Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 13:47

 Les résultats

Pour la première fois, en Midi-Pyrénées, ce n’est pas en Tarn et Garonne que le FN fait la course en tête mais dans le Tarn (17,38) puis la Haute-Garonne (17,22). Avec un score de 14,28% le Tarn-et-Garonne passe même en dessous de la moyenne nationale ! N’en tirons pas cependant de leçons trop hâtives car il s’agit d’une cantonale qui concerne seulement la moitié du département. D’ailleurs comparons de 2004 à 2011 et nous constaterons les mêmes phénomènes qu’ailleurs. Même en présentant sa compagne Claude Michel passe à Moissac de 16% à 24% et il est le seul à pouvoir se maintenir dans son département. J’avoue que je n’avais pas vu passer la modification du système de scrutin qui a mis la barre à 12,5% des inscrits pour pouvoir se maintenir, modification qui confirme que cette élection était surtout une mise en jambe pour celles de 2014 où là par contre j’avais pointé cette barrière qui a plus éliminé l’UMP… que le FN.

Pour Valence d’Agen qui était le second score en 2004 nous passons de 13,4 % à 20 % ! Chez le bras droit de Baylet, Massip de Montpezat, le score de la compagne de Claude Michel était de 13,4% mais cette fois il n’y avait personne. La hiérarchie continue d’être respectée avec le troisième : Montauban I passe de 13,1% à 19,7%, le suivant étant le canton de Montauban 6 qui passe de 12,7 à 13,5. Grisolles est cependant venu bousculer cet ordre avec 17,1% pour Magnani contre seulement 12,3% en 2004. Le FN retrouve là le score de 1998. Castelsarrasin bouscule aussi l’ordre de 2004 puisque le FN y passe de 11,7 à 17,8 alors qu’à Caussade, malgré la multiplicité des candidatures, le FN passe de 10% à 12%.

Les surprises les plus phénoménales viennent en fait des tranquilles cantons de Lafrançaise où le score passe de 8 à 17% et de Monclar de Quercy où le score passe de même de 8 à 16,5%.

Il existe cependant deux cantons où le score reste inférieur à 10 % : 9% à Lauzerte et Montaigu.

 

Les commentaires

Ces résultats démontrent que s’il y a eu une poussée FN, elle s’appuie pour l’essentiel sur un phénomène qui date des années 90 ce qui tend à démontrer que toute analyse simpliste qui ferait uniquement le lien avec la politique de Sarkozy est un leurre. Après Mitterrand, Chirac la déception d’électeurs est seulement montée d’un cran depuis 2007. Quelle déception ? Déception de la politique ? Déception provoquée par la crise ? Beaucoup parlent d’un vote de « mauvaise humeur » mais il s’agirait alors d’une humeur profonde vu sa durée ! La capacité du FN repose sur l’art d’additionner les mécontentements. Bien sûr le rejet de l’autre fonctionne à plein mais le racisme m’apparaît seulement occasionnellement comme un vecteur fort : le fond de commerce c’est ce que Le Pen appelait en 1984 « la bande des quatre» et qui est devenu l’UMPS. Le FN apparaît comme le seul parti qui ne court pas après des « postes ». Avoir ou ne pas avoir d’élus lui importe peu (même si financièrement comme les autres forces politiques il a besoin des indemnités) donc il ne se soucie pas des alliances.

En conséquence quand la gauche dit et répète : « c’est la faute à Sarkozy », ce n’est pas là une façon de se démarquer de l’UMP qui puisse convaincre qui que ce soit. Sarkozy comme il a cru limiter le pouvoir du FN avec la barre des 12,5% des inscrits, a cru le limiter en reprenant certains thèmes et dans les deux cas, il s’est planté. Le PS se plante tout autant en refusant de parler clairement au nom de stratégies à courte vue.

Marine Le Pen a souhaité répéter que 15% c’est le score global mais que les candidats eux-mêmes ont fait 19%. Aussitôt les commentateurs ont indiqué que là où il n’y avait pas le FN c’était sans nul doute des endroits aux faibles scores donc que le 19% était exagéré. Nous avons l’exemple du canton de Montpezat où il n’y avait personne mais où le score avait été fort. Il ne sert à rien d’ergoter : pour une présidentielle le score du FN est bien aujourd’hui à 20% comme l’ont indiqué plusieurs sondages et ce score est multiple, divers ce qui rend sa dénonciation plus difficile. Avant de crier tous azimuts, qui veut vraiment réfléchir ? Avant de chercher la meilleure formule pour permettre l’élection d’un tel ou d’un tel qui veut faire l’état des lieux de notre démocratie ?

Cet article ouvre une série de quelques autres après un voyage que je viens de faire à Perpignan. 24-03-2011 Jean-Paul Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans front national
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 09:53

Commune de Castelsarrasin

Arrêté municipal portant interdiction d’un « référendum citoyen » sur la LGV le 27 mars 20911

 

Monsieur Bernard DAGEN, Maire de la Commune de Castelsarrasin,

VU le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment ses articles L.2212-1 et

VU les articles L.49 et R.26 du Code Electoral,

VU la lettre de Monsieur DAMAGGIO Jean-Paul, domicilié à Angeville (82210), en date du 16 mars 2011, confirmant l'organisation d'un « référendum citoyen » sur la LGV le 27 mars 2011 « pour les inscrits aux bureaux de vote de la salle Jean Moulin de Castelsarrasin de 8h00 à 18h00 avec ume et isoloir », tel que cela résulte des documents distribués ou publiés sur Internet par l'organisateur (Editions La Brochure),

CONSIDERANT qu'au vu des messages publiés par l'organisateur, il ne s'agit pas réellement d'un référendum (oui ou non à une question précise non orientée) mais de la poursuite sous une nouvelle forme, de la dénonciation de la réalisation de la Ligne à Grande Vitesse (LGV).

CONSIDERANT qu'en s'installant dans les lieux de vote ou à proximité immédiate, ce « référendum citoyen» est de nature à compromettre la sérénité du scrutin mais aussi à entraîner une confusion dans l'esprit des électeurs, voire à exercer une pression indirecte sur les électeurs,

CONSIDERANT que le Code Electoral interdisant toute forme de propagande électorale le jour du scrutin, la réalisation de ce référendum, le 27 mars prochain (2eme tour des cantonales), est donc susceptible de conduire à une annulation de l'élection par le juge administratif, dans la mesure où une telle manifestation pourrait être considérée comme un soutien indirect à un candidat.

CONSIDERANT que, compte tenu des motifs qui précèdent, il y a lieu de prendre les mesures d'interdiction qui s'imposent,

VU l'avis de la Préfecture en date du 23 mars 2011,

 

ARRETE

Article 1er : L'organisation du « Référendum Citoyen », prévue le 27 mars 2011 concernant la Ligne à Grande Vitesse (LGV), à l'initiative de Monsieur DAMAGGIO Jean-Paul agissant au nom des Editions «La Brochure», est INTERDITE Salle Jean Moulin et ses abords, y compris le parking.

Article 2 :

Ampliation du présent arrêté sera transmise à :

Monsieur le Sous-Préfet de Castelsarrasin

Monsieur le Commissaire de Police

Madame le, Commandant de Gendarmerie

Et notifiée à

- Monsieur DAMAGGIO Jean-Paul — 82210 ANGEVILLE agissant au nom et pour le compte des Editions «La Brochure ».

Fait à Castelsarrasin, le 24 mars 2011

 

Le maire B. Dagen

 

CERTIFIÉ EXÉCUTOIRE PAR LE MAIRE compte tenu de l'envoi en Sous-Préfecture le 24/13/11 et de la publication le.24/3/11

 

Commentaire :

C'est sûr il s'agit d'une nouvelle forme d'action pour dénoncer la LGV mais en donnant la parole aux citoyens qui ne sont pas entendus. Il ne s'agit en aucun cas d'une forme de propagande pour un des deux candidats qui se valent sur le point de la confusion entretenue sur le sujet.

Face à cet arrêté nous allons prendre les dispositions adaptées. JPD

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans la LGV toulouse-bordeaux
commenter cet article
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 21:46

le-referendum.JPG

Banderole minuscule sur le grand parking, devant la belle salle des fêtes Jean Moulin de Castelsarrasin, mais sept personnes se succédèrent pour attirer l’attention des habitants sur le projet de LGV, avec un tract distribué à presque 2000 exemplaires (2200 votants). Grand moment de débat où nous avons eu droit à toutes les réactions. Les fatalistes favorables ou adversaires de la LGV, les défenseurs de la ligne mais pas du tracé, les curieux, les ignorants et quelques personnes totalement inintéressées. L’un d’elle nous indiqua : « Vous savez, moi, je suis sans opinion » et de ce pas elle se dirigeait vers le bureau de vote.

Dans l’ensemble cependant l’accueil a été favorable avec beaucoup de remerciements pour cette action courageuse qui, s’ajoutant à tant d’autres, peut arrêter le projet.

Bien sûr, même des personnes de bonne volonté, marquées par le discours ambiant nous ont répété souvent : « Tout est déjà décidé ». Notre présence, nos explications argumentées démontraient le contraire.

L’idée c’était d’alerter les présents afin de donner un minimum d’information en prévision du référendum proposé dimanche prochain : oui à la LGV ou Non à la LGV ni ici ni ailleurs. Bien sûr les nombreux abstentionnistes ne seront pas touchés et en particulier les jeunes que nous avons faiblement croisés. Une distribution aura lieu en ville pour en alerter quelques uns qui éventuellement pourrait venir au bureau de vote uniquement pour le référendum LGV.

Nous rappelons que cette initiative a été organisée dans une sous-préfecture où le maire est un promoteur actif de la LGV, où une association défend également le projet en pensant pouvoir en diminuer les effets grâce à une négociation sur le tracé, bref un lieu peu favorable. Nous aurions préféré qu’un tel référendum soit pris en charge dans une campagne officielle pour que le débat public soit plus vaste mais, faute de cet élément, nous avons voulu tout de même tenter l’expérience. Nos craintes furent rapidement dissipées : la journée s’est très bien passée et à croiser ainsi le peuple c’est autre chose que d’interpeller les habitants sur un marché. La question cruciale : « Pourquoi n’interrogeons-t-on pas les citoyens sur de tels projets ? » a été comprise. Dimanche prochain nous aurons deux défis : inciter à la participation et, comme en toute élection, admettre le résultat.

Il se trouve que, le soir même, les résultats des candidats en présence nous a conforté dans notre action. Le candidat arrivé en tête est celui qui s’est prononcé le plus clairement contre la LGV, à partir d’une étude sérieuse des dossiers. La responsable nationale du PRG, soutenue par le maire sortant et le PS n’a pas passé la barre des 12,5% des inscrits mais, étant arrivé en deuxième position, elle pourra se présenter au second tour.

20-03-2011 Jean-Paul Damaggio

P.S. 25-03-2011 : Le mars au cours xde l’action mentionnée ici, nous avions appris que Jean-Philippe Besiers était contre la LGV. Double langage habituel chez les politiques ? Il se trouve que cet entretien en donne une autre image !

Voici le lien http://www.networkvisio.com/evenement/tv.php?evenement=401&vod=3254

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans la LGV toulouse-bordeaux
commenter cet article
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 13:57

 Presque une centaine de personnes étaient réunies le 17 mars à la salle des fêtes de Campsas pour discuter de la LGV, rencontre à l’initiative d’une nouvelle association qui dit non à ce projet pharaonique.

Le 15 mai 2010 j’avais suivi la réunion tenue à Labastide-Saint-Pierre à l’initiative du maire de cette commune et de la maire de Campsas (le compte-rendu est sur ce blog). Dix mois après, le problème de la LGV est toujours là mais présenté sous un autre angle. Un conseiller municipal présent a d’ailleurs noté que l’argumentation en faveur des lignes existantes n’est jamais présenté ainsi et qu’en rencontrant les élus ont devrait les faire évoluer.

Le Collectif Val de Garonne Lomagne a assuré la présentation avant que le débat ne s’engage.

Un participant, grand connaisseur du sujet a confirmé l’exposé en apportant sa contribution. Autrefois une ligne faisait Marseille-Rennes sans changement. A présent, comment faire pour aller de Montauban à Rennes ? Soit plusieurs changements, soit le passage obligé par Paris !

Manifestement la stratégie LGV c’est le recul des autres formes du rail ! Nous le savions mais nous en avons eu de nouvelles confirmations.

Sur Campsas s’est posé le problème général au secteur géographique : la LGV étant présentée comme inévitable, l’inquiétude des populations a été utilisée par les plus hautes autorités pour diriger la contestation vers la remise en cause du tracé. Et à Campsas comme dans les communes limitrophes c’est à présent que chacun vérifier les guerres internes aux communes que cette stratégie peut provoquer. Pendant que ceux d’un fuseau s’oppose parfois violemment à ceux d’un autre fuseau, la LGV avance pas à pas ! La meilleure façon d’éviter les fausses oppositions c’est d’engager le débat sur le fond du problème : cette stratégie est plus unitaire et donc plus efficace.

Ainsi le débat a pu se dérouler dans un ambiance sereine.

A la fin d’une réunion les membres d’une autre association sont intervenus pour expliciter la création d’une usine de fabrication de bitume : comme pour la LGV, il a été noté la difficulté pour atteindre l’information. Nous reviendrons sur le sujet.

 

Au même moment les anti-LGV passaient à l’action à Agen. Comme en Tarn-et-Garonne ils se sont adressés aux candidats aux cantonales. En Tarn-et-Garonne nous avons eu 28 réponses sur 80 et 31 sur 190 en Lot-et-Garonne. Dans les deux cas les réponses sont venues des mêmes groupes politiques. Voir article ci-dessous. 19-03-2011 Jean-Paul Damaggio

 

17 mars 2011 Sud-Ouest Lot-et-Garonne

Anti-LGV en campagne

Action conjointe menée, hier, devant la gare par la Coordination 47 et les élus du collectif Alternative LGV.

Un peu mélange des genres l'action conjointe menée, hier, par la Coordination 47 anti-LGV et les élus du collectif Alternative LGV, devant la gare d'Agen. Car il ne faut pas perdre de vue qu'elle s'est tenue à quelques jours du premier tour des élections cantonales et qu'un candidat aurait pu se glisser dans l'action. À moins que ce ne soit fait exprès.

Hier donc, le coprésident d'Alternative LGV, Bernard Faucon-Lambert, a rappelé qu'il trouvait « scandaleux que l'argent public puisse servir à financer un projet réalisé par des privés ». Il a demandé que « la participation de l'État, soit 22,5 %, soit doublée », car au final elle récupérera la TVA sur les travaux. Il a insisté pour savoir « si les tarifs annoncés sont TTC ou hors taxes », la fameuse TVA. « Et ce n'est pas faute de réclamer ! »

31 candidats sur 190

En parallèle, la Coordination 47 anti-LGV a fait un petit point sur sa demande adressée aux 190 candidats aux cantonales en Lot-et-Garonne. En un mot, elle veut connaître leur position quant au projet LGV, sachant qu'elle milite pour la réhabilitation du tracé actuel.

Un peu plus de 16 % des candidats ont répondu, c'est-à-dire 31 sur 190. Si ceux d'Europe Écologie-Les Verts et du Front de gauche ont fait savoir qu'ils étaient contre le nouveau tracé LGV, ils ont été rejoints par quelques personnes de la majorité départementale. Deux candidats ont répondu qu'ils étaient favorables à une nouvelle ligne. Le mutisme des autres est majoritairement expliqué par leur attente des résultats de l'étude indépendante et comparative qui doivent être connus à la fin de l'année.

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans la LGV toulouse-bordeaux
commenter cet article
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 13:55

Communiqué de presse du Collectif Val de Garonne Lomagne

Cantonales : Le collectif s’adresse aux candidats

Le collectif Val de Garonne Lomage a demandé aux candidats aux cantonales leur position sur la LGV et son financement qui doit être à l’ordre du jour du Conseil général après les élections.

Première réponse : celle, collective des quatorze candidats Europe Ecologie Les Verts qui ont confirmé leur oui au TGV mais sur les lignes existantes et donc leur refus de tout financement du projet LGV par le Conseil général.

Côté Front de Gauche, il y a également une position collective pour refuser le financement ; la position sur le bien-fondé de la LGV elle-même est moins clair. De ce Front, nous avons eu les positions personnelles des candidats du Parti de Gauche (J. Meignan et J.F. Castel) et celle de Françoise Tardin que vous trouverez sur les blogs de notre collectif et qui argumentent davantage contre la LGV.

Des réponses venant de l’UMP. Le candidat de Grisolles, M. Tauriac, pense qu’il y a là un moyen pour créer des emplois. La candidate de Castelsarrasin, Julie Lafourcade a souhaité nous rencontrer. Elle nous a confirmé sa position originale et personnelle au sein de son parti, à sa voir son opposition à la LGV. Sa profession de foi appelle à un réexamen  de tout le dossier LGV.

Une réponse venant du FN, Serge Caro de Beaumont der Lomagne qui dit son refus de la LGV.

Malgré des relances nous n’avons eu aucune réponse de candidats sortants ou en position d’être élus qu’ils soient PS, PRG, ou Sans Etiquette.

Pour le collectif Val de Garonne Lomagne (cliquer sur le nom pour écrire au collectif)

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans la LGV toulouse-bordeaux
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 14:14

But du référendum citoyen

Poursuivre, sous une nouvelle forme, l’action de dénonciation de la construction de la ligne à grande vitesse. En incitant les citoyens à se prononcer, nous les invitons à réfléchir plus sérieusement au sujet. En conséquence, il y a une distribution de l’information une semaine avant le vote. Cette information fait suite dans la ville, à l’organisation en 2010 d’une manifestation, d’un débat et de diverses distributions sur le marché. Sur un secteur de la commune, il existe un collectif qui, plutôt que de remettre en cause la ligne préfère en négocier un tracé le moins destructeur possible. En organisant le vote sur le bureau du centre ville nous avons préféré nous adresser à une population moins sous le choc de la LGV pour avoir un résultat plus représentatif. De plus, l’espace disponible devant le bureau de vote rend possible une présence sans en perturber le déroulement officiel.

 

Organisation du référendum

Information.

Le dimanche 20 mars de 8 h à 18 h distribution de l’information et discussions.

Vote.

Le dimanche 27 mars de 8 h à 18 h invitation à voter avec urne, isoloir et liste d’émargement.

 

Pour nous aider

Une présence constante est en place pour les deux dimanches. Ceux qui veulent ou peuvent venir soutenir l’action sont les bienvenus. Merci de nous communiquer le moment que vous souhaitez consacrer à cette action pour éventuellement équilibrer les présences.

 

La page d’information élaborée après plusieurs échanges :

 

Cantonales et LGV : quel rapport ? Le Conseil général paie pour la LGV !

Référendum citoyen : Oui ou Non à la LGV

«Notre territoire va être impacté par un équipement que nous souhaitons tous. »

J-M Baylet (14-12-2010

Le sondage RFF est moins « optimiste » : il indique seulement… 90 % de favorables à la LGV !!!  Comment ne pas vérifier par un référendum ?

 

Oui à la LGV

Le Oui a été largement médiatisé mais nous redonnons les arguments présentés au Conseil Régional Midi-Pyrénées le 28-02-2011.

« En effet, pour la Région Midi-Pyrénées, la priorité reste le projet de LGV Bordeaux-Toulouse qui relève d’une stratégie d’aménagement et de développement durable du territoire basée sur l’accès aux grands courants d’échanges (voyageurs et marchandises). »

« Cependant, consciente de l’enjeu que constitue ce projet pour l’aménagement du territoire et les générations futures, la Région assume les responsabilités qui ne sont pas les siennes mais qui lui sont demandées et présentées comme la condition sine qua non de la concrétisation du projet de LGV sur son territoire. » à savoir le financement de Bordeaux-Tours (celui de Bordeaux-Toulouse n’est pas à l’ordre du jour)

Ajoutons la question du gain de temps (3 heures 10 de Toulouse à Paris sans arrêt même pas à Bordeaux), de la création d’emplois mais vu le coût de la ligne, avec les mêmes sommes, combien d’emplois pourrait-on créer dans des travaux de réaménagement des lignes existantes ? Et enfin la concurrence de l’avion qui est réelle avec une LGV, mais limitée, d’autant qu’un moyen de transport terrestre doit d’abord viser la concurrence d’autres transports terrestres : camions et voitures.

 

Non à la LGV ni ici ni ailleurs

Mais modernisation de la ligne existante

           

Sous prétexte que la question a été décidée en 2005 il ne faudrait plus discuter que du tracé. Or nous lisons sur le document « Ville de Montauban » du Débat public de 2005 : « Il est prévu notamment que le trafic TER passera de 32 à 150 trains régionaux d’ici 5 ans entre Toulouse et Montau-ban. » En 2010, il y a environ 40 TER ! ! ! Avec des données fausses RFF a obtenu l’assentiment de beaucoup d’élus.

            LGV : déménagement du territoire

A Montauban il n’y aura pas plus d’arrêts qu’aujourd’hui. La LGV est là pour favoriser les trois métropoles, Toulouse, Bordeaux, Paris.

            LGV : quels grands courants d’échange ?

RFF fait comme si la ligne existante… n’existait pas. D’ailleurs son responsable montrant une carte dans une réunion à Bressols l’a appelé « ligne TER ». L’aménagement de la ligne existante peu saturée (sauf la partie proche de Toulouse et Bordeaux), permettrait un service public pour le bien de tous : augmenter la vitesse, en finir avec les passages à niveau, mettre des murs antibruit pour les riverains, prévoir des parkings gratuits dans les gares pour les usagers… et économiser l’argent public.

            LGV : destruction de l’environnement

Cette nouvelle infrastructure au prix de 8 milliards d’euros va continuer la destruction de terres agricoles et bousculer le cadre de vie de centaines de milliers de personnes pour le seul profit d’une minorité.

            LGV : La mort du train populaire

Le choix pour Bordeaux-Tours consistant à faire construire et exploiter la ligne par le groupe privé Vinci (qui encaisse déjà des sommes énormes aux péages des autoroutes) est le signe concret qu’après la mise à mal du frêt ferroviaire, nous allons aller vers la marginalisation du train populaire, pour le bien surtout d’une clientèle riche. Les abonnés sur Tours-Paris paient 500 euros par mois pour aller travailler à Paris et bénéficier de l’environnement de Tours.

            LGV : le gouffre financier

D’abord 10 millions du km ; puis 20, puis 27 aujourd’hui pour la LGV Bordeaux-Tours ! Jusqu’où irons-nous à grande vitesse ? Les générations futures auront une LGV que presque personne ne pourra utiliser vu le prix du billet alors qu’elles devront payer les dettes engagées !

Ce référendum aura lieu le 27 mars pour les inscrits au bureau de vote de la mairie de Castelsarrasin de 8 h à 18 h avec urne, et isoloir. Il est organisé par les Editions La Brochure. D’autres peuvent faire de même chez eux (05 63 95 95 30).

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 12:24

Le Collectif Val de Garonne Lomage a envoyé des lettres aux candidats en proposant de les rencontrer pour leur expliquer le dossier LGV. Il a eu quelques réponses et une proposition de rencontre de la part de la candidate UMP de Castelsarrasin. Celle-ci a eu lieu le 16 mars de 11 h30 à 12 h 30.

Le Collectif a fait valoir ses arguments et a écouté ceux de la candidate qui reconnaît se distinguer au sein de l’UMP en disant clairement non à la LGV. Sur la profession de foi elle propose de réexaminer tout le dossier et est très sensible à l’argumentation en faveur des lignes existantes.

Habitante de Castelferrus, sa propre maison est dans le fuseau de la LGV, et étudiante à Toulouse elle a usé des TER pour rejoindre la capitale régionale, ce qui lui a permis de vérifier qu’au départ de Castelsarrasin, il y a de gros efforts à faire en faveur de cette ligne.

Elle reconnaît sincèrement ne pouvoir être au fait de l’ensemble du dossier mais en présente les grandes lignes.

Elle avait avec elle deux autres membres de son comité de soutien qui ont participé à la réflexion. Par exemple : proposer à Moissac un contournement est très problématique puisque d’un côté il y a la colline et de l’autre la zone inondable. Notre collectif l’a indiqué, il s’agit d’étudier le dossier, et plutôt que de dépenser des fortunes pour que la LGV impacte le moins possible, il serait bon que les intelligences de RFF se mettent à l’œuvre pour proposer une ligne existante capable d’améliorant la vitesse tout en rendant des services à tous : le frêt, le TER et les intercités. En passant à Bénis, la LGV passera en zone inondable, tout comme l’actuelle voie ferrée, Beaumont-Castelsarrasin. Il existe donc des moyens pour résoudre les problèmes.

Nous avons fait le tour des éléments du dossier : la concurrence de l’avion (même à Castelsarrasin certains utilisent l’aéroport d’Agen), la factice création d’emplois, le coût énorme de la LGV etc.

Julie Lafourcade a promis de faire passer les informations qu’elle pourrait récupérer sur ce dossier et bien sûr, si elle était élue, elle s’opposerait à tout paiement de Bordeaux-Tours, un financement qui lui apparaît encore plus comme une aberration dans le contexte actuel, un contexte que le porte à porte lui permet d’appréhender. Les gens sont dans la galère et une telle dépense apparaît déplacée, d’autant que comme nous l’avons précisé, cette ligne est inutile ! Rencontre constructive qui démontre encore aujourd’hui que les débats traversent les formations politiques. Des rendez-vous postélectoraux ont été pris pour rencontrer Brigitte Barèges. 16-03-2011 Jean-Paul Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans la LGV toulouse-bordeaux
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 10:58

marketing-politique.jpg

Aujourd’hui J-L Mélenchon est à Montauban puis à Toulouse alors j'ai une pensée pour lui. Lui et ses « lieutenants » ont proposé une série d’arguments utiles visant à disqualifier les sondages. Mais pour être convaincant, il faut commencer par balayer devant sa porte. Est-ce que ce ne sont pas les sondages qui lui servent d’outils pour convaincre le Front de Gauche que J-L Mélenchon est le meilleur candidat à la présidentielle ? Sondages qui tiennent à son passage dans les médias, passages qui tiennent non à sa propre personne (dont je ne sous-estime pas les qualités) mais à la stratégie des médias eux-mêmes qui l’utilisent aujourd’hui comme ils le jetteront demain.

Dans une brochure (voir présentation à la fin), j’ai démontré, à partir du cas USA, comment les sondages entraient dans un phénomène plus vaste, le marketing politique, avec ce paradoxe : si le marketing peut avoir quelques légitimités pour faire vendre un produit réel, la politique n’étant pas un produit, réussir à la vendre par le marketing c’est prouver qu’il peut tout… donc assurer la vente de produits réels ! Et le marketing a réussi à vendre avec succès Obama qui chaque matin travaillait à partir de… sondages multiples ! (la brochure a été écrite après un séjour aux USA à la fin de la campagne d’Obama)

Toute analyse des sondages suppose d’abord une distinction entre le sondage privé et le sondage rendu public. Le sondage privé c’est l’équivalent du secret industriel ! Le commanditaire ne rend public que ce qui l’intéresse (voire rien du tout). En 1992 comme en 1993, à l’approche d’élections régionales et législatives, j’ai eu accès à des sondages privés qui donnaient exactement les résultats pour toutes les forces politiques, et à la virgule près !

Ces sondages privés sont l’outil majeur de la manipulation des citoyens car ce sont eux qui décident des candidats… pour lesquels ensuite électrices et électeurs peuvent voter !

Ce sont de tels sondages qui feront ou non de Borloo et Hulot des candidats.

La candidature de José Bové en 2007 a été portée par les sondages et Le Monde puis elle s’est dégonflée aussi vite qu’elle avait gonflé. Pourquoi ? Dans une présidentielle les vedettes n’entrent en piste qu’au dernier moment et de ce point de vue le phénomène DSK aujourd’hui n’a rien à envier au phénomène Mitterrand en 81 ou 88 ! Comme au rugby, pour faire attendre le public, il y a d’abord le lever de rideau où les candidats de seconde zone servent à occuper le terrain. Tous les sondages indiquent pour TOUS ces candidats là une baisse régulière de leurs sondages alors qu’ils pensent généralement que la campagne qu’ils vont conduire, porteuse d’idées novatrices, ne peut qu’élargir leur audience.

 

La fonction cruciale des sondages privés est aussi importante quant au choix des candidats qu’aux thèmes de campagne. Moins qu’une manipulation de l’opinion ils m’apparaissent plutôt comme un miroir de l’opinion, un miroir entre les mains des puissants qui seuls peuvent se payer les sondages en question.

 

Passons maintenant à la version publique des sondages. Il est facile de constater qu’en matière de politique ils évacuent la majorité des sondés : ceux qui vont s’abstenir. Avant les élections on a les sondages sur les exprimés et après les résultats par rapport aux exprimés.

Le sondage est ensuite soit utilisé accidentellement (pour un scoop) soit utilisé régulièrement comme dans Paris-Match. Il n’y a pas le sondage en soi. Des questions sont biaisées, d’autres sont évidentes. Pour faire avaliser la LGV Bordeaux-Toulouse, RFF a fini par recourir à un sondage dont les résultats ont été bidonnés. Ce n’est pas parce que le lait de la vache est devenu un produit commercial qu’il est inutile pour autant. Le sondage est un produit à utiliser avec précaution mais un produit rendu incontournable dans nos sociétés.

 

Etrangement un seul parti politique a préféré utiliser le marketing plutôt que de se faire utiliser par lui, c’est le FN ! Il peut se permettre ce tour de force car aujourd’hui la société fonctionne de plus en plus comme la société à laquelle aspire le FN… Le présidentialisme est pain béni pour lui ! Et tant d’autres phénomènes ! Si un parti est le mieux à même de convaincre les abstentionnistes dégoûtés par la politique, c’est encore le FN ! Le débat sur les sondages doit prendre en compte, non les problèmes techniques, les coups bas entre instituts, mais les fondations de la machine made in USA et qui, en particulier en Amérique latine a démontré qu’elle peut tout et son contraire. 16-03-2011 Jean-Paul Damaggio

 

Voici le dos de couverture de la brochure :

Au départ le marketing continuait la classique et ancestrale réclame mais à partir de 1960, aux USA d’abord, il fit concurrence à la propagande en se changeant en marketing politique.

Qui pouvait prévoir que ce changement transformerait le marketing lui-même jusqu’au point de révéler sa véritable nature : vendre des illusions ? Comme les religions vendent de la consolation.

Normalement le marketing établit un lien entre un produit et son consommateur potentiel. Le marketing politique ne fait qu’établir un lien entre un candidat et ses électeurs potentiels. Sauf qu’en transformant le candidat en produit, le marketing politique vend seulement du rêve, la politique du candidat passant au second plan (elle devient plus hypothétique que jamais). A partir de là, TOUT le grand marketing a compris qu’il pouvait oublier le produit pour le rêve. C’est l’invention des « marques ». Citroën était une marque qui vendait des voitures. Nike a d’abord vendu des chaussures puis le logo est devenu signe d’excellence et une virgule suffit à Nike. C’est la griffe !

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans nos livres édités
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 18:21
Radio-Asso.  un outil différent  au service de la vie de son bassin d'écoute...  et au-delà...
Dans les domaines des secteurs associatifs de la culture, du social, de l'environnement, de l'économie, depuis 1993, Radio-Association informe quotidiennement et ouvre ses micros à l'expression des acteurs associatifs du Tarn et Garonne et maintenant  bien au-delà grâce à son site internet et son blog régulièrement actualisé et qui connait un succès grandissant avec près de 150 connexions par jour  émanant du monde entier. Depuis bientôt 18 ans, Radio-Asso. s'emploie à dynamiser le tissus local, qu'elle offre la parole à tous notamment à celles et ceux qui en sont généralement exclus, qu'elle essaie de donner du sens et du contenu à la liberté d'expression...
Dans le contexte difficile dans lequel nous évoluons, il devient indispensable de jouir des derniers médias libres qui résistent aux sirènes du monde marchand,  nous nous y exprimons sans contraintes ni entraves nos idées et nos espoirs. Nous vous invitons à nous écouter, nous lire et pourquoi pas nous rejoindre...
RADIO- ASSO. 100.7 FM   1574 rte de Vignarnaud   82000 MONTAUBAN     Tél : 05 63 66 53 21
Mail : radioassociation@aol.com
Site et blog : www.radioassociation.net
Blog : radioassociation.20minutes-blogs.fr
Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 17:57

Henri ChevallierFlora Tristan

En France ce sont les élus de droite qui se sont battus pendant cinquante ans pour le droit de vote de femmes car ils pensaient ainsi renforcer leur pouvoir. Puis le féminisme a été de gauche. Pour le nucléaire, ils ont été nombreux en France à lutter contre l’installation des centrales japonaises sur des failles sismiques d’importance. Ils n’étaient ni de droite ni de gauche, les deux courants étant à la remorque du lobby nucléaire.

Les Editions la Brochure ne courent pas derrière l’actualité comme la journée du 8 mars ou la triste catastrophe d’aujourd’hui. Elles font leur chemin. La brochure d’Henry Chevallier est le témoignage honnête d’un militant anti-nucléaire. La brochure d’Eléonore Blanc est le témoignage honnête d’une féministe qui côtoya Flora Tristan, nom qu’Anne Tristan a repris, Tristan-Zelensky celle qui vient d’être interdite de parole à Toulouse car son féminisme serait passé à droite. Franchement, de tels rappels sont-ils utiles ?

Le rouleau compresseur de l’histoire nous écraserait-il sans nous laisser le droit d’apprendre du passé ? Ici, nous ferons notre travail au rythme normal d’une association sans moyen.

La liberté de penser nous imposera sa loi. 15-03-2011 Jean-Paul Damaggio

P.S. Les deux brochures peuvent nous être commandées au prix de 5 euros avec 1 euro de frais de port

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans nos livres édités
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche