Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 18:30

Ne laissons pas croire un seul instant que les maires sont sans pouvoir et qu'ils ne servent que de façade à des pouvoirs extérieurs. Bien sûr, sur le plan macro-économique ils ne dirigent rien mais ils ont des fonctions locales donc c'es par rapport à ça qu'il faut s'interroger.

Dans la plupart des communes, la mairie est le premier employeur et le maire n'aurait aucun pouvoir ? La mairie est le premier employeur car c'est aussi le plus fort budget.

J'ai été instit et j'ai pu vérifier par exemple que Castelsarrasin a été la dernière commune, et non des moindres, à accepter l'installation de photocopieur dans les écoles. Pour avoir des photocopies il fallait aller le mercredi à la seule machine à disposition, celle de la bibliothèque municipale.

Car les simples détails de la vie font aussi la vie.

Si le maire décide que l'eau est privatisée c'est sa responsabilité et ce n'est pas la moindre…

Bref, il ne s'agit ni d'exagérer ni de minimiser les pouvoirs réels que le maire peut en effet confier à d'autres que lui comme le percepteur, le président du Conseil général, son directeur de cabinet ou la (le) secrétaire de mairie.

Bien souvent la quête première du maire s'appelle d'un mot magique : "les subventions".

Je me souviens d'un président d'intercommunalité présentant son bilan et comme il n'était pas du genre bavard il le limita à la somme des subventions obtenues.

 La chasse aux subventions

L'administration avait décidé que l'Ariège devait perdre trois postes d'enseignants mais grâce à Jean-Pierre Bel, président du Sénat les politiques sont passés derrière, et l'Ariège aura 3 enseignants en plus (gain donc de six postes). Faut-il donc élire un élu qui a le bras long ?

Si l'importance du pouvoir se mesure à la longueur du bras, les municipales n'ont alors plus aucun intérêt et la tendance au monolithisme devient majeure. Il suffit d'élire le président, qui désigne ensuite toute l'infrastructure du pouvoir et basta !

La réalité prouve qu'en fait il y a parfois moins d'écart entre deux amis du parti du président qu'entre deux maires de partis adverses !

Je découvre un candidat PS qui pour s'opposer à la maire UMP dénonce un PPP qu'elle a réalisé alors que le candidat PS, conseiller général par ailleurs a mis en place un PPP plus important encore au niveau départemental !

 La chasse au bon directeur de cabinet

En fait, l'élu quel qu'il soit n'a pas les moyens de tout diriger donc il a besoin d'un entourage très professionnel dont le directeur de cabinet est la clef. Aux USA nous dirions "un city manager". Les municipales partout aux Amériques ne sont que le décorum de la décision politique. Assister à une réunion du Conseil municipal aux USA est un acte qui vous marque à jamais en tant que français. Les élus, peu nombreux, ne constituent pas une liste mais sont désignés à titre personnel et indépendamment les uns des autres. Le maire est élu par l'ensemble de la commune mais seul. Et les conseillers sont élus par des districts tout aussi seuls. Un conseil municipal consiste à écouter les citoyens, à répondre à leurs propositions, à enregistrer leurs revendications.

Côté court (donc côté citoyen) il s'agit d'une démocratie maximum.

Côté jardin (donc côté administration) c'est le domaine du city manager qui est en fait le maître du budget. S'il est nommé par le Conseil municipal aussitôt après il échappe à ce conseil et est en place pour des années quand les élus ne font que passer.

Le maire devient alors le simple organisateur du débat public alors qu'en France le public n'a pas droit à la parole publique. Il peut aller voir le maire en délégation mais pas publiquement devant le Conseil.

Si on s'en tient à la question de la privatisation de l'eau, les Conseils municipaux qui en ont confié la gestion au privé sont très rares aux USA et très nombreux en France. Je n'en déduis pas qu'un système est meilleur que l'autre mais que la question de qui à le pouvoir n'est pas simple.

 L'oligarchie

Pour la première fois en France, les municipales de 2014 sont celles aussi de l'élection des conseillers communautaires. Cette dernière élection passe à la trappe alors que la nouvelle oligarchie n'est pus celle des maires mais celles des intercommunalités. Martin Malvy, président du Conseil régional Midi-Pyrénées espère bien rester président du Grand Figeac, un mandat qui ne compte pas dans le cumul des mandats ! Cette mutation, dans le fond et la forme est très inquiétante.

Pour fabriquer les nouvelles oligarchies nous avons assisté depuis trente ans au même phénomène.

D'abord les élus régionaux furent choisis par les élus au Conseil régional puis à partir de 1986 les citoyens eurent leur mot à dire… quand une oligarchie était en place.

D'abord les conseillers communautaires ont été choisis par les conseillers municipaux puis à partir de 2014 les citoyens ont leur mot à dire… quand une oligarchie est en place.

Ce fut bien sûr la même chose pour les élus européens.

En conséquence, le titre de l'article n'aura plus de raison d'être après le mois de mars. La commune sera de moins en moins un lieu de décision au profit de l'intercommunalité. JP Damaggio

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Municipales
commenter cet article

commentaires

Guy Jamme 17/02/2014 18:48

L'intercommunalité et transparence démocratique ne font pas bon ménage! Effectivement, les élus communautaires constituent une entité hétéroclite qui ne rend compte à personne, un tout petit peu
seulement aux conseils municipaux...
Plusieurs questions s'imbriquent au sujet des Communautés de communes:
1- Quelle est leur utilité? Servent-elles à mutualiser les moyens? Parfois oui, mais autrefois, les syndicats savaient le faire, entre partenaires volontaires et proches... Aujourd'hui, c'est le
règne de la marche forcée qui fait perdre son âme à chaque commune... Même le PLU passe sous l'égide de la Comcom, alors que peuvent exister des divergences notables sur le sujet suivant les
sensibilités politiques...
2- Quelle amélioration apportent-elles aux yeux de citoyens? Difficile à percevoir! La CCTGV vient de s'approprier la compétence lecture publique (les médiathèques). J'ai participé en 2011 à une
dizaine de réunions pour approfondir cette question: l'idée qui prévalait était d'une part de créer de nouveaux lieux d'accueil, d'autre part de mettre en place un service public ( certaines
structures sont associatives donc animées par des bénévoles) avec des employés formés à ce travail... Mais, on s'est contenté de basculer d'un échelon à l'autre sans rien changer pour le public, si
ce n'est la propriété des locaux!
3-Quel Conseil communautaire concevoir? Le système qui va être appliqué est complexe et favorise le cumul des mandats... phénomène soi disant combattu par ailleurs!
Ma proposition est la suivante; moitié des membres issus des Conseils municipaux, pour garder un lien avec la commune ; moitié élus au suffrage universel à la proportionnelle pour garantir le
pluralisme politique.

Je suis favorable (et Alain Daziron aussi, nous en avons discuté) à une réflexion citoyenne qui déboucherait sur un débat public sur la question des institutions et des règles de
représentativité.
GJ.

Guy Jamme 17/02/2014 18:15

Ah, le maire par-ci, le maire par-là! Dans la commune, tout dépend-il du maire, l'élu effectivement préféré des Français si on en croit un récent sondage?
Le maire décide donc seul, en bon autocrate? Et ses colistiers alors? Et ses collaborateurs des services municipaux? Et, peut-être ses camarades de parti?
Sacrée 5ème République qui personnifie le pouvoir depuis le Chef de l'Etat qui oriente la vie publique sans en référer au Gouvernement ni au Parlement, au maire, en passant par les Présidents de la
région et du département qui interviennent sur tous les dossiers, même ceux confiés à un Vice-Président...
Fichue démocratie tout de même, où le culte de l'homme providentiel remplace le débat d'idées et la décision collective!
Est-ce utopique de concevoir une démocratie participative qui s'appuie sur la concertation, entre colistiers mais aussi avec la population, en mettant en œuvre des méthodes de réflexion à définir
ensemble?
Une expérience vient d'être menée au niveau de la Communauté de Communes de Grisolles/Villebrumier pour constituer un Centre Social. Une première étape a consisté à organiser sur le territoire 5 ou
6 réunions des populations avec l'idée d'approfondir l'Agenda 21 et le 'Vivre ensemble'. Chaque participant a été invité à noter sur un papier ses attentes... Le processus était ainsi engagé:
confrontations d'idées, affinage du projet, travail par groupes, va et vient des synthèses, votes de validation pour opter pour une proposition...
Il est regrettable que cette démarche n'ait pas trouvé d'écho dans la presse (hormis les Nouvelles 82!) ni au demeurant dans les publications municipales, ce qui va amoindrir la portée de ce
concept qui a débouché sur la création de cette structure, fruit d'un engagement citoyen.
GJ.

yves vidaillac 16/02/2014 17:25

L'élection des élus communautaires au suffrage universel est une vaste fumisterie et ne change rien ! Avant ils étaient "votés" par le conseil municipal (sur proposition du maire et choisis hors
réunion) lors de sa mise en place en début de mandat. Maintenant ils sont proposés sur une liste bloquée aux électeurs certes. Mais où est le changement puisque l'électeur ne fait qu'entériner le
choix de la liste ou alternative peut voter pour l'autre liste. Ce serait démocratique si c'était l'électeur qui cochait parmi les candidats municipaux ceux qui lui paraissent les plus aptes à
cette fonction ! mais là ... on nous fait croire que ... et les présidents sont déjà pressentis (sauf bien sûr ils passent à la trappe !) Je ne sais si j'ai été assez clair ...

éditions la brochure 16/02/2014 17:39



Bien sûr que c'est clair et c'est tout le paradoxe : l'intercommunalité est l'institution de demain mais le débat citoyen - et il est important avec les municipales - parle d'autre chose.
L'intercommunalité comme autrefois la région, devient une collectivité avec des élus pour la forme sur la base d'aucun programme...


la démocratie souffre, souffre... jpd



Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche