Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 14:08

                                 mort-de-staline.JPG

Il n’a pas souvent écrit dans Le Patriote mais là, il a tenu à apporter son témoignage. L’histoire s’étudie aussi avec de tels écrits sincères, d’un homme honnête. Et on le constate, les communistes n’étaient pas les seuls à être trompés. Je comprends mieux la polémique suscité par le dessin de Picasso sur Les Lettres Françaises d’alors. Il heurtait cette religiosité populaire.

Si, en 1980, j'avais montré cet article à Léo, en aurait-il eu honte ? Je pense que oui. Je pense que la dénonciation ensuite, des crimes de Staline, a brisé quelque chose de profond en lui. Il est resté communiste… de cœur. Les plus coupables sont ceux qui ont tourné la page, sans regarder en arrière. Etre trompé est une chose ; faire comme si on n’avait pas été trompé c’est bien pire. JPD

 

J’ai vu sans mon quartier la douleur des simples gens

Dimanche 8 mars 1953

Voilà trois jours que le cœur du guide génial des peuples, le grand J. V. Staline, a cessé de battre.

Pour nous, communistes, le nom de Staline est une chose qui est grande, très grande. C’est notre guide, notre éducateur marxiste-léniniste. C’est l’homme qui a « voué toute sa vie au service sans réserve à la grande cause du communisme.»

C’est l’homme que nous aimons le plus – notre maître aimé - . C’est l’homme qui a consacré toute sa vie à la cause de la révolution prolétarienne et à la construction du communisme.

Mais, c’est pour les Français qui ne l’oublient pas, l’homme de la victoire sur l’hitlérisme, le stratège militaire jamais égalé dans l’historie ; c’est Stalingrad, c’est l’homme qui a cassé les reins à la bête fasciste.

Aujourd’hui dimanche, dans mon quartier, dans 70 foyers, les simples gens ont parlé de l’immortel Staline ; beaucoup ne sont pas communistes mais tous sentent le grand vide.

« L’Humanité dimanche » a été arrachée des mains des diffuseurs. Aujourd’hui dans mon quartier il manque des Humanité dimanche.

Sur la route de Corbarieu, un homme s’est arrêté : il vient de Vazerac ; il attend sur la route. A ma sortie de chez un ami, il vient vers moi. « C’est L’Humanité que vous avez ? » Oui. « Je l’avais pensé ».

Les larmes aux yeux, il reprend sa route ; dans sa poignée de main j’ai compris, un homme, un inconnu pour moi, qui pensait à un autre homme, le grand Staline.

A la cité des Cheminots, une femme qui n’est pas communiste ; a éclaté en sanglots en prenant le journal. Dans un café, une autre femme sincèrement peinée… « Aujourd’hui, donnez-moi votre journal. »

Dans mon quartier il faut en moyenne 2 heures pour la diffusion de L’Humanité dimanche. Aujourd’hui c’est 4 heures qu’il a fallu. Partout, les communistes, les sympathisants, les amis du Parti, les non-communistes, parlaient du grand Staline. Partout, les simples gens parlaient de l’homme, du génie, du libérateur des Peuples : le grand Staline.

Dans mon quartier, à la cité des Cheminots, le glorieux drapeau soviétique, cravaté de deuil, flotte au vent. Aujourd’hui, à « Sapiac », il y a beaucoup de sportifs. (le grand Staline était pour un sport sain et honnête).

Nombreuses sont les simples gens qui saluent le drapeau soviétique en berne. Une fillette de 12 à 14 ans descend : « Dis, c’est en l’honneur de M. Staline ? »

Au passage du chemin de l’Abbaye, des chapeaux se lèvent. Le cœur du grand Staline a cessé de battre, mais le cœur des hommes et des femmes bat encore.

Toutes les simples gens, les hommes et les femmes, les jeunes et les vieux, ont et auront à cœur de signer le Livre d’or qui leur sera présenté.

Le nom immortel de Staline restera, dans mon quartier, le symbole vivant de la liberté, de la fin de l'exploitation de l’homme par l’homme, de la Paix.

Aujourd’hui, demain, chaque jour, nous irons tous de l’avant, dans la voie si pure, si claire que nous a tracé le GRAND STALINE.

 

Léo Marcon membre du Comité fédéral du Parti Communiste Français

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure
commenter cet article

commentaires

MARCON SYLVIANE 06/09/2015 20:40

J'ai lu cet article par hasard ! je ne connaissais pas votre blog. Je souhaitais vous contacter par téléphone pour savoir s'il m'était possible d'acheter le journal original, le Patriote avec l'article de mon papa ? Je vous remercie pour les conclusions que vous avez écrites, à savoir si en 1980 papa ne serait plus d'accord avec ce qu'il avait écrit en 1953 ! mais ce que je sais c'est que jusqu'à la fin de sa vie il est resté communiste de coeur et fidèle avec lui même.

éditions la brochure 04/11/2015 17:43

Bonjour, je réponds avec retard car je consulte peu cet ancien blog. Le journal Le Patriote est introuvable sauf aux Archives départementales de Montauban où on peut faire des photos de l'exemplaire. Et tout à fait d'accord avec l'évocation de la fidèlité de Léo que j'ai croisé une fois ou deux il y a longtemps.
cordialement jean paul damaggio

MARCON SYLVIANE 23/08/2015 11:42

Je suis la fille de Léo MARCON et je ne connaissais pas cet article ; je reconnais l'écriture de mon papa ; je savais que jeune papa était un pur communiste et Stalinien. Je regrette de ne pas avoir
parlé plus longuement avec lui sur ce sujet là car papa était très discret et humble. En fait je connaissais
sa participation importante pendant la Résistance, toute sa famille d'ailleurs à œuvré pour la Résistance, à Verlhaguet, sa famille, frères et sœurs ont risqué leurs vies. Par contre lors de son décès j'ai été déçu que papa n'est pas eu de plaques validant son activité pendant la Résistance ! LEO MARCON, je crois que son de maquis était SIMEON ! j'en ai les larmes aux yeux !

éditions la brochure 05/09/2015 18:15

merci pour ce petit mot, je réponds tard car c'est mon ancien blog que je visite peu.

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche