Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 16:09

logo.jpg

 

Ce texte est écrit comme une fiction mais, grâce à Wikileaks et d’autres, il raconte une simple réalité qui est le quotidien de notre humanité.

 En ce 15 décembre 2013, dans mon avion personnel, je survole avec un immense plaisir la zone de Valparaiso pour aller voir fumer les cheminées de la centrale thermoélectrique de Campiche. D’abord nous longeons la côté et comment ne pas l’avouer, la vue est magnifique. Puis enfin nous arrivons au-dessus de l’immense municipalité de Puchuncavi, une commune qui unit mer et montagne. Depuis 2007 je suis sensé savoir qu’il s’agit là d’un des premiers endroits habités du Chili et la générosité des terres en est sans doute l’explication, mais avec nos équipes d’AES Gener nous n’avons qu’un souci : faire de l’électricité. Nous avons travaillé d’arrache-pied pour en arriver à ce résultat qui aurait dû être obtenu sans avoir recours à des manœuvres plus ou moins glorieuses. Sur le site internet de notre multinationale nous affichons l’essentiel : notre code éthique. Ce code aurait dû et devrait rassurer les esprits les plus pointilleux en matière d’écologie mais, là où nous nous y attendions le moins, nous nous sommes heurtés à des entraves en béton.

 Aujourd’hui, tout ça est oublié et j’en profite pour envoyer un SMS de félicitations à Michelle Bachelet qui vient d’être réélue présidente du pays. J’avoue que je ne l’ai jamais rencontrée car ça serait de mauvais goût qu’un grand patron comme moi, Felipe Cerón, se fasse prendre en photo auprès d’une responsable politique qui doit rester au dessus des intérêts particuliers.

 Mon histoire est simple : pour développer sa fonction d’extraction minière, le Chili a besoin d’électricité, et justement nous savons transformer le charbon en énergie propre ! Disons-le sans forfanterie, nos technologies étant à la pointe du progrès, quel bonheur que de vivre en compagnie de nos cheminées d’usine ! Les producteurs de tomates et autres légumes, de Campiche – un endroit vraiment magique – ne perdront rien en matière de qualité de leurs produits !

Bref, quand en août 2007 nous avons déposé devant les instances concernées notre projet nous savions que rien ne pouvait l’arrêter. Les études d’impact, le recyclage des déchets (mercure, arsenic, plomb, dioxyde de souffre etc.), nous avions tout prévu ! En conséquence, en mai 2008 nous avons eu l’autorisation de construire l’usine.

 Puis, quelques malins, soumis à de minables intérêts électoraux, ont décidé à la fin 2008 de porter plainte devant les tribunaux contre notre projet. Regroupés dans les organisations environnementales suivantes : Chile sustentable, Defendamos la Ciudad, Ecosistemas et Acción Ecológica ils ont obtenu du conseil écologique de Quintero-Puchuncaví une déclaration d’illégalité pour notre usine, nous qui avons un code d’éthique irréprochable et largement porté à la connaissance de tous les citoyens !

 Je l’avoue, même aujourd’hui, en survolant notre succès –et la terre vue du ciel, n’est-ce pas une joie permanente ?- la moutarde me monte un peu au nez à repasser de tels souvenirs.

 Après la décision d’interdiction, nous avons mis en marche notre batterie d’avocats mais voilà les tribunaux donnèrent raison aux plaignants : notre usine représentait un risque sanitaire pour les habitants et occupait un espace qui n’était pas dans les normes ! Nous sommes allés devant la Cour suprême sûr de notre fait, et contre toute attente, en juin 2009, alors que la construction était déjà bien avancée, les juges ont donné raison aux plaignants ! Quel manque de reconnaissance ! Nous apportons la fée électricité et nous sommes changés en diables !

 A partir de ce jour, nous avons résolu d’en passer par des moyens d’intervention peu catholiques mais j’y insiste, c’est la faute de nos adversaires insensés qui auraient dû dépenser leur temps à aller à la plage !

La zone est saturée en dioxide de souffre depuis 1993 et depuis quelques années des travaux de décontamination sont en cours, fait que nous connaissions, aussi nous nous proposions dès le départ pour aider à cette décontamination !

Bref, pour contrer les décisions des juges, le 23 juillet 2009, avec le président de la société, Andrés Gluski, nous sommes allés trouver l’ambassadeur des USA à Santiago, Simons, pour qu’il nous règle ce problème. J’ai oublié de le dire, notre entreprise est nord-américaine. Le marché qu’il devait mettre entre les mains de Michelle Bachelet alors présidente du Chili était simple : ou les obstacles étaient levés ou nous faisions campagne contre son pays peu favorable aux investisseurs étrangers.

 La question devint plus urgente quand, après la décision de la Cour suprême, la municipalité de Puchuncaví ordonna la démolition des constructions de l’Unité n°4 de notre centrale thermoélectrique ! Et à nos frais s’il vous plaît ! Nous avions 60 jours pour passer à l’acte ! Je conserve avec moi l’arrêté municipal assassin, d’un maire qui devait se prendre pour Zorro : decreto Alcaldicio n° 1699, du 22 septembre. Dans la course engagée, nous avons porté plainte contre la décision, ce qui devait nous aider à gagner du temps.

Dès le 9 octobre Gary Locke, Secrétaire au Commerce des États-Unis a envoyé les télégrammes conséquents à Marcos Robledo, conseiller international de la présidente Michelle Bachelet. Et aussitôt le bon Marcos a tenu à nous rassurer, mais personne ne nous a jamais payé avec des bonnes paroles, car nous savons que les politiques ne sont pas avares de tels produits frelatés. Donc, la même lettre est arrivée ensuite auprès des ministres, de l'Intérieur : Edmundo Pérez Yoma ; Économie : Hugo Lavados ; et de l'énergie : Marcelo Tokman. En fait nous avons su par notre ambassadeur Simons que le ministre capable de résoudre le problème était Poblete vu que l’enjeu du débat était la délimitation du zonage de notre usine.

 Le 31 Décembre 2009 nous avons pu sabrer le champagne et du bon ! Ce jour-là, le ministère du logement et urbanisme, Minvu, a modifié par un décret l'OGUC (l'ordonnance générale d'urbanisme et de construction) en adaptant l'utilisation du sol, pour que le projet rencontre l'approbation environnementale, et soit adopté par la haute résolution de la Cour suprême. Pérez Yoma et Poblete apportèrent leur indispensable signature. Tout le monde a compris qu’il s’agissait d’une modification taillée sur mesure pour satisfaire nos intérêts !

Nous aurions pu savourer notre victoire en traitant de haut les minables conseillers municipaux de Puchuncavi mais, si nous sommes de mauvais perdants, nous sommes par contre de généreux gagnants.

 L’avion a diminué d’altitude pour mieux voir le village de Campiche et les aménagements réalisés grâce à nos cadeaux princiers. J’ai avec moi cette délicieuse délibération municipale du 29 septembre 2010 quand nous avons proposé de verser à la municipalité 1500 millions de pesos pour la construction d’un Centre de Santé Familiale (CSAM) sauf que la municipalité a fait observer qu’elle n’avait même pas l’argent pour acheter le terrain pour une telle construction ; donc, dans notre grande bonté nous avons accepté de modifier l’accord en décrétant que la somme apportée pouvait servir aussi à l’achat du terrain !

Dans cette même séance, le conseiller municipal Eugenio Silva Pinto a tenu à observer que dans le compte-rendu précédent n’est pas apparu son intervention critique contre notre société, fondée sur le fait que par le passé, nos promesses n’avaient pas été tenues. Il est allé jusqu’à chercher un accord de 2006 entre le maire et la société AES Gener où cinq promesses furent sans suite.

Qu’importe de tels détails : concernant le centre CSAM même d’avion, je le repère parfaitement.

Certains diront que la municipalité a été achetée avec aussi le don d’une somme conséquente (100 millions) pour les pompiers, mais personne n’est plus sûr que ce soit pour les pompiers. Surtout du côté des associations : Chile sustentable, Defendamos la Ciudad, Ecosistemas et Acción Ecológica, qui ont décidé de poursuivre leur action en demandant aux dirigeants de l’OCDE de rayer leur pays de la liste des membres pour non respect de l’intérêt public. Nous faisons confiance à l’OCDE…         Jean-Paul Damaggio

 

P.S. Ce rappel historique est le cadeau que j’offre à la nouvelle présidente, en guise de nouvel an, elle qui est en grande discussion avec les uns et les autres, pour former son gouvernement.

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Chili
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche