Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 14:07

encore-vicvien.jpg

El Diario del Alto Aragon a rendu compte des journées culturelles au programme du Cercle républicain de Huesca. Avec Marie-France nous avons suivi deux des journées. Celle du Vendredi 13 avril a été très originale car trois jeunes filles ont présenté un documentaire qu’elles avaient réalisé suite à un voyage au camp de Mauthausen.

Pourquoi Mauthausen ? Sur ce blog nous venons justement d’évoquer ce camp où furent rassemblés les Espagnols. D’abord ceux qui avaient envoyés sur la ligne Maginot comme chair à canon face aux Allemands mais la stratégie d’Hitler ayant contourné la ligne Maginot ils furent parmi les premiers prisonniers. Des prisonniers cependant originaux. Fallait-il les renvoyer en Espagne ? Franco préféra confisquer tous leurs biens et les déclarer apatrides. Ils furent parmi les premiers étrangers à occuper les camps de la mort, le premier convoi français partant pour cette destination étant un convoi de républicains espagnols.

Et le sort des survivants continua d’être atypique puisqu’ils ne risquaient pas d’être accueillis comme des héros dans leur propre pays ! En conséquence, aujourd’hui encore, la mémoire espagnole, quant aux camps hitlériens, est une des plus faibles !

Les trois jeunes filles ont obtenu le droit de faire ce voyage, elles ont eu un peu de matériel pour filmer mais elles ont précisé qu’au départ qu’elles ne connaissaient rien de cette histoire.  Le documentaire était certes artisanal mais témoignait que la jeunesse pouvait être sensible à ce sujet qu’il faudrait évacuer d’après certains, pour ne pas remuer les couteaux dans les plaies. Elles ont pu interroger quelques survivants.

Du débat je retiens cette intervention d’un participant au sujet des drapeaux car elle témoigne bien de la particularité du cas espagnol. Dans le film, cet homme a remarqué qu’au moment des cérémonies au camp de Mauthausen (en 2007) il y avait toute sorte de drapeaux. Certains étaient venus avec le drapeau de l’Union soviétique, d’autres avec le drapeau de la Russie actuelle, il y avait aussi deux types de drapeaux polonais et quelques cas tout aussi originaux. Mais seulement le drapeau de la république espagnole ! Pas celui de l’Espagne actuelle ! Une des jeunes filles qui est devenu depuis une historienne a alors expliqué qu’en effet le drapeau actuel de l’Espagne était doublement absent : sa présence aurait été mal reçu par les victimes des camps et de toute façon les autorités ne veulent pas s’empresser d’honorer les victimes des camps qui seraient toutes d’ailleurs… mais surtout pas d’Espagne.

Or dans le documentaire il est fait référence à un groupe de jeunes héroïques, qui ont pu sortir les négatifs de photos prises par les SS qui servirent ensuite au procès de Nuremberg !

Comme toujours, le dépaysement est très bénéfique pour aborder un tel sujet.

Les journées étaient accompagnées par une exposition sur la présence des femmes dans les camps réalisée par les Amis des victimes de Mauthausen.

 

Le défi c’était de vérifier si des jeunes pouvaient se passionner pour le sujet. Le défi a été relevé aussi nous saluons l’organisation de cette soirée. Jean-Paul Damaggio

journee-a-Huesca.JPG

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Rajaud guerre d'espagne
commenter cet article

commentaires

philippe guillen 22/04/2012 22:55

Cher camarade J-P, c'est bien ce que j'écris! A vouloir tout dire et faire kif-fif-bourricot comme souhaiteraient que cela soit fait ces 3 jeunes et gentillettes espagnoles dont je maintiens
qu'elles sont victimes de l'ignorance entretenue sur la question historique telle qu'on la "traite" en salle de classe du royaume voisin, on finit par dire n'importe quoi, tout et son contraire,
tout accepter. Il faut choisir entre fantasme-angélisme et Vérité: "Une barricade n'a que 2 côtés", disait Elsa aux beaux yeux. Le drapeau actuel de l'Espagne, n'est pas celui du peuple espagnol
(et ces jeunes étudiantes ne le savent donc pas!), il est et reste bel et bien celui des criminels de Guerre franquistes, celui qui avait le soutien de la légion condor hitlérienne, celui que
soutenait aussi Mussolini et Salazar. Il est très précisément celui contre lequel s'étaient élevés A CETTE EPOQUE LA PRECISE les républicains espagnols, les mêmes qui furent parmi les victimes des
nazis à Mauthausen pour ne nommer que ce camp là. Quel est le rapport avec le drapeau du tzar (et s'il était effectivement porté lors de l'hommage!)et ce contexte Historique précis?.. Etait-il
porté entre 1936 et 1945 et par l'un des quelconques camps belligérants?.. Non!.. Celui du ROYAUME d'Espagne en 2011 ou 2012, je dois donc le redire, est d'abord celui de Franco le massacreur,
celui de 1936 à 1945 puis encore et depuis 1975 celui des Bourbon y Bourbon d'Espagne. Avec de tels amalgames a-historiques, à ce "train" là, on risque même pouvoir imaginer qu'un jour- pourquoi
pas, puisqu'en admetant l'un on doit logiquement admettre l'autre, et ajouter qu' en plus, on resterait dans ce nouveau cas là tout à fait dans le chronologique!- qu'un gars d'une quelconque
amicale de descendants de miliciens vichystes se promène en uniforme d'époque et avec francisque à l'épaule. Tu l'admetrais, toi?.. Non, ceci n'est pas quesymbolique, le choix des drapeaux comme
celui des couleurs a bien un sens ou une réalité: le drapeau des fascistes et des "vices" qui y sont associés ne peut être confondu avec celui des républicaions et des valeurs qu'il représente, en
Espagne comme en France. Je rappellerai aussi pour finir qu'un drôle d'oiseau, 1er ministre du gouvernement espagnol -du royaume d'Espagne- voulut un jour faire défilé un ancien soldat républicain
au côté d'un ancien militaire fasciste de la légion azul du même âge, au prétexte de reconciliation nationale -l'ignorant!-. Comment est-il possible de penser que c'est à la victime d'être pardonné
par le tueur. En Aragon, par exemple, c'est tous les jours qu'on retrouve des fosses de Franco, je recommande aux 3 jeunes filles d'aller voir les nanas et gars de leur âge qui creusent et creusent
encore avec ce qu'elles croient être leur drapeau, les bénévoles qui se confrontent sueur et ampoules comprises avec la REALITE leur diront ce qu'il en est vraiment de cette banière!

philippe guillen 22/04/2012 18:06

Surtout, surtout, vérifions ce que nous publions et vive, 3 fois vive, la possibilité d'ajout d'un commentaire !....
Donc et en ce qui concerne ici le(s)drapeau(x)espagnol(s), il convient de rappeler haut et fort que dans les camps de concentration (qu'ils soient français ou qu'ils soient nazis) ne doivent
flotter aujourd'hui que les drapeaux des victimes et non, bien sûr, ceux des assassins et criminels de guerre fascistes ou nazis. Voila pourquoi, très logiquement,très sainement et tout simplement
en hommage aux morts, ne flotte à Mauthausen et dans les autres camps de la mort que la bandera republicana espanola (la tricolor) et non celle de l'actuel royaume d'Espagne qui était aussi et
d'abord celle du dictateur Francisco Franco. Mettre la bannière des fascistes d'hier ou du royaume actuel à la place de la bannière républicaine -strictement opposée-, celle pour laquelle ces
républicains se sont battus et sont morts serait leur faire injure. L'Histoire, la Memoria Historica, la Justice et la Vérité en seraient insultées. Ce serait encore une fois, faire acte de
révisionnisme! Tout ceci prouve hélas quel est encore l'état d'ignorance de sa propre Histoire (celle du Peuple) dans laquelle est maintenue la jeunesse espagnole de ce XXIème siècle et quel est
encore le poids de l'historiographie fasciste dans l'enseignement et dans les actuelles écoles du royaume d'Espagne. Cela même après ce que d'aucuns osent encore nommer la "transition
démocratique". Avec leur coeur- très naïvement sans doute, en ce qui les concernent- ces 3 jeunes espagnol(e)s - dont une serait maintenant "historienne"( aïe, je crains!!)- voudraient bien que
flotte en ces lieux de sinistre mémoire l'actuel drapeau de "leur" actuelle Espagne, au prétexte qu'il est mignon ou gentillet que tout le monde y soit. Mais non, justement non, les faits sont là,
têtus: le drapeau franquiste et illégitime ou illégal, celui des bourreaux, n'a surtout pas à être installé sur les tombes de ses victimes. Surtout pas! Les survivants-combattants de la Liberté et
celà bien souvent des 2 côtés des Pyrénées, leurs fils et petits fils, et plus généralement encore les républicains d'Espagne (de cette actuelle Espagne où ils sont encore brimés -et rappelons-nous
simplement du juge Garzon, ou de la sortie d'un mensonger et honteux dictionnaire dit de l'Académie...royale) et d'ailleurs, tous les amoureux de Justice et Vérité, s'y opposeraient.
Philippe Guillen (historiador, y hijo de Custodio, nieto de Vicente Guillén Pardina, presidente del Comité Revolucionario de Gistain , Bolsa de Bielsa, provincia de Huesca- ARAGON). ! viva la
Repùblica ! Viva la Tercera , y Social ! Viva !

éditions la brochure 22/04/2012 21:16


Merci pour ces précisions. Même si ça ne change rien à tes précieuses informations, il s'agissait de drapeaux portés par les visiteurs et non de drapeaux en place. Et s'il apparaissait à tout le
monde, lors de cette réunion espagnole, que le drapeau actuel y serait de mauvais goût, il s'agissait de savoir si malgré tout il ne pourrait y flotter. L'exemple qui a été donné est le drapeau
actuel de la Russie qui est celui de la Russie des anciens tzars et qui était manifestement portée par des Russes d'aujourd'hui. Nous vérifions que la question des drapeaux c'est du symbole à haute
dose. amicalement jpd


Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche