Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 21:43

Le père de Judith, juste avant son décès, a dû être heureux de lire cet article de sa fille qui n’avait que 16 ans. Merci à ce qui le liront. JPD


La France moderne, Littérature, science et arts contemporains (1er mai 1892)
Momes et bébés


Pour le plus grand bonheur des petits le printemps est revenu ; il a poudré de neige parfumée les poiriers et les pommiers, il a réveillé les nids au cœur des jeunes taillis baignés de lumière et de soleil, et sa munificence s'est étendue surtout aux humbles, aux faibles. Avec quelle joie les enfants jouent, courent et sautent ! il leur semble bien loin l'hiver cruel, qui alourdissait leurs têtes d'une oppression envolée aux premiers sourires d'avril ! Cependant sur tous les frêles visages d'enfants ne se reflète pas une sérénité intérieure. Il en est qui, dans de sombres quartiers de Paris, aux ruelles noires et malsaines où les rayons eux-mêmes hésitent à pénétrer, il en est qui conservent une morosité donnant à leurs petits masques ternes et rabougris une apparence vieillotte qui vous serre le cœur. Est-il rien de plus triste que ces mines de vieillard chiffonnant les frimousses pâlottes des mômes. Un peu plus tard, lorsque, par hasard, ils rencontreront aux Champs-Elysées ou aux Tuileries des bébés presque arrogants dont les couleurs réjouissent l'œil, dont le seul souci est de savoir quel jeu les occupera, et la seule crainte de gâter leurs habits de velours et de soie, eux, les déshérités, sentiront tout de suite, un désir très naturel emplir leurs âmes : celui de posséder comme ces jolies fillettes, une robe chatoyante, une poupée aux longs cheveux bouclés, belle comme une princesse, qu'ils tiendront sur leur poitrine, le soir, en s'endormant.
Pour quelle raison, pour quelle faute commise, ont-ils mérité de ne point posséder les chauds vêtements qui protègent de la bise âcre, les foyers illuminés de flammes claires, les repas copieux ? Ne valent-ils pas les jeunes élégants ? Et sur les privilégiés ils jettent des regards, ardents, eux, ignorant du confort, du bien-être, connaissant surtout, les jours glacials de décembre, les mansardes sans feu, les loques insuffisantes et les pitances trop maigres ; ils envient le luxe aperçu comme leurs mère ; désirent le bonheur qu'on doit éprouver, grande dame indolente, à ne rien faire le dimanche, puis à s'abandonner à ce même farniente tous les autres jours de la semaine, comme leurs pères aspirent à la félicité des hommes étrangers aux douleurs, aux angoisses de la misère, qui, sans cesse, assaille les prolétaires, toujours combattue et renaissant jusqu'au dernier moment de leur vie. Alors, malgré eux, un peu de haine s’amasse au cœur des petits enfants, y lutte contre les bons instincts, les poussera à la violence. Et c’est cela qui, se mêlant au chagrin des privations, ride leurs fronts, pâlit leurs joues, effacent des lèvres fraîches qui deviennent blêmes, le sourire ingénu. Donc, tous ceux qui les aiment, garçonnets et fillettes, espèrent qu’il est proche le jour où les pères de ces marmots, les ouvriers, les plébéiens, égaux de tous les hommes, ne seront plus les forçats du labeur, accablés de pauvreté ; car, ce jour-là, les roses reviendront sur les joues de tous les bambins et leurs rires, triomphants et fous, s’égrèneront comme un chant de victoire et d’allégresse. Judith Cladel
13 avril 1892

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Léon Cladel
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche