Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 16:57

Voici ma traduction sans nul doute imparfaite d’un des deux articles que l’auteur catalán a publié dans la revue mexicaine Nexos qui fête ses 35 ans d’existence cette année (il était plus présent dans La Jornada). Cette revue est pluraliste avec des noms qui me sont chers comme Ángeles Mastretta, ou Jesús Silva-Herzog Márquez. D’autres le sont moins. Cet article du 1 janvier 2003 l’année du décès de l’écrivain reprend l’ensemble de ses obsessions. JPD

 POR UNA SOCIALIZACIÓN NO EXCESIVA DE LA FELICIDAD

POR MANUEL VÁZQUEZ MONTALBÁN

(Pour une socialisation non excessive du bonheur)

Pour les êtres humains qui n'aspirent pas au bonheur placide des philosophes ou au bonheur totalitaire et dangereux des religieux, il deviendrait urgent de donner au concept, des possibilités de plaisir et de plénitude plus généralisables.

Qu’une publication vive pendant pas mal d'années ça nous rend heureux et en même temps ça nous oblige à nous demander pourquoi et donc au-delà à nous interroger sur le sens même du bonheur. Qu’un magazine d'information et de débat politique et culturel dure de nombreuses années ça tient à une complicité entre les collaborateurs et les lecteurs, à ce que les spécialistes en communication appelleraient un heureux feed back, malgré les « bruits » qui ont logiquement dû être entendues pendant si longtemps dans ce canal de communication. Cette complicité nous rapproche d'une des nombreuses formes de la communion des saints, mais dans sa version laïque hautement nécessaire en ces temps théocratiques qui s’installent, je ne sais dans le ciel, mais sur la terre.

Le bonheur était considéré par les moralistes matériels ou concrets comme le bien suprême et inversement, les autres moralistes religieux, venant du ciel ou l'enfer qui s’en suivit, se sont efforcés depuis des millénaires de refuser la possibilité de bonheur dans ce monde. La vie est douleur, sentenciait Tomás de Kempis dans son Imitation du Christ et Maruja Torres, de sa condition de victime du terrorisme religieux franquiste, a assumé en plus d’une occasion que nous sommes venus dans ce monde pour souffrir. Les moralistes religieux s’activent entre le Tout et le Rien et à partir de l’impossible félicité sur terre aspirent au bonheur Total qui ne peut être trouvé que dans le ciel par la contemplation de Dieu, sans avoir à l'esprit que, dans le ciel, est non seulement Dieu, mais aussi tous les justes, pour aussi lourds que discutables qu’ils soient et par exemple l’empereur Constantin, Pie XII, Saint Paul, Franco, Eisenhower et la famille Bush au grand complet. Et pour toute l'éternité. Ne l’oublions pas.

Plus près du bonheur que nous procure la longévité de ce magazine se trouverait la notion aristotélicienne qui met en relation la possibilité de bonheur avec les activités intellectuelles et modérées, marquées par le plaisir de l'exercice de la raison. En dehors de ce bonheur obtenu par l’activité intellectuelle, Saint-Augustin allait jusqu’à la possession totale d’une sagesse n’étant rien d’autre que la possession de Dieu.

Pour les êtres humains qui n'aspirent pas au bonheur placide des philosophes ou au bonheur totalitaire et dangereux des religieux, il deviendrait urgent de donner au concept, des possibilités de plaisir et de plénitude plus généralisables, par exemple écouter « Ponme la mano aquí ma Corina » dans la bouche de Chabela Vargas ou participer à la communion des saints des adeptes des clubs de football en lien avec leurs victoires, ou regarder un coucher de soleil sur une large rivière ou lire jusqu'à l'entrée de la nuit et l'hiver en voyant vers le sud, projet du bonheur selon Eliot qui m'a toujours ému par son ingénuité d’homme du Nord.

On ne peut pas non plus oublier que si le bonheur a été la conquête de quelques postmarxistas, par exemple Agnes Heller, en liant la vie historique et quotidienne dans le lumineux projet du bonheur, trop de tolérance sur ce point est propice au bonheur canonique de la consommation et, d’autant plus, si cette voie est facilitée par le fait que le sort des artistes et des peuples dépend d'une banalisation excessive de la félicité.

Souvenons-nous comment un citoyen argentin, Palito Ortega, fut sur le point d'être président de la République sans autre mérite que d’avoir chanté une chanson dédiée au bonheur, et dotée de rimes si intériorisées comme celle-ci :

La felicidad, a, a, a, a

De sentir tu amor, o, o, o, o.

 

Pour MVM les bruits c’est ce qui empêche la communication. Ils viennent souvent des adversaires de la démocratie.

C’est une auteur catalane, amie de MVM et peu connue en France.

Il s’agit d’une référence permanente de MVM qui avec d’autres auteurs allemands ont poussé l’écrivain vers le communisme sans croissance qu’on appelle aussi l’éco-socialisme.

Personnage en effet surprenant. Gouverneur, sénateur il a été candidat à la vice présidence avec Duhalde. Il a été en effet un chanteur de variété très populaire. Né en 1942 il est aujourd’hui un retraité.

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans vazquez montalban
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche