Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 14:34

Au cours d'une intervention à Castelsarrasin l'historien Rémy Pech a rappelé : "La guerre aurait pu débuter en 1911". Cette simple phrase permet à la fois de rappeler que la guerre est né d'un engrenage mortel (celui des alliances) mais qu'on aurait pu échapper à cet engrenage.

La guerre, ce ne fut pas seulement une affaire d'Alsace et de Lorraine (il y aurait eu une guerre franco-allemande et non une guerre presque mondiale) et cette simple idée change la perspective. Comme de voir a guerre sous l'angle italien..

Au même moment Alain Raynal a rappelé le rôle de Raoul Verfeuil premier candidat socialiste à Castelsarrasin. A sujet de cette guerre évitée en 1911 Verfeuil produisit cet article subtil qui mériterait un livre à lui seul. Il avait 24 ans ! Et en effet il connaissait bien de Selves… Quant à Caillaux l'expression "pauvre Caillaux" était prémonitoire… JP Damaggio

 

Midi socialiste 12 février 1912

Caillaux et de Selves

Il y a des animaux qui se repaissent de cadavres. Tous les goûts sont dans la :nature. Mais, il y a aussi des hommes et les hyènes ne se rencontrent pas qu'au désert. Ce pauvre Caillaux en sait quelque chose. Il était sans doute dans sa destinée d'être livré aux bêtes. Vivant, le vieux tigre Clémenceau l'éventra, en un jour de fringale et d'ennui. D'un seul coup de griffe, il mit ses tripes au soleil. Mort, tous les chacals du Parlement et de la presse se sont rués sur sa dépouille qu'avec avidité ils se disputent. Je n'ai pas l'intention de protester contre ce traitement. Ce n'est pas moi qui prendrai jamais la défense d'un radical doublé d'un financier, même s'il est frappé trop cruellement. Il faut bien que, sous une forme ou sous une autre, la Justice immanente se manifeste. Je réserve ma pitié pour de plus dignes infortunes. Mais j'ai bien le droit de constater qu'on s'acharne trop, à propos du traité franco-allemand, sur Caillaux. Quel a été le crime de ce dernier ? Il a entretenu avec le gouvernement allemand ou ses chargés d'affaires une correspondance ou des conversations secrètes, qu'il a niées ensuite ? Il a menti avec toute l'impudence qui caractérise les hommes d'Etat et les diplomates ? Il était d'avis qu'on accordât à l'Allemagne, en échange du Maroc, d'autres avantages au Congo ou ailleurs ? C'est possible.

Et c'est pour cela que certains parlementaires le déchirent à belles dents et que certains journaux rationalistes comme la Patrie demandent presque sa mise en accusation ? Caillaux a été un ministre brutal, autoritaire, insolent. Sa politique intérieure a été détestable. Il s'est montré à l'égard de la classe ouvrière particulièrement malfaisant. C'est lui qui a ressuscité avec son Cruppi, les hideuses lois scélérates. Mais il a eu pour le moins un grand mérite il n'a pas voulu de la guerre. Je ne demande pas que nous lui en soyons reconnaissants. Je demande que nous ne l'oublions pas.

Il y a un autre personnage, à mon avis sur qui doit retomber notre courroux et qu'on laisse un peu trop dans l'ombre. Ce personnage, c'est de Selves. Ah ! on ne le critique pas, on ne le blâme pas, on ne l'accable pas ! On a blagué son incompétence et c'est tout. Les flèches qu'on a pu lui décocher étaient d'ailleurs enguirlandées de fleurs et les blessures légères qu'elles ont causées à son amour-propre ont été, depuis, arrosées de trop de baume pour qu'elles ne soient pas cicatrisées. De Selves. c'est le brave homme, c'est l'honnête homme qui n'a pas pu étouffer le cri de sa conscience, qui a préféré sacrifier son portefeuille et s'en aller ! Il est joli le brave homme, elle est propre sa conscience ! Ce brave homme et cette conscience, si on les avait écoutés, nous auraient menés tout droit à la guerre. Et ce n'est pas là une affirmation gratuite. Aussitôt que fut connu ,l'envoi de la "Panthère" à Agadir, de Selves proposa de riposter par l'envoi d'un bateau français. C'était aggraver jusqu'à la folie, jusqu'à l'irréparable la situation. Voyez-vous marins français et allemands grisés de gloire ou d'alcool mis en présence, jetés les uns contre les autres ? Croyez-vous que le plus futile incident n'eût pas été de part et d'autre, exploité de façon à augmenter encore la tension et à rendre la conflagration inévitable ?

Il fallait causer. C'était de la plus élémentaire sagesse. De Selves, lui, voudrait d'abord montrer le poing. Oh ! je sais bien qu'aux yeux de nos patriotards, c'était là un geste crâne, un geste beau, un geste "français". Mais si crâne, si beau, si français soient-ils, il y a des gestes trop maladroits et trop dangereux pour qu'on puisse les commettre. Ils font bien au théâtre ; leur effet est très grand. Dans la vie, ce n'est pas la même chose. On ne joue pas avec feu.

De Selves, lui, voulait jouer avec la foudre. Caillaux eut la prudence de l'en empêcher. Que les chauvins de tous poils portent aux nues le premier et traînent le second aux gémonies, c'est dans l'ordre. Mais il est bon d'établir toutes les responsabilités.

On ne nous donnera pas le change. En 1911, deux grands peuples ont été sur le point de s'égorger pour d'âpres questions d'intérêts... capitalistes ou d'imbéciles questions d'honneur... gouvernemental. Et si cela avait dépendu du seul de Selves il est probable ou, dans tous les cas, vraisemblable que ce crime, que ce forfait se serait accompli.

 

L'ancien préfet de la Seine peut être fier de son attitude dont ne manqueront pas de le féliciter ses électeurs royalistes et radicaux de Tarn-et-Garonne. Il peut laisser accuser Caillaux, lui fut son chef, de trahison. Les socialistes se rappelleront son rôle provocateur au début du conflit franco-allemand qui, par sa faute, ,eût, pu dégénérer en d'immenses hécatombes humaines. Raoul VERFEUIL.

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans raoul verfeuil
commenter cet article
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 18:10

glaieul.jpg

 

Glaïeul du jardin dont je suis bien content. On plante à la fin de l'hiver sans trop savoir le résultat puis la fleur apparaît. Il faudrait un parterre... JPD

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 18:04

jean-saltarel-et-le-J-P-Besiers.jpg

Jean Saltarel président de l'Institut d'Histoire sociale de la CGT en 82 avec le maire de Castelsarrasin

maurice-et-marcel-guiche.jpg

Marcel Guiche mémoire sociale de Castelsarrasin et son fils Maurice discutent devant une photo. 

Il s'agit en effet de photos phénoménales qui grâce au travail de Bernard Ouardes avaient repris vie au cours d'une présentation mémorable au Vox.

 

le-plan-del-usine.jpg

Une image de l'expo que je vous invite à aller voir sans tarder. JPD

 

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 09:40

Pour la première fois, les Verts seront présents aux Elections sénatoriales en Tarn et Garonne et ont sans retard désigné une candidate et son suppléant. Je rappelle qu'il y a deux sièges à pourvoir. JPD

 

Communiquée de Presse

   Elections Sénatoriales

 

    Dans le cadre des prochaines élections sénatoriales prévues le 28 septembre prochain et réservées aux « grands électeurs », Europe Ecologie- Les Verts du Tarn et Garonne a désigné  Madame Annie BONNEFONT  comme candidate aux élections sénatoriales de Tarn et Garonne. Monsieur Alain Jean sera son suppléant.

   EELV a, dans cette élection, la volonté de présenter un projet novateur pour le département tourné vers un avenir respectueux du cadre de vie de chacune et chacun des habitantes et habitants.

    Notre candidate souhaite agir auprès et au service des élus du département sans aucun esprit de clientélisme pour que le Tarn et Garonne trouve sa vrai place dans le XXI siècle.   Et s’engage si elle est élue à ne conserver que ce seul mandat.

 

 Philippe Sabatier Porte parole EELV82

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 22:35

Les dirigeants du PS et du PCF, Jean-Christophe Cambadélis et Pierre Laurent, ont abordé la semaine dernière l'échéance sénatoriale. Dans le cadre du renouvellement le PCF veut sauver cinq sièges et a donc besoin, vu le mode de scrutin à la proportionnelle, d'union dès le premier tour avec le PS ! La proportionnelle porte sur peu de sièges donc une liste au-dessous de 20% n'a pas d'élu. En 2011 le PCF a ainsi sauvé le siège de Robert Hue passé depuis dans le groupe ous direction PRG !

"Nous n'avons parlé d'aucune échéance électorale à venir", assurait Pierre Laurent, mardi en conférence de presse. Or l'épineuse question a bien été abordée car dans de telles affaires il y a toujours des fuites !

Alors que la réunion touchait à sa fin, la question des sénatoriales est arrivée sur la table. Et le sujet a été abordé "longuement".

Actuellement, le groupe communiste (CRC) compte 21 membres au Sénat. Concernant le PCF, cinq sièges seront remis en jeu lors des élections sénatoriales du 28 septembre prochain. Qu'ils perdent ces 5 sièges ou non, les communistes pourront toujours avoir un groupe (pour cela il faut compter plus de dix sénateurs). "Je ne suis pas partisan de la politique du pire. Je suis favorable à reconduire une majorité de gauche au Sénat", explique Pierre Laurent, par ailleurs sénateur. Le chef du PCF souhaite une représentation "au moins égale à ce que nous avons aujourd'hui". "Pour avoir une chance de sauver la majorité, il faut s'entendre", poursuit un dirigeant communiste.

 

A voir la suite…. Jean-Paul Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 21:30

Nous avons plusieurs fois évoqué cette question sur le blog. Voici les infos sur la commémoration de l'événement.

L'institut départemental d'histoire sociale CGT organise trois jours sur la grande grève

L'institut d'histoire sociale (IDHS) CGT de Tarn-et-Garonne organisera durant trois jours des conférences, débats et expositions sur cette «grande grève de Castelsarrasin, du 25 mai au 28 juillet 1914.»

Au programme des trois journées du 25 au 27 juin inclus

Une exposition à partir des documents d'archives consacrée à la grève, à ses causes et aux acteurs du mouvement. Ouverte à la galerie d'art municipale (rue de la Révolution) du mercredi 15 au vendredi 27 juin, de 10 heures à 18 heures.

 

Jeudi 26 juin, de 14 heures à 18 heures, au cinéma Vox. Conférences et débats consacrés aux causes de la grève, à son déroulement, ainsi qu'au contexte à quelques semaines du déclenchement de la guerre de 14-18... Avec comme participants : Bernard Ouardes, auteur de «Castelsarrasin dans la tourmente sociale»; Rémy Pech, professeur émérite d'histoire contemporaine, ancien président de l'université de Toulouse-Le Mirail, et d'autres intervenants... Une visite des lieux qui ont marqué l'événement est également prévue.

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 10:24

photo-bressols.jpg

 Nous reprenons avec retard un article de La Dépêche du midi qui relate avec une attention que nous saluons, un fait arrivé à Bressols. Parfois la loi du desherbant (en fait du désherbeur) prend toute la place ! Mais il faut bien plus pour détruire des volontés humaines salutaires à nos sociétés car aucun désherbant ne peut tuer à la racine les convictions démocratiques. Donc nous nous réjouissons en apprenant qu'à la rentrée scolaire la beauté de l'expérience reprendra le dessus. JPD

 

malveillance a l'école

Le jardin pédagogique détruit au désherbant

Les enseignants et employés de l'école élémentaire Jacques-Prévert ont fait une bien triste découverte cette semaine, À leur arrivée un matin, ils étaient surpris de voir les végétaux qui ornaient le jardin pédagogique dans la cour de l'école se décomposer. Les élèves de l'école du village étaient consternés devant le spectacle de leur jardin totalement grillé par l'application de désherbant. Sinistre époque que celle qui accepte la destruction de sanctuaires dédiés à la formation citoyenne. Porteur de toutes les valeurs, ce jardin a, depuis sa création, été le support de l'apprentissage de tous les thèmes enseignés, notamment le français, les mathématiques ou les sciences. Il a permis, parla curiosité qu'il suscite, l'approche de bien des valeurs citoyennes tournées vers le développement durable et la prise de conscience du rôle de chacun dans notre avenir commun. Il a développé le plaisir d'apprendre, la joie du travail en commun, la récompense de l'effort lors de la cueillette ou l'éclosion d'une fleur, la découverte de l'entomologie ou de la météo.

Saccagés au désherbant

 

Autre valeur non moins précieuse, celle de la transmission des savoirs à travers un lien inter-générations fort. Le Sirtomad de Montauban et le CPIE ont été associés à la démarche pour laquelle cette action constituait une référence. L'investissement dans cette structure, qui n'a nécessité aucun argent public, vaut certainement bien mieux que tous les dispositifs de prévention de la délinquance, aussi onéreux qu'inefficaces. Il est évident que le jardina été détruit avec un puissant désherbant. Quelle signification derrière cet acte sciemment entrepris? Comment peut-on piétiner en quelques secondes tout ce que ces enfants ont construit dans leur esprit en partageant cette expérience! Un bien triste spectacle.

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 09:30

Huma-30-mai-2005.JPG

 

A ranger périodiquement mes archives, pour les élaguer, je viens de revivre la campagne contre le Traité Constitutionnel en reprenant de vieilles "Humanité". J’ai retenu trois Unes à commencer par celle du 30 mai 2005 signifiant la victoire du NON. Sur le coup j’ai pensé : une occasion manquée ! Mais non, la mécanique de la division au sein du camp du NON était en place depuis 2002 et reste en place aujourd'hui !

D’abord l’univers du PCF : le Marchais de la fin, devenu un adversaire de Mitterrand un peu tard, avait laissé la place à Robert Hue qui s’est révélé soutien du PS jusqu’à être à présent membre du groupe de sénateur sous contrôle du PRG ! En 2011 il a encore été élu comme sénateur communiste ! L’échec du PCF de 2002 a porté à la direction de ce parti M-G Buffet qui changea de stratégie : avaler l’extrême-gauche tout en pratiquant l’union avec le PS.

Puis l’univers LCR : La présidentielle de 2002 avait placé Besancenot en tête de la gauche en rupture avec le PS. Il n’avait aucune raison de ne pas préparer la présidentielle de 2007 !

Le soutien du journal le Monde, par la plume de Sylvia Zappi, José Bové. Médiatisé syndicalement, il se voyait en unificateur de la gauche du NON, à mi-chemin entre Besancenot et Buffet.

Le dissident du PS, J-L Mélenchon, bête noire de Sylvia Zappi, qui tout en restant au PS participe sur les tribunes à la campagne du NON. Il a compris que son heure n’aller pas sonner en 2007 et préféra attendre son tour au sein du PS jusqu’en 2009, date plus favorable en lien avec les Européennes.

Une frange des Verts était aussi dans le bateau.

Le NON fut unificateur politiquement mais pas pour l’organisation de la suite. PCF et LCR se mirent d’accord pour continuer des collectifs unitaires qui avaient pour unique fonction de reporter d’un an… la désunion.

Une désunion à cause de « l’égo » de quelques-uns ?

Cette désunion avait tout au contraire des raisons politiques… flattant l’égo de quelques-uns.

Et la première, toujours la même : quels rapports avec le PS ?

Cette désunion ne mettait pas face à face des organisations puisqu’au sein même des organisations il y avait une division qui n’a pas cessé.

Quand finalement Mélenchon quitte le PS pour créer le Parti de Gauche et le mal nommé Front de Gauche (il faudrait dire Cartel des Gauches) il pense pouvoir affaiblir le PS et relancer une dynamique capable d’arrêter le FN. L’échec est total puisqu’en 2012, au premier tour il ne devance pas le FN et qu’au second tour il appelle à sauver… « le capitaine de pédalo » et en 2014 l’échec du PS bénéficie… au FN !

J’ai ajouté deux Unes de l’Huma de l’époque. Trois jours après la victoire du NON les cheminots se mettent en grève et voici 9 ans, Tony Blair devient le président de l’Union européenne au moment où les frères Amokrane de Toulouse lancent un duo. En fait la séparation amicale au sein du groupe Les Motivés est symbolique de cette désunion politique (moins amicale). En 2001, aux municipales à Toulouse, la liste Les Motivé-e-s qui a fortement bénéficié de la médiatisation du groupe musical et a obtenu un score à deux chiffres puis en 2007, dès le premier tour, une des vedettes du groupe est sur la liste PS qui l’a emporté de justesse. En 2013 le groupe se reconstitue, sort d’ailleurs un nouveau disque en 2014, année où le PS perd à Toulouse, le soutien de Salah Amokrane à une liste n’ayant rien donné de visible.

 En 2005 une occasion n’a pas été manquée et depuis la même mécanique est en place avec une double répétition : celle de l’union avec le PS (et les sénatoriales vont en être une démonstration brillante) et celle des tentatives sans lendemain pour créer autre chose (l’échec du NPA en est une démonstration brillante).

Comment échapper à cette mécanique ? Peut-être que la Fondation Copernic proposera un jour un grand débat sur le sujet avec des outils à mettre en place ? Je cite avec humour cette honorable institution car entre 2003 et 2008 Yves Salesse s’est défoncé pour tenter d’occuper les premières places. J’ai eu l’occasion de l’interroger deux fois en réunion publique et je comprends seulement aujourd’hui ses réponses : énarque devenu depuis membre du Conseil d’Etat, il n’a pas parcouru le pays pour dialoguer mais pour étaler sa science. Je n’ai rien contre les énarques et même je n’ai rien contre personne, je constate seulement. JPD

 

 

 Huma-2-juin-2005.JPGHuma-24-juin-2005.JPG

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 19:51

Parmi les nombreux articles de Verfeuil, je retiens celui-ci pour interroger cette naïveté que fut celle des pacifistes de 1910 à 1914. Un avant la guerre, pas question de voir la moindre trace de nationalisme chez les socialistes allemands !

Attention, je ne prétends pas, parce que le combat pacifiste était perdu d'avance face aux "patriotards", qu'ils auraient dû rester à la maison ! Toute la question reste la même : comment adapter un stratégie de lutte aux conditions de la lutte ? Pour le dire autrement : comment analyser une réalité pour y puiser les moyens de la changer en mieux ?

Comme le démontre d'autres articles, Verfeuil resta un pacifiste toute sa vie et en particulier pendant la guerre ! D'où lui venait cet engagement ferme et définitif ?

Comment ne pas céder aux sirènes majoritaires ? J-P Damaggio

 

 Midi socialiste 17 avril 1913 AUTOUR D'UN DÉBAT

Les socialistes allemands

De notre rédaction parisienne

On se souvient du bruit fait autour d'une étude du citoyen Audler, professeur à la Sorbonne sur le socialisme dans l'Allemagne contemporaine. Le citoyen Audler, qui est un homme de grande valeur, qui fut délégué, de l'Université de Paris au centenaire de l'Université de Presbourg; qui passe pour connaître admirablement l'Allemagne ne craignait pas, dans son étude de mettre en doute l'antimilitarisme incontestable de nos camarades allemands et de les représenter comme de "bons patriotes", inféodés de plus en plus à un impérialisme paradoxal.

Se basant sur l'attitude de quelques individualités sans mandat et sans autorité comme Hildebrand, exclu d'ailleurs de la social-démocratie pour ses conceptions anti- socialistes sur la politique coloniale, Audler prétendait que le socialisme allemand s'éloignait chaque jour davantage du marxisme et tendait presque vers un nationalisme dangereux.

On se doute de la joie de la presse bourgeoise quand elle connut de telles affirmations. Cette fois, ce n'était pas un réactionnaire, un chauvin qui parlait : c'était un socialiste, un historien. Et la presse bourgeoise, de "L'éclair" en passant, naturellement, par "Le Temps" cria plus fort que jamais que nous étions vendus à l'Allemagne alors que nos camarades d'outre-Rhin étaient de loyaux sujets de kaiser. Notre parti lui-même s'émut et Jaurès dans "L'Humanité" dut écrire plusieurs articles pour remettre les choses au point.

Audler, attaqué par Jaurès, témoigna du désir de s'expliquer et dimanche il venait devant l'Union des sections. socialistes de Sceaux et de Vannes fournir ses explications contradictoirement avec le citoyen Grumbach, secrétaire du Club de lecture socialiste allemand de Paris.

Nous devons à la vérité de dire qu'Audler n'eut pas le beau rôle. Il essaya bien de prouver qu'il avait eu raison de signaler le danger que faisait, courir au socialisme allemand et mondial un prétendu impérialisme de la social-démocratie mais, véritablement, ses affirmations n'étaient pas sérieuses et Grumbach n'eut pas de peine à lui démontrer que ses documents étaient fantaisistes, erronés ou inexacts. La Social-démocratie est à l'avant-garde de l'Internationale Ouvrière, et rien dans son passé n'autorise personne - et surtout un socialiste à à croire et à publier qu'elle a des tendresses pour le militarisme. Son action actuelle contre les armements prouve au contraire, une fois de plus, qu'elle est en parfaite communion d'idées avec la section française comme avec toutes les autres sections et Audler a fait preuve d'une inconcevable légèreté en prenant à son compte les ragots de nos patriotards. De cette façon non seulement il blessait le parti allemand et le parti français, mais encore il gênait considérablement leur action contre les nouveaux crédits militaires dans les deux pays et contre la loi de trois ans en France. Quand on est socialiste et quand par surcroît on professe à la Sorbonne, on doit être d'esprit plus sûr et plus réfléchi.

 

Raoul VERFEUIL,

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans raoul verfeuil
commenter cet article
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 19:50

p2l5p2r.jpg

 

Pour la fête de la musique nous sommes un peu partie à l'aventure en allant à Beaumont de Lomagne. Nous n'avions aucune info et nous avons failli rater la fête car il n'y avait rien sous la halle. C'est en repartant qu'une affichette nous informe que la fête se déroule Place Jean Moulin.

 "La Beaumontoise Mercedès Garcia, chanteuse et musicienne pleine de fougue du groupe Cantar" était là avec son programme latino : Yupanqui, Gardel, Piazzolla, les Indiens, le folklore, le tango et la poésie argentine.

Une belle occasion de découvrir son talent même si les conditions techniques ne sont pas optimales comme pour toute Fête de la musique. Même en quechua… Franchement qui peut croire une chanson en quechua à Beaumont de Lomagne.

 Nous n'avions pas pris au hasard la direction de Beaumont. En fait nous savions, depuis la veille, qu'il y avait un beau spectacle à Lafitte qui était sur la route du retour vers Angeville. "Beau spectacle" dans le sens où dans des conditions parfaites nous allions bénéficier de la salsa et du cha-cha-cha du groupe Los Lumbagos.

 Avant nous, un repas avait été organisé et nous avons pris la danse en marche. Quelques retrouvailles et un moment très agréable.

 Une Fête de la musique très latino ! Pour connaître les artistes vous pouvez cliquer sur les noms. Jean-Paul Damaggio

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche