Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 14:22

Faire croire que l’histoire se passe ailleurs c’est alimenter le sentiment d’impuissance que nous éprouvons devant le journal télévisé car que peut-on contre les misères du monde ?

Depuis toujours la classe dominante a l’impératif besoin de cultiver le fatalisme tellement inhérent à notre condition humaine qu’il suscita partout la création de religions. Invoquer les dieux pour qu’il pleuve permettait ainsi de satisfaire le besoin d’action, en le détournant des vrais moyens d’action. Si le fatalisme nous est inhérent le besoin d’action l’est tout autant.

L’innovation du suffrage universel fut révolutionnaire en ce sens que l’action politique devenait alors affaire de tous, même si le peuple décidait d’en faire un mauvais usage en votant pour ceux qui l’exploitent.

Toute avancée sociale a son revers et là encore la classe dominante s’efforce, au nom du revers, d’annuler l’avancée sociale d’où le juste dicton populaire : il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau sale du bain !

 Ceci étant, avant même le suffrage universel, l’histoire se passait chez nous aussi la classe dominante (encore elle) s’est toujours efforcé de masquer ou de dénaturer cette histoire. Etudier l’histoire locale devient alors l’étude d’anecdotes renforçant le rôle majeur de l’histoire nationale (sous entendu : l’histoire des chefs, des capitales, des généraux, des héros). Bilan : l’histoire se passe ailleurs, à Paris, à Washington ou par la bouche des grands hommes, les présidents, les grands managers etc.

 Berlusconi tombe en Italie mais parce que Berlusconi n’est pas seulement un homme, il ne tombe pas complètement aussi l’affrontement n’est pas seulement entre lui et le pouvoir italien mais aussi ici entre le pouvoir du fric et le pouvoir des démocrates. Il paraît qu’un battement d’aile de papillon a des répercussions jusque dans nos assiettes en conséquence, un minuscule article comme celui-ci peut se répercuter loin ! Je prends le cas de Berlusconi car nous avons l’exemple d’une assemblée de députés majeurs qui peuvent faire tomber un chef alors que le système français ne le permet pas. Je n’imagine pas que le revirement de certains soit un acte révolutionnaire mais j’ai la conviction que, seulement exister, est pour le révolté, un grain de sable dans la machine.

 Nous entrons dans la bataille des municipales et c’est là le premier grain. Pour le moment les couloirs bruissent de coups plus ou moins bas mais l’engagement citoyen se mesure à la hauteur des entraves mises par les autorités à l’expression de la clarté démocratique. Chaque commune est une histoire locale que les maîtres du monde veulent effacer or que représente-t-elle ? Les seigneurs du Moyen-âge actuel pompent cette histoire pour la vider dans les poubelles du passé et laisser une coquille vide, mais la politique a horreur du vide suivant un autre dicton populaire, aussi une certaine riposte se fera entendre. Pas celle que je défends car les démocrates sont à la ramasse mais celle des illusions de toujours et de la démagogie ambiante. Même sans candidat le Front national a déjà gagné, sous des formes locales et avec un message global. Ce qui ne signifie pas qu’il nous reste à regarder passer le train dans l’attente de jours meilleurs. Il n’y a plus rien à déléguer : ni au futur, ni à dieu, ni aux rêves (et encore moins aux élus). La globalisation (d’autres disent la mondialisation) n’a de global que ce que les opposants veulent lui laisser de global. Non, notre avenir ne s’est jamais décidé à Lisbonne mais chez nous. A courir devant des leurres on perd le sens de la vie et la vie, pour la prendre à bras le corps, il faut la saisir là où on est même pour qui a de grands bras au point de pouvoir cumuler les cumuls.

 

Je défends Vazquez Montalban car comme Sciascia et d’autres ils ont construit une œuvre à partir de leur ville, de leur île, à partir de la vie réelle qui unit géographie et histoire, raison et sentiment, fraternité et liberté. Le succès n’a pas été au rendez-vous car il s’agit sans doute de la révolution la plus énorme, celle de l’émancipation communaliste, celle d’un autre type de chaîne humaine. Jean-Paul Damaggio

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche