Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 20:46

Au débat de Castelsarrasin, face à de Vergnette, le candidat Front de Gauche, a développé avec calme, précision et bons exemples à l’appui, pas mal des questions évoquées. Contre « les poncifs de droite sur l’éducation  » (c’est sa formule) de la suppléante de de Vergnette, il a rappelé les missions fondamentales de l’école publique (ah ! que la droite aime le retour à ce qu’elle appelle « les fondamentaux », lire, écrire, compter !). Et sur tout ce qui touche à la formation professionnelle (ah ! que la droite aime l’apprentissage !) il a dénoncé brillamment les simplifications et les lieux communs.

Il est sûr que si on avait fait une étude sociologique des deux publics, côté Front de Gauche nous aurions eu beaucoup d’employés du secteur public et en face ceux du secteur privé.

Mais qui peut croire aujourd’hui qu’ainsi nous avons d’un côté les planqués et de l’autre les courageux travailleurs qui se lèvent tôt ?


Sur l’agriculture après l’intervention de Paul Ardouin, Maximilien a tenu à rappeler la distinction entre les gros et les petits. Il a donné les exemples précis des producteurs de chasselas, l’exemple des pommes d’Espagne dans les supermarchés de Moissac pendant que celles de Moissac partent qui sait où. Philippe de Vergnette a d’ailleurs sur ce point abondé dans le même sens, s’insurgeant de transports exagérés de produits agricoles sauf que, lui, à être pour une agriculture exportatrice, induit également un transport. Un peu comme s’il était mauvais de transporter les produits chiliens mais bon de transporter les produits français.

 

Mais après quelques hésitations à répondre quant aux façons de produire (« là c’est pas sur le fond »), les hésitations sur la question de l’énergie nucléaire furent, à mes yeux, malheureuses. A l’animateur parlant de différences d’appréciations entre PCF et PG, il a préféré répondre qu’il s’agissait de supputations alors qu’il s’agit d’une divergence claire et nette qu’il vaut mieux assumer que masquer. En Tarn et Garonne parmi les rares activités propres au Parti de Gauche il y a eu un débat sur le nucléaire qui a été clair de ce point de vue (je renvoie au blog de ce parti). La position commune au FdeG a été de proposer un débat avec référendum. Un peu comme pour renvoyer la question aux calendes grecques or, vu l’arrivée en bout de course des centrales, il va falloir trancher sans trop tarder. Qui plus est, quand la suppléante est membre du NPA, il me semble encore plus indispensable d’afficher des divergences, ce qui n’est pas une façon d’affaiblir une candidature, mais au contraire, d’en donner l’originalité.

Et l’animateur a tenté de demander : « mais vous vous pensez quoi ? »

On peut noyer le poisson, ça ne trompe personne. Certes, Maximilien a rappelé la revendication au droit fondamental à l’énergie de belle manière mais voilà que, quand vient la question du gaz de schiste, tout devient plus simple côté Front de Gauche : « Là, c’est non. » Mais au nom du droit à l’énergie pourquoi faudrait-il se passer de ce gaz plus que du nucléaire ?

De Vergnette est bien sûr totalement favorable au nucléaire « une chance pour la France », une chance qui devrait là aussi le faire réfléchir à la force de frappe des entreprises publiques françaises qui, sans ce statut, n’auraient jamais pu développer une telle filière. C’est d’ailleurs pour cette raison que côté écolo on considère que le monopole EDF ayant déjà fait beaucoup de mal, doit cesser. Inversement pour le Front de Gauche, Maximilien a rappelé la revendication du pôle public de l’énergie et s’est opposé à la concession au privé de certains barrages, de Vergnette abondant sur ce dernier point dans son sens.

 

Sur le nucléaire je retiens ce propos récent d’un dirigeant communiste départemental à un militant écolo : « Vu le manque d’eau demain, il faudra dessaler l’eau de mer et là il faut de l’électricité, donc des centrales ». C’est pour dire que le débat ne peut se cacher.

 

Quant au débat absent sur la LGV dont j’ai déjà parlé, je prétends qu’il touche à toutes les questions, celles de l’énergie, de l’agriculture, de la démocratie, de la vitesse, de l’avenir pour nos enfants, de la politique des transports bien sûr (donc du fret), et pour des milliers d’habitants de la circonscription ce n’est pas une abstraction.

Je reviens sur le sujet car le lendemain sur la place publique un défenseur du Front de Gauche présent au débat, que je connais depuis longtemps, me déclare : « Mais la LGV, il faut être pour, c'est le progrès ! » « Mais aller en 3 heures à Paris, c’est bien. ». Après trois ans de luttes pour expliquer l’alternative possible, il y a de quoi désespérer !

Non que je me scandalise qu’on puisse défendre ce projet (j’admets tout à fait qu’on soit pour) mais pas avec des arguments ridicules.

Qu’a dit d'ailleurs, M de Vergnette sur le nucléaire : « On ne peut pas refuser le progrès. »

Il se trouve qu’une forme de progrès est très souvent là pour tuer tant d’autres formes de progrès possibles.

Ce n’est pas ce constat qui risque cependant de me faire baisser les bras et sur la LGV comme sur tous les autres dossiers, je ne suis pas un « anti » mais un POUR, à savoir « pour l’alternative par la rénovation des lignes existantes », phrase interdite de publication sur La Dépêche du Midi qui tient absolument à faire croire que le seul débat concerne le tracé.

12 mai 2012 Jean-Paul Damaggio

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tarn-et-garonne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche