Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 20:08

Montseny.png

 Toulousaine, catalane, anarcho-syndicaliste, j'ai cru comprendre que lors de son premier voyage à Paris, Vazquez Montalban est passé par Toulouse pour rencontrer Federica. A cette époque là, en train, Barcelone-Paris passait par Toulouse. Aujourd'hui c'est par Lyon. La Dépêche du Midi vient de publier ce coup de chapeau. Je me contente  de le reprendre. JPD

  

Federica Montseny, la mère de l'IVG en Espagne repose à Saint-Cyprien

Publié le 14/01/2014

Federica Montseny avait fait légaliser l'avortement en Catalogne dès 1936... le projet ne sera appliqué que 50 ans plus tard.

Il y a 20 ans aujourd’hui, Federica Montseny s’éteignait à Toulouse. Cette anarcho-syndicaliste avait porté un projet de loi sur l’avortement en Espagne dès 1936…

L’Histoire a parfois de drôles de raccourcis. Et un goût amer. Alors que l’Espagne est en train de remettre sur le tapis l’interdiction de l’avortement, on célèbre aujourd’hui même les 20 ans de la mort de Federica Montseny. Vous ne connaissez sans doute pas cette héroïne de la République espagnole, aujourd’hui tombée dans l’oubli, qui repose pourtant au cimetière Saint-Cyprien. C’est le maire de Toulouse, Pierre Cohen, qui a convoqué sa mémoire, lors la cérémonie des vœux aux personnalités toulousaines, pour rappeler que la Ville rose où elle a terminé sa vie, est une terre d’hospitalité, d’engagement et de courage. Federica Montseny était une femme d’exception. Militante anarcho-syndicaliste, elle fut la première femme à devenir ministre en Espagne, sous la Seconde République espagnole, pendant la guerre civile déclenchée par l’armée. En charge de la Santé entre 1936 et 1937, la jeune ministre demande au docteur Félix Martí Ibáñez de rédiger le premier projet de loi en faveur de l’interruption volontaire de grossesse. Il publie la «Réforme eugénique de l’avortement», un décret rendant l’avortement sur demande, légal en Catalogne. Mais ce texte ne sera jamais appliqué. Il a été abandonné face à l’opposition de plusieurs ministres du gouvernement, pourtant de gauche. Federica ne restera que six mois à son ministère, contrainte de quitter ses responsabilités à la suite des événements de mai 1937. Le droit à l’avortement ne sera reconnu en Espagne que cinquante ans plus tard. Et ses autres projets pour les orphelins, les femmes enceintes ou les prostituées ne pourront être développés. Vinrent ensuite l’exil, les persécutions nazies et franquistes, la liberté surveillée jusqu’à la libération de la France en 1944. Federica ne sera jamais extradée et dirigera à Toulouse des périodiques anarchistes de la CNT. En 1977, la démocratie revenue, elle pourra enfin rentrer en Espagne. Sans jamais abandonner son combat politique. L’Histoire a parfois des amnésies coupables.

Le chiffre : 10 %

Toulousains > Origines espagnoles. Voilà longtemps que l’Espagne pousse en nous sa corne, comme disait Claude Nougaro. On estime à 10 % le nombre de personnes qui ont des ascendances ibériques dans la Ville rose.

L'icône toulousaine des républicains

Ce cliché de Marina Ginestà a été pris à l’été 36 sur la terrasse de l’hôtel Colon, à Barcelone, par le photographe Juan Guzmàn. La jeune femme, une Toulousaine à peine âgée de 17 ans, croit à la révolution. Elle a grandi jusqu’à l'âge de 11 ans dans la Ville rose avant que ses parents partent s’installer en Catalogne.

Avec cette photo, la jeune républicaine est devenue l’icône des républicains.

«On me dit que j’ai un regard orgueilleux. C’est possible. Nous nagions alors dans la mystique de la révolution prolétarienne et les images de Hollywood, de Greta Garbo et Gary Cooper», racontait-elle dans un entretien qu’elle a accordé à l’agence Efe en 2008. Marina vit les débuts exaltants de la IIe République, milite encore adolescente au Parti socialiste unifié de Catalogne (Psuc, affilié au parti communiste espagnol) et, se retrouve dans les rangs républicains où elle va travailler comme traductrice et journaliste.

Blessée à la fin de la guerre, elle a été soignée à Montpellier avant l’exil en République dominicaine, qu’elle devra fuir en 1946, poursuivie par le dictateur Rafael Trujillo. «Nous pensions que nous étions dans le bon camp, celui de la raison et que nous finirions par gagner la guerre, nous n’avions jamais imaginé que nous terminerions nos vies à l’étranger», disait-elle. Marina Ginestà est morte mardi dernier, à Paris, à l’âge de 94 ans.

Gilles-R. Souillés

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans Rajaud guerre d'espagne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche