Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 19:57

Dans son livre, Une mort qui n’en finit pas ? MARPOC, 1990, René Merle en conclusion de la première partie évoque une lettre de Mary-Lafon dans l’Athénée de Provence le journal où il pourra publier sa présentation d’Olympe de Gouges en 1860. Nous reprenons la partie concernant ce point mais vous pouvez trouver l’ensemble du chapitre sur son site à cette adresse : http://www.rene-merle.com/article.php3?id_article=283

 « Sans doute existe-t-il aussi chez le jeune Mistral tourné vers l’œuvre en gestation, le sentiment d’une cause perdue, qu’il faut pourtant défendre. Mistral salue en 1854 l’ouvrage de De Ribbe qui s’ouvre sur ce constat : "Entre toutes les histoires, les plus attachantes sont celles des nationalités qui succombent et qui meurent". C’est de la Provence qu’il s’agit, et de la fin de sa Constitution, en 1790. Mais à qui la faute si meurt la nationalité provençale ? L’incidente de deux lettres, publiée dans l’Athénée de Provence de 1855 éclaire ce débat de 1854.

"Lettre de M.Mary-Lafon, Auteur de “l’Histoire du Midi”, à MM.les fondateurs de l’Athénée de Provence. Messieurs, Je viens de recevoir la lettre, dans laquelle vous m’annoncez que l’Athénée de Provence a bien voulu me choisir pour son Président honoraire, je vous en remercie et je vous prie de remercier la société de cette marque de sympathie. Depuis vingt-cinq ans, je travaille avec courage et espérance, à déchirer le voile que l’envie et les vieilles haines du Nord, ont étendu sur le front jadis si haut et si brillant de la Patrie Méridionale ; j’ai fait reverdir en ce siècle les lauriers et les rameaux d’or de sa couronne, et en réveillant dans leur tombe ses glorieux troubadours, qui ont dormi huit siècles, mais qui ne sont pas morts, j’ai eu le bonheur de montrer que jamais nation n’avait moissonné plus largement que la Provence dans le champ du génie. Voilà les titres qui m’ont désigné à votre choix et dont je suis fier, car ils m’ont fait frapper d’ostracisme sous tous les gouvernements. Aimer, honorer et louer le Midi aux yeux des hommes qui le haïssent par intérêt, par envie et par tradition et des renégats qui le vendent pour une croix ou une place, est un crime que j’ai expié jusqu’ici, par un déni de justice complet, mais que je continuerai à commettre jusqu’au dernier battement de mon cœur."

"À M.Gueidon Fils, Editeur - Fondateur du “Plutarque Provençal”.
Moussu, Avès agu’na (sic) bono pensado en me fasen assaupre que publicas, dempièi quauque tèms, la “Vido deis Femo’e deis Omes leis mai famous de la Prouvènço”. L’aguesse sachu pulèu, aurias pulèu reçaupu ma souscricioun, mai coume se dis, i’a’ncaro de jour darrier leis mountagnos e vous mande un escuchoun per coumença moun abounamen. Dieu fague, Moussu, que reviéudés un pau dins lou cor de nosteis Prouvençaux l’amour de sa bello patrio que saboun ni counéisse ni presa, e en esperan aco-d’aqui, brave Moussu Gueidon, Tenès vous siu e gaiardet.
Maillane, le 8 Décembre 1853. F.Mistral."

Mistral charge les Provençaux indifférents de la responsabilité de la mort, Mary Lafon en charge la France. Dans cette jeunesse de la renaissance, la mort mène le jeu. Elle est moins ennemie que donnée constitutive dans, par laquelle, se justifie l’écrivain, seul fidèle au pays... "Ah, se me sabien entendre...". Cette désespérance optimiste permet d’écarter un militantisme nationalitaire effectif. Certes, le senti nationalitaire est historicisé, théorisé. Mais à la différence de ceux qui pointent alors en Europe, il ne peut assumer l’unanimisme du corps social, valoriser la société civile. La prégnance du sentiment national français intériorisé interdit au sentiment identitaire méridional de transcender les oppositions de classe. L’écriture dialectale souligne les oppositions de classe, en mettant en spectacle des personnages populaires. Encore dédouane-t-on par le trompe l’œil du décor le péril social de cette mise en scène. Provence rêvée, langue du cœur, etc. L’écrivain, qui n’ose s’exprimer en son nom, le fait au nom de l’identité conservée, tant bien que mal, par le peuple. Or ce peuple dont le potentiel révolutionnaire effraie (dans la conjonction de la paysannerie pauvre, de l’artisanat, de la classe ouvrière naissante, d’une intelligentsia avancée), ne peut porter une entreprise identitaire, encore moins nationale. » René Merle

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans mary-lafon
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche