Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 13:35

Dans mon livre sur les municipales à Montauban j’ai souhaité démontrer le côté laboratoire politique de la ville où les conflits ont toujours été très tendus entre les deux courants de droite et de gauche. Avec les élections cantonales de 1864 on peut vérifier le phénomène sous la forme d’un contre exemple.

Sous l’Empire dominant le gouvernement a l’habitude de proposer ses propres candidats aux cantonales comme aux municipales.

Pour le canton de Montauban Ouest il va donc y avoir trois candidats, fait qu’on ne retrouve qu’à Montaigu de Quercy comme nous le verrons plus loin.

Le candidat gouvernemental, Léon Rivairol a contre lui un républicain bien connu, Gustave Garrisson et un royaliste tout aussi repérable Alphonse de Gironde.

Au premier tour, sur 3912 inscrits, il y a 2622 votants. Avec 1282 voix le docteur Rivairol manque de peu la victoire. Garrisson occupe la deuxième place avec 826 voix et de Gironde est le dernier avec 514 voix. Au second tour les voix de De Gironde se divise en deux : 250 pour le bonapartiste et 250 pour le républicain.

J’observe un autre phénomène important et qui casse un lieu commun : au premier tour Gustave Garrisson obtient 344 voix dans le secteur urbain et 334 dans le secteur rural or il y a 1616 votants en ville et seulement 907 en rural. Preuve que le secteur rural est proportionnellement plus républicain que le secteur urbain or souvent l’idée est inverse.

Le Courrier du Tarn-et-Garonne, journal gouvernemental aura ce commentaire :

« Bien que le résultat de l’élection du conseiller général pour le canton Ouest de Montauban fût prévu, la lutte n’a pas cessé d’être très-vive ; mais l’Administration avait eu la main heureuse. En présentant M. Léon Rivairol, elle ne pouvait faire un choix plus sympathique aux populations de nos contrées. M. le docteur Rivairol, qui professe d’ailleurs des opinions très-libérales, pratique depuis vingt ans la médecine avec un désintéressement qui lui a acquis une popularité devant laquelle devaient venir se briser tous les efforts tentés pour faire échouer sa candidature.»

Le choix d’un médecin est symbolique de l’époque : un homme qui appartient à la « bonne » société mais qui en même temps est au contact de la misère sociale.

 Le Second Empire a tout fait pour se situer au « centre » prenant sur la gauche comme sur la droite, et à Montauban il a imposé le député-maire Prax Paris mais, même sous la dictature napoléonienne, ce centre a du mal à s’imposer, les deux tendances profondes de la ville n’acceptant pas de se taire. En conséquence, quand la République va revenir, le conflit va être relancé et d’autant plus que le clergé enverra dans la ville un évêque de choc. Je me suis souvent demandé si l’évêque Marty était venu par hasard, mais, à étudier l’histoire, qui à l’époque était connue de tous, on comprend qu’en fait, les autorités religieuses ont souhaité installer en ville un prélat politique capable de compenser la faiblesse de la droite monarchiste.

 J’ai étudié cette élection à cause du cas de Charles de Freycinet, qui deviendra un des plus grands serviteurs de l’Etat républicain jusqu’à la présidence du Conseil, membre de l’Académie française pour ses nombreux écrits. Aucun biographe ne s’est penché sur sa première entrée en politique comme conseiller général de Nègrepelisse or le détour en vaut la peine. Nègrepelisse est historiquement une ville protestante et en 1790 pour éviter les querelles religieuses les représentants des deux clergés décidèrent de se partager à égalité les places d’officiers municipaux. M. de Freycinet qui fait partie de la noblesse protestante va être élu contre Vaïsse-Cibiel dans une élection où la préfecture est restée neutre. De Freycinet n’a jamais été un admirateur de Napoléon III (voir ses souvenirs du 2 décembre 1851 que je publierai à l’occasion) et cette élection le confirme de manière nette.

 L’autre élection surprenante est donc celle de Montaigu de Quercy où le candidat du gouvernement obtient 828 voix au premier tour avec contre lui Léon de Malleville, 753 voix et un troisième candidat que je ne connais pas Bonnamy qui a eu 435 voix.

Au second tour c’est Léon de Malleville qui est élu avec 1098 voix, un autre membre de la même noblesse protestante et « orléaniste ». C’est sans doute un des rares cantons du pays où le candidat du gouvernement est battu.

Jean-Paul Damaggio

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure
  • Le blog des Editions la Brochure
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche