Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 18:52

Le FN est quasiment première force électorale du pays même si aux présidentielles Marine Le Pen est arrivée en troisième position. N’oublions pas que le candidat UMP comme celui du PS étaient des candidats de coalition alors que le FN est toujours un parti à lui tout seul. En conséquence, analyser son évolution c’est analyser une part importante de la France électorale. La difficulté c’est qu’étant absent des institutions le FN ne devient visible que par courts instants les soirs d’élection. Suite aux événements bretons Emmanuel Todd dans un article de Marianne où il apporte de justes analyses se trompe totalement – du moins à mes yeux – concernant sa vision du FN.

 Voici ce qu’il dit :

« A cela vient s'ajouter un autre élément de cohésion : la Bretagne est une région où l'immigration ne compte pas. Il suffit de feuilleter l'annuaire du Finistère pour s'apercevoir que les noms y sont massivement bretons. Ces milieux populaires ne sont pas divisés par l'immigration. Cette société politique n'est pas désorganisée par le Front national, insignifiant régionalement. Ce que montre paradoxalement la révolte bretonne, c'est à quel point le FN, parce qu'il divise les Français, est une aide au système, fait partie du système. Quand le FN n'existe pas, la société a la cohésion nécessaire à la révolte. »

 Et plus loin :

« Qu'est-ce que vous répondez à ceux qui attendaient plutôt une révolte des banlieues ?

E.T. : Je répondrai qu'il y a déjà eu une révolte des banlieues, en 2005, qui relevait d'une même logique : l'abandon de régions entières par les élites et les groupes nationalement dominants. La révolte des banlieues a d'ailleurs aussi démarré, autour de Paris, dans une région où le Front national ne compte plus, cette fois-ci parce qu'il y avait déjà eu tant d'immigrés que la question de l'immigration était dépassée. Ça se confirme : la faiblesse du FN permet la révolte. Le FN sert le statu quo : Marine Le Pen et l'UMPS, même combat. »

 

Le lien vote FN-immigration ?

C’est un lieu commun, la puissance du FN viendrait de son discours anti-immigré.

Je ne vais pas nier cet élément mais il est parmi plusieurs autres. Dès sa naissance, le vote FN divise la France en deux parties, par une ligne qui va du Havre à Perpignan avec à l’ouest (donc en Bretagne) un FN plus faible qu’à l’Est. La Bretagne n’est donc pas un cas breton pour le vote FN. L’Aveyron, le Gers, les Pyrénées-Atlantiques, l’Ariège etc. suivant la logique développée, pourrait être tout autant une zone de révolte, d’autant qu’il s’agit aussi de zones agricoles.

En 1974 le FN n’évoque absolument pas le cas des immigrés dans sa campagne électorale. Il se rattache à cet argument quand le néo-libéralisme du début des années 80 relance un égoïsme social qui commence à tuer les solidarités classiques. Par contre, dès 1974 le FN a un argument structurant duquel il n’a jamais dévié : il est seul contre tous. Cet argument fait que malgré les écarts de départ entre Ouest et Est (que je n’explique pas ici) le vote FN sera toujours national. Il augmentera et baissera partout dans un même mouvement. Les caciques locaux du FN ne seront pour rien (ou si peu) dans le vote FN. Bruno Megret en créant le MNR a cru qu’il était en phase avec une part de l’extrême-droite puis il a découvert que la marque de fabrique FN était incontournable comme vont le découvrir (sauf Bompart à Orange) les autres caciques. Dans la partie Ouest deux départements se distinguent parmi les bons résultats FN dont le mien le Tarn et Garonne, et les immigrés sont souvent rares là les scores FN brillent ! La France aux Français ça marche mais pas seulement dans sa version raciste.

 

Le FN pour tuer l’esprit de révolte ?

Là aussi, je ne vais pas nier cet élément mais le néo-libéralisme a des atouts plus conséquents pour tuer l’esprit de révolte. Dans une brochure j’ai démontré comment le marketing politique œuvrait à cette fin. Il se trouve qu’en fait une part de l’esprit de révolte se fourvoie dans le FN qui gangrène toute la vie politique, sans être aux affaires.

La notion d’UMPS qu’utilise Todd n’est-elle pas une notion chère au FN ? L'UMP et le PS peuvent faire des politiques proches je considère qu'ils restent deux partis distincts, comme le FN est distinct de l'UMP, et le PS du PCF. Mais là aussi c'est un autre débat.

En fait, Todd fait de la révolte un absolu, sans se préoccuper du pourquoi et du comment, en se basant sur le fait que la Révolution française elle-même est née de la confusion. Il établit donc un parallèle entre 2005 et 2013 toujours sur la base du fait que l’immigration n’est plus là pour diviser le peuple. Il crée ainsi deux homogénéités factices : « les banlieues », « la Bretagne » pour deux révoltes qui n’ont rien de commun. En conséquence cherchons ce que Todd entend par révolte.

 Dans le Marianne du 26 octobre 2012, il y a donc un an, Todd répond à des questions où il fait l’éloge de François Hollande :

« Marianne : Le moral du pays est au plus bas et nous sommes en plein «Hollande blues». Les critiques viennent de la droite, ce qui est logique, mais aussi des médias et de la gauche. Vous avez exprimé l'idée, durant la campagne électorale, que François Hollande pourrait devenir un Roosevelt français. On n'y est pas, non ?

Emmanuel Todd :Ce blues est journalistiquement correct, mais historiquement absurde. Je suis historien et toujours dans le bonheur d'être débarrassé de Sarkozy. C'est quand même quelque chose qu'on peut déguster, non ? Si le président sorti avait été réélu, nous ne pourrions pas aujourd'hui débattre des problèmes économiques de la France. Nous serions encore en train de piapiater sur l'identité nationale, les Roms, les musulmans, les enseignants, les chômeurs et autres boucs émissaires, oubliant la débâcle industrielle et le déficit commercial. Vous vous rendez compte qu'Hollande a gagné la présidentielle malgré l'affaire Merah, malgré l'affaire du droit de vote des étrangers aux élections locales ? Comment être pessimiste dans ce pays qui a compris que les ultrariches, plutôt que les pauvres, les fonctionnaires ou les étrangers, étaient responsables de la crise, dans cette nation qui a rejeté, il y a cinq mois, le côté obscur de la force. S'il le veut, quand il le voudra, Hollande pourra s'appuyer sur des forces sociales profondes et positives.

Je voudrais rappeler comment mon hypothèse d'un «hollandisme révolutionnaire» avait été formulée pour maintenir sa validité : j'avais évoqué un mitterrandisme à l'envers. En 1981, Mitterrand arrive au pouvoir avec un programme très à gauche, de nationalisations, d'augmentations des salaires et des avantages sociaux. En 1983, tournant de la rigueur, adhésion du socialisme français au néolibéralisme, probablement inévitable dans le contexte mondial. Durant la présidentielle, mon hypothèse était - et reste - que François Hollande commencerait son quinquennat de manière relativement conventionnelle - sur l'Europe, nous sommes servis - tout en marquant son attachement aux valeurs d'égalité - tout va bien de ce côté, la presse de droite hurle «Maman !» parce que les classes moyennes supérieures vont payer des impôts supplémentaires. Mais, au bout d'un an ou deux, Hollande devra opérer le tournant radical rendu inévitable par l'approfondissement de la crise. Je m'en tiens à ce parallèle inversé : nous sommes encore dans la phase conformiste de l'hollandisme. Et je discerne quand même déjà des aspects positifs, dont certains constituent l'amorce d'une révolution morale et sociale... »

 

Il y a un an, il parlait de la nécessaire sortie de l’Euro mais aujourd’hui où en est-on d’une politique d’Hollande amorçant une révolution morale et civique ? Il n’avait alors rien à dire du FN. Peut-être hier Todd était-il illusionné, la révolte des bonnets rouges lui ayant ouvert les yeux ? Dans sa réflexion globale il y a des points que je partage mais j'ai tenu ici à me pencher sur le dossier que je travaille depuis trente ans, au risque de me tromper.

JP Damaggio

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans front national
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure
  • Le blog des Editions la Brochure
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche