Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 09:09

Une réaction à un Article de Merle   m’a incité à visiter à nouveau Michel Clouscard qui a tant compté dans ma réflexion. Paradoxalement, tout a commencé lors de ma première rencontre avec Claude Sicre, longtemps avant qu’il ne devienne un Fabulous Troobadors, rencontre marquée par sa distribution d’un numéro du journal VVAP (Volem Viure Al Pais) où il avait publié un article sur le livre de Clouscard : Capitalisme de la séduction. C’est le cas de le dire : j’ai été séduit par le titre et la présentation m’a poussé vers le livre dont la lecture n’est pas toujours facile mais fait référence à des données faciles à percevoir.

Par la suite je n’ai cessé de lire Clouscard : aussi bien les livres précédents que les suivants.

Le hasard a voulu que du côté de l’orthodoxie marxiste, le seul à avoir tenu compte de la publication de Capitalisme de la séduction, par les éditions de l’orthodoxie marxiste, s’appelle Claude Prévost qui dans Révolution du 27 septembre 1981 en fit un beau compte-rendu. Il se trouve que c’est un article de Claude Prévost qui m’envoya pour la première fois aux Archives départementales du Tarn et Garonne pour y étudier le coup d’Etat de 1851 et me poussa donc sur la pente de l’histoire locale. Claude Prévost n’était ni un théoricien, ni un philosophe, mais un simple critique littéraire dont la spécialité ne devait pas le pousser dans les pas de Clouscard.

Que m’a appris Clouscard ? Que les tartuffes de la Révolution avaient besoin de se servir de Marx ! A valoriser les contradictions internes au capitalisme, il s’agissait de mieux faire oublier les contradictions externes. Pour faire court : le producteur disparaissant au profit du consommateur ! N’est-ce pas génial ? Le consommateur devenant le révolutionnaire de circonstance car il peut orienter la production… Les gens ayant une envie folle de voitures individuelles suscitant la production à la chaîne de tels produits ! Une envie pas tellement partagée sur la planète mais il ne faut pas s’attarder à de tels détails.

Clouscard dans son beau livre De la modernité Rousseau ou Sartre, règle son compte aux deux auteurs phares de cette modernité qu’il combat.

Oui Clouscard n’a jamais été un moderne mais pas davantage un archaïque.

 

Mais moi, comment expliquer mon activité autour du féminisme, de l’écologie, thèmes qui pour Clouscard étaient là pour faire perdre de vue l’essentiel ? Etrangement, dans ce blog, je ne cite Clouscard que deux fois et seulement au sujet d’Olympe de Gouges ; en particulier dans un article proposé mais pas publié par le Sarkophage. Le féminisme n’a jamais été d’un blog et les luttes au sein de l’écologie ont toujours été aussi considérables qu’au sein du féminisme. Clouscard a habité à moins de 20 km de Vincent Labeyrie (marxiste écolo) et je ne peux rêver que d’une rencontre entre les deux hommes puisqu’elle n’a pas eu lieu.

      Comme l’indique Claude Sicre dans son article que je reprends, Clouscard ne faisait pas dans la dentelle mais il n’était pas pour autant un dogmatique. Il m’est arrivé de le rencontrer quatre fois et je me souviendrais toujours de ce moment où, quelqu’un frappant à ma porte à Bruniquel, il était venu me faire une visite surprise… pour discuter de la nature de la classe ouvrière en 1995. Sa pensée, toujours en mouvement, ne voulait pas rater ce qui apparaissait et ce qui disparaissait. Sa pensée était mouvement.

15-04-2013 Jean-Paul Damaggio

Olympe de Gouges : la révolution impossible

      Rééditer Olympe de Gouges

J’indiquais alors :

« Editer, pour notre minuscule maison d’édition, ce n’est pas toucher le grand nombre (défi qui a son utilité mais qui est hors de notre portée) mais toucher un point aveugle. Le réconfort révolutionnaire consiste alors à penser qu’on peut révolutionner la pensée, l’action, par un seul geste porté par le plaisir de l’exécuter. Généralement le discours des révolutionnaires c’est pour dire que tout va si mal qu’il faut changer le monde. Or tout ne va pas si mal quand il existe encore au moins une personne pour proposer des moyens capable de révolutionner le monde ! Les fabricants de réconforts révolutionnaires s’appellent alors, Luis Sepulveda, Vazquez Montalban, Flora Tristan, Gaston Miron et Olympe de Gouges. Léon Cladel tenta aussi cette alliance mais sans y réussir. 29-01-2009 Jean-Paul Damaggio

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans hiistoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche