Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 11:04

Le journal du PG, A Gauche, pose la question de la réforme ferroviaire avec ce titre : « Une réforme ferroviaire euro-compatible », article signé Laurence Pache.

La France et l’Europe

On peut lutter pour la transformation de l’Europe mais tant qu’elle est ce qu’elle, ceux qui dirigent le pays sont sous cette contrainte comme les opposants au gouvernement sont à l’intérieur du pays sous la contrainte d’appliquer le mariage pour tous, la décision étant prise par une loi.

La différence, c’est que l’Europe ne procède pas par loi mais telle est la décision des pays car l’U.E. ne tombe pas du ciel.

Ceci étant il y a des marges de manœuvre et sur le ferroviaire il suffit de comparer ce qui a été fait en Allemagne et en France suite à la directive de 1991.

Rappelons qu’en 1997 la droite met en place la création de RFF, que la gauche conduite par Lionel Jospin promet si elle gagne de mettre un terme à ce projet et que finalement Jean-Claude Gayssot a bel et bien mot en œuvre ce qu’on présente comme une catastrophe et qui est une catastrophe.

Est-ce qu’en 1998 les syndicats de cheminots ont levé les bras au ciel contre Gayssot ? En réalité l’essentiel pour eux (et je comprends) n’était pas la séparation de RFF et de la SNCF mais les conventions qui allaient lier les deux entités quant à la défense du statut des cheminots. Résultat : RFF a eu en charge les voies ferrées dont la maintenance était assurée par les cheminots… de la SNCF.

Bref, on ne peut parler de la question aujourd’hui sans que les amis de M. Mélenchon fassent le bilan des années Jospin où alors on fait semblant de réfléchir.

Le service public

« Le statut des cheminots que les libéraux rêvent de faire sauter est lui aussi en danger. En assurant les droits des travailleurs, il permet un service public de qualité. »

Tout l’article repose sur un mythique service public et sur une mythique privatisation. L’exemple anglais est toujours avancé mais pour une fois pas l’exemple allemand, italien, espagnol…

Il n’y a à mon sens aucun automatisme entre l’argent donné au public et la qualité du service public ! L’art du gaspillage est partout.

La chute du fret n’a que peu de chose à voir avec l’ouverture à la concurrence quand les témoignages sont nombreux et les preuves irréfutables que la direction de la SNCF publique fait tout pour délaisser le fret ! D’un part quand les trains allemands circulent ce sont des trains d’une entreprise publique ! Et les rares privés qui se lancent dans l’opération c’est parce que la SNCF ne veut pas répondre à leurs attentes industrielles.

Je lis : « Il s’agit de déconstruire le service public.». Mais le service public n’existe plus ! Il paraît qu’il fait de la grande vitesse ferroviaire pour concurrencer l’avion. Il paraît que la route par les camions concurrence le train.

Rappelons les données du monopole de la SNCF : pas de concurrence par les bus sur les longues distances et en échange les compagnies de bus propriétaires d’une ligne régulière ne peuvent sur cette ligne avoir une concurrence ! C’est sur cette base qu’a été construit le partage du gâteau.

Il s’agit de repenser globalement un service public articulé, pluriel et soucieux en effet de défendre les intérêts des usagers et des travailleurs. Je suis pour que les contrats des Conseil généraux pour les transports scolaires avec des transporteurs soient plus clairs. Faut-il nationaliser toutes les compagnies de bus ? Et la situation du fluvial ?

On ne peut répondre à la stratégie néolibérale en s’accrochant aux vestiges d’un passé impossible. Les cheminots ont accédé à un statut particulier car à un moment de l’histoire, bloquer les trains c’était asphyxier un pays.

La preuve par la grande vitesse

La stratégie française de la grande vitesse (SNCF-Alstom) prouve qu’à l’intérieur des directives européennes il y a de la marge puisque tous les pays ne sont pas sur la même longueur d’onde. Est-ce que le statut français des cheminots a permis d’éviter ce qui est une stratégie au service des puissants en tout genre ? Au contraire les syndicats des cheminots aiment afficher cette réussite technologique comme étant aussi leur œuvre ! Un film est sorti fait par eux avec ce titre « Cheminots » et dans un débat à Montauban, le présentateur nous averti : pas question de discuter de la LGV ! Les rares cheminots qui remettent en cause cette stratégie sont pris entre le marteau et l’enclume sans qu’on sache du syndicat et de la direction qui est le marteau, qui est l’enclume.

Je condamne la politique européenne mais je ne m’enferme pas dans cette discussion qui dédouane à bon compte les autres responsabilités qui… facilitent d’autant mieux la politique européenne.

Il vient d’y avoir la grève des cheminots et nulle part (tout comme dans l’article en question) j’ai observé une tentative de rencontre avec les opposants aux grands projets inutiles. Deux mondes qui ne peuvent se rencontrer ? Et ce refus de la rencontre est d’autant plus surprenant dans un journal qui par ailleurs se fait fort de s’opposer aux grands projets inutiles !

Une fois de plus je le précise : je n’écris pas en tant que simple spectateur de la question mais parce que je suis engagé sur la question et que le ronron du débat classique est la pire plongée vers l’inutile. Mais bon… il y aurait tant à dire aussi je renvoie à un des rares militants d’extrême-gauche nord-américain qui tente de dire l’impossible : on ne reconstruira le service public que si on sait y adapter les critères de gain de productivité issus d’éléments du secteur privé, critères de gain de productivité qui ne tiennent pas seulement dans la surexploitation des travailleurs. Il s’appelle James Petras. JP Damaggio

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans la LGV toulouse-bordeaux
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche