Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 11:48

Mon engagement en faveur d’une alternative à la LGV Bordeaux-Toulouse m’a incité, comme pour les élections précédentes, à suivre les références politiques à la question, au cours des municipales. Attitude totalement justifiée quand nous lisons cette affirmation du cabinet Claraco spécialiste du sujet :

 « En termes d’aménagement du territoire, les décideurs politiques ont à disposition deux outils qui leur sont complètement soumis. D’une part, RFF qui est gestionnaire des infrastructures de l’Etat et qui pilote les projets de développement, d’autre part la SNCF, entreprise d’Etat à 100% qui est aux ordres pour développer les politiques décidées même si elles ne sont pas fondées en termes économiques. » (document Claraco au sujet de la ligne POLT, mars 2014 :en gras c’est moi qui souligne)

 C’est au quotidien que l’équipe Claraco est confrontée aux incohérences politiques sur une question qui a besoin de tout… sauf d’incohérence ! Et la première des incohérences c’est l’absence de débat politique sur un sujet éminemment politique !

Présidentielles, législatives, régionales et aujourd’hui municipales ne donnent lieu qu’à des propos parfois ridicules au sujet de la LGV.

 Les ignorants

En fait, les médias locaux s’intéressant surtout au cas de Montauban, c’est dans cette ville que les candidats ont le plus souvent évoqué, au détour d’une phrase, le mot LGV qui, avec ou sans l’argent de l’Etat, est plébiscité de la liste LO à la liste FN. Quel électeur comprendra pourquoi il faut deux gares sur le Grand Montauban ? Quel électeur saura le montant de la dépense ? Quel électeur admettra qu’il faille une zone d’activité de 650 hectares après celle de 450 hectares à Montbartier ? Dans des conditions équivalentes, celle d’Agen est prévue de 250 hectares, 250 hectares de trop mais c’est déjà moins ? Le pompon de l’ignorance revient à celui qui propose un accord avec la SERNAM sur la gare de Montauban alors que la SERNAM n’existe plus…

 Les fatalistes

C’est comme si, la SNCF sachant ce qu’il y a de mieux à faire, les élus avaient comme seule responsabilité d’accompagner l’entreprise ! Au moment même où Martin Malvy pousse un cri de colère contre la dite SNCF, pour des raisons sans nul doute électoralistes (le cri ne peut pas être suivi d’effets). Pour le transport ferroviaire régional c’est Malvy qui est aux commandes ! Le pyromane qui crie au feu ! Mais qui peut comprendre ?

Il y a eu la commission Duron qui fut une tentative politique sérieuse pour reprendre en main la direction du rail, mais les luttes politiciennes font qu’on détricote le lundi, ce qu’on a tricoté le dimanche !

Le pompon du fatalisme revient à ceux qui disent qu’on peut tout faire quand tout le monde sait que la vie est toujours faite de priorités.

 Les menteurs

Là aussi personne ne peut plus savoir si les élus répètent les mensonges du couple RFF- SNCF, ou si l’entreprise ferroviaire se sent obligée de mentir pour faire plaisir aux grands élus ! Un des mensonges les plus classiques dans ces municipales, ce fut d’entendre que la LGV était source de développement économique. En fait même RFF ne répète plus ce mensonge mis à mal par des tas d’études, Marie Delaplace s’étant distinguée sur ce point. En conséquence cet exemple confirme que les politiques vont plus loin que l’entreprise pour obtenir une LGV qui n’est rien d’autre qu’un rêve d’enfant ! Depuis que je m’active sur ce terrain j’ai pu constater que le ferroviaire c’est une affaire de « mecs ». Dans un colloque vous pouvez avoir dix personnes à la tribune, ce sont toujours des hommes. Et les intervenants dans la salle toujours des hommes sauf quand il y a Brigitte et Pierrette.

Le pompon du mensonge fut atteint à une émission télé quand il a été annoncé qu’avec la LGV, Montauban serait à 2 h 40 de Paris !

 Les lâches

Le besoin de LGV vient d’en haut, des hautes sphères politiques. Martin Malvy a bien tenté de lancer une pétition pour appuyer son rêve, mais sans succès. Ensuite le mot d’ordre descend jusqu’à l’élu de base qui, faisant confiance au supérieur préfère ne rien dire sur le sujet pour par exemple ne pas perdre l’accès à quelques subventions. Sur ce point le Tarn-et-Garonne se distingue par rapport au Lot-et-Garonne. D’un côté il y a unanimité au Conseil général et de l’autre il y a de vifs débats. Défendre la LGV est un acte tout à fait respectable quand on avance des arguments, mais là aussi nous avons un pompon quand le maire d’une commune du Grand Montauban affirme : « Je suis pour la LGV mais je ne saurai dire pourquoi » !

 Les indifférents

Je suis prêt à trouver des excuses à tout le monde sauf aux indifférents.

Les ignorants, ne peuvent tout savoir ; les menteurs sont ceux qui veulent vendre leur camelote ; les fatalistes ont le droit d’être fatigués ; les lâches sont parfois courageux en d’autres occasions ;  mais les indifférents me sont insupportables. J’entends bien que, comme tout un chacun je suis indifférent à tant de choses auxquelles telle ou telle personne attache une grande d’importance, mais je ne parle pas de cette indifférence naturelle voire salvatrice.

J’évoque celui qui vous dit, quand vous mettez sous son nez l’Himalaya, « circulez, il n’y a rien à voir ». Tout le monde peut-être indifférent aux merveilles de l’Himalaya mais, mis au pied de montagne, personne n’a le droit de dire : « circulez, il n’y a rien à voir ».

Les candidats aux municipales (comme aux autres élections) doivent savoir qu’on va les tirer devant diverses montagnes et s’il s’en trouve une à 8 voire 10 milliards d’euros il ne peut détourner son regard. Il peut mentir, se montrer lâche, tricher, dire sa fatigue mais il doit réagir. A Toulouse les municipales auront suscité le pompon de l’indifférence vis è vis de la LGV, alors que dans le même temps cette LGV est présentée – hors échéance électorale- comme le pilier de l’avenir de la ville !

 Quelques beaux gestes

Sur les 31 communes impactées en Tarn et Garonne, ils sont une cinquantaine de candidats qui ont souhaité afficher un soutien aux arguments de l’alternative LGV suscitant ainsi dans des listes quelques débats (la liste sera publiée sur le blog de l’asso Alternative LGV Midi-Pyrénées). Car pour moi, l’essentiel est dans le courage du débat sur le sujet. Au-delà de la LGV, le ferroviaire ne doit plus être un tabou politique. Critiquer les choix de la SNCF ce n’est pas porter un mauvais coup à l’entreprise, c’est affirmer que la décision appartient aux citoyens. Comment et pourquoi en Languedoc-Roussillon le TER va-t-il être partout à 1 euro en janvier 2015, après bien sûr de multiples expérimentations ? Comment et pourquoi le Conseil Régional Poitou-Charentes se dispense de payer toute LGV quand celui de Midi-Pyrénées se prépare à y consacrer des millions d’euros ? (plusieurs millions ont déjà été dépensés).

 Conclusion

Je n’évoque ici qu’un sujet que je connais, mais je crains que, pour tant d’autres sujets, la démission des politiques soit du même ordre avec ce cercle vicieux à la clef : la démission entraîne l’abstention, et face à l’abstention les politiques se disent que puisque ça n’intéresse personne pourquoi se fatiguer à expliquer…

J-P Damaggio

P.S. J’aurai pu nommer ceux qui ont décroché le pompon mais les noms importent peu quand les attitudes évoquées sont si répandues…

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Municipales
commenter cet article

commentaires

michel82 18/03/2014 14:32

je partage l'intégralité de ces analyses à une nuance près: chez l'indifférent il y a aussi de la lâcheté qui rend plus confortable l'air respiré.

éditions la brochure 18/03/2014 20:04


en effet les catégories se chevauchent souvent chez les individus. j'ai cherché les tendances...


Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche