Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 17:25

Au moment où les balles frappaient Chokri Belaïd, dans Le Temps de Tunisie les lecteurs pouvaient lire ce qui est devenu son dernier entretien. Prémonitoire !

L’assassinat de ce personnage entre en effet dans une montée quotidienne de la violence islamiste détruisant Marabouts et tuant ici ou là en totale impunité. En frappant celui qui était en train de devenir le fédérateur de toute la gauche, les assassins savaient ce qu’ils faisaient. Le président de la République de Tunisie, caution des islamistes, devient chaque jour davantage un complice du système.    J-P Damaggio

 

Persistance de la violence politique

 «Nous sommes devant une aile d’Ennahdha qui refuse les élections», affirme Chokri Belaïd

Le week-end dernier a été émaillé par plusieurs actes de violences politiques, dont l’agression perpétrée contre un meeting organisé, samedi au Kef, par le Parti des Patriotes Démocrates Unifié (PPDU).

Chokri Belaïd, secrétaire général du parti, revient sur ce douloureux sujet et relate ses péripéties, ses causes et ses desseins tout en mettant en exergue les enjeux qui sont derrière.

 Détails.

Les faits. Samedi dernier, un meeting populaire se tenait à la maison de culture du Kef, à l’occasion de la tenue du congrès de la ligue régionale du parti. Le meeting se passait à quelques mètres du local des forces de sécurité. Les invités avaient prononcé tour à tour leur allocution. Chokri Belaïd a longuement pris la parole. A la fin de son discours, des barbus ont investi la salle de réunion. Ils ont eu à faire aux jeunes du parti qui les ont chassés de la maison de culture. Toutefois, les agresseurs ont jeté des pierres et brisé la devanture de la maison de culture. Certains militants ont été blessés.

Les forces de sécurité ne sont intervenues que lorsque tout était terminé. Chokri Belaïd, affirme qu’il avait appelé le ministre de l’Intérieur. Il n’a pas décroché. « L’essentiel est que les travaux du congrès se sont poursuivis jusqu’au lendemain, dimanche. L’attaque avait été perpétrée à la fin du meeting populaire », dit-il.

Pour expliquer cette attaque, Chokri Belaïd le situe dans son cadre. La veille, un meeting du Parti Républicain, sous la présidence de Meya Jéribi a été attaqué à Kairouan. Samedi, Ahmed Néjib Chebbi a été encerclé au sein du local de Radio Oasis à Gabès. Le même jour, le soir, le siège de Nida Tounès aux Berges du Lac a été agressé. Dimanche le local de Nida Tounès à Kébili a été attaqué. Le congrès de l’Union Nationale des Femmes de Tunisie (UNFT) à Sousse a été agressé.

 Pourquoi, ces agressions en ce moment précis ?

A cette question, Chokri Belaïd répond en rappelant que « chaque fois où la Troïka rencontre des problèmes, un signal est donné pour perpétrer des actes de violence. Chaque fois où des décisions non populaires sont prises, ou des augmentations de prix sont arrêtées, ou un projet de loi injuste est avancé, la violence surgit. La nouveauté aujourd’hui concerne les luttes intestines qui rongent les structures d’Ennahdha.

Une aile dure à l’intérieur d’Ennahdha opte pour la violence. Le communiqué final du conseil de la Choura n’a fait que soutenir les milices de Tataouine qui avaient assassiné Lotfi Naguedh. C’est une grave intrusion dans l’action de la justice. Nous comprenons pourquoi, ils ne veulent pas changer le ministre de la Justice.

Rached Ghannouchi, tient à Bhiri, pour que le ministère public reste à leur disposition. Ainsi, les milices agissent sans que personne ne les arrête. De même Rached Ghannouchi tient à ce qu’Ali Lâarayedh reste à la tête du ministère de l’Intérieur, pour qu’il n’y ait pas de poursuites contre ces milices.

Cette violence s’exerce au moment même où des cadres des forces de sécurité sont sujets à des mesures disciplinaires. L’état d’urgence est reconduit, à cause du « terrorisme ».

Le secrétaire général du PPDU, un des dirigeants du Front populaire, considère que la violence fait partie cette fois-ci, d’un plan établi pour démanteler les structures de l’Etat pour leur substituer les milices.

Comment faire face à ce projet ?

A cette question, Chokri Belaïd répond en affirmant que son parti et le Front populaire, ont appelé et continuent à appeler à la tenue d’un congrès national contre la violence. Ce congrès permettra de neutraliser et de mettre hors d’état de nuire ces milices ainsi que leurs commanditaires. Il sera l’occasion d’adopter un pacte national civil opposé à la violence. Ce pacte rassemblera toutes les forces politiques et sociales rejetant la violence. « Il faudra promulguer un texte de loi incriminant les agressions contre les activités des partis ainsi que leurs locaux », dit-il.

 Par ailleurs, le PPDU appelle à réactiver l’initiative de dialogue national de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT). Le dialogue national doit permettre d’adopter un programme d’urgence qui sera mis en application par un Gouvernement en nombre restreint. Ce gouvernement aura à créer les conditions propices pour des élections libres et transparentes. «Nous sommes devant une aile d’Ennahdha qui refuse les élections et tient à garder le pouvoir en recourant à la violence qui conduit à l’éclatement des structures de l’Etat pour leur substituer les milices ».

Le tableau est bien sombre.      Hassine BOUAZRA

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans tunisie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche