Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 14:38

Mexique : Les zapatistes existent toujours

Pour clore cette fausse année du Mexique en France, voici la traduction d’un article de La Jornada suite à un Séminaire tenu à San Cristóbal de las Casas. Entre le crime organisé et les zapatistes, le Mexique est bien le pays des extrêmes. JPD

2 janvier 2012

■ Communautés zapatistes, exemples de formes de gouvernement
■ Indigènes et politiques, pôles opposés à la démocratie institutionnelle

HERMANN BELLINGHAUSEN

San Cristóbal de las Casas, Chis., 1er janvier. Les actuels mouvementes anti systèmes peuvent s’unir par profond dialogue à la marge de l’Etat et de son économie, comme l’ont fait les communautés zapatistes en créant des formes pédagogiques de gouvernement, indiqua Javier Sicilia  pendant la troisième journée du Séminaire International de Réflexion et Analyses qui a lieu dans la ville.

Paulina Fernández et Gustavo Esteva, à partir de talents différents, furent d’accord avec Sicilia quand il a valorisé l’expérience d’autonomie des gouvernements zapatistes, comme un élément de grande exemplarité en ce moment.

A cours de la première session on fit la lecture d’un bref message de Marcos Roitman, envoyé de Madrid, dans lequel il manifeste son  “adhésion” au séminaire, et rappelle son appui à l’Ejército Zapatista de Liberación Nacional (EZLN), “arme de la pensée critique” pour atteindre la justice, la liberté et la démocratie en rendant possibles des alternatives au gouvernement du marché dans le monde.

Paulina Fernández, qui a étudié de près le fonctionnement réel et quotidien des gouvernements autonomes zapatistes , a mis à nu la rapacité des politiques de tous horizons quant à le rôle déformé des partis politiques légaux dans la transformation de la démocratie en affaires louches. Avec des faits et des exemples précis, elle a montré la difficulté à exercer le pouvoir en tant que représentants.
Elle s’est appuyée sur l’expérience du « camarade Jolil » et ses motivations qui l’ont conduit à participer à un conseil municipal autonome, en l’opposant aux chiffres scandaleux que nous coûtent les politiques et les gouvernants avec leurs salaires et leurs bénéfices. Des milliers de millions de pesos, la décomposition du système et l’absence d’engagements nous démontrent de quoi est faite la démocratie qu’on nous a imposée dans un pays profondément inégale.

Contre cet état de fait dominant, il y a donc l’expérience du camarade indigène que Paulina a pu accompagner et connaître pendant ses deux ans de conseiller municipal, comme on appelle dans les communautés zapatistes ceux qui exercent les responsabilités de gouvernement. Sans rémunération économique et sans connaissance en matière de gouvernement, les indigènes participent, suite à une élection dans leur communauté, aux structures de délibération et de décision collectives dont la seule raison d’être est le service.
“Tous les camarades s’occupent de tous les travaux”, précise-t-elle ensuite. Ils construisent un “gouvernement différent”. Jolil, je l’ai vu travailler pendant deux ans “au pouvoir”, où il a grandi comme zapatiste et comme personne, sans se corrompre. Elle attribue ces succès aux objectifs clairs de la lutte de l’EZLN et des communautés qui, sans se rendre, maintiennent la solidité morale de l’organisation zapatiste.

Gustavo Esteva, absent du Séminaire pour des raisons de santé tout comme le docteur Pablo González Casanova et le philosophe Luis Villoro, a envoyé une intervention dans la quelle conformément à ses récentes réflexions sur les pages de La Jornada, pense que nous ne sommes pas au bord de l’abîme mais que nous y sommes déjà tombés et que nous ne voyons pas le fond.

Esteva se demande avec insistance: “¿Pour quoi nous nous laissons conduire à cette situation ?”

En citant le subcomandante Marcos, il montre comment on est en train de détruire le tissu social d’un pays où dominent les scandales des plus riches et celui des plus pauvres. En se référent à Iván Ilich comme auteur majeur ; en lien avec Sicilia et Jean Robert, Esteva pense que l’antidote contre la “croyance fondamentaliste” en une démocratie où “les élections servent pour définir qui sera en charge de faire avaler la couleuvre”, ce sont les nouvelles attitudes alternatives à la wallmartización  du monde”. Ce qui pourrait être « une autre gauche » c’est celle qui peut s’alimenter aux protestations mondiales des occupations et des indignés qu’on a écouté hier.

Le poète Javier Sicilia s’est référé aux “nouveaux pauvres” à partir de la certitude que le changement viendra seulement si on place le vin nouveau dans des vieilles barriques. En comparant les mouvements zapatiste et celui pour la Paix, la Justice et la Dignité [qui suscita d’immenses manifestations à travers le pays], il releva les similitudes, vu qu’ils naissent de l’idée qu’on peut transformer les conditions imposées par l’Etat. Ce sont dit-il, des formes nouvelles qui préludent à ce qui est en gestation, face à l’actuel désastre.

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Mexique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche