Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 19:58

J’ai cherché sur le blog mais je n’ai trouvé aucune référence à François Hollande ! Les commentaires sur sa politique ne manquent pas aussi, pour lui comme pour les autres notabilités, je laisse dire. Mais voilà qu’il vient de célébrer Jaurès, un Jaurès qui serait dit-il « une figure consensuelle». D’où cette lettre…

 Monsieur le Président,

 D’entrée vous avez tenu à préciser le contexte : « Je viens comme chef de l’Etat pour saluer cette année JAURES que le Président de la Fondation qui porte le nom de Jean JAURES, a voulu organiser pour s’inscrire dans les commémorations du centenaire de la grande guerre. » Donc c’est en tant que président que vous avez parlé afin de justifier votre politique à l’aide de quelques citations de Jaurès. Vous n’avez pas eu de « chance » car vous avez été sifflé et les journalistes, pour se faciliter la tâche, n’ont retenu que cet élément de votre journée, oubliant totalement le contenu d’un long discours que j’ai souhaité lire à tête reposée.

Depuis longtemps j’ai constaté que la gloire de Jaurès est à la hauteur de sa méconnaissance. J’écris « depuis longtemps » car, gamin, j’ai été dans un « groupe scolaire Jean Jaurès » or il m’a fallu presque 40 ans avant que je lise une page entière de ce grand socialiste dont l’évocation du nom arrachait des larmes à mon grand-père.

Le dernier en date des grands ignorants était candidat comme vous aux primaires du PS. Il a osé répondre ainsi à une question de Rue 89 : « Moi, j’admire Jaurès qui a écrit pendant vingt ans dans La Dépêche du Midi, qui était son journal, et non pas L’humanité, contrairement à ce que tout le monde croit. » Sur ce point votre propos est juste : « L’humanité, c’est le mot qu’il avait employé. C’est l’idéal qu’il suivait. C’est le journal qu’il avait fondé, l’Humanité. »

Ainsi son journal, ces dernières années, a perdu toute référence au PCF, à la faucille et le marteau mais a gardé Jaurès.

 Donc, la première question est celle de savoir de quel Jaurès on parle et sur ce point vous êtes clair : « Chacun pense avoir un morceau de JAURES pour défendre sa cause. Je ne m’en plains pas. Les grandes figures de l’histoire sont revendiquées par l’ensemble du peuple français. C’est bien qu’il en soit ainsi, le temps a fait son œuvre. »

Votre Jaurès est consensuel ! Que le FN s’en serve de drapeau c’est parce que le temps a fait son œuvre ! Jaurès comme toutes les grandes figures est sans cesse l’objet d’une lutte considérable et votre discours qui au nom de la France voudrait se situer au-dessus de la dite lutte est bien sûr une prise de parti !

Je lis :

« Il aimait la France, de toute sa chair, de toute sa pensée. Cette France, il l’avait servie sans jamais avoir occupé de fonction gouvernementale. »

Il aimait la France… mais alors comment ensuite évoquer Dreyfus ? Il n’aimait pas la France mais une certaine France !

 Longtemps, moi aussi j’ai évoqué Jaurès sans le connaître mais vous, au carnet scolaire si bien fourni comment osez-vous discourir sur Jaurès en le trahissant à chaque mot ? Votre propos est un tissus d’abstraction or Jaurès luttait contre la rhétorique chère à ses adversaires en s’appuyant d’abord sur des études minutieuses et concrètes de la réalité.

Je lis sous votre plume :

« JAURES était un patriote. Il savait que la France n’est jamais aussi grande que lorsqu’elle s’exprime au nom de l’universel, qu’elle sait dépasser ses frontières, dépasser ses intérêts, dépasser simplement le cours du temps. »

Voilà un beau mot : l’universel. Ce qui est universel à travers l’histoire s’appelle la lutte des classes et dans cette lutte il y a « patriotes » et « patriotes » ; « universel » et « universel ». Non je ne veux pas reprendre des formules creuses qui opposaient autrefois la « démocratie bourgeoise » à la « démocratie prolétarienne ». Jaurès savaient à la fois, que les lignes de fracture sont profondes mais souples.

 Bref, Le Justice l’Ecole, la laïcité, il ne fait pas chercher à tout dire sauf quand on n’a rien à dire…

Passons au plus difficile à avaler :

« Un compromis avec les patronats ? Non, un compromis avec l’entreprise et tous ceux qui y concourent. Les employeurs, nous en avons besoin. Les salariés, rien n’est possible sans eux. Les acteurs sociaux parce qu’ils les représentent. Et l’ensemble des forces qui doivent y concourir et notamment les élus locaux qui agissent aussi au plus près pour soutenir économie. Voilà, le compromis dont nous avons besoin pour la croissance, pour la création de richesse, pour sa répartition pour l’emploi. Et c’est d’être fidèle à l’esprit de la réforme, à l’esprit de la conquête, à l’esprit de l’ambition que Jaurès pouvait avoir en son temps, que de proposer ce chemin-là. »

Ce chemin s’appelle la collaboration des classes et je comprends qu’on puisse y croire même en 2014, ce chemin il est possible que le jeune Jaurès y ait cru mais de grâce n’invoquons pas encore une abstraction : « l’entreprise ». Laquelle ? Général Electric, EDF, ou l’artisan du village ? Facebook, Orange ou le PSG ?

 Enfin, une référence précise aux écrits de Jaurès : « Le discours de Jean Jaurès au lycée d’Albi de 1903 ». Un discours circonstanciel comme le votre en ce mois d’avril 2014 et que pourtant vous voudriez sacraliser pour qu’on sacralise le votre !

Oui, comme vous le pointez Jaurès a fait l’histoire sans avoir appartenu à aucun ministère car il était la lutte démocrate même, et à ce titre, il pouvait intervenir dans un lycée où avant une pièce de théâtre de Romain Rolland, il était le même. L’écrivain écrit le 31 décembre 1900 à sa confidente Malwida von Meysenbug : « C’était un spectacle curieux d’entendre précisément le même soir, et sur la même scène, le Danton d’à présent, Jaurès avec son prodigieux volume de voix qui conne comme une trompette, et ses énormes périodes oratoires. » Jaurès avait précédé la pièce Danton, d’une conférence au sujet de ce personnage.

 Jaurès a écrit très peu de livres (vous évoquez son étude sur l’armée nouvelle) car sa tâche a été de réagir sans cesse, réagir pour analyser l’actualité, proposer des mesures sociales et faire avancer l’organisation capable de vaincre l’adverse. Car, n’est-ce pas, il y a pour tout socialiste sérieux, un adversaire totalement invisible dans votre propos ?

Cordialement Jean-Paul Damaggio

 Le discours de Hollande

 

J'avais évoqué l'utilisation que Mélenchon fait de Jaurès donc il fallait bien que je fasse pareil pour Hollande :Mélenchon cite Jaurès

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans jaurès
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche