Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 13:37

Maître-assistant à Censier en histoire (en propédeutique) l’historien communiste Jean Bruhat se retrouva au cœur des événements de mai 68. Il avait 63 ans.
« Le 3 mai, dans l’après-midi, je me trouve au Quartier latin, le jour même où le recteur Roche a décidé le lock-out  de la Sorbonne. Je revenais de l’annexe Censier où j’avais terminé une explication (elle avait duré plusieurs séances) du fameux texte d’Ernest Labrousse : « 1848-1830-1879, comment naissent les Révolutions ». « Vous étiez au parfum » me disent mes étudiants venus eux aussi place de la Sorbonne…. » raconte Jean Bruhat dans ses mémoires. Je ne me souviens pas comment est né chez moi une certaine passion pour cet historien mais son livre de mémoires a joué un grand rôle dans ma réflexion.
En conséquence, quand j’ai découvert de lui dans les Cahiers du Bolchévisme de 1939, sur le 25ème anniversaire de la mort de Jaurès, je m’y suis arrêté un moment pour une raison : comparer l’usage que le PCF faisait alors de Jaurès et la présentation qu’en donnait l’historien. Dès cette époque enthousiasmante du Front populaire Jean Bruhat est pris entre deux feux : le recours à la réalité et la fidélité à la ligne du PCF. La ligne c’était la récupération de Jaurès par le PCF (« Jaurès est à nous ») et la réalité ce sont ce que Bruhat appelle « les conditions historiques nouvelles » qu’il a fait précéder par un résumé honnête de la vie de Jaurès. Voici ce qu’il dit de l’ACTUALITE DE JAURES :
« Que pouvons-nous et que devons-nous, dans le moment présent, retenir de l'oeuvre et des luttes de Jaurès ? C'est à cette question que nous voulons maintenant répondre.
Lutter contre le fascisme fauteur de guerre, rassembler les forces de paix contre les forces de guerre, défendre l'indépendance nationale contre le fascisme destructeur des libertés nationales, frapper sans merci ceux qui, pour des raisons sordides, des raisons de classe, se font les complices du fascisme, associer les masses populaires au contrôle et à l'organisation de la défense nationale par le respect des libertés démocratiques, l'application et le développement des réformes sociales et par la lutte contre ceux qui considèrent la défense nationale comme une source de profits personnels : telles sont les préoccupations actuelles des masses populaires. A ces préoccupations, le Parti communiste a répondu. Il a répondu par des mots d'ordre clairs et réalistes, par des mots d'ordre qui s'inspirent des traditions progressives de notre peuple, par des mots d'ordre qui reprennent, dans des conditions historiques nouvelles, certaines des formules de Jaurès. »

Etrangement l’histoire d’une angoisse s’est répétée : il y a eu le Prague de 1938 et la crainte de la guerre en 39. Il y a eu 68 puis le Prague de 1968. Et je me suis donc replongé dans cette histoire par l’approche Bruhat à cause de ce carrefour, sans intention de développer la question.
J’ai simplement envoyé l’article à l’ami historien Rémy Pech, grand spécialiste de Jaurès, comme je lui avais envoyé un texte sur le sujet de Renaud Jean. Il m’indique qu’il a un peu connu Bruhat à la Sorbonne pendant les années 60, « un grand prof et un homme très chaleureux ». Il m’indique un fait que Bruhat néglige de mentionner dans ses mémoires : « En 68 il a été agressé par des fachos et je n'oublierai pas son discours dans la cour de la Sorbonne, le visage tuméfié. » En 68, il y avait donc des fachos ?  Bien sûr, ils ont toujours été là, se sont recyclés ensuite et font partie de l’histoire de France.
Voici la citation de Jaurès qui ouvrait l’article de 1939 de Bruhat :
« Un jour viendra peut-être ou nous serons abattus, précisément par un de ceux que nous voulons affranchir... Qu'importe, après tout ! l'essentiel n'est pas qu'à travers les innombrables accidents de la vie et les agitations de l'histoire nous soyons épargnés par la faveur des hommes ou par la grâce des choses : l'essentiel est que nous agissions selon notre idéal, que nous donnions notre force d'un jour à ce que nous croyons la justice et que nous fassions œuvre d'hommes en attendant d'être couchés à jamais dans le silence et dans la nuit. »
Jaurès le 25 octobre 1895 discours prononcé à la Chambre.

Peut-on dire que Jaurès a été assassiné par un facho ? JPD

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans hiistoire
commenter cet article

commentaires

rene 11/03/2012 15:58

Il a été assassiné par un hyper nationaliste belliciste qui n'a été jugé qu'en 1919, et qui a été acquitté, la famille Jaurès étant condamnée aux dépens. Vive la France !

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche