Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 16:09

 fujimori.jpg

Cette fois je peux boucler les valises, laisser Verfeuil, Cladel, la LGV et le reste, afin de partir pour dix jours à travers les rues du Pérou. Dix jours, c’est déjà un bon plan, et quand il s’agit de suivre les derniers moments d’une des campagnes électorales les plus disputées de l’histoire, la plume ne pourra pas rester en repos.

Ma passion pour la vie politique péruvienne est très ancienne. Je la raconte dans un livre à paraître sur l’année 1968 à l’EN de Montauban où, en plus de la nourriture et de l’habitat gratuit, j’avais droit tous les matins à trois quotidiens nationaux : Le Figaro, le Monde et L’Humanité. Début octobre 1968 je vécus une expérience décisive dans ma formation : Le Monde annonça un coup d’Etat militaire de Gauche au Pérou tandis que L’Humanité parlait d’un coup d’Etat militaire de Droite. La logique voulant que "coup d’Etat en Amérique latine" rime avec terreur de droite, L’Humanité semblait avoir raison, mais Le Monde qui avait alors un talentueux correspondant permanent aux Amériques, tenait la véritable information. Dès le départ j’eus donc la sensation que le Pérou était un pays peu orthodoxe et, ayant quelques faiblesses par le manque d’orthodoxie, j’ai suivi la suite de l’histoire.

Grâce à mon ami Rosendo Li j’ai pu vivre, un moment, de l’intérieur, la dite histoire qui conduit en conséquence à cette année 2011 tout aussi peu orthodoxe que l’année 1968.

 

Le retour de Fujimori

Il m’arriva de produire une étude minutieuse sur le cas Alberto Fujimori (que j'emporte pour lire dans l'avion), sans imaginer que dix ans après elle reprendrait une certaine actualité. Je l’avais achevée le 15 juin 2001 or le 5 juin 2011, la fille d’Alberto peut devenir la nouvelle présidente de la république (en tête de 1% dans les sondages). Bien sûr la fille n’était en rien obligée d’être la continuatrice de son père président du pays de 1990 à 2000, mais là-bas, comme chez nous pour Marine Le Pen, elle a choisi de surfer sur son héritage. Un coup audacieux quand on se souvient qu’Alberto Fujimori purge actuellement une longue peine dans les prisons du Pérou pour des crimes multiples.

Sauf qu’il faut se souvenir aussi que malgré ce passif, l’ancien président du pays gardait le soutien d’au moins 15% d’une population se sentant redevable de son exploit : l’élimination du Sentier lumineux. Certains braquent les projecteurs sur les crimes commis par l’armée à l’époque (un peu comme pour le cas algérien face aux islamistes) mais ces crimes n’arrivent pas à la cheville des massacres chers au Sentier lumineux (sauf que, dit-on, le Sentier lumineux c’était pour la bonne cause, la cause du peuple).

Ces crimes de l’armée furent « institutionnalisés » après le 5 avril 1992 quand Fujimori réalisa ce que Napoléon Bonaparte imposa à la France le 2 décembre 1851 : un auto-coup d’Etat. Un moment de l’histoire péruvienne qui ne pouvait qu’aiguiser ma passion pour le sujet quand on se sait que le tournant de 1851 est une de mes obsessions.

 

Le retour d’Humala

Comme en toute élection présidentielle, il faut être deux et face à Keiko Fujimori nous trouvons Ollanta Humala. Il est le candidat battu de la précédente élection mais dans un contexte totalement différent puisque son adversaire d’alors était un ancien président classé plutôt social-démocrate et dirigeant du grand parti classique du pays l’APRA.

Au premier tour, il a fait la course en tête ayant réussi à unifier toute la gauche, tandis que Keiko dut conduire un combat sans merci contre ses concurrents de droite. Réussissant à se qualifier pour la seconde manche qui au Pérou suppose une nouvelle campagne électorale de deux mois, elle a dans un premier temps mis son adversaire sur la défensive.

Ce voyage au Pérou c’est pour y retrouver en particulier, les combats anti-communistes d’un autre âge. Parce qu’Humala (qui dirige le parti nationaliste) a fait alliance avec le minuscule parti communiste, il est présenté comme l’ogre infâme par une presse de caniveau dévouée à Keiko corps et âme. Humala, qui au soir du premier tour pensait pouvoir gagner, est obligé, avec l’aide de ses conseillers en communication venus tout droit de l’entourage de Lula, de contre-attaquer pour bénéficier de l’appui de quelques éléments de la classe moyenne apeurés par le discours de son adversaire. Cette contre-attaque est venue hier par une photo surprise, une photo inouïe, une photo qui, à elle seule, peut faire basculer l’élection. Je ne vous l'offrirai que demain après avoir pris la température de son effet dans les rues de Lima. Mais croyez-moi, en la regardant de près, il va vous falloir réviser bien des schémas établis ! Cette bataille au couteau est d’autant plus inattendue que les élections législatives ayant eu lieu nous savons qu’aucun des deux partis (ni celui d’Humala ni celui de Keiko) ne pourra gouverner seul. En conséquence, après le 5 juin, l’heure sera au compromis mais pour le moment l’heure est à la guerre médiatique.

 

La Republica

Mon journal de référence s’appelle la Republica, un journal qui joue un grand rôle car au Pérou la presse écrite est largement présente au coin de la rue. De tous les pays que j’ai visité aux Amériques, c’est celui où le kiosque à journaux est le plus vivant. C’est vrai, beaucoup de Unes sont le fait de journaux à scandales qui vivent dans la boue (arrivant même à la salir !) mais avec El Comercio et deux ou trois autres titres, la presse écrite reste sérieuse. Pendant trois mois, j’ai lu ce journal de manière quotidienne et je me souviens d’une de mes maladresses de Français : après lecture, je conservais quelques articles (ceux d’Eduardo Galeano par exemple) mais je jetais l’essentiel dans la poubelle chez les parents de Rosendo (eux lisaient un journal local bien fait également El Tiempo), or là-bas, tout se récupère sans avoir besoin de poubelles de récupération. Hasta mañana.

 19-05-2011 JPD

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans amériques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche