Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 22:16

Je croyais avoir déjà publié ce texte ancien avec le livre sur Benedetto. En fait il n’en est rien. Pourquoi dans ce livre ? De Benedetto à Lubat et de Lubat à Bassas… J-P Damaggio

 Ma tire

 Sans carte. Entre Landes et Armagnac. Quelle idée !

Passer par Bassas puis s’égarer sans gare à l’horizon.

A Rochefort, pas n’importe lequel, j’ai raté la bonne direction car à suivre la route que je tenais, j’allais tout droit vers Aire-sur Adour puis Tarbes, direction opposée à celle de mes projets.

J’aime bien Tarbes mais je préfère y aller en train : dès que ma voiture voit des montagnes, elle donne des signes de faiblesse, perd sa dernière dose de nervosité, souffle de désespoir.

En conséquence, pour sortir de ce guêpier, je pris la première à gauche. Au bout de dix minutes, je ne savais même plus si je me dirigeais à bon escient ! En clair, j’étais perdu. Pas de borne sur la route, pas de village, des arbres et de la vigne.

A ce moment-là, même sans les moindres Pyrénées à l’horizon, ma voiture répondit très mal à mes appels d’accélérateur. Quant au grincement à la roue, il durait depuis quelques jours et j’aurais dû en parler au garagiste avant de partir, mais il était en vacances et j’avais cru possible d’attendre son retour.

Allait-elle me laisser en plan, ma tire ?

J’en suis certain, elle sentait ma propre angoisse. Quand j’ai fini par m’arrêter pour tenter une marche arrière, malheur !, elle se mit à tourner sur trois pattes. Des bruits impropres, elle en avait souvent fait, mais là, sur trois pattes…

Pas contrariant pour deux sous, j’optai donc pour favoriser la marche avant et nous continuâmes toujours à travers vignes et arbres, toujours sur une route étroite et triste.

Comment, après une carrière aussi exemplaire, une voiture pourrait-elle se laisser mourir en rase campagne ? La tire la plus militante du canton, le véhicule la plus poire de tous, n’avait eu que des bosses insignifiantes et jamais le moindre P.V., foi de chauffeur ridicule.

A 200.000 km au compteur pour une voiture à essence, c’est un peu comme quand on revient de la préhistoire. Il lui restait si peu à faire pour me conduire chez moi ! C’était la nuit, et je n’avais rien à espérer de l’environnement alors de grâce tenir, tenir...

Si sa conduite avait été moins exemplaire que je ne le dis, pour ne pas froisser sa modestie je l’aurais soupçonné de vouloir se suicider à côté d’un grand vignoble car tout de même l’Armagnac, ce n’est pas rien.

En essayant de ne pas la brusquer, en roulant presque au pas, elle consentit à continuer son petit bonhomme de chemin. Et victoire, nous arrivâmes jusqu’à Saint Justin.

Pour comprendre l’histoire et mesurer la juste colère de ma tire, sachez que le matin nous étions passés sans encombres, sans détours inutiles, par cette route, et donc par Saint Justin. Serions-nous enfin en bonne voie ? Que de voix j’avais dans la tête, que de musique mentale, en toile de fond car de musique réelle ma Renault 14 n’en avait pas la moindre à proposer.

Pour être sortis d’affaire, il restait seulement 150 km à tenir. Quand je vis enfin le premier panneau, Agen 72 km, je me crus chez moi, même si dans les côtes la voiture se faisait de plus en plus poussive. J’avais déjà connu ce problème avec d’autres et je savais qu’on ne pouvait rien faire, sauf à espérer en une belle descente.

Agen arriva à l’horizon. Pour faciliter ma route, je pris l’artère rapide pour rejoindre le cœur de Montauban. Là, les grincements de roue se firent plus doux, le ronronnement du moteur plus agréable. La monotonie de la situation calmait les vieilles artères d’un véhicule rassuré.

Arrivé à bon port, je pus en conclure que ce n’était pas aujourd’hui que j’en finirais avec ma tire. Elle savait que je l’accompagnerai jusqu’à son dernier kilomètre en lui proposant des exploits à la mesure de ses moyens. Elle avait accepté sa vie durant de tomber en panne d’essence juste à côté des pompes, elle avait demandé à boire seulement au bord des torrents aux eaux limpides, elle n’allait pas me faire une crise de jalousie parce qu’à présent je l’oubliais au profit de l’amusique.

 

28 août 1986 Jean-Paul Damaggio

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans littérature
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche