Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 22:26

 

En septembre, personne n'en parle mais ce sont les sénatoriales.

Dès aujourd'hui il apparaît certain que le PS qui avait pu casser un des siens à la tête de la vieille et inutile institution, va devoir reprendre sa place sur les bancs de l'opposition.

Comment dans ces conditions faire avancer une réforme territoriale dont on avait dit en 2011 que celle proposée par Sarkozy, lui avait fallu l'échec que l'on sait ?

 

Je pense indispensable la dite réforme, mais on nage en pleine incohérence avec la création de nouveaux cantons pour les élections cantonales de l'an prochain, et le rêve de supprimer cette élection ! Mais bon… laissons la poussière retomber. J-P Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 22:11

curzio.jpgfurfaro.jpgforenza

 

Il s'appellent, Marco Furfaro, Eleonora Forenza et Curzio Maltese, deux hommes et une femme. Curzio Maltese est le plus connu car c'est une plume du grand quotidien La Reppublica.

En ce 25 mai au soir, ils ont les regards fixés sur les résultats électoraux. Avant eux, il y a eu La Gauche arc-en-ciel puis la Révolution citoyenne et chaque fois, ce fut le fiasco. Vont-ils cette fois sauver la gauche radicale avec le Grec Tsipras en vedette ?

Depuis le mois de janvier sept intellectuels avec l'aide de la revue Micro-Mega ont décidé d'entrer dans la campagne des élections européennes sur la base d'un nouveau projet : pour une autre Europe avec Tsipras. La crise de nerf a commencé par la nécessaire récolte des signatures pouvant autoriser leur candidature (220 000 dans toute l'Italie). L'objectif a finalement était atteint (non seulement le total mais aussi les 30 000 minimum dans chaque région), donc quelle suite ?

Pas un sou dans les caisses, pas de grands noms de la politique (malgré les soutiens de Refondation communiste et du SEL - Gauche Liberté Ecologie et des Verts du Haut Adige !), juste l'enthousiasme.

Même le site internet est finalement minime.

Pour sortir du noir, il faut passer la barre des 4% et le soir du 25 mai les informations disent un fois au-dessus et une fois en dessous.

L'Italie comme la France est divisée en grandes régions. Curzio est le candidat pour le Piémont, la Lombardie, la Ligurie et le Val d'Aoste. Il est le plus optimiste. Mais faut-il encore, vu la loi proportionnelle nationale, passer la fameuse barre.

Quant à la région centre, elle devrait élire Marco Furfaro.

Eleonora Forenza est secrétaire nationale de Rifondazione communista, un nom qui n'apparaît même pas sur la liste Nord Ouest du site internet !

Toutes les projecteurs sont braqués sur les trois géants : le parti du premier ministre qui fait un tabac avec 40,8%, le parti du second qui pensait arriver en tête, les 5 étoiles, 21,1% et enfin Berlusconi en panne sèche avec 16,8%.

Mais l'autre Europe que va-t-elle réussir ?

Oui, elle a passé la barre : 4,03% et trois élus presque autant que le Front de Gauche en France, qu'ils vont rejoindre dans un même groupe mais avec des objectifs assez différents (voir programme sur le site internet).

Et le premier des soucis c'est l'organisation à construire.

Comment prolonger l'effort de la campagne par une organisation durable ?

Surtout quand on sait qu'au même moment les deux partis SEL et Rifondazione participent à des listes communesa avec le parti de Renzi, dans des élections locales qui se sont tenues le même jour !

Dans la même mouvance l'Italie des Valeurs a enregistré un échec complet : 0,6%. A suivre.

 

Jean-Paul Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans italie
commenter cet article
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 18:13

la-photo-devant-l-eglise-copie-1.jpg

 

En arrivant à Taos, j’ai tout d’un coup crié Eureka.

La ville étant touristique la signalisation envoie l’automobiliste vers des parkings périphériques. Et là nous nous garons facilement car en fait nous sommes hors-saison : le village ancien n’est pas ouvert aux visiteurs or il est l’attraction majeure.

Juste à côté de notre voiture, un autre parking aussi immense mais dont l’entrée est contrôlée par une barrière. C’est celui de l’église. Non, des églises ! En effet, dans le plan d’urbanisme toutes les confessions de la ville ont été regroupées là avec, en prime, un monument à la gloire des fœtus qui ne sont pas nés, monument classique pour dénoncer l’avortement.

La zone est donc immense et n’a rien de surprenant car la religiosité est une marque connue des USA. Le billet de un dollar le rappelle avec son « slogan : « en dieu nous croyons » et la formule de politesse Godbye, comme a-dieu en français, est aussi une référence à la religion. Pour un éternuement à la place de « à vos souhaits » on a droit à « que dieu vous bénisse).

De plus chacun se souvient que le président du pays jure sur la bible.

Sur ce plan il m’est arrivé autrefois un fait inoubliable : devant m’inscrire dans un hôpital, après m’avoir demandé, nom, prénom, adresse, date de naissance, l’employée me demande ma religion, et à ma réponse en anglais basique « pas de religion », elle a cru que ma religion n’était pas inscrite dans la longue liste, donc il suffisait que j’écrire la mienne sur une ligne blanche. Au bout d’un moment, vu que j’étais français elle a inscrit d’elle-même « catholique » car, il était pour elle impossible que je sois sans religion.

Jusque là rien de nouveau. Les USA ne sont pas un pays laïque. Sauf qu’en même temps, face à la multitude des églises, on ne peut pas dire qu’une religion domine ! Jusqu’en 1962, avant de commencer la journée, tous les enfants des écoles publiques faisaient d’abord une prière, puis le salut au drapeau. La prière a été abandonnée, il reste le salut au drapeau. Je n’ai jamais su le contenu de la prière or comment pouvait-elle être œcuménique ?

 J’ai crié Euréka car j’ai compris que les rapports du religieux et du politique sont sans rapport avec ce qui se passe ailleurs. La religiosité y est basée sur une soumission des religions au pouvoir politique et économique. Le cas de la lutte contre l’avortement montre que les religieux essaient, bien sûr, d’influer sur le politique, mais dans le cadre d’une soumission admise de fait, car le politique a créé les formes d’une religion à son convenance. Une religion au-dessus de toutes les religions qui, de toute façon, s’émiettent sans cesse. Côté Grande-Bretagne on a aussi une religion soumise au politique mais UNE SEULE religion et non la multitude présente aux USA.

Entre les religions il y a une bataille pour accroître leur part de marché mais sous l’égide d’un rapport commun à DIEU ! Il n’y a pas de guerre pour vanter les mérites d’un dieu par rapport à un autre !

Je sens que j’ai du mal à me faire comprendre donc je prends le cas des écoles primaires (je ne parle ni du secondaire ni du supérieur).

En France pays laïque, il se trouve que l’Etat finance les écoles catholiques. Une belle contradiction que les défenseurs du slogan « Fonds publics à l’école publique » n’ont jamais réussi à changer.

Aux USA, il ne viendrait pas à l’idée des pouvoirs politiques de financer la moindre école confessionnelle ou privée ! Tout comme il ne viendrait pas l’idée des autorités de privatiser des besoins aussi cruciaux que ceux de l’eau ou des routes !

 Nous ne sommes pas dans le cas de la séparation (la religion supposée n’être que du domaine de la vie privée), mais nous ne sommes pas dans le cas d’une religion d’Etat même si l’Etat vi avec une religion artificielle. Un président musulman pourrait-il jurer sur la Bible ? Aux USA oui, car en l’occurrence la bible est là à des fins symboliques et non pas catholiques… Et sans aller jusqu’aux musulmans, un président mormon que ferait-il ? JP Damaggio

 

 

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans USA
commenter cet article
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 18:08

carte-FN-2014-blog.jpg

 

En noir les zones où le FN fait plus de 30% 

 

Résultats par bureaux de vote

 

Depuis 30 ans j’étudie l’évolution électorale du FN dans mon petit département que je connais bien, pour l’avoir parcouru en tout sens pour des raisons professionnelles et autres (militantes par exemple).

Loin des commentateurs habituels, des clichés, des fausses inquiétudes et des jeux théâtraux, loin des émotions d’un soir, des tricheurs professionnels qui ne font métier que de parler (réfléchir ça coûte trop), je constate qu’en trente ans (puisque tout commença fortement aux européennes de 1984) les lignes de force sont les mêmes pour le vote FN. Sauf que son électorat lui étant fidèle après le premier vote, années après années il emmagasine. S’il y a eu des creux cela a tenu à la guerre que Mégret fit au FN pendant deux ans et à la capacité éphémère de Sarkozy de siphonner une part de cet électorat. L’éphémère ce n’est pas le FN comme l’a pensé une certaine gauche jugeant qu’une gesticulation lancée par Harlem Désir et la main jaune de SOS racisme pouvait suffire à régler le problème. Mais nous savons que ce combat là n’était en fait que la base de lancement d’une nouvelle génération du PS dont le bilan est désastreux.

Bref, j’ai repris mon étude minutieuse et je constate que les points forts du FN en Tarn et Garonne sont toujours les mêmes depuis… 1984. Avec une seule anomalie qui se vérifie un peu partout : le vote urbain ne progresse pas autant que le vote général ce qui fait que Montauban (25 %) sort du noir du la carte (c’est la grande commune au centre).

Le Tarn et Garonne avec 30,39% de voix pour le FN reste, comme toujours depuis 1984 le département el plus FN de Midi-Pyrénées.

Il distance même le Tarn qui a du mal à suivre avec ses 26,42%.

Inversement l’Aveyron continue de faire la course en queue avec seulement 18,88% comme le Lot qui est même un poil en dessous : 18,82%. Le « seulement » est évidemment relatif ! Ce score correspond au nord est du département du Tarn et Garonne qui avec le canton de Caylus continue d’être une zone blanche sur la carte.

Plus notoire : c’est l’Ariège fortement socialiste qui est le troisième département avec 23,83%.

La Haute-Garonne conformément à l’habitude a un score relativement faible avec 21,12% devancé à peine par le Gers avec 21,86%. Enfin les Hautes-Pyrénées ont eu 20,3% toujours pour le FN.

Donc du plus fort au plus faible on a :

Tarn-et-Garonne / Tarn / Ariège / Gers / Haute-Garonne / Hautes-Pyrénées /Aveyron /Lot.

Voici l’ordre en 1995 pour les présidentielles :

Tarn-et-Garonne / Tarn / Haute-Garonne / Ariège / Gers / Aveyron/ Hautes-Pyrénées /Lot.

 

La Haute-Garonne a rétrogradé de deux places, tandis que les Hautes-Pyrénées en ont gagné une mais à l’époque les scores allaient de 15,7 à 7,7 !

 

Une étude pour tirer quelles leçons et pour lutter dans quel sens ?

J’ai donné des éléments sur ce blog et par ailleurs depuis trois ans je prépare un livre bilan mais c’est vrai ce n’est pas là mon obsession alors ça traîne…

 

Jean-Paul Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans front national
commenter cet article
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 22:02

Les soirs d'élection les absents du parlement se font entendre grâce à un appui électoral.

Pour moi il n'y a rien de nouveau depuis 1984 :

- les socialistes ont une responsabilité :en effet chaque fois qu'ils sont  au gouvernement le FN explose (après 1981n c'est le succès FN en 1984 , après Jospin c'est l'arrivée au second tour du FN et aujourd'hui…)

- la droite a ses responsabilités pour diverses raisons

- les Verts qui sont arrivés sur le haut de la scène politique en même temps que le FN ont suscité des exploits de politique nouvelle et ont aussi déçus.

- pour les amis de Mélenchon je renvoie à cet article : Le PG et le FN en 2012

 Chacun ayant ses propres responsabilités devrait balayer devant sa porte avant de jeter la pierre au voisin. Sans oublier l'analyse de l'abstention et du vote blanc.

 

Mais bon… en 1999 Sarkozy a pris la claque aux européennes, tout comme le PS en 2009 et on sait la suite. JPD

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 10:05

Pour cette intercommunalité, les habitants du Tarn-et-Garonne ont de la chance : le correspondant de La Dépêche rend compte fidèlement de ses travaux, tout en annonçant à l’avance la tenue des réunions. C’est ainsi que pour le vote du budget le mercredi 21 mai, une page du journal du 23 mai nous éclaire sur la nouvelle situation. Qui plus est en donnant largement la parole à l’opposition ce qui aide à mieux comprendre le dit budget. N’ayant pu suivre cette réunion je me fie donc au compte-rendu pour quelques observations.

Quand la maire de Durfort déclare : « Cette assemblée ne doit pas servir de tribune politique, c’est avant tout un lieu de travail où nous devons développer un projet de territoire qui donnera de la cohérence à notre communauté des communes » qui peut être d’accord ?

Durfort est avec Castelsarrasin, or Labastide du Temple beaucoup plus proche et qui a fait partie depuis toujours d’un canton de la sous-préfecture, n’y est pas, donc où est la cohérence ?

Le maintien de l’intercommunalité Lavilledieu-Labastide du Temple qui logiquement devrait se trouver avec Castel-Moissac n’a-t-il pas pour raison supérieure d’empêcher la naissance d’une structure importante dans le département ?

Mais bon, puisque la communauté est ainsi, faisons avec, et dans ce cas, affirmer que l’urgence n’est pas la construction d’une maison de l’intercommunalité comme je le pense, est-ce faire œuvre politique ?

Auparavant, l’intercommunalité se réduisait à un face à face Castelsarrasin-Moissac et à présent nous risquons d’être dans le cas inverse : pour réduire les tensions entre les deux villes, y aurait-il la tentation de s’abriter derrière les petites communes nouvelles dans la collectivité ? Rappelons ici leur poids :

Lizac : 503 habitants ; Durfort : 809 habitants ; Montesquieu : 780 habitants ; Boudou : 689 habitants.

Total : 2781 habitants ce qui nous laisse loin derrière la population de Castelsarrasin (13 054 habitants) et Moissac (12 365 habitants). D’une façon ou d’une autre la question de l’équilibre à trouver reste posée.

Par ailleurs je n’ai vu nulle part le montant d’un droit d’entrée dans l’intercommunalité qui a par exemple été imposé à Pompignan pour le retard mis à rejoindre une intercommunalité.

 Bref, parions que si l’intercommunalité avait réussi depuis des années à construire la piscine intercommunale, les habitants regarderaient autrement le vie de cette collectivité. JPD

 

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 10:04

A l’heure du vote du budget chacun peut se rendre compte de l’ineptie du fonctionnement financier de nos institutions. Entre les recettes des communes, du département, de l’Etat et de l’intercommunalité, l’imbroglio est incroyable.

Mais commençons par le premier souci de l’intercommunalité : les ordures ménagères.

La taxe est en augmentation car le ramassage des ordures devient toujours plus cher. Rappelons qu’en plus, toutes les communes ne dépendent pas du même syndicat des ordures. Quand vous habitez Cordes ou Saint-Aignan où vont vos ordures : à Montech, Verdun ou Montauban ?

Bref la taxe sera de 494 525 euros (15 280 pour Angeville par exemple).

 Puis passons aux autres recettes fiscales et la « simplification » depuis l’abandon de la taxe professionnelle. De 370 974 euros en 2013 la recette passe à 368 991.

Côté contribution de la valeur ajoutée des entreprises on a une autre baisse : 86 081 en 2013 pour 81 509 en 2014.

 Observons en passant qu’à Saint Nicolas les informations sont affichées sur écran ce qui facilite la lecture pour tout le monde, et plus particulièrement pour le public si par cas il se présente. Je n’ai pas vu le même procédé à Castelsarrasin par exemple.

 Continuons pour les recettes avec le FPIC qui n’est autre, vous l’avez deviné, que le Fond de péréquation des ressources intercommunales. Là, nous avons une dotation de l’Etat qui augmente très vite : 2012 c’est 32000 euros : 2013, 49000 ; et pour 2014 : 118000 !

L’ineptie tient au mode de distribution de ce versement entre intercommunalité et commune. Je ne vais ici entrer dans le détail au risque de faire fuir le lecteur !

 Bref, jetons à présent un coup d’œil sur les dépenses qui, d’après le budget vont augmenter faiblement : de 2 554 000 à 2 587 000. Pour les ordures ménagères le déficit de la déchetterie est de 64 000 euros, pour la voirie nous avons 300 000 euros, pour les indemnités des élus 47 000 euros etc.

 Pour son fonctionnement cette intercommunalité loue un local à la mairie de Saint-Nicolas et utilise la salle de la mairie pour les réunions. A suivre. JPD

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 20:21

 

 clovis hugues

J'ai déjà publié des extraits de la préface que Clovis Hugues a écrite pour Cladel. A présent je peux la proposer en entier.

Les deux hommes ne formaient qu'un !

J'aime ce texte. Jean-Paul Damaggio

 

Clovis Hugues et Léon Cladel

Clovis Hugues et le peuple

Extrait de la préface de Clovis Hugues

 

Clovis Hugues par René Lacôte

 

Clovis Hugues

 PRÉFACE à Kerkadec garde-barrière de Léon Cladel

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Léon Cladel
commenter cet article
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 19:58

papeterie.jpg

 

Parmi le passé industriel du Tarn-et-Garonne trop souvent réduit à son fonction agricole, les cheminées de la papèterie de Montech sont encore là pour rappeler un passé glorieux.

Yves Gibert dans une belle brochure a permis de sortir de l’oubli de passé qui a surtout tenu à un homme Aristide Bergès… et à des centaines d’ouvriers et d’ouvrières.

La brochure de 58 pages se présente ainsi :

Première partie :

- Références historiques ; la famille Bergès ; la papeterie

Deuxième partie :

 - Le tour du propriétaire ; la fabrication du papier.

 Livre émouvant quand il rappelle le dur travail des ouvriers et des ouvrières.

Livre illustré de nombreux documents parfois en couleur.

Livre pour ouvrir une brèche dans l’oubli qui entoure ce moment de l’histoire locale.

 Si j’avais à poursuivre ce travail je chercherais du côté syndical.

 Pour l’anecdote j’indique que Montech est évoqué ainsi dans une belle biographie d’Aristide Bergès, une vie d’innovateur, de la papeterie à la houille blanche :

1 ) « En 1911, Achille Bergès s’implique dans les papeteries de Montech, situées dans le Lot-et-Garonne au bord du canal latéral à la Garonne dont elle tire une partie de son énergie. L’entreprise a été fondée en 1857, par Auguste Veissière pour produire du papier paille. En difficulté au début du XXe siècle, Achille Bergès décide de la reprendre sans malheureusement que l’on puisse connaître les raisons de ce choix. Achille Bergès est le maître d’œuvre de la création de la Société anonyme des papeteries de Montech. »

2 ) [Joseph Bergès devient le premier directeur de la société] « Cependant les premiers résultats ne sont guère brillants, ce qui n’est pas sans inquiéter Georges Bergès qui s’en ouvre à Maurice en octobre 1913, envisageant même la reprise par le groupe de Lancey. Aussi, Biclet est-il envoyé faire une expertise de Montech. Il préconise la réorientation commerciale et une augmentation de capital. Apparemment, les résultats ne seront jamais positifs et la société sera absorbée par le groupe des Papeteries de Franc en 1935. »

3 ) « La fille d’Aristide ne quitte Lancey qu’à la fin de sa vie pour se retirer à Montech auprès de sa belle-sœur, où elle décède en 1952. » [elle est enterrée au cimetière de Terre-Cabade à Toulouse, en compagnie d’Amélie Castaing en face du tombeau de ses parents]

 

4 ) « Marcel Déon est alors employé à la direction générale des Papeteries de France après avoir travaillé, avant 1914, aux papeteries de Montech. »

Le lecteur aura remarqué que, bien qu'il s'agisse d'une étude universitaire le Tarn et Garonne a été confondu avec le Lot-et-Garonne. C'est classique, aussi il m'arriva de publier un texte qui s'intitule : "Le Tarn et Garonne n'a jamais existé". JPD

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 22:21

Nombre de siège(s) à pourvoir : 72

Résultats*

 

 

Nombre

% Inscrits

% Votants

Inscrits

44 282 823

 

 

Abstentions

26 290 662

59,37

 

Votants

17 992 161

40,63

 

Blancs ou nuls

773 547

1,75 

4,30

Exprimés

17 218 614

38,88 

95,70

 

Nuances de listes

Voix

% Exprimés

Sièges

Listes d'extrême-gauche (LEXG)

1 050 016

6,10

 

Listes du PCF et du Parti de gauche (LCOP)

1 041 911

6,05

 4

Listes du Parti socialiste (LSOC)

2 838 160

16,48

 14

Listes divers gauche (LDVG)

79 968

0,46

 1

Listes des Verts (LVEC)

2 803 759

16,28

 14

Listes régionaliste (LREG)

42 777

0,25

 

Autres liste (LAUT)

766 894

4,45

 

Listes centre-MoDem (LCMD)

1 455 841

8,46

 6

Listes de la majorité (LMAJ)

4 799 908

27,88

 29

Listes divers droite (LDVD)

1 160 636

6,74

 1

Listes du Front national (LFN)

1 091 691

6,34

 3

Listes d'extrême-droite (LEXD)

87 053

0,51

 
Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche