Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 17:03

A chercher dans mes vieux papiers, je tombe sur ce texte qui résume le passage de Gilles Vigneault au Théâtre d’Agen où je ne suis allé qu’en cette occasion. C’était un dimanche après-midi d’avant l’an 2000…et j'ajoute un mot à l'ami Jacques Desmarais en route vers les îles de la Madeleine. JPD

Vigneault, droit face à son public, aidé par trois jeunes musiciens, joue, chante, danse et trimballe la vie de tant de gens ! Il conte, raconte, dit et redit et le public est séduit. Comment ne pas établir le lien avec Desjardins ? Bien sûr l'un est très rural quand l'autre est plus que rural. Vigneault chante la bonté d'un temps sincèrement chrétien quand Desjardins n'y croit plus, à la bonté charitable, mais aux gens tout autant. Leurs similitudes font surgir l'écart entre ce temps d'avant la révolution tranquille, et celui d'après. Par le passage d'une langue française habillée à l'ancienne, à une langue explosée du joual au franglais. Alors de la nostalgie ?

Vigneault chante son rejet du portable, et trouve un moyen de passer par le Japon car il reste de ce monde pour l'amour et la paix. Il parle de ce qu'il avait dans son village comme de ce que nous pouvions avoir partout. Sa nostalgie est combative. S'il séduit, dès les trois premières notes de musique, je pense que cela tient à l'immense culture populaire qu'il a fait sienne et qu'il transporte à cœur battant, à corps trouvé. La turlute — c'est bien la turlute ? — et ce rythme spécifique dont le nom m'échappe conduit à la danse, au refrain et à l'émotion. A l'écouter, toute l'histoire de nos vies défile dans nos têtes.

Si des artistes, en racontant leur vie, disent celle de tout un chacun, lui, raconte celle de tout un chacun, pour assurer sa vie qui semble douce comme une chute de neige.

A 74 ans on a envie de célébrer la performance, celle d'avoir duré, celle d'être là, celle de continuer. Or ce mot de performance s'applique très peu à son art. Pour le rappel, il a repris Berlu qu'il avait déjà chanté dans le spectacle. Faut-il y voir un signe ? Berlu est parti en riant, Berlu est parti en chantant, comme Gilles ? Pour présenter Berlu, Gilles indiqua que cet homme inventa la carte de crédit avant qu'elle n'existe.

La chanson dit aussi : « J' peux pas vous dire la fin du conte », car Gilles n'a pas de fin aux contes qu'il croise ? En passant, deux questions c'est quoi les mouillures ? peut-être la neige qui vient de tomber ? et se marcher dans la figure ?

Pour la musique, il me resterait beaucoup à dire du violon, ce violon fou que j'ai mis trop longtemps à entendre pour ce qu'il était. Le jeune qui en jouait se servait aussi de beaucoup d'autres instruments, y compris des cuillères originales.

 

Pour rester avec Vigneault, à l’ami Jacques Desmarais j’avais écrit ceci suite à une carte postale nous indiquant un grand voyage en avion qu’il avait fait pour son travail.

 

Je t'imagine bien survolant l'immensité québécoise avec ta tête toujours accroché au sol.

Descendant à Nastaquan, je te vois cherchant dans ta poche la clef d'une porte sans serrure. Ni par étourderie ou inconscience mais comme marque d'un certain décalage. Vigneault se décala un jour de sa Côte-Nord vers les bords de la Seine. Il se décala quand les Français se repliaient. On croit toujours que nos chanteurs sont de Paris puis qu'un jour ils s'en échappent. Je pense bien sûr à Jean Ferrat replié dans l'Ardèche quand Léo Ferré alla jusqu'à Milan tandis que le Belge Jacques Brel se cacha aux îles Marquises. Peut-être Brassens fait-il exception. Comme Vigneault peut-être, il se décala pour mieux rester, en partant, de là où il était. Je pense à Nino Ferrer dont j'appris le suicide sous le ciel québécois, un des rares repliés dans mon cher Sud-Ouest.

Je t'imagine bien survolant l'immensité québécoise avec ta tête toujours accroché aux mots.

Descendant du bateau à Harrington-Harbour, je te vois proposant des breloques à des cornemuseux inexistants. Ni par jeu ou inculture mais comme marque d'un certain décalage. George Perros s'échappa vers la Bretagne pour travailler sa poésie. Jean Guidoni le chanteur aime dire : je suis à côté (il s'est replié en Normandie ce Marseillais qui gagna son sort à Paris). Et dans notre géographie néo-libérale le « à côté » devient la marge, lieu par excellence de la rentabilité zéro. Pourtant toi, à Harrington-Harbour, tu es là en fonction, au travail, pour l'étude etc. Double décalage d'un rêve se faisant réalité.

Je t'imagine bien survolant l'immensité québécoise avec ta tête toujours accroché aux gens.

Descendant aux Iles-de-la-Madeleine, je te vois ébloui par le minuscule comme source de l'immensité. La madeleine est ce modeste gâteau que j'aime faire si souvent avec les enfants des écoles. Et les îles sont si étranges qu'un jour, Vigneault s'en alla vers l'Ile-de-France.

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans québec
commenter cet article

commentaires

pierrot rochette 18/01/2013 19:16

bravo pour ce bel article
sur Gilles Vigneault:)))

pour honorer Gilles Vigneault
une de mes chansons dont l'histoire
s'est passée à Natashquan et
dont les paroles et musique
se retrouvent sur
www.demers.qc.ca
chansons de pierrot

LA FEMME AU CHAR DANS L'NOIR


on s’est r’trouvés tout seuls
un soir dans forêt
à dormir dans ton char
dans l’noir en secret

toute habillée désespérée
le coeur en mille morceaux brisés
t’as eu besoin d’mes bras
rien qu’de mes bras

COUPLET 2
tu m’avais ramassé sa route
malgré tes doutes
tu m’as dit qu’c'est en voyant ma guitare
qu’t'as eu confiance en mon regard

comme tu pleurais tous tes secrets
le coeur brisé par un décès
t’as eu besoin d’mon âme
rien qu’de mon âme

COUPLET 3
y avait tellement pas d’place
dans l’char entre les deux bords
que t’as dormi la tête contre mon ventre
mains agrippées autour d’ma jambe

tu respirais comme UNE enfant
qui crie papa j’ai mal en dedans
t’as eu besoin d’mes ailes
rien qu’de mes ailes

COUPLET 4
mes doigts dans tes cheveux disaient
oh sois bénie amie
j’ai pas eu d’femme entre mes deux bras
depuis deux ans et demie, amie

pour toutes celles que j’ai mal aimées
que j’ai souvent abandonnées
j’ai eu besoin d’tes larmes
rien qu’de la beauté d’tes larmes

COUPLET 5
ca s’est passé le 8 juillet 2008 pas loin d’la mer
à Natasquan entre les tentes
dans un camping inou completement désert
que ma chanson chante le mystere

d’un homme et d’une femme sur cette terre
qu’y ont eu besoin d’leurs peines
rien qu’de leurs peines
en dessous dl’leur chair humaine

Pierrot
vagabond céleste


Pierrot est l'auteur de l'Île de l'éternité de l'instant présent et des Chansons de Pierrot. Il fut cofondateur de la boîte à chanson Aux deux Pierrots. Il fut aussi l'un des tous premiers
chansonniers du Saint-Vincent, dans le Vieux-Montréal. Pierre Rochette, poète, chansonnier et compositeur, est présentement sur la route, quelque part avec sa guitare, entre ici et ailleurs

www.enracontantpierrot.blogspot.com
www.reveursequitables.com
WWW.SIMONGAUTHIER.COM
http://www.tvc-vm.com/studio-direct-235-1/le-vaga bond-celeste-de-simon-gauthier
http://www.reveursequitables.com.centerblog.net

éditions la brochure 19/01/2013 16:49


merci pour ce commentaire et bravo pour le site mentionné www.demers.qc.ca


Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche