Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 15:14

Voici le chapitre 7  du livre : Mary-Lafon quel combat ?!

 Tourisme

 

Mary-Lafon va plus loin : il voyage et nous le savions.

Il n’est pas touriste du corps. Son tourisme, qui était un tourisme de masse ... parmi les écrivains de son époque,   ne se voulait que voyage de l’esprit. Il n’emportait pas de crème idéologique biactive qui amaigrit et qui délasse, ni d'écran solaire total haute-protection et-hydratant. Ses yeux n'avaient d'importance que parce qu'ils permettaient de voir et peu importe les flétrissures, les bouffissures, les cernes, les affadissements des paupières, les poches etc...

Les touristes du 19 ème siècle purent donc rencontrer l’authentique, le pittoresque, le romantique. Ils n'avaient pas de lieux à eux, pas de Parcs pour Touristes Dénaturés. Ils n'avaient que des lieux vivants. Mary-Lafon est ainsi parti pour Rome, Madrid, Londres, Lausanne, Vienne, Berlin, Alger, Constantinople, Le Caire, Burgos, Saragosse, Florence et Sienne qu'il trouve la plus belle.

Et on se souvient de son premier voyage à 19 ans qu'il fit à travers son Midi bien-aimé, un cheval à la main, le sac sur le dos et les yeux pleins de lumière.

J'ai au départ fait une distinction entre les touristes du corps et ceux de l’esprit. Cette distinction n’est pas simple et en vérité, il faudrait dire pour Mary-Lafon, voyages d'études. Il  ne racontera que rarement ses aventures mais écrira ainsi l’histoire d'Espagne et celle de Rome. Par chemins il ne rencontra que des par chemins.

Son voyage d'études n’est pas notre voyage d'études à vocation professionnelle du bon cadre cadré de notre société. Tout n’y est qu'Histoire et Littérature et peu importe les Affaires. En même temps, il cherche le peuple. Nodier visite le Languedoc en 1833 : il passera à Toulouse, Albi, Saint Antonin mais ne vit, par exemple à Saint Antonin, qu'un musée en perdition (la ville entière était un musée). Pouvait-il derrière les pierres des monuments trouver de l’humain ?

Les voyages de Mary-Lafon sont l’inverse de ce type de voyage. En Espagne généralement on allait chercher non les émotions culturelles de la belle Italie mais les émotions physiques de l’Espagne Sauvage : les gitans andalous, les châteaux espagnols et les bandits des grands chemins.

Exemple: le frère d'Auguste, Adolphe Blanqui :

« Les gorges des montagnes favorisent merveilleusement, il faut en convenir, cette disposition au brigandage qui caractérise la populace espagnole. »

Exemple : Aurore Dupin dite George Sand :

« Malheur à qui n’est pas content de tout en Espagne ! La plus légère grimace que vous feriez en trouvant de la vermine dans les lits et des scorpions dans la soupe vous attirerait le mépris le plus profond et soulèverait l’indignation universelle contre vous. »

Concernant Mary-Lafon accrochez-vous :

« Qu'il nous soit permis de nous étonner, en passant, du succès obtenu par le Don Quichotte en Espagne. La satire du manchot d'Alcala est l’outrage le plus sanglant qu'on puisse infliger au caractère, aux sentiments, aux traditions historiques d'un peuple. Ce n’est pas 1e pauvre hidalgo de la Manche, c'est, Guzman, c'est Don Sancho, c'est le Cid Campeador lui même que Miguel Cervantès, pauvre, dédaigné, obscur, plus près de la classe mercantile que de la noblesse, traîne en vrai fils de la bourgeoisie toujours goguenarde et un peu envieuse, sur la claie de la raillerie. Aussi la vogue de son livre marqua douloureusement l’ère de la déchéance de l’Espagne. Avant l'apparition de Don Quichotte, 1'Espagne était 1a première nation de l’Europe et du Monde. Au moment où elle rit de cette passion de l’honneur portée jusqu’à la démence, qui avait. Jusque là fait sa force et sa gloire, elle perd peu à peu son rang et finit par tomber du grand destrier du Cid sur l’âne de Sancho Pança. »

Dans cette analyse on retrouve tout Mary-Lafon :

- la littérature comme base d'analyse d'un pays

- le rôle néfaste de la bourgeoisie

- la beauté ne pouvant naître que de la rencontre des valeurs aristocratiques (ne pas confondre avec les valeurs royales) et des valeurs populaires (ne pas confondre avec le populisme)

- une certaine volonté d'exagération car ce texte qui est extrait de la préface à Fierabras, sera nuancé dix ans plus tard quand il écrira l’Histoire d'Espagne. A ce moment-là, ce sera plutôt l’Eglise qui sera accusée de la déchéance de ce pays.

Dans tout cela il faut donc lire Mary-Lafon comme s'engageant toujours avec amour, avec passion, derrière les peuples en s'acharnant à combattre toutes les idées dominantes. Sur Christophe Colomb il dira que « son projet chimérique n'était pas dans la Bible » et qu'il mourut dans la misère en demandant qu'on l’enterre avec les chaînes que les rois, qu'il rendit puissants, avaient osées lui mettre après sa découverte (version assez personnelle et pas forcement historique).

Pas étonnant si au bout de tout cela Mary-Lafon tombe amoureux du roman picaresque. Il s'y essaiera lui-même dans le valet de 14 maîtres qu'il nous dit traduit d'un texte que personne n'a jamais vu et qui aurait été écrit par le docteur Géronime Yanez, médecin et chirurgien de Ségovie. Au bout, le héros est le valet et pas les maîtres. 

 Jean-Paul Damaggio (1985)

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans mary-lafon
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche