Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 21:18

L’autre soir, nous avions Denise Bombardier sur un plateau télé. J’écoute cette figure du Québec que j'ai entendu défendre la langue française au Québec, et je ne comprends rien. Manifestement si le gouvernement en place la dérange, la révolte de la jeunesse aussi. Elle parle d’élections en septembre. Je suis allé sur internet pour comprendre. Et je trouve une chronique que je ne peux avoir en entier. Je trouve une réponse d’une jeune femme puis une autre chronique de Denise Bombardier. Pourquoi je repense à George Sand incapable de comprendre la Commune ? Non, le printemps qui dure à Montréal n’est pas la Commune de Paris mais une vague qui ressemble à quelques autres, une vague sociale en quête de représentativité politique. Pourquoi faut-il toujours des donneurs de leçons plus hantés par leur passé que par leur avenir ? Jean-Paul Damaggio

 

 

La victoire de la rue

Bombardier 26 mai 2012 Québec

La rue a gagné. Et avec elle, tous ceux que grise cette formidable émotion de solidarité momentanée, dégagée de toute contrainte, de toute obligation, de toute responsabilité à long terme. La rue a gagné. Sur le gouvernement d’abord, déjà fragilisé et usé par des années d’un pouvoir exercé dans des tourmentes successives et bien peu de périodes d’accalmie. Comment, dans les circonstances, négocier autre chose qu’une reddition déguisée en compromis ? Surtout face à de jeunes leaders grisés de leur omnipotence médiatique et qui n’ont pas encore l’âge de comprendre qu’il y a plus difficile que de savoir perdre, et c’est gagner sans triomphalisme. Ils retourneront à l’université, se joindront sans doute aux partis politiques qui s’offrent en alternance ou aux mouvements de contestation du système, tout en sachant que la rue est la voie royale et la plus enivrante pour imposer leurs idées.

 

 

Réponse à Denise Bombardier

By juliekurtness

En réponse à sa chronique du 26 mai 2012 intitulée: « La victoire de la rue » publiée dans Le Devoir.

Bonjour Mme Bombardier,

Ma maman m’a fait parvenir votre chronique ce matin, par courriel. Elle vous admire beaucoup, mais je remarque qu’elle a pris l’habitude de me faire part de vos textes lorsqu’elle a un doute sur vos positions. Oh, elle ne l’a jamais présenté ainsi, mais le geste finit inévitablement par un long échange téléphonique entre elle et moi. Je vous remercie de donner prétexte à des discussions très intéressantes et éclairantes entre elle et moi.

Ma mère vous admire parce que, comme elle, vous avez réussi à vous hisser comme figure d’autorité dans les sphères largement dominées par la gent masculine. Vous êtes une femme intelligente, vous avez une carrière impressionnante et l’estime de plusieurs. D’une certaine manière, vous êtes une pionnière, une courageuse, qui prend position sur des sujets difficiles, parfois tabous.

Cependant, les dernières fois où je me suis aventurée à lire votre chronique, j’ai éprouvé un grand malaise. En ce qui concerne la plus récente, pour être franche, je ne sais même pas par où commencer pour présenter un argumentaire contre vos positions: il y a tant à dire. Je voulais juste vous signifier que vous me décevez beaucoup, car votre intellect si affûté semble servir à propager des idées démagogiques, paternalistes et méprisantes envers la situation québécoise actuelle.

Je voulais vous rassurer: n’ayez pas peur. Cette manifestation de solidarité est majoritairement pacifiste, festive, émotionnelle et un signe de bonne santé de notre société. Les multiples raisons pour descendre dans la rue, ou tout simplement sortir sur le balcon, sont énumérées dans les nombreux commentaires de vos lecteurs. Il est beaucoup plus sain de dire collectivement ‘assez!’ que de se taire et d’obéir aux matraques.

Cordialement, Julie Kurtness, Montréal

 

Secousses sismiques

le Québec est entré dans une sombre période de radicalisation idéologique

 Denise Bombardier

Le Devoir samedi 9 juin 2012

Le printemps qui s’achève apparaît comme une espèce de tremblement de terre. Cela a commencé par une revendication étudiante et voilà que les institutions, la vie économique et les relations sociales sont désormais fissurées et annoncent un avenir des plus incertains. Trop d’incurie gouvernementale, trop de débordements, trop de méfiance, de mépris, de manipulations diverses, de paroles assassines prononcées et écrites par les uns et les autres portent à croire que le Québec est entré dans une sombre période de radicalisation idéologique.

Même les deux référendums qui ont déchiré les Québécois, créé des tensions familiales, brisé des amitiés, n’ont pas atteint la férocité des affrontements qui nous dressent aujourd’hui les uns contre les autres. Et en ce sens, les casseroles, dont on aime croire qu’elles seraient l’expression d’une jubilation collective et d’une sainte colère, apparaissent plutôt comme une diversion, comme notre engouement pour les festivals de tous les rires et les facéties de l’industrie des humoristes. D’ailleurs, la montée aux barricades pour calmer les ardeurs de la jeunesse en révolte du père du rire, Gilbert Rozon, prend valeur de symbole. C’est le seul adulte avec lequel s’est entendue une partie des associations étudiantes à qui on a offert en prime un spectacle d’humoristes. Les adversaires acharnés de Jean Charest ont, dans un premier temps, été convaincus que le printemps érable serait leur planche de salut en ayant raison de son gouvernement. Or, comme beaucoup d’observateurs, ils se rendent compte maintenant que le pire est possible. À savoir, une réélection des libéraux, minoritaires ou majoritaires. De là cette panique qui s’est emparée de souverainistes dissidents, auxquels s’ajoutent les militants de toutes les gauches radicales qui découvrent soudain des vertus aux forces de coalition et qui souhaiteraient transformer le PQ en tremplin électoral pour eux-mêmes.

Or quel suicide politique représenterait une alliance même circonstancielle du PQ avec une extrême gauche qui rêve de renverser le système en instaurant un Québec indépendant à saveur révolutionnaire ! Nombre de souverainistes qui espèrent encore prendre leur revanche sur les défaites de 1980 et 1995 se laissent séduire par cette manière de bloquer la voie d’accès au pouvoir du PLQ. Certains mettent en lumière le vote massif des anglophones et des allophones pour le PLQ. Lorsqu’on en arrive à conclure dans les réseaux sociaux et les médias à l’illégitimité du gouvernement du fait qu’il ne représente pas une majorité de francophones, ne joue-t-on pas avec le feu ? Et l’on n’ose imaginer à quelle conclusion certains se laissent aller. Alors, on parle de changer la mécanique électorale. Introduire la proportionnelle ou des éléments de celle-ci, transformer la carte électorale, mettre à mal le système uninominal à un tour, bref, bousculer les institutions, rompre avec une tradition qui ne correspondrait plus à notre époque de fragmentation des tendances et de multiplication des partis.

Certes, il faudrait dépoussiérer nos pratiques électorales, ajuster les institutions aux nouvelles réalités politiques. Mais cette tâche nécessaire et difficile exige un apaisement des esprits, une réflexion où la raison prend le pas sur la politique politicienne. Cette réflexion ne supportera pas la précipitation et l’improvisation. Ce n’est pas de coups de force que nous avons besoin. Hélas, ceux qui nous ont plongés dans la crise et ceux qui nous gouvernent sont incapables de s’entendre. Les négociations sont terminées et c’est dans les urnes que le peuple va parler.

Force est d’admettre que l’essoufflement actuel de la rue ressemble davantage à un sas de décompression pour mieux recharger les batteries qu’à une extinction de l’embrasement social des derniers mois. Les secousses pourraient réapparaître, et plus intenses encore, comme lors des tremblements de terre. On pourrait ainsi parler d’une faille québécoise, non pas géologique mais politique, qui pour notre malheur à tous ne semble pas pouvoir être colmatée à moyen terme par les politiciens actuels, quels qu’ils soient.

La majorité silencieuse, pendant ce temps, s’enferme dans un attentisme qui peut encore réserver des surprises. Traditionnellement, les Québécois ont pu se laisser griser par une pyrotechnie de révolte populaire. Souvenons-nous du flirt momentané avec les idées du FLQ lorsque fut lu à la télévision le célèbre manifeste en octobre 1970. Un frisson s’était alors emparé de bon nombre de gens sensibles à un discours populiste et intellectuellement indigent appelant à la lutte des classes. Mais ils avaient vite battu en retraite, retrouvant leur vieux bon sens qui les place plutôt au centre de l’échiquier politique. Il faut dire que des autorités morales et politiques s’étaient imposées alors pour calmer les esprits et rappeler quelques vérités, dont le refus sans nuance de la violence. Qu’on pense à René Lévesque, au sociologue Fernand Dumont, à Claude Ryan. Les derniers sondages donnent à penser que la majorité silencieuse se refuse aux audaces qui menaceraient l’équilibre social. Changer le gouvernement, certes, mais changer le système, bouleverser les institutions ? Rien n’est moins sûr, et c’est pourquoi la radicalisation venue par la rue ne peut que s’accentuer dans une société orpheline de leaders inspirants.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans québec
commenter cet article

commentaires

édouard 28/06/2012 13:07

Bonjour

Une des causes au Québec comme ailleurs des problèmes de ce monde, expliquée par une gamine de 12 ans qui a déjà, à n'en pas douter, une solide culture politique. Puisse-t-elle faire des
émules.

deux liens au choix:

http://www.youtube.com/watch?v=Wkv9ZYfk7fs

http://sos-crise.over-blog.com/article-victoria-grant-12-ans-explique-l-escroquerie-de-l-argent-dette-super-video-6-mn-106412693.html

jacques 27/06/2012 02:45

De la méprise au mépris, peut-être pas un titre, mais certainement un énoncé glané chez... Henri Lefebvre.
Amitiés.

jacques Desmarais 26/06/2012 20:03

Sur le blogue de Sophie Durocher (qui penche à droite) au Journal de
Montréal :http://www.journaldemontreal.com/2012/06/24/dennise-bombardier-eclaire-les-francais

Jacques Desmarais 26/06/2012 16:56

Notre Bombardier, Docteur en sociologie, femme de radio, romancière, amante délurée malgré Une enfance dans l'eau bénite et un père ouvrier mérisé, a ses enrées sur les plateaux des télés
françaises, grand bien lui fasse. Tu as très bien saisi que cette moraliste des hautes dragées aime bégayer ses sermonts et donner « gratuitement » ses leçons à plus petit que soi. C'est la
chroniqueuse - grande coqueuse de nos défauts délirant - la plus à droite du Devoir, je n'ai pas dis la plus adroite. Ses lecteurs du bon vieux Québec frileux la remercie pour décocher avec tant
d'aisance de belles flèches de fiel. En c printemps québécois de belle débâcle, elle s'est surpassée dans le mépris et la méprise. Mais comme tu le vois aussi, une majorité de lecteur rappellent
respectueusement à notre Bombardier qu'elle vise dans le vide.
Un autre exemple parmi des centaines daté d'avril :

Je me fais vieux à vous écouter
Je me fais vieux à lire à chaque semaine votre indignation chronique. Probablement une forme d'auto-flagellation, puisque vous abordez le sujet.

La réalité, Mme Bombardier, ça se mesure. Vous semblez avoir de cela quelque obscure intuition, puisque vous citez des chiffres. Mais à quel mètre obéissez-vous?

Vous commencez pourtant bien, en indiquant, chiffres à l'appui, que le taux d'entrée en éducation supérieure pour la classe moyenne québécoise est plus faible qu'en Ontario. Vous en concluez que
nos étudiants devraient cesser leurs enfantillages et accepter la réalité (avec laquelle vous avez semble-t-il un lien de communication direct). Moi, il me semble que la connection entre vos faits
et votre conclusion est plutôt ténue. Mais allez-y, citez-moi un auteur classique, ça me fera peut-être changer d'idée.

Si la classe moyenne manque d'intérêt pour l'éducation supérieure, la hausse des frais de scolarité n'agrave-t-elle pas cette situation? Le "vrai monde" qui se méfie des gens instruits ne serait-il
pas heureux d'une baisse de l'accessibilité aux études supérieures? Ne sont-ils pas les premiers à dire qu'ils ne veulent pas payer pour l'éducation des autres? Vous leur donnez raison? Ou
essayez-vous de dire qu'il faut convaincre le "vrai monde" de la valeur de l'éducation supérieure? Si c'est là votre propos, vous vous y prenez bien mal.

La réalité a sûrement ses limites, mais il ne sert à rien de s'en navrer. Elles sont plus larges que vous ne le croyez. Il y a d'autres solutions plus sensées que celles prônées par M. Charest et
sa gang. Et ce ne sont pas que les soixante-huitards nostalgiques qui le disent.
Michel Simard - Abonné
28 avril 2012 17 h 27

Encore faut-il accepter d'essayer de penser à l'extérieur du petit carré de sable du prêt-à-penser de la droite mesquine dans lequel Denise Bombardier aime tant se restreindre.

éditions la brochure 27/06/2012 00:08


le mépris et la méprise, est-ce un titre de livre ? si non il faut s'y mettre à la lettre. que de méprise pour cause de mépris. merci pour cette réaction. à suivre. amitiés jean-paul


Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche