergate.jpg

 

(cet article complète la brochure : le marketing politique de Kennedy à Obama)

 Rappelons les faits : En 1972 Richard Nixon est brillamment réélu président des USA mais avec une casserole qu'il traîne : d'anciens employés de la Maison-Blanche sont arrêtés à l'intérieur de l'immeuble du Watergate, en tant que cambrioleurs ordinaires dans les locaux du Parti démocrate à Washington. Deux journalistes du Washington Post, aidés par un mystérieux informateur surnommé Deep Throat (« gorge profonde »), publient de nombreuses révélations, en particulier sur les liens des cambrioleurs avec la Présidence, et sur les financements électoraux irréguliers de Richard Nixon. L'année suivante, l'obstination d'un juge, John Sirica, et la mise en place d'une commission d'enquête sénatoriale, resserrent de plus en plus l'étau autour des collaborateurs du Président. Nixon finira par démissionner !

 De cette affaire il est possible de retenir la puissance de frappe de la presse aux USA qui peut aller jusqu’à faire démissionner un président de la république.

En réalité elle symbolise une autre face de la démocratie : la puissance des « équipes de campagne », des rois du marketing, des techniciens de la politique ou des experts.

Tous ces brillants « savants » ont d’ailleurs mené campagne contre les ridicules partis politiques incapables de comprendre le monde moderne à cause d’appareils très lourds faits d’incompétents.

L’affaire du Watergate témoigne du développement de ce pouvoir parallèle, occulte, qui fait qu’un candidat, une fois désigné par son parti s’entoure de personnages capables de le faire gagner.

Ce phénomène est né avec la montée en puissance de la télévision qui, aujourd’hui plus que jamais est là, grâce au micro-trottoir, pour donner la parole….  au peuple alors que tout est mis en œuvre pour la confisquer comme nous allons le vérifier.

 

1) De l’argent pour la campagne électorale

Avec la télévision, le candidat a besoin de soigner son « image ». Et les premiers techniciens politiques seront donc les fabricants d’images ! Sauf que l’opération n’est pas seulement technique puisque sur la lancée la politique devient un objet commercial qu’il faut vendre.

2) La puissance des trésoriers

Dans les partis, la puissance des trésoriers était bien connue mais à présent le besoin d’argent n’est plus celui issu des membres, mais de toute la société, donc il faut une organisation spécifique pour « lever des fonds ».

3) Les experts élargissent leurs interventions

Dans ce contexte les experts vont de plus en plus effacer la circulation classique de l’information au sein des partis au profit de l’expertise dans tous les domaines, réduisant ainsi à néant le fait d’être membre du dit parti. Le lecteur comprend la spirale infernale qui s’en suit : moins de dynamisme du parti entraîne plus de pouvoirs pour les experts, ce qui entraîne moins de dynamisme du parti etc.

4) La gestion politique devient l’équivalent d’une gestion d’entreprise. Le gagnant de l’élection prétend qu’il va gouverner pour tout le monde sauf que sa victoire est celle d’un groupe qui considère qu’il va gérer « son » pays, « son Etat » etc.

5) La corruption n’est plus dans ce cas l’œuvre de personnes mal intentionnées mais l’œuvre d’un système mal intentionné et je ne l’écris pas pour excuser les personnes. Pour gagner quelques groupes se sont rendus des services, qu’en retour les gagnants doivent rendre aux groupes en question !

6) Il ne s’agit pas d’idéaliser la démocratie antérieure à la prise en main de la politique par les experts mais de constater que le remède est bien pire que le mal !

7) J’ai en partie étudié ce phénomène dans la brochure sur le marketing politique, phénomène qui semble irréversible, inévitable. Nous avons eu le cas du film chilien NO (souvent évoqué sur ce blog dans la catégorie Chili) où nous avons vu comment un groupe politique a fait appel à des techniciens de la communication pour gagner. Cet exemple est fascinant car le Chili avant 1973 était un des pays du monde le plus fort en matière de dynamisme des partis politiques. La dictature a éliminé la structure des partis remplacée par la structure de l’armée. Pout arrêter Pinochet il a donc fallu s’en remettre à la démocratie des experts sauf que dans le film on voit à la fin l’expert quittant la scène alors que la tradition aurait due en faire un conseiller politique. Il quitte la scène pour laisser toute la place aux hommes politiques. Il a fait un « job » technique pour lequel il a été appelé et n’abuse pas de cette victoire.

8) Sortir de cette logique mortifère ?

Depuis le Watergate nous savons jusqu’à quel point cette logique s’est répandue dans le monde. Comment des hommes politiques aux mains des experts pourraient-ils faire voter les mesures renvoyant les experts dans les limites de leur champ d’intervention ? Les experts ont des mérites mais les citoyens aussi ! Leur savoir est utile mais toujours discutable. La démocratie n’est pas un affrontement entre experts.

9) Dès l’affaire du Watergate des membres de la gauche des USA (comme Martin E. Spencer) proposèrent des mesures précises :

- Faire en sorte que le cas du Watergate soit bien décortiqué : « ne pas l’étudier jusqu’au bout c’est valider la corruption qu’il représente ».

- Limiter le pouvoir présidentiel qui appelle le système plébiscitaire. Bien sûr les techniciens savonnent la planche en dénonçant en permanence les crétins que sont les parlementaires.

- Cessons de fragmenter la politique pour retrouver le sens des responsabilités.

Quarante ans après nous ne pouvons que constater qu’il s’agit là d’un combat de longue haleine qui a ses forces dans la démocratie locale malgré la faiblesse de ce qu’il en reste. Une fois de plus il ne s’agit pas de dire : c’était mieux avant mais de constater que les avancées démocratiques de 1830 à 1960 ont déraillé. Et les rails sont mis en place par l'Empire.

 

Jean-Paul Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans USA
commenter cet article
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 10:16

city-lights.jpg

 La revue en vitrine dans la librairie City Lights de San Francisco. Cet article vient de http://www.laphamsquarterly.org/.

Il s’agit d’une revue des USA très originale. En 2012, dans le numéro consacré aux Politiques, je me suis fatigué à traduire cet article qui me semble emblématique et qui me permet de retrouver le Pérou. Il faut d’abord se souvenir qu’en Amérique latine les prisons actuelles sont des lieux très différents de chez nous. Un ami avait proposé un reportage qu’il a réalisé par exemple dans une prison du Nicaragua. Tout le monde peut y entrer et il s’agit en fait d’une société à part entière, certes en marge de la société officielle, mais si peu ! Mais le mieux c’est de lire le récit de ce visiteur passant dans la prison de Lima. JPD

 

Daniel Alarcón

De la prison de Lima

 Chaque bloc de la prison de Lurigancho est dirigé par un patron, une figure de haut rang dans les enfers de Lima, dont l'autorité est incontestée dans le bloc. Le bloc Sept dans El Jardín, qui est réservée aux trafiquants de drogue internationaux, est une exception.

Le bloc Sept abrite beaucoup d'hommes qui, du fait de leur profession, ont parcouru le globe, ont plusieurs passeports et parlent plusieurs langues. Le niveau de vie ici reflète la richesse relative de cette élite. Les trafiquants sont des hommes d'affaires, acceptant, comme un article de foi, que la plupart des problèmes puissent se résoudre par de l'argent. La majorité sont des Péruviens, dont beaucoup viennent des régions productrices de coca de la jungle, à l'est, mais il y a d'autres nationalités : de Chine, Hollande, Italie, Mexique, Nigeria, Espagne, Turquie. Les murs de la Cour témoignent de la diversité de ses habitants : peintures de cartes de l'Union européenne, de logos d’équipes de football colombiennes, ou célébrant la vie de la jungle avec une, montrant un petit biplan, l'emblème du commerce de la drogue, flottant haut au-dessus du vert boisé des collines.

Près de trente nations sont représentées qui vont, de détenus ayant fait la mule pour des médicaments à des candidats malchanceux qui n'ont jamais passé la sécurité de l'aéroport pour le trafic de cocaïne bien qu’expérimentés. Il y a des détenus ordinaires, hommes amenés au bloc pour travailler. Il en résulte une culture cosmopolite unique, une communauté fermée au sein d'une prison. Parce que les quatre cents détenus y ont peu d'intérêt ou de connexion avec les hiérarchies des rues sombres de Lima, le bloc Sept n'est pas géré par un seul patron. Ici, il y a la démocratie.

J’y suis arrivé le dimanche matin en mars dernier pour trouver le bloc Sept dans une ambiance particulièrement festive. La campagne annuelle afin d'élire un nouvel organe d'administration était en cours. Pepe, le candidat grégaire en haut de la liste #2, allait de porte à porte avec son adjoint, Richard, le propriétaire prospère du restaurant de poulet du bloc. (j’utilise des pseudonymes pour protéger la confidentialité et la sécurité de tous les détenus qui ont partagé leurs histoires avec moi.) Leurs adversaires en course étaient un homme nommé Barrios, mais la liste #1 était vraiment contrôlée par un trafiquant israélien nommé Avi. Chaque liste avait une demi-douzaine de postes : délégués pour la nourriture, la discipline, l’économie, la culture, le sport et la santé, avec des sous-délégués dans chacun de ces domaines. De nombreux détenus portaient des chemises de campagne : blanches avec une étoile bleue, ou rouge avec les lettres jaunes de Pepe et Richard : votez pour le changement. Des affiches de campagne tapissaient les murs, certaines dessinées pour ressembler aux premières pages des journaux locaux, d'autres citant des sondages fictifs à l'échelle du bloc. Un dessin d'une raquette de tennis en bois ancien et l'expression ¡NO MÁS RAQUETAS !, terme d'argot pour mentionner les inspections de la police.

Ce sont des événements rares, et le concept de contrebande est si flexible à Lurigancho, que chaque raqueta est considéré comme une offense à l'ordre établi et la marque d'un mauvais délégué.

Pepe et Richard avaient proposé une fête la veille : quand je suis arrivé, les drapeaux multicolores arborant le numéro deux étaient toujours tendus en travers de la Cour. Une poignée d'hommes, torse nu, une bande d'un bloc voisin, qui a animé la scène. Pepe et Richard avaient même organisé, pour inciter les danseurs de l'extérieur à rejoindre le show, la présence de femmes voluptueuses, qui devaient faire impression sur l'électorat. Tandis que la musique jouait et que les femmes dansaient, Pepe était allé de table en table, serrant la main de ses codétenus et de leurs familles en visites, demandant qu’on vote pour lui. Après tout, voilà comment les élections sont remportées, que ce soit en prison ou dehors dans les rues. La fête avait été, en fin de compte, tout à fait réussie.

 Après la fête, Avi a produit un nouveau lot d'affiches de campagne, dessinées à la main :

PENSEZ, COMPAÑERO : ALLEZ-VOUS, VOUS LAISSER ACHETER VOTRE VOTE PAR UNE FÊTE ? NON AUX DÉPENSES, OUI À L'INVESTISSEMENT ; VOTEZ LISTE 1.

 Quelques jours avant l'élection, j'ai rencontré Murat, un kurde connu dans le bloc comme Irakien. Il était grand et mince, avec un visage étroit et les cheveux noirs attachés en queue de cheval sévère. Une étoile floue a été tatouée à mi-chemin vers le haut de son bras gauche. Murat, en arrivant à Lurigancho, ne savait pas un mot d’espagnol, mais maintenant, cinq ans plus tard, il parle assez bien pour se présenter comme un des délégués économiques de la liste #2. Il avait appris l’espagnol par nécessité, bien sûr. Il n'y a pas d'autres Kurdes ou arabes avec qui parler.

« Deux Kurdes, » dit-il, « et nous dirigions la prison entière. »

 Bien que pour cette élection, ils étaient dans des camps opposés, Murat et Avi étaient amis et Murat m'a emmené voir le cerveau et le moteur de la liste #1. Avi nous ont accueillis dans sa cellule climatisée avec une mise en garde : il n'avait pas grand chose à dire au sujet de l'élection. « Je déteste la politique », me dit Avi, bras ouvert dans une sorte de haussement d'épaules. Son sourire me dit le contraire : il sourit avec la sincérité exagérée qu'un acteur tente d'avancer à l’attention du public pour obtenir des sièges à bas prix.

 Avi portait une paire de Nikes flambant neuf, pantalon de survêtement bleu, un T-shirt blanc et une kippa couronnant ses cheveux courts poivre. Sur une étagère en bois, au-dessus de son lit, était posée une photo encadrée, de ses deux enfants adultes, un rappel de la vie qui l'attend au retour à Tel-Aviv. Il m'a regardé et m’a expliqué que, bien que sa fille ait été engagée, elle a refusé d'épouser son prétendant tant que son père ne pourrait être présent à la cérémonie. Avi fronça les sourcils. Il avait onze ans et cinq mois à tenir après une peine de vingt ans. L'israélien irakien m’a offert une cigarette et la cellule s’est remplie de fumée : les deux hommes se sont laissés aller à de la bonne humeur en pensant à l'avenir du bloc. Un Péruvien court sur pattes, visage joufflu nommé Morales a rejoint notre salon politique impromptu.

« Un étranger a déjà été délégué? » ai-je demandé.

Les trois hommes m’ont rappelé qu’un Nigérian nommé Michael a obtenu le poste après qu'un délégué péruvien ait été transféré. « Quand? » ai-je demandé, et là ils sont tus. Qui pouvait répondre à coup sûr ? En prison, les jours, mois et années semblent souvent se mélanger : 2003, 2004, 2005 ? Vraiment, ça importait peu maintenant que le Nigérian a été libéré ! « Un étranger ne peut pas nous contrôler, », a déclaré Morales, un soupçon de fierté dans sa voix.

Avi a insisté pour que son rôle dans l'élection soit mineur : « je n'ai aucune raison de faire partie de cela. Le vainqueur de ces élections doit être le peuple. Nous avons besoin d'eau et électricité et d’aucune difficulté avec la police. »

 Pour lutter contre le déficit budgétaire, l’adversaire d’Avi, Pepe et Richard, ont proposé d'augmenter les impôts. Jusqu’à maintenant, chaque résident du bloc a contribué à trois soles (environ un dollar) chaque semaine pour l'entretien et la sécurité. Traditionnellement, toute personne qui est depuis plus de sept ans en est exempté. La Liste #2 serait pour en finir avec les exonérations et introduire un nouveau système : un à sept ans devra verser trois semelles, de sept à dix ans deux et plus de dix ans une seulement. Avi s'est élevé contre cette cruauté, ce manque de volonté de comprendre les réalités du bloc. Sa campagne a rempli le bloc Sept d’affiches : pas de choc !

 «Je peux me le permettre» me dit Avi, "mais il y a des gens ici qui ne peuvent pas. Comment allez vous les obliger ?" Avi ne fait pas confiance à la motivation de ses adversaires: «Pourquoi ils font une fête ? », demande-t-il. "Pour amener les gens à dépenser de l'argent". La campagne était une nécessité, mais sa liste avait un point de vue différent : ils étaient loin de donner un dîner ce soir à tout le monde en bloc, gentilhomme ou rufo, citoyen ou résident, une célébration de fin de la campagne.

« Le poulet de Richard? » J'ai demandé, moitié en plaisantant.

Avi a souri. Bien sûr, il n’achèterait pas un poulet de son adversaire. Le poulet de Richard a apporté une innovation singulière dans le monde des restaurants de Lurigancho : la livraison. Avant la crise économique, Richard a vendu jusqu'à 120 poulets rôtis par semaine, en travaillant uniquement les jours de visite, par les commandes prises de partout dans cette prison complexe. Ce furent des temps heureux, quand Lurigancho avait de l’argent plein à craquer ; quand tous les jours de visite étaient un carnaval. Il peut difficilement continuer avec son entreprise. Maintenant Richard vend moitié moins de poulets.

 Pourtant, il a été tellement identifié à son restaurant que certains matériels de campagne de la liste #2 orthographiaient son nom avec un titre gratuit. Richard est de cœur un entrepreneur. Les délégués précédents avaient fait pression sur lui pour obtenir son soutien, mais il avait toujours refusé de participer à la vie politique, jusqu'en 2010, quand ses complices ont été libérés, et que sa propre liberté a semblé tout à coup possible. «Maintenant, je veux laisser quelque chose derrière moi» m'a dit Richard. "J'ai cette entreprise, ce restaurant de poulet. Je vis bien. Mes filles vont à une bonne école, mais je veux laisser mon empreinte ici.»

 Le même esprit entrepreneurial, que Richard a apporté à la campagne, c’est sa marque qu’il veut laisser à Lurigancho. Il est arrivé à maturité à Tocache, une ville rurale qui a un rôle central dans le trafic de drogue du Pérou, à une époque où l'entreprise débutait. La coca pousse facilement dans cette région : trois récoltes par an, et selon les trafiquants avec qui j’ai parlé, vous avez tout pour soigner les plantes. Il y avait beaucoup d'argent à faire pour un jeune homme intelligent comme Richard. Il ne se pense pas comme un criminel — tous les habitants de Tocache faisaient ce métier. « C'était normal », m'a-t-il dit. Richard a récolté et transformé sa propre récolte, qu'il vendait aux Colombiens ; de plus, il possédait une discothèque et trois diners en ville. Le jour de l'arrestation de Richard, un vendeur de papaye bien connu était mort à Tocache. La police a fouillé pour chercher le coupable, inspectant chaque véhicule qui passait. Il se trouve que le camion de Richard portait trente-cinq kilos de cocaïne.

 Pepe avait été arrêté à Lima en novembre 2006, après avoir travaillé pendant des années comme pilote, pour porter de la cocaïne à transformer en Colombie. Grand, large d’épaules et charmant, il a été habitué à cette occupation. J’ai facilement imaginé Pepe survolant placidement le bassin de l'Amazone sans fin. L'essentiel, il m'a dit, était de calculer le carburant : assez pour y arriver, mais pas une goutte plus. Chaque pouce disponible de l'avion devait être rempli de produit. Maintenant, Pepe a fait quatre ans sur douze.

Comme Richard, il m’a raconté son histoire sans orgueil, sans amertume ni honte. Il n’est pas du genre à s'adonner à la complainte du prisonnier avec cette liste longtemps nostalgique de tout ce qui avait été perdue — femmes, voitures, maisons, argent, liberté. Tous deux ont grandi ici et maintenant, dans le bloc Sept, leur maison, et ils sont déterminés à remporter les élections. Pepe est en haut de l’affiche, mais en vérité, lui et Richard courent en duo. Partout dans le bloc, les affiches portent leurs deux noms, et le slogan sur leur plate-forme officielle dit : si nous réussissons, c'est parce que nous formons une équipe!!!

 

Pepe a défendu son plan pour en finir avec les exonérations. Tout le monde allait devoir payer. Se référant à l'état de délabrement de l'édifice, il a dit que les habitants les plus pauvres, qu'il appelait des « réfugiés », pouvaient vivre comme ça, parce qu'ils étaient habitués à ça. « C'est comme ils vivent à l'extérieur », dit-il. Mais pas lui qui avait été habitué à mieux. En ce qui concerne leurs chances, Richard a répondu pour les deux : "Je suis 100 % confiant que nous allons gagner." Daniel Alarcón. 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans USA
commenter cet article
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 21:26

Je suis de ceux qui pensent que les candidats à une élection devraient être obligés de rendre compte publiquement d’une campagne électorale pour y discuter des résultats car les citoyens ont leur mot à dire par le vote mais aussi après le vote. Donc je me réjouis que « Les NOUVELLES de CASTELSARRASIN : PCF —FRONT de GAUCHE Supplément des Nouvelles de Tarn-et-Garonne n° 443 - AVRIL - MAI 2014 » aient avancé quelques réflexions que je commente (les textes sont publiés pour permettre à chacun de se faire son idée).

 1 ) « La faiblesse du score obtenu par notre liste » : ce score est d’autant plus faible que les espérances étaient grandes. Pour ma part j’avais publiquement avancé le pronostic de 20-22%. Donc le résultat en effet est faible.

2 ) Car on aurait fait passer le tête de liste pour « l'émissaire du Président du Conseil Général » ? Les liens anciens entre Pascal Granié et Jean-Michel Baylet n’étant un secret pour personne (c’est d’ailleurs le mérite de la clarté politique de la liste) et ce président ne pouvant se désintéresser du sort politique de la deuxième ville de « son » département, il n’y a aucun mal à penser que Baylet a joué son rôle (d’ailleurs le deuxième article ci-dessous en fait mention).

3 ) Car « Une campagne de dénigrement à l'égard de Pascal Granié » : si le dénigrement avait influé sur le résultat alors la liste de J-P Bésiers aurait fait moins de 10 %. S’il y a eu un homme dénigré ce fut bien lui.

4 ) Les raisons de l’amertume « ne se résument pas à l'absence de notre liste au second tour ». C’est là que j’ai cru m’étrangler à partir du moment où nulle part le journal n’explique ce coup de théâtre qui incite… à dénigrer Pascal Granié ! A qui veut-on faire croire que le dépôt de la liste est arrivé trop tard ? Cette explication ridicule prive 18% de l’électorat de toute représentation municipale ! Et ensuite, il faudrait aller jouer les spectateurs ? Qui peut me citer une liste qui a fait 18% et s'est retiré purement et simplement ? J'ai ma réponse à ce mystère mais aujourd'hui mon opinion importe peu. 

5 ) On y apprend que Bésiers va avoir du mal à « réduire l'impact de l'implantation de la LGV » car nous en sommes toujours à ce vision fausse du sujet : et Granié aurait été plus fort sur ce point en obtenant une gare à Castelsarrasin ?

6 ) Les élections cantonales de 2011 avaient annoncé les évolutions de l’électorat, sur une partie de la commune, avec le succès énorme de Bésiers contre Sylvia Pinel. Les municipales ont confirmé le rejet d’une forme de politique, rejet dont la liste Granié a fait les frais car elle n’a pas osé proposer une stratégie claire : dire qu’on veut battre Dagen sans proposer, dès le départ, un accord de second tour avec la liste Bésiers, c’était incohérent. Mais j’en conviens cette incohérence n’est pas la seule raison de l’échec. J-P Damaggio

 

Les documents

 

RÉFLEXIONS sur les ÉLECTIONS MUNICIPALES.

Si elles nous laissent un goût amer, étant donné l'implication de tous, et particulièrement des camarades Communistes et Front de gauche, dans l'élaboration d'un programme raisonnable mais novateur, les raisons en sont multiples et ne se résument pas à l'absence de notre liste au second tour. Bien sûr, elle nous prive pour la première fois depuis 1977 d'une représentation au conseil municipal permettant d'y jouer au moins un rôle de veille à l'égard des décisions prises, et éventuellement d'y faire entendre la voix des 18% d'électeurs qui nous avaient fait confiance. Nous tâcherons de suivre les travaux du conseil municipal et vous invitons à nous rejoindre pour assister aux réunions selon vos disponibilités.

Mais plus décevant, c'est la faiblesse du score obtenu par notre liste qui nous interroge

•          Une liste constituée sur la base d'un rassemblement de militants de gauche, la seule déclarée publiquement à gauche en dépit d'un contexte défavorable.

•          Une liste menée par un candidat PRG soupçonné, par certains acteurs mal-intentionnés, d'être l'émissaire du Président du Conseil Général ; à souligner que nous n'avons bénéficié d'aucun soutien de sa part

•          Une campagne de dénigrement à l'égard de Pascal Granié, allant de la rumeur jusqu'à la diffamation, à travers des lettres (ou tracts) anonymes, et témoignant d'un sentiment de haine injustifiée, une campagne indigne qui déshonore ses auteurs ... Une telle bassesse est attristante et révèle une absence navrante d'arguments politiques et de respect humain. F. Tardin

 

MUNICIPALES : VIVE L'APOLITSME ! LA DROITE A DISPARU...

Face à la liste d'union bien étiquetée PC - PS - PRG il n'y avait que des apolitiques. Plus de FN, plus d'UMP, plus de Centristes, bref plus de droite !!!

Malheureusement, les électeurs castelsarrasinois n'ont pas sanctionné ces dérives permettant de petits arrangements politicards - sous la houlette de J-M Baylet ? - ou avec sa bénédiction ? - qui compte plus que jamais sur les deux conseillers généraux locaux pour conforter sa majorité départementale.

Quoiqu'il en soit, la municipalité apolitiquement élue de M. Bésiers va devoir mettre son apolitisme en œuvre,

•          pour la mise en application de la loi sur les rythmes scolaires.

•          pour l'élaboration d'un budget amputé de dotations d'Etat.

•          pour faire face à l'augmentation de la délinquance.

•          pour réduire l'impact de l'implantation de la LGV

Ainsi Castelsarrasin serait une bulle où la politique n'existerait pas ! ! Même pas celle où le pouvoir d'achat des plus pauvres devient critique, où les maisons de retraite (quand il y a de la place) sont des taudis, où les entreprises ferment ou délocalisent, où les emplois de l'agriculture sont réservés aux européens (polonais, espagnols ...) parce qu'ils reviennent moins cher, où le monde sportif consacre plus d'énergie à boucler son budget qu'à donner vie au club... AH !!! Quel mauvais esprit ont ces communistes qui ramènent tout à la politique !!!

 

ET POURTANT ...    M. Bertrand 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure
  • Le blog des Editions la Brochure
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche