Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 15:40

livre-angel-parra.jpgdisque-angel-parra.jpg

Je viens d’entendre sur France Culture, Angel Parra parla de sa mère à propos de la sortie du film réalisé à partir de son livre Violeta se fue a los cielos, en français, Violeta Parra ma mère.

Bien qu’admirateur du fils et de la mère je n’ai pas été convaincu par son livre aussi j’attends le film avec impatience. Dans le prélude j’ai lu :

« La détonation [celle qui cause son suicide], ou le coup de pistolet, comme disait son frère aîné, a peut-être résonné comme une porte claquée violemment. Je préfère le mot détonation. »

 “Violeta se fue a los cielos” le titre du livre en espagnol c’est la formule d’Angel pour qualifier la mort de sa mère car finalement tout débute par ce point de départ, le suicide à Santiago de Violeta Parra. Donc le portrait de l’amoureux qui est parti et qui serait la cause de la mort mais à la radio j’entends Angel ajouter une autre raison : la déception de Violeta quand elle retrouva un Chili immobile avec une classe politique pleine de boniments mais ne donnant pas de suite dans la réalité. Et c’est vrai, Violeta s’était lancé dans un grand projet pour lequel elle n’a eu aucun soutien. J’ai déjà évoqué dans un article ce grand écart entre la situation de Violeta avant sa mort, et l’hommage qu’elle reçoit partout aujourd’hui, pas seulement dans la rue de la part des étudiants qui manifestent mais aussi de la part des institutions.

C’est ainsi qu’à Santiago nous avons vu une expo d’elle au Musée de la Mémoire, une autre expo d’elle dans le Musée installé sous le parking devant La Moneda, et de grands panneaux dans la ville.

 

Angel Parra né en 1943 a donc aujourd’hui presque 70 ans et il se souvient de sa mère. Le problème du livre c’est le statut des souvenirs. Il écrit au rythme des souvenirs qui lui reviennent. Je me méfie énormément des souvenirs et encore plus quand il s’agit de ceux d’un fils à propos de sa mère. Je comprends que pour écrire un tel livre, on veuille refuser toute confrontation avec les documents afin de laisser tout pouvoir à « la rêverie » mais alors Violeta risque de s’effacer au profit de l’auteur qui en fait raconte plutôt sa propre vie à travers sa mère.

 

L’enfant raconte par exemple ce souvenir :

« Dans le passé, ma mère avait réussi à libérer l’oncle Lalo d’une autre chaîne qu’il ne pouvait supporter. Nicanor, le frère aîné, soucieux de l’éducation de ses cadets, avait pu obtenir (grâce à son modeste emploi de surveillant général dans la pension Barros Arana) une bourse pour Eduardo Emeterio, dit Lalo. Il avait été accepté, et c’est alors que ses souffrances avaient commencé. Les Parra sont des oiseaux chanteurs, à condition de ne pas être en cage. »

Angel évita l’école et je serais curieux de savoir s’il ne projette pas son expérience sur Les Parra en général. A moins que Nicanor ne soit pas un Parra ? Il se trouve qu’Eduardo a publié en 1998 un livre sur sa sœur sur lequel je reviendrai. Avec un souci parmi d’autres : définir le statut de Dieu dans le monde des Parra. J-P Damaggio

 

P.S. Page 136 je lis : « Le point culminant de ces retrouvailles avec mon père a lieu un 18 septembre plein de joie. En face de la gare, au milieu de la place où se trouve encore le buste de Manuel Rodriguez. » En fait il s’agit de Simon Rodriguez l’incroyable précepteur, conseiller, complice et ami de Bolivar, un homme dont j’admire son livre L’île Robinson.

 

Mi hermana Violeta Parra, su vida y obra en décimas, chez LOM, 1998

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Chili
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche