Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 11:47

A travers l’histoire, en Tarn-et-Garonne, avec ces trois villes nous avons trois cas de figure politique.

Si on regarde du côté de Montauban, pendant la III ème République la liste des maires donne une domination radicale mais cette domination masque un affrontement toujours très dur avec la droite, obligeant les radicaux à s’allier sur leur gauche.

Après 1945, les radicaux refusent de laisser la place aux socialistes qui s’allient sur leur gauche avec les communistes, en conséquence en 1947 ils s’allient sur leur droite le temps de faire émerger en centre-droit en 1956. Mais la Cinquième République change tout.

De Gaulle voulait en finir avec la France radicale donc il élabore des modes de scrutin qui pousse à l’affrontement droite-gauche. Les radicaux du Tarn-et-Garonne conscients que cette situation va les défavoriser proposent aux socialistes un partage du département. Contre toute logique politique, le secteur de Montauban est réservé aux socialistes et celui de Castelsarrasin aux radicaux. Je dis contre toute logique politique puisque le secteur de Castelsarrasin est le secteur le plus à gauche. La logique qui l’emporte est la logique humaine : la famille Baylet veut préserver son pouvoir sur le secteur de Castelsarrasin. Conséquence : en 1962 un socialiste est élu député sur Montauban et il devient maire de la ville en 1965. Le radicalisme est effacé dans le secteur. La droite reste très active et renverse la tendance en 2001.

 

Pour Castelsarrasin dès les années 1876 un radicalisme très ancré à gauche s’impose. Mais la domination nationale d’un radicalisme modéré va offrir un espace politique important à la montée socialiste. Conséquence simple : si à Montauban dès 1919 nous trouvons huit conseillers municipaux socialistes (dont trois passeront au communisme en 1920) avec pourtant des radicaux très modérés, à Castelsarrasin les radicaux pour éviter la concurrence socialiste vont s’allier au centre. La Cinquième République comme on vient de le voir avec les accords PS-Radicaux, va défavoriser le PS dans ce secteur ce qui va fortement bénéficier au PCF devenant le lieu de référence de ce parti dans le département. Or de 1920 à 1940 ce même parti avait été puissant surtout sur Montauban et absent sur Castelsarrasin.

 

Moissac sera une ville plus centriste que les deux autres. Non que Montauban n’ait pas cette tendance là mais la force de la droite a poussé à l’union à gauche. La droite quasi absente à Moissac, le radicalisme suit une pente modérée en laissant peu de place au développement du socialisme puis du communisme. Avec la Cinquième République l’union de la gauche s’y lettra en place paisiblement mais une question de personne fait qu’un socialiste arrive à la tête de la ville voici trente ans.

 

Aujourd’hui Montauban a une maire clairement à droite, Castelsarrasin un maire sans étiquette pour être ainsi lié au radicalisme (il est un pilier du Conseil général) et à la droite, et Moissac un maire socialiste en indélicatesse avec les responsables de son parti car il refuse de laisser la place à un retour du radicalisme à la tête de la mairie.

 

L’histoire maintient trois trajectoires très différentes que l’évolution sociologique n’a fait qu’accentuer. Castelsarrasin à partir des années 1880 devient une cité ouvrière ; Moissac reste surtout une ville agricole et Montauban au riche passé industriel devient la ville administrative et de services, ville dortoir de Toulouse en même temps.

 

Tout ce paysage est cependant sous l’œil attentif d’une seule entité : le journal La Dépêche du Midi. Le maître des finances départementales et de la communication locale peut ainsi jouer une ville contre une autre dans le cas d’échanges de services et pas seulement avec le parti socialiste. Une loi devrait interdire non seulement le cumul des mandats mais aussi le cumul de fonctions contradictoires comme celle de président d’un Conseil général et de maître des médias. Tout comme celle de maître d’un secteur hospitalier privé et de maire là où le maire préside le Conseil de l’administration de l’hôpital. Des décisions plus simples que la création d’une Sixième république.

Jean-Paul Damaggio

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Municipales
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche