Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 15:20

En 1945 Neruda est élu, pour le Parti communiste du Chili, sénateur pour les provinces du Nord, Tarapaca et Antofogasta. Quatre mois après il adhère officiellement au PCCh dont il est un sympathisant depuis 1936. C’est la guerre d’Espagne, qui le pousse vers l’engament sociale et sous doute sous l’influence de Rafael Alberti et peut-être plus encore du Péruvien César Vallejo qui rejoint le communisme.

Lui l’homme de la verdure du Sud, du froid du sud, il est donc l’élu des arides et chaudes régions du Nord. Pourquoi ?

C’est à Iquique qu’est né le premier journal ouvrier, le premier syndicat ouvrier, la première Maison du Peuple, la première section du parti socialiste puis du parti communiste, c’est là l’influence traditionnelle du courant révolutionnaire.

La gauche traditionnelle d’aujourd’hui devrait en tirer quelques leçons à constater que c’est dans cette région que le nouveau Parti progressiste vient d’emporter plusieurs postes de maires et de réussir un score électoral sans précédent le projetant parmi le premier des partis. L’histoire du Chili se joue à Santiago-Valparaiso mais l’histoire de la nouveauté révolutionnaire se joue dans le Nord.

 

Donc Neruda sera sénateur et sa carrière politique va lui révéler les turpitudes de l’univers du pouvoir. Sa notoriété est telle qu’il est appelé à l’aide (comme toute la gauche) par le candidat à la présidence de 1946, le membre du parti radical (qui existe toujours) Gabriel González Videla. Malheureusement moins d’un an après, l’homme ayant été élu président se lance dans une répression féroce d’une guerre de mineurs dans le Nord, à Lota. Les grévistes seront envoyés en camp de concentration comme celui de Pisagua, qui reprendra du service après 1973 !

Le 6 janvier 1948, Neruda prononce au Sénat un discours sous le titre célèbre « j’accuse » pour dénoncer le sort fait aux mineurs.

Neruda doit se cacher et en septembre 1948 suite à la Loi de défense permanente de la démocratie baptisée « loi maudite » par ses adversaires le PCCh est interdit et neruda qui vit caché depuis plusieurs mois doit fuir son pays. Ce moment sera si crucial pour le poète qu’il en fera le récit le jour de son discours pour la cérémonie du Prix Nobel.

Période cruciale puisque c’est au cours de cette fuite (avec le passeport de Miguel Ángel Asturias, le Guatemaltèque) qu’il croisera au Mexique la chanteuse chilienne Matilde Urrutia sa dernière épouse et qu’il arrivera à Capri chez l’ami historien Edwin Cerio.

 

En 1998, Leonidas Aguirre, se propose sous le titre de « Discursos Parlamentarios de Pablo Neruda (1945-48)», de publier les discours du poète mais Agustín Figueroa au nom de la Fundación Pablo Neruda (il serait trop long d’expliquer comment cet avocat est devenu le maître de la Fondation) décida d’en empêcher la publication, devant les tribunaux, lui seul pouvant donner l’autorisation d’user des textes du poète ! Les tribunaux donnèrent raison à Leonidas Aguire car des discours parlementaires ne tombent pas dans le domaine des droits d’auteur, mais l’affaire a révélé le souci de la Fondation de masquer la dimension politique du poète pour privilégier, celle du collectionneur, du voyageur, de l’intellectuel ou du bon vivant.

Le prologue du livre a été écrit par Volodia Teitelboim, qui devient alors un membre dissident du directoire, où il rappelle que « le livre d’Aguirre évoque ni plus ni moins qu’un chapitre indispensable de l’œuvre nerudienne, jusqu’à présent effacée, et pratiquement inaccessible pour le public. »

 

En fait, la Fondation Pablo Neruda, qui gère, par volonté du poète et de sa femme, les droits d’auteur et le patrimoine de Pablo, a surtout privilégié la dimension commerciale de ce « capital » et de ce point de vue a totalement réussi à faire de Neruda, un Chilien universel.

Prenons un minuscule point technique : à la maison de Santiago, tout se fait avec des guides, à celle de Valparaiso tout se fait avec des audio-guides et à celle d’Isla Negra, pour le moment il y a les deux dispositifs.

Quelle est la différence entre un guide et un audio-guide ?

L’audio-guide a l’avantage sur le guide de proposer à tout moment, au client, la langue de son choix. Il y a bien à Santiago des visites en diverses langues mais il faut attendre le bon moment et il arrive par exemple que la visite en anglais rassemble seulement une personne.

Mais l’audio-guide a un défaut : il diffuse une version officielle, contrôlée au mot près tandis que le guide… peut dépondre aux questions. Et l’audio-guide supprime les emplois de guides qui sont souvent des passionnés du poète.

Jean-Paul Damaggio

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Chili
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche