Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 20:57

Voici en deux épisodes un inédit de Cladel qui publié par Edmond Campagnac dans la Nouvelle Revue en 1919. A suivre. JPD

 

ROBESPIERRE

Mais, à mes questions ils se sont toujours tu.

Nulle réponse. Eh! bien, Saint-Just, qu'en penses-tu?

SAINT-JUST

La République est pure, et qui la calomnie

Est allié du trône et de la tyrannie.

Ils ont dit, trahissant l'inflexible équité,

Que Robespierre était traître à la liberté.

Ce qu'ils ont dit de moi, permets-moi de le taire,

Maximilien, tu sais quel est mon caractère.

Occupé seulement des maux de la patrie,

Mes cruels ennemis sont ceux qui l'ont flétrie

Ou ceux qui l'ont voulu flétrir en t'insultant.

Ah! ceux-là, quels qu'ils soient, esclaves en démence,

Ou ci-devant impurs, pour eux, nulle clémence;

Qu'ils soient jugés, punis et frappés sans remord ;

Qui touche à l'œil du peuple a mérité la mort.

Guerre à l'aristocrate et vive Robespierre,

Tant qu'il opposera, ferme comme la pierre,

Un cœur impitoyable aux vœux des conjurés!

La République veut des hommes assurés.

…………………………………………………………………

Pour la servir, et nous, ses humbles serviteurs,

Soyons dignes du peuple, étant les dictateurs

Que le peuple a nommés, dans sa haute colère,

Pour que chacun ici reçoive le salaire

Qu'a mérité son crime ou valu sa vertu.

Malheur à nous, jamais, si le cœur abattu,

………………………………………………………………

Lâches, nous hésitons à faire ce qu'il faut.

C'est dresser de nos mains notre propre échafaud.

Robespierre, mourons, si nous ne savons vivre.

La nation est là, toute prête à nous suivre,

Si nous la dirigeons selon ses beaux instincts,

Ou bien, prête à punir ses guides incertains,

Si, marchant au hasard, craintifs, d'un pas oblique,

Ils laissent en leurs mains sombrer la République.

Ce que pense Saint-Just et ce qu'il pressent là,

Saint-Just l'a dit sans peur, Robespierre. Voilà.

ROBESPIERRE

Je m'attendais, Saint-Just, à tes fières paroles.

Elles te font honneur. Accomplissons nos rôles.

Notre sang appartient tout à la nation,

On m'entendra le dire à la Convention,

Et, par elle approuvés en ce que tu décides,

Robespierre et Saint-Just, toujours tyrannicides,

Sur les têtes des rois porteront le niveau.

Le peuple qui gouverne est un peuple nouveau;

Lui seul est souverain, lui seul arbitre et maître;

A ses décrets, on doit fléchir et se soumettre,

Et quiconque se croit au-dessus de sa loi

Sera par nous traité comme Capet, le roi.

Paris est aujourd'hui ce que jadis fut Rome;

Il a pour l'univers écrit les Droits de l'Homme,

Et ces droits-là, tyrans, il faut y obéir.

Incapable de vaincre, essayez de trahir,

Essayez de porter ici tous vos esclaves

Le peuple est! un volcan, et brûle de ses laves

Qui, d'une main profane attente aux libertés.

Persécuteurs, venez voir vos persécutés

Leur éducation est faite, ils vous connaissent;

Où l'esclave naissait, des hommes libres naissent.

…. tous vos soldats, vos bandits mercenaires

D'un vrai peuple entendront retentir les tonnerres

Votre vil ramassis d'Allemands, d'Autrichiens

Saura si les Français sont encore des chiens

Que l'on peut à son gré mener à là baguette.

Tyrans, chacun ici vous abhorre et vous guette.

Arrivez, apportant et la guerre el le deuil

Un égout de Paris sera votre cercueil.

Vous propagez ici la discorde intestine

Ce crime à Louis Capet valut la guillotine.

Ah ! malheur à qui louche à ces droits éternels

Que nous avons conquis, nous, Conventionnels.

……………………………………………

SAINT-JUST

Les tyrans sont vaincus et malgré l'Angleterre,

Malgré Pitt et Cobourg obligés à se taire.

Je crains peu les muets, je crains les orateurs.

Ceux que j'entendis hier nous traiter d'imposteurs.

ROBESPIERRE

Imposteurs, nous, qui donc a dit cette infamie ?

Qui donc a pu tromper ma justice endormie ?

SAINT-JUST

Robespierre, on t'attend ce soir aux Jacobins,

Viens-y. Je veillerai. J'ai des gardes urbains.

ROBESPIERRE

Veiller sur moi, Saint-Just! explique La pensée!

SAINT-JUST

On veut te perdre, on veut… ta vie est menacée.

ROBESPIERRE

Qui la menace?

SAINT-JUST

Un traître.

ROBESPIERRE

Et pourquoi?

SAINT-JUST

Ta vertu.

ROBESPIERRE

Ce traître, quel est-il, enfin? Le connais-tu?

SAINT-JUST

Je le connais.

ROBESPIERRE

Son nom ?

SAINT-JUST

Un homme bien redoutable.

ROBESPIERRE

Et l'homme?

SAINT-JUST

Encore plus. Il soupait à ta table

Dernièrement, et-toi, tu tremblais, disait-on,

En l'écoutant parler.

ROBESPIERRE

C’est D            anton ! c’est Danton !

SAINT-JUST

C'est lui-même, Danton, et peut-être Camille.

ROBESPIERRE

Danton seul est à craindre. Oh ! cet homme en vaut mille.

Il faut que je le voie et le verrai demain.

Il est bien fort, il a le peuple dans sa main.

SAINT-JUST

Nos mains valent la sienne, et, puisqu’il embrasse…

ROBESPIERRE

Y songes-tu? Danton?

SAINT-JUST

Est-il d’une autre race

Que nous tous, Robespierre, et crois-tu qu'il vaut mieux?

ROBESPIERRE

Ah c'est un homme!

SAINT-JUST

Un traître !

ROBESPIERRE

Un aigle !

SAINT-JUST

Un factieux !

ROBESPIERRE

Un lion qui rugit !

SAINT-JUST

Qu’il rugisse et s’explique !

ROBESPIERRE

Saint-Just, nul plus que lui n'aime la République.

Il se vante d'en être un des grands fondateurs

C'est vrai.

SAINT-JUST

 

Ce corrompu hante les corrupteurs.

Il nous faut le détruire.

 

ROBESPIERRE

Il est indestructible.

SAINT-JUST

Robespierre recule ! 0 toi l'Incorruptible,

Soutenir de tes mains pures ce corrompu !

Sois digne de ton nom et vois ce qu'il a pu !

Le peuple te proclame et te connaît austère.

Que de sa voix Danton fasse trembler la terre;

La tienne est plus puissante et plus puissant ton nom.

Danton est girondin, il a trop vécu.

ROBESPIERRE

NON

………………………………………………………………………

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Léon Cladel
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche