Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 10:58

marketing-politique.jpg

Aujourd’hui J-L Mélenchon est à Montauban puis à Toulouse alors j'ai une pensée pour lui. Lui et ses « lieutenants » ont proposé une série d’arguments utiles visant à disqualifier les sondages. Mais pour être convaincant, il faut commencer par balayer devant sa porte. Est-ce que ce ne sont pas les sondages qui lui servent d’outils pour convaincre le Front de Gauche que J-L Mélenchon est le meilleur candidat à la présidentielle ? Sondages qui tiennent à son passage dans les médias, passages qui tiennent non à sa propre personne (dont je ne sous-estime pas les qualités) mais à la stratégie des médias eux-mêmes qui l’utilisent aujourd’hui comme ils le jetteront demain.

Dans une brochure (voir présentation à la fin), j’ai démontré, à partir du cas USA, comment les sondages entraient dans un phénomène plus vaste, le marketing politique, avec ce paradoxe : si le marketing peut avoir quelques légitimités pour faire vendre un produit réel, la politique n’étant pas un produit, réussir à la vendre par le marketing c’est prouver qu’il peut tout… donc assurer la vente de produits réels ! Et le marketing a réussi à vendre avec succès Obama qui chaque matin travaillait à partir de… sondages multiples ! (la brochure a été écrite après un séjour aux USA à la fin de la campagne d’Obama)

Toute analyse des sondages suppose d’abord une distinction entre le sondage privé et le sondage rendu public. Le sondage privé c’est l’équivalent du secret industriel ! Le commanditaire ne rend public que ce qui l’intéresse (voire rien du tout). En 1992 comme en 1993, à l’approche d’élections régionales et législatives, j’ai eu accès à des sondages privés qui donnaient exactement les résultats pour toutes les forces politiques, et à la virgule près !

Ces sondages privés sont l’outil majeur de la manipulation des citoyens car ce sont eux qui décident des candidats… pour lesquels ensuite électrices et électeurs peuvent voter !

Ce sont de tels sondages qui feront ou non de Borloo et Hulot des candidats.

La candidature de José Bové en 2007 a été portée par les sondages et Le Monde puis elle s’est dégonflée aussi vite qu’elle avait gonflé. Pourquoi ? Dans une présidentielle les vedettes n’entrent en piste qu’au dernier moment et de ce point de vue le phénomène DSK aujourd’hui n’a rien à envier au phénomène Mitterrand en 81 ou 88 ! Comme au rugby, pour faire attendre le public, il y a d’abord le lever de rideau où les candidats de seconde zone servent à occuper le terrain. Tous les sondages indiquent pour TOUS ces candidats là une baisse régulière de leurs sondages alors qu’ils pensent généralement que la campagne qu’ils vont conduire, porteuse d’idées novatrices, ne peut qu’élargir leur audience.

 

La fonction cruciale des sondages privés est aussi importante quant au choix des candidats qu’aux thèmes de campagne. Moins qu’une manipulation de l’opinion ils m’apparaissent plutôt comme un miroir de l’opinion, un miroir entre les mains des puissants qui seuls peuvent se payer les sondages en question.

 

Passons maintenant à la version publique des sondages. Il est facile de constater qu’en matière de politique ils évacuent la majorité des sondés : ceux qui vont s’abstenir. Avant les élections on a les sondages sur les exprimés et après les résultats par rapport aux exprimés.

Le sondage est ensuite soit utilisé accidentellement (pour un scoop) soit utilisé régulièrement comme dans Paris-Match. Il n’y a pas le sondage en soi. Des questions sont biaisées, d’autres sont évidentes. Pour faire avaliser la LGV Bordeaux-Toulouse, RFF a fini par recourir à un sondage dont les résultats ont été bidonnés. Ce n’est pas parce que le lait de la vache est devenu un produit commercial qu’il est inutile pour autant. Le sondage est un produit à utiliser avec précaution mais un produit rendu incontournable dans nos sociétés.

 

Etrangement un seul parti politique a préféré utiliser le marketing plutôt que de se faire utiliser par lui, c’est le FN ! Il peut se permettre ce tour de force car aujourd’hui la société fonctionne de plus en plus comme la société à laquelle aspire le FN… Le présidentialisme est pain béni pour lui ! Et tant d’autres phénomènes ! Si un parti est le mieux à même de convaincre les abstentionnistes dégoûtés par la politique, c’est encore le FN ! Le débat sur les sondages doit prendre en compte, non les problèmes techniques, les coups bas entre instituts, mais les fondations de la machine made in USA et qui, en particulier en Amérique latine a démontré qu’elle peut tout et son contraire. 16-03-2011 Jean-Paul Damaggio

 

Voici le dos de couverture de la brochure :

Au départ le marketing continuait la classique et ancestrale réclame mais à partir de 1960, aux USA d’abord, il fit concurrence à la propagande en se changeant en marketing politique.

Qui pouvait prévoir que ce changement transformerait le marketing lui-même jusqu’au point de révéler sa véritable nature : vendre des illusions ? Comme les religions vendent de la consolation.

Normalement le marketing établit un lien entre un produit et son consommateur potentiel. Le marketing politique ne fait qu’établir un lien entre un candidat et ses électeurs potentiels. Sauf qu’en transformant le candidat en produit, le marketing politique vend seulement du rêve, la politique du candidat passant au second plan (elle devient plus hypothétique que jamais). A partir de là, TOUT le grand marketing a compris qu’il pouvait oublier le produit pour le rêve. C’est l’invention des « marques ». Citroën était une marque qui vendait des voitures. Nike a d’abord vendu des chaussures puis le logo est devenu signe d’excellence et une virgule suffit à Nike. C’est la griffe !

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans nos livres édités
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche