Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 22:24


Avec nos associations anti-LGV nous avons rencontré Eva Joly au premier étage d’un restaurant toulousain, en juin 2011 au moment de sa campagne pour les primaires d’EEVL. J’aurais mis ma main à couper qu’elle ne serait pas désignée comme candidate à voir le peu d’empressement de ses amis à la soutenir. D’ailleurs un journaliste présent posa la question : « Etes-vous vraiment soutenu par les dirigeants EELV ? » Et elle a répondu qu’elle parlait au pays. Puis Nicolas Hulot a été battu.
L’élection en a décidé autrement ce qui a révélé un fossé (pour ne pas dire un canyon) entre la base et la direction d’EELV. Sauf que la base est mal équipée pour organiser de grandes réunions… Et depuis nous découvrons un fossé entre la base écolo et le peuple écolo.

Tout ne se joue pas à la télé
Dans une présidentielle la télé joue un rôle majeur par la personnalisation mais comme toujours la télé est plus un écran de fumée qu'un écran du réel. Le réel nous rappelle que François Hollande comme avant lui Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac ou François Mitterrand ont été les premiers dirigeants de partis politiques. La direction d’un parti politique crée des liens, un réseau et une structure efficace pour que l’effet télé soit relayé.
Sans grand meeting la candidate EELV n’a pas pu devenir une candidate « grand public ». Ajoutons qu’une femme qui veut se distinguer par des positions atypiques sur l’armée et d’autres points est écrasée par les fortes têtes, point qu’il faudra prendre en compte quand il faudra analyser le score de Marine Le Pen.

Tout ne se joue pas à la présidentielle
La fracture entre les élites EELV et la militante Eva Joly est apparue au moment du débat de son organisation avec le PS pour l’accord aux législatives. C’est ainsi que nous allons vers un échec assumé des écolos à la présidentielle en prévision d’une revanche historique aux législatives ! A partir de là le mouvement écolo sera plus que jamais entre les mains du PS. En 2007 la candidate Voynet a subi un échec cuisant ce qui ne l’a pas empêchée, forte de son titre de sénatrice que lui a octroyé le PS, de devenir maire de Montreuil où cependant elle a les plus grandes difficultés à assumer cette responsabilité.

Tout ne se joue pas sur l’essentiel
Eva Joly avait un atout spécial et original : ses titres de gloire en matière de lutte contre un phénomène majeur, la corruption. Le point est évacué de la campagne électorale. Or la montée en puissance des mafias pour qui la crise est un terreau génial, constitue un des éléments de l’évolution mondiale. Nous avons quelques effets médiatiques vite dégonflés autour du PS (Marseille et le Pas de calais), de la droite. Ils sont toujours présentés non comme un élément structurel de la société mais comme de simples « affaires ». Or, l’âge des « affaires » est révolu pour laisser place l’âge de « la grande affaire ». Cette grande affaire s’appelle la course au fric dans n’importe quelle condition, ce qui suppose la destruction de l’Etat en tant qu’instrument technique visant à équilibrer les affrontements entre forces capitalistes. La jungle est naturelle au capitalisme mais en même temps elle lui est néfaste car source d’autodestruction. L’Etat joue un rôle régulateur entre forces dominantes ce qui fait que le mouvement social a pu jouer cette carte régulatrice pour gagner quelques acquis visant à légiférer sur les rapports entre les dominants et les dominés. Les mafias qui ne sont plus circonstancielles, font voler en éclat toute régulation au moment où la crise écologique impose plus que jamais le retour à diverses planifications. Et la première tâche des mafias c’est de faire taire toute dénonciation tant qu’elles ne peuvent se substituer à l’Etat défaillant (au Mexique elles arrivent à faire du "social"). Aujourd’hui la terreur est imposée par les banques. Il est plus facile à Wikileaks de dénoncer les pratiques politiques de l’Empire que celles des banques (les animateurs du site disent avoir les documents bancaires).

Tout est donc affaire de décor
La présidentielle que j’appelle la pestilentielle est un immense théâtre où des candidats destinés à n’avoir aucun pouvoir, sauf celui que leur donneront les députés, défendent des programmes qui ressemblent aux papiers enjolivant les cadeaux. Pas plus qu’il n’existe de livres de grande diffusion sur l’histoire du Crédit agricole (pour prendre exemple sur ma banque), il n’existe de livres sur l’évolution des programmes des uns et des autres. Des 110 propositions aux quatre engagements il y a pourtant des surprises à y découvrir. Alors que le soir des résultats on aura constaté une participation électorale très importante combien en cours de route se seront engagés durablement dans l’action politique ? Plus les mafias sont puissantes, plus les partis sont faibles et le décor de la présidentielle ne change rien à l’affaire comme nous le vérifierons avec le succès électoral de la LCR qui incita à créer le NPA où, pour une affaire de candidat se retirant, le succès d’hier devient un échec aujourd’hui.
10 mars 2012 Jean-Paul Damaggio

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans actualité
commenter cet article

commentaires

édouard 13/03/2012 14:20

...la course au fric dans n'importe quelle condition...terreur imposée par les banques...

Le système monétaire actuel n'a de raison d'exister que s'il y a du chômage et de la dette, en maintenant l'argent rare...Le film: "l'argent dette 2" montre, de manière très pédagogique, l'arnaque
de la création monétaire privée. Alors quand nos candidats (j'enlève quand même ceux qui constituent la gauche de la gauche) à la "pestilentielle" répètent qu'ils feront tout pour préserver les
emplois, ils nous font doucement marrer puisque, à aucun moment, ils n'éclairent le citoyen sur la cause des causes.

le lien du film (1h30)à regarder en famille ou avec des amis à convaincre:

http://www.youtube.com/watch?v=mC9rpRa8zlw

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche