Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 21:58

Pepy-a-Toulouse.jpg

Nouvelle grand messe au Conseil régional à la gloire de dame LGV. TGV vite c'est l'asso du président Malvy. Messe démocratique car la salle est ouverte à tous. Ils trônent, se congratulent, déroulent leurs diapositives (pardon les slides) puis Guillaume Pépy vient. Changement de ton. Surtout la parole à la salle. Il préfère une introduction courte et répondre aux questions. Les questions viendront de Martin Malvy, d’une dame de Montauban, de l’association de défense des usages de la ligne Toulouse-Bordeaux, d’un responsable CGT, d’un ancien vice-président aux transports et même de Monsieur Chauzy le président du comité économique et social. Avec Pépy les questions seront plus nombreuses que pour tous les autres intervenants réunis.


Bien sûr Pépy est là pour soutenir dame LGV mais il le fait avec sa méthode à lui, l’art de l’esquive et l’appel au réel. D’abord aller dans le sens de tout intervenant puis nuancer le propos. Il a eu beau répéter que lui n’est ni élu ni au gouvernement, il procède comme un politicien aguerri qui se doit de dire tout et son contraire pour plaire à tout le monde !
Les usagers Bordeaux-Toulouse ? Nicole Notat la médiatrice du cadencement a noté que 10% des plaintes viennent de la transversale et sur son site elle dit qu’il faut remédier au problème. Pépy est donc conscient et il travaille à changer les choses. Bravo !
Chauzy s’inquiète de l’action des anti-LGV ! Pépy répond : « Entre nous on dit le débat Claraco », il faut qu’il ait lieu, il faut être serein, sérieux et on a des arguments. Lesquels ? On ne le saura pas mais bravo pour le sens du dialogue ! Il évoque M. Izard, celui de la SNCF qui n’a aucun lien avec celui de Toulouse et qui a déjà mené ce débat dans le sud-est. Et la LGV s’est faite !
Mais les LGV ont-elles un avenir s’inquiète quelqu’un d’autre ? Là, Pépy apporte du concret, du solide, du vital même : une stabilisation des péages est intervenue jusqu’au moins en 2018 donc ils peuvent voir l’avenir en plus rose. Que pense RFF de ce coup porté à leurs espoirs ? Pépy est optimiste car il vient de Russie, de Chine et partout on se jette sur la grande vitesse (qui est le plus souvent à 220 km/h). Alstom ne voit pas de commandes... Bravo tout va bien.

Pépy fait un peu la leçon à Martin Malvy qui insiste sur les délais : un peu de retard c’est pas grave quand il faut aussi aider les lignes existantes !
Mais le problème du financement ? Là Pépy devient l’instit de la classe qui dit : « Attention, si vous n’êtes pas sage vous n’aurez pas d’image ! » Pour le dire autrement, si ce n’est pas l’union sacrée des politiques d’autres vont passer avant et ici en Midi-Pyrénées il ne faudrait pas détricoter ce qui a été bien fait jusqu’à présent. Vous connaissez le tarif actuel, 25 millions du km, c’est beaucoup c’est sûr mais il le faut. » RFF dans son intervention donnera le montant de Bordeaux-Toulouse version 2011 : 5,4 milliards mais sans compter le tronçon Saint Jory-Matabiau. Pour Bordeaux-Espagne c’est 7,5 milliards.

Là Malvy répond : "c’est l’union sacrée à 90%. C’est vrai certains ne veulent pas payer, il faut les comprendre, mais ils vont le faire par exemple en Tarn-et-Garonne." Chauzy après avoir montré du doigt les méchants anti-LGV avait évoqué sans le nommer ce département qui aura une gare et qui ne veut pas payer. Je suis en mesure d’annoncer qu’à la prochaine session budgétaire du Conseil général du Tarn-et-Garonne, ce département continuera de ne pas payer. D’ailleurs la Convention de financement étant bouclée pourquoi payer ? En fait, il est facile de comprendre que les tractations vont bon train, c’est le cas de le dire !

 

Et au militant de la CGT, responsable du Comité d’entreprise que va-t-il répondre ? Comme pour les autres intervenants il retient le positif : « je suis totalement d’accord avec la fin de votre intervention. » Et c’était quoi cette fin de propos ? « La LGV c’est une évidence. » Le Comité d’entreprise en décembre a organisé un colloque pour la promotion de la LGV. J’en avais entendu parler, j’étais allé voir sur le site mais je n’avais pas vu les invitations. Bien sûr quand le responsable CGT dénonce la proposition des Assises du ferroviaire qui suggère la fermeture de milliers de voies ferrées, je suis d’accord mais pas du tout sur le cocorico LGV. Voilà pourquoi je ne suis pas d’accord quand nous les anti-LGV nous prenons une phrase de Pépy favorable aux voies existantes ou un élément des Assises ferroviaires contre la grande vitesse en oubliant l’autre face de la médaille. Nous perdons ainsi en crédibilité : Pépy défend les voies existantes et en même temps défend la LGV ! Il n’est pas le seul à tout vouloir sauf que dans les faits tout l’argent va surtout à la grande vitesse.
Pépy démontrera qu’il sait écouter et oublier les propos qui le dérangent. Un intervenant indique que l’Europe a financé les lignes espagnoles et qu’elle devrait donner plus pour la France, et là Pépy ne dit rien par contre il répond à la proposition : proposer des horaires adaptés Toulouse-Barcelone. Pour le moment, comme je l’ai vérifié, il y a le changement à Figueres donc Pépy attend l’arrivée du TGV à Barcelone par Perpignan pour de nouveaux horaires.
La dame de Montauban pose une question que je n’avais jamais entendue : « Puisque la SNCF va transporter des millions de voyageurs en plus, elle va faire des bénéfices et ne faudrait-il pas prévoir un retour en investissement pour les collectivités qui financent ? » Le raisonnement du « retour sur investissement » laisse pantois Pépy : « Oui, il existe la clause de bonne fortune mais ça n’arrive jamais. » En fait pour Pépy il faudrait faire comme aux USA : « on installe chez vous une station de métro, votre maison prend de la valeur donc les collectivités peuvent augmenter l’impôt des bénéficiaires. »

Manifestement, « le débat Claraco » ça leur pose problème. D’entrée de jeu, Martin Malvy a voulu en mettre une couche : « là où il y a déjà 135 trains par jour, y faire rouler des trains à 320 km/h c’est pas une solution. » Pourquoi cette malhonnêteté Monsieur Malvy ? Qui propose 320 km/h sur les voies existantes ? Dites que nous sommes des idiots mais avec des arguments intelligents, vous serez plus crédible, si je puis me permettre un conseil ! C’est vrai, nous les opposants à la LGV, on peut paraître pour des idiots quand on dit, grâce au cabinet Claraco, qu’en faisant rouler des trains à 220km/h sur la ligne existante rénovée si les trains s’arrêtent à Agen et Montauban, c’est seulement six minutes de plus ! Mais Monsieur Malvy la LGV c’est pour arrondir 1h pour environ 200 km donc le train roulera en moyenne à 200 km /h ! Le 320, vu la configuration du Sud-Ouest, c’est sur une si petite portion qu’elle rend la LGV NUISIBLE.

En sortant, à la buvette, je croise une dame qui me demande d’où je viens : « D’à côté de chez vous, Angeville ! » Elle me reconnaît la Conseillère régionale UMP. Elle me demande ce que je pense du débat. « J’attends un débat contradictoire. » Elle défend la LGV plus que jamais. C’est son droit que je respecte tout à fait. On parle un peu du cas Saint Jory. Bref, le débat continue. 29-02-2012 Jean-Paul Damaggio


P.S. Il y aurait beaucoup à dire sur l’intervention de RFF, sur le cas de Strasbourg mais ça sera pour une autre fois. J’ajoute que j’étais à ce débat car, grâce à un ami, en principe TLT devait me demander mon opinion en tant qu’opposant. C’est ce qui a été fait. France 3 a fait de même. Je ne sais la traduction en image mais bon c’est un élément de plus de l’action que nous conduisons.

Les spécialistes qui lisent ce blog, reconnaitront même de dos, l'homem au premier plan.
la-reu-de-Toulouse.JPG

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche