Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 12:46

Dès la parution du livre de Robert O. Paxton, Le temps des chemises vertes, Révolte paysannes et fascisme rural 1929-1939, Le Seuil, 1996, j’ai été frappé par l’observation ci-dessous au sujet d’Henry Dorgères dont il étudie le parcours. Etait-il un fasciste ? Et Robert O. Paxton répond avec minutie, suivant les périodes et à partir des faits. Cependant cette observation globale nous renvoie à des phénomènes plus généraux. Il a fallu attendre des décennies pour qu’enfin une étude soit faite sur les révoltes des paysans pendant la Révolution française et c’est d’abord un historien soviétique qui s’est livré à cette tâche, Anatoli Ado, mais ce monument n’a pas trouvé d’éditeur. Il a fallu que la Société d’Etudes Robespierristes prenne le taureau par les cornes en 1996. JPD

PS : J’inclus l’oubli qui entoure Renaud Jean dans le même phénomène.

 

« Impossible de ne pas poser la question du « fascisme rural » d'un Dorgères (1). C'est la crise agricole qui avait donné à Mussolini ses premiers alliés vraiment puissants, et qui avait permis à Hitler de remporter ses premiers succès électoraux. Une fois bien implantés dans le monde paysan, les deux apprentis dictateurs avaient été en mesure de convaincre d'influents dirigeants de la droite qu'ils étaient des forces dont on ne pouvait se passer, et qu'il fallait donc courtiser, défendre contre l'État chaque fois qu'il essayait de leur opposer la loi, et finalement faire entrer au gouvernement quand il ne leur serait plus possible de gouverner seuls. On ne comprendra jamais la façon dont le fascisme a pu arriver au pouvoir en Italie, et le nazisme en Allemagne, sans prendre en compte leurs succès initiaux dans le monde paysan.

Aucune étude sur les succès et les échecs du fascisme en France ne peut donc négliger les campagnes. Par une curieuse lacune de l'imagination, aucun historien n'a jamais pris comme objet d'enquête le fascisme rural français. Les très nombreux travaux sur le fascisme en France traitent tous, sans aucune exception, des mouvements urbains et de ces citadins que sont les intellectuels. Tout se passe comme si les historiens ne pouvaient s'empêcher de surévaluer le rôle des gens qui leur ressemblent, sans trop s'attarder non plus aux comparaisons avec les autres pays. Pourtant, si c'est la crise agricole qui a donné au fascisme ses premiers bastions dans le reste de l'Europe, impossible ses d'apprécier les forces et faiblesses du fascisme à la française sans regarder aussi les campagnes.

Dans le cas français, il est d'autant plus indispensable d'étudier la dimension agricole du problème que la France avait une proportion d'agriculteurs supérieure à celle des autres grandes puissances européennes. Le pays comptait encore 50 % de paysans, et aucun gouvernement ne pouvait survivre sans le soutien d'une partie importante de cette population agricole et aucun nouveau régime n'aurait pu être instauré sans le consentement des paysans. La République ne s'était vraiment installée en France que du jour où elle s'était implantée dans les villages. Le fascisme, à son tour, allait-il s'implanter dans les villages français des années 30 ? Et peut-on parler de « fascisme au village» dans le cas français ? »

Robert O. Paxton

 

Note JPD : Dorgères était le chef des chemises vertes qui organisèrent des luttes paysannes aix tendances fascistes.

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans renaud jean
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche