Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 12:36

Deuxième femme à avoir contribué à la création du 8 mars, voici comment je la présente dans 101 femmes du monde. JPD


Rosa Luxemburg
Pologne, 1871-1919, Berlin

Rosa, les révoltes de 1968 t’ayant mise à l’honneur, même la maison d’édition du PCF, les Editions sociales, a décidé de publier cette année là un choix de tes écrits. Plus qu’à la maison d’éditions, tu dois ce privilège (que Gramsci mettra des années à obtenir) à Gilbert Badia, ton traducteur qui a complété l’ouvrage d’un bel avant-propos. Il nous avertit tout de suite : « A vrai dire, cette figure n’a jamais cessé d’exercer sur les révolutionnaires de tous les pays une étrange fascination. » Dirait-on la même chose pour un homme ? « Une étrange fascination » où l’adjectif étrange redouble le redoutable substantif fascination qui m’a toujours fait penser à fascisme !

Donc Rosa, qu’avais-tu de si étrange ? Tu as été la Grande Rosa sans le soutien d’aucun pouvoir, d’aucune organisation, tu as été Rosa par l’effet de ta propre action ! Ton existence prouve qu’on peut exister sans s’appuyer sur le socialisme autoritaire. Mais, à exercer le pouvoir, n’aurais-tu pas, comme tant d’autres, cédé à ses « charmes » ? Tu me fais penser à Jaurès– dont tu dénonças quelques idées – qui, sans avoir jamais été ministre, a fait plus pour le combat socialiste authentique que tant d’autres, passés par le gouvernement !
Etrangement, comme Marx, Trotsky et d’autres, tu viens toi aussi d’une famille juive émancipée installée à Varsovie peu après ta naissance. Tu deviendras Allemande et après des années aux côtés de ton compagnon Jodiches, tu tombes amoureuse du jeune Kostia, le fils de la célèbre Clara Zetkin.

Rosa, ton originalité c’est la primauté donnée à l’action sur l’éducation [à l’inverse de jaurès] : ce n’est pas une bonne éducation qui conduirait à l’action juste, mais l’action qui permet de s’éduquer réellement, une action opposée à la théorie des minorités agissantes chère à Blanqui ou à celle de certains anarchistes. Bien au contraire, l’action que tu invoques doit être si massive qu’elle ne permet au peuple d’accéder au pouvoir, que quand il en manifeste majoritairement la volonté. Ta vision s’appuyait sur une idée qui, malheureusement, ne quitte pas l’univers des révolutionnaires : le capitalisme en serait, depuis 1848, à son stade ultime !

Bref, tu ne veux pas une organisation trop rigide et trop centralisée qui risque d’étouffer la créativité révolutionnaire du peuple.
Cette prépondérance donnée à l’action me convient totalement d’autant qu’elle inclut les inévitables défaites comme forme supérieure de l’éducation… à condition d’en tirer les leçons. Le combat de la classe ouvrière est tel qu’il ne peut gagner en un jour !

En fait, Rosa, ce qu’il faudrait, c’est une personne se lançant dans l’écriture d’un vaste livre intitulé, 101 personnes vous écrivent d’une prison, qui permettrait de comprendre comment, entre les quatre murs qui enferment, des hommes et des femmes se font écrivains. Rosa, la prison t’a contrainte à penser, à écrire et à démontrer qu’en fait l’inaction obligée, est une belle conseillère ! Je t’entends, tu me rappelles que ton inaction a été fructueuse car auparavant ton action t’as permis d’amasser de nombreuses expériences…
Dans une lettre à Sonia, l’épouse de Karl Liebknecht, tu lui dis : « Lisez : Les Dieux ont soif, d’Anatole France ; j’admire cet ouvrage surtout parce que son auteur, avec une intuition géniale pour tous les aspects de la nature humaine, nous dit : voyez, c’est à partir de telles personnalités dérisoires, à partir de telles mesquineries quotidiennes que l’histoire, au moment voulu, fait les événements les plus gigantesques et les gestes les plus sublimes. Dans la vie de la société comme dans sa vie privée, il faut prendre avec calme tout ce qui se passe, sans perdre de vue les grandes lignes et en gardant le sourire. Je crois fermement qu’après la guerre ou à la fin de la guerre tout tournera au bien, mais il me paraît évident qu’auparavant nous devrons passer par une période de souffrances très dures… »

Rosa, la souffrance fut si dure que le 15 janvier toi comme Karl vous avez été assassinés sans que le bien ne soit venu après. Au contraire, les mêmes personnes dérisoires et les mêmes mesquineries qui produisirent les événements gigantesques de la Révolution française dont témoigne Les Dieux ont soif, produisirent dans ton pays les événements gigantesques du nazisme et du fascisme qui ensanglantèrent le monde tout entier et qui ont fait, qu’ensuite, l’histoire devrait s’écrire de toute autre manière, une manière que me semble-t-il, on n’a pas encore trouvée !

Non Rosa, non, la Deuxième Guerre mondiale n’a pas rendu caduques tous tes efforts, ce qui explique qu’à juste titre, les révolutionnaires de 1968 aient tenté de puiser en tes écrits des raisons de se battre… Sans vouloir te réduire à l’anecdote, permets-moi de finir par ton hommage aux Corses, croisés en file indienne dans les montagnes :
« Ici, d’ordinaire un chien ouvre la marche, puis on peut voir, s’avançant lentement, une chèvre ou quelque petit âne chargé de sacs emplis de châtaignes, vient ensuite un grand mulet sur lequel est juchée une femme assise de profil, les jambes pendants, un enfant dans les bras. Elle se tient immobile, le buste bien droit, mince comme un cyprès ; à ses côtés marche d’un pas ferme, tranquille, un homme au visage barbu ; personne ne dit mot ; vous jureriez la Sainte famille. Et des scènes analogues dans ce pays, vous en découvrez à chaque pas. […] Là-bas la Bible, l’Antiquité sont encore vivantes. Il nous faut y aller et voyager comme je l’ai fait : parcourir à pied l’île toute entière, dormant chaque nuit dans un gîte nouveau, saluant chaque matin sur la route le lever de soleil. »
JP Damaggio
 

Partager cet article

Repost 0
Published by éditions la brochure - dans féminisme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • Le blog des Editions la Brochure editions.labrochure@nordnet.fr
  • : Rendre compte de livres publiés et de commentaires à propos de ces livres
  • Contact

Activités de La Brochure

 

La pub sur ce blog n'est bien sûr en aucun cas de mon fait. Le seul bénéficiare financier est l'hébergeur. En conséquence ce blog va servir exclusivement aux productions de La Brochure. Pour les autres infos se reporter sur un autre blog :

 VIE DE LA BROCHURE

 

BON DE COMMANDE EXPRESS en cliquant ICI      

___________________________________________________________

 Les Editions La Brochure publient des livres, des rééditions, des présentations de livres. Ils peuvent être commandés à notre adresse ou demandés dans toutes les librairies (voir liste avec lesquelles nous avons travaillé  ici      ) :

Editions La Brochure, 124 route de Lavit, 82210 ANGEVILLE

Téléphone : 05 63 95 95 30

Adresse mèl :                          editions.labrochure@nordnet.fr

Catalogue de nos éditions :                                       catalogue

Catalogue 2011 :                                                                   ici

Présentation des livres :                                          livres édités

Bon de commande :                                             bon de commande

Nos livres sont disponibles chez tous les libraires

indépendants en dépôt ou sur commande

 

Nouveau blog RENAUD JEAN et LIVRES GRATUITS

Vous pouvez nous demander de recevoir la lettre trimestrielle que nous publions et nous aider avec les 10 euros de la cotisation à notre association. Merci de nous écrire pour toute information. Les Editions La Brochure.      

Articles sur la LGV: seulement sur cet autre blog:

Alternative LGV 82     

 

 

Nouveautés de 2013

 Elections municipales à Montauban (1904-2008) ICI :

Moissac 1935, Cayla assassiné : ICI

Tant de sang ouvrier dans le nitrate chilien ICI  

Révolution/contre-révolution le cas du 10 mai 1790 à Montauban ICI

 ADÍOS GUERRILLERO  ici

J’ai vu mourir sa LGV ici

Derniers titres :

Portraits de 101 femmes pour 20 euros. ici

Karl Marx, sur Bolivar ici

Ducoudray-Holstein Histoire de Bolivar ici

Jean-Pierre Frutos, Refondation de l’école ici

Jean Jaurès : Articles de 1906 dans La Dépêche et dans l’Humanité ici

Recherche