Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 10:30

 

Le titreur a eu beau choisir de l’italien (Basta cosi, Bunga Bunga), la dernière chronique de Mathieu Lindon du 18 juin sur Libération n’est qu’un exposé d’ignorance crasse, et donc révoltante au plus haut point. On a beau avoir écrit des tonnes de livres, être chroniqueur depuis des décennies dans le quotidien d’une gauche perdue, le fait est impressionnant.

Ignorance crasse ?

« Berlusconi peut dire tout simplement : «Je voulais savoir si le peuple était d’accord avec ces projets, eh bien il ne l’est pas, maintenant je le sais.» » Berlusconi n’est pas à l’origine du référendum, il ne voulait rien savoir, et maintenant ce n’est pas qu’il sait, c’est qu’il est OBLIGE d’appliquer. Oui, Monsieur Lindon, à présent l’eau ne sera pas privatisée. Ce n’était pas une « consultation » comme les sondages savent le faire, mais un référendum qui DECIDE et visiblement, ça vous tue que le peuple puisse décider.

Le mépris sur un plateau d’argent

Et votre ignorance s’accompagne d’un mépris écœurant pour la démocratie, le peuple, les Italiens et les Italiennes. Je le reconnais, le style ne manque pas au rendez-vous ! Mais savez-vous que les questions sont sous contrôle du Conseil constitutionnel ? Vraiment vous confondez le matraquage de sondages parfois ridicules (cette démocratie du micro trottoir) et l’expression d’un peuple qui, après un débat contradictoire, public et argumenté, doit d’abord obtenir 500 000 signatures avant d’avoir le droit de poser la question contrôlée. Quand vous écrivez : « Dans l’appel de Silvio Berlusconi à boycotter le vote, on peut voir un hommage à la démocratie. », je comprends que vous n’avez pas encore digéré le référendum français sur le TCE. Il faudrait se soucier du comment ! Quand Sarkozy et Berlusconi s’unissent pour relancer le programme nucléaire, eux répondent par OUI mais en plus ils se préoccupent du comment ! Quand un Conseil municipal répond par Oui ou par NON à la privatisation de l’eau, il a le droit car il est le Conseil municipal ! Et le sommet du mépris c’est avec cette phrase : « Mais, peut-être grâce à l’affaire Strauss-Kahn, la parole des Italiennes (et Italiens) se libère. » DSK n’est à l’origine d’aucune affaire, ce qui n’est pas le cas de la plaignante ! Franchement si elle n’avait rien dit, cette femme du peuple, le monde ne serait-il pas plus simple, et les Italiennes moins libérées ? D’un côté on nous présente un peuple italien décervelé, aliéné à une télé poubelle (« Silvio Berlusconi s’en va, ça leur semblera tout vide, leur pays, aux Italiens »), puis de l’autre un peuple qui se prend en main, argumente, fait sortir de la nuit de la dictature démocratique ses concitoyens, et il est encore ridiculisé à croire en cette démocratie référendaire. Les mêmes ont toujours tort…

L’ironie comme guillotine

« Dans tous les pays, pour étouffer la démocratie, on noiera le peuple sous les référendums. » Qui est le « ON » ? Quel est ce souci du peuple que Mathieu Lindon veut sauver par le bouche à bouche ? Que le peuple soit noyé sous d’enfoirées chroniques comme la sienne ne le frappe sans doute pas (il n’est pas seul sur son créneau malheureusement) ! Que le peuple italien ait demandé le maintien de l’eau comme bien commun, le passage de tout citoyen devant les tribunaux, la poursuite de l’absence de tout programme nucléaire… c’est comme si demain on décidait de choisir sa météo ! Les abrutis ne sont pas toujours là où on le croit… 20-06-2011 J-P Damaggio

P.S. N’étant pas un adepte de l’info par petite phrase (comme le veut la coutume en cours) j’offre ci-dessous l’article en entier.

 

Basta cosi, Bunga Bunga Mathieu Lindon 18 06

       Le printemps italien fera-t-il tache d’huile ? On ne comprend pas bien ce que signifie la raclée subie par référendum par Silvio Berlusconi. Est-ce comme nous avec celui sur la Constitution européenne ou cela signifie-t-il que l’eau ne sera vraiment pas privatisée ? Silvio Berlusconi est-il désormais aussi dépourvu d’immunité qu’un malheureux candidat de Koh-Lanta ? En tout cas, les indignés italiens ont, eux, choisi le référendum pour se réunir. Silvio Berlusconi s’est pris dans les gencives un score à la soviétique mais à l’envers, un score à l’anticommunisme primaire. Rien ne l’oblige à quitter le pouvoir pour autant. Il peut dire tout simplement : «Je voulais savoir si le peuple était d’accord avec ces projets, eh bien il ne l’est pas, maintenant je le sais.» On se réjouit à l’idée que la Ligue du Nord le fasse tomber mais la Ligue du Nord, c’est encore pire que Silvio Berlusconi. C’est comme si, sous prétexte qu’on n’aime pas notre voisin, on se frottait les mains que son chien méchant se soit échappé. Et puis, si Silvio Berlusconi s’en va, ça leur semblera tout vide, leur pays, aux Italiens, s’il part avec tous ses meubles et autres grands groupes.

Ça faisait vingt ans que les Italiens appuyaient sur les boutons et que les programmes ne changeaient pas, ils pourraient bien avoir trouvé la zapette, cette fois-ci. Mais on sait que, dans les référendums, tout dépend de la façon de formuler la question. Nous, on ne répondrait pas pareil sur le nucléaire selon qu’on nous demande «Souhaitez-vous une augmentation massive du prix de l’électricité ?»ou «Etes-vous favorable à un Fukushima en bas de chez vous ?» (seul le nombre de «ne se prononcent pas» resterait peut-être stable). Rien qu’en famille, la question «Dîner avec ou sans soupe ?» recevra une réponse différente selon que les mineurs aient ou non le droit de vote. On pourrait organiser des référendums sur l’éventuel massacre des banquiers comme sur la castration chimique ou l’état de santé mentale de Liliane Bettencourt. Et qu’on ratatine tous les affreux, d’accord ou pas d’accord ? L’avantage des référendums est que ce n’est pas difficile de répondre : c’est oui ou c’est non. On ne se soucie jamais du comment, question toujours prématurée.

Dans l’appel de Silvio Berlusconi à boycotter le vote, on peut voir un hommage à la démocratie. Le plus efficace contre la démocratie, c’est l’absence de démocratie. Il a dit aux électeurs : «Ne vous prononcez pas.» Mais, peut-être grâce à l’affaire Strauss-Kahn, la parole des Italiennes (et Italiens) se libère. Ce doit être frustrant pour les opposants d’en rester là, ils doivent être avides de nouveaux référendums. Dans tous les pays, pour étouffer la démocratie, on noiera le peuple sous les référendums. Chaque foyer aura un bouton oui et un bouton non et, le soir, il faudra répondre avant d’avoir le droit d’aller se coucher. Il y aura le référendum crèches, le référendum ramassage des ordures et aussi qualité de l’eau, cantines scolaires, signalisation routière. Sans compter l’Afghanistan et la Libye. Et la météo, il y a des jours où elle aussi mériterait un bon référendum.

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans italie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche